AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253119741
Éditeur : Le Livre de Poche (28/02/2007)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 225 notes)
Résumé :
Ni Dieu ni Diable, Moïra, dans la mythologie grecque, représente la destinée. Elle s’attache à faire advenir l’improbable chez ses protégés en brouillant les cartes quand elle les juge mal distribuées. Ainsi Marion, qui s’est mariée en espérant former un couple moderne, découvrira qu’on souffre comme au temps de Racine même si on a signé le contrat de Sartre et Beauvoir. Mais Moïra lui fera vivre, en marge, une liaison passionnée avec un Irlandais un peu fou, un peu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
Jolap
  28 avril 2017
J'ai tourné les pages en me réjouissant. Benoite Groult soulève certains problèmes et non des moindres. L'avortement, les rapports hommes-femmes, le jeunisme à tout crin et le regard de la société, la vieillesse de toute façon (et dans le meilleur des cas). L'égoïsme, la générosité, la gourmandise, la maladie, la culpabilité y sont traités par touches, de la manière la plus délicieuse qui soit.
Habiles et criantes de sincérité les "vieilles connes" sont les plus subtiles, les plus astucieuses et les "vieux cons" sont joliment décrits, tantôt amoureux, tendres, attentifs, affectueux, maladroits, tantôt traînant leur nombril comme un boulet disgracieux.
Le passage sur l'informatique est à encadrer dans tous les lieux publics pour faire rougir de honte (je cite) "les jeunes cons" les seuls à détenir la vérité, à connaitre le doux savoir, le seul digne, le seul suscitant un intérêt légitime et enviable, celui de l'informatique.
J'ai passé un excellent moment. Ce livre est une petite sucrerie très acidulée à déguster sans prise de tête, même si elle nous fait de temps en temps faire la grimace.
Benoîte Groult a fait partie de ces femmes journalistes (avec Françoise Giroud) au caractère bien trempé, qui ont joué des coudes dans un milieu essentiellement masculin. Elles ont profité de leur position et de leur plume pour faire évoluer et légitimer le rôle des femmes dans la société en général et dans le monde du travail en particulier. Femmes de tête, elle ont fait corps avec la gente féminine, souvent avec beaucoup d'esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5418
cicou45
  13 juillet 2015
NON, NON, et NON, chère Benoîte Groult, vous ne pouvez pas me laisser comme ça, avec le dur devoir, pour moi et pour tous les lecteurs, de me laisser ainsi, sans voix, les larmes aux yeux, après avoir refermé votre livre. Et vous voudriez que je le critique ? Mais cela serait faire offense à votre qualité d'écriture et à votre justesse des mots qui font, bien souvent horriblement mal, tant ils sont poignants de vérité.
Ici, le lecteur suit quatre générations de femmes et d'ailleurs, lorsque ma belle-mère m'a prêté cet ouvrage (eh oui, belle-maman est encore là), qui est son livre de chevet, elle m'a dit la phrase suivante : "Un livre que toutes les femmes devraient avoir lu au moins une fois dans leur vie" mais attention messieurs, ce petit bijou s'dresse aussi à vous. Alice, la première des quatre femmes présentes ici est une féministe née au début du XXe siècle, qui n'a voté pour la première fois qu'à 40 ans. Sa fille, Marion, est elle aussi d'ailleurs est bien engagée dans cette lutte puisqu'elle ne considère pas le droit des femmes comme quelque chose d'acquis mais contre lequel doit être les femmes doivent continuer à se battre. Mère et fille écrivent d'ailleurs sur le sujet. Beaucoup de passages m'ont émus dans cet ouvrage mais je n'en citerais que deux pour ne pas trop vous gâcher l'intrigue de l'histoire : la passion extraconjugale et pourtant jamais cachée que vivra Marion avec un irlandais du nom de Brian et lorsqu'Alice, qui se voit désormais devant les nouvelles technologies, se refuse à acheter une nouvelle plaque de cuisson à induction. Elle, ce qu'elle veut, c'est sa bonne vieille gazinière et rien d'autre. Elle voit bien qu'elle vieillit, elle aussi aussi, ce roman, est-il non seulement un magnifique ouvrage dédié à la vie mais surtout un long cheminement pour se préparer à mourir. Que vous dire de plus ? Une écriture bouleversante, des histoires qui s'entremêlent sans jamais se répéter ni même gêner le lecteur dans la chronologie, ou alors légèrement le déstabiliser par moments.
Un véritable bijou à découvrir sans faute que je recommande donc, non seulement aux femmes mais aussi à tout un chacun ! En effet, messieurs, n'ayez pas de préjugés et foncez ! Lisez, je ne peux que vous le conseiller !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
jeunejane
  24 février 2015
Alice est une vieille dame avec enfant, petit-enfant, arrière-petit enfant et jette un regard bien désabusé sur la vie.
J'ai donc dû confronter sa philosophie très négative avec la mienne même si je n'ai encore que des petits-enfants.
C'est ainsi qu'elle parle de jeunisme dans son métier de journaliste.
On peut passer le relais aussi. On a d'autres passe-temps, non?
Des vendeurs jeunes et dédaignant les vieux?
Connais pas. Ils adorent renseigner les plus âgés mais il faut un minimum de communication de chaque côté. le vieux n'est pas roi.
Bref, j'ai retenu une leçon
Surtout, en vieillissant, gardons notre jeunesse d'esprit et le plaisir de voir les jeunes évoluer.
Commenter  J’apprécie          222
brigittelascombe
  16 décembre 2011
Constat désabusé, dépité et cynique d'une femme (Alice militante féministe qui pioche largement ses idées dans celles de son auteur) en fin de vie qui a été et qui n'est plus (physiquement j'entends) parce que la virulence est très vivace.
Là où j'attendais un roman, restent des bribes romancées de plusieurs couples de différentes générations qui se croisent, des citations (excellentes) lors de leurs joutes intellectuelles (liberté du couple selon les préceptes Sartre-Beauvoir, condition des femmes, comparaison des pratiques abortives de l'époque de la mère à celle de la fille,contraception,travail,égalité des sexes) et une évocation des rapports au sein d'une famille(couple,soeurs,frère et soeur, rapports filaux...).
Alice et Adrien, désenchantés entre prothèses tout azimuts.
Marion (fille des précédents) et Maurice, agrémentés par Brian l'amant irlandais de Marion (petit plus:brêve visite irlandaise) que Moïra (la destinée) met "en présence au bon moment". C'est d'ailleurs Moïra qu'appellera Alice (à présent initiée à "Belzébuth l'ordinateur) lorsqu'elle voudra en finir en appuyant sur La touche étoile (d'où le titre).
Hélène (soeur cadette d'Alice) plus soumise à son Victor.
Trois couples et demi pour quatre visions différentes des couples:Interessant!
Bon là il me faut un remontant car vieillir n'est pas de tout repos!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Heureuse
  26 septembre 2010
Ce roman est une réflexion sur la vieillesse.
Alice nous fait partager ses questions, ses doutes, ses combats, ses refus. Avec humour et lucidité. Son monde a changé, évolué. Ses combats (le féminisme entre autres) n'intéressent plus personne. Elle lutte pour continuer d'exister dans ce monde qu'elle ne comprend plus, qui la met au rebus. Et qu'elle a pourtant construit.
Les femmes d'aujourd'hui ont oublié les luttes de leurs aînées. Oublient que les droits qu'elles ont reçus en cadeau de naissance sont encore fragiles.
Benoîte Groult ne cesse pas son combat de féministe dans ce roman. En prenant un peu de recul sur son combat, elle lui donne, à mon avis, encore plus de force.
Et elle mène un nouveau de combat. Après avoir revendiqué le droit de choisir sa vie elle demande celui de choisir sa mort. Dignement.
Mais qu'est-ce que la "touche étoile"? Je vous laisse le plaisir de le découvrir.
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
HeureuseHeureuse   26 septembre 2010
A mesure que le temps passe je me demande si la sororité n'est pas le sentiment le plus authentique, le moins frelaté, le plus résistant aux évènements[...]. Il faut prendre tant de précautions avec l'amour. Avec une soeur on ose tout, même rester soi-même, jusqu'à l'horreur si c'est nécessaire pour sa santé mentale! Merci Minnie de me permettre d'être horrible en étant sûre de conserver ton affection. C'est si bon. On est si rarement soi-même finalement... Et avec si peu de gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
mireille.lefustecmireille.lefustec   01 novembre 2011
M'en aller à mon heure à moi,qui ne sera pas forcément celle des médecins, ni celle autorisée par le pape, encore moins la mort au ralenti proposée par Marie de Hennezel,avec son plateau de soins palliatifs en devanture et son sourire crémeux.
Commenter  J’apprécie          150
1967fleurs1967fleurs   23 novembre 2015
L'âge est un secret bien gardé. Dire que ce qu'est la vieillesse, c'est chercher à décrire la neige à des gens qui vivent sous les tropiques.
Commenter  J’apprécie          257
cicou45cicou45   12 juillet 2015
"Mais ce sont les questions qui sont le sel de la vie. Les réponses, il faut s'en garder : elles peuvent tuer."
Commenter  J’apprécie          320
1967fleurs1967fleurs   23 novembre 2015
J'outrepasse mes limites sans doute, mais qui m'en voudrait ? je suis bien placée pour savoir que Dieu n'existe pas vraiment. Il n'existe que des forces antagonistes qui se disputent l'univers au gré de lois physiques que nul esprit humain n'est à même d'embrasser.

Dans ce chaos, le pari le plus incroyable, c'est celui de vivre.

C'est pourquoi, j'ai mes protégés ici-bas. Comme si je ne désespérais pas de comprendre à travers eux ce qui rend l'existence humaine si désirable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Benoîte Groult (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoîte Groult
Le 7 mars 2013, François Busnel reçoit :
Benoîte Groult, Ainsi soit Olympe de Gouges Alix de Saint-André, Garde tes larmes pour plus tard, à propos de Françoise Giroud, Histoire d'une femme libre : un manuscrit retrouvé par Alix de Saint-André à l'IMEC et publié par cet écrivaine à titre posthume. Andreï Makine, Une femme aimée Claude Pujade-Renaud, Dans l'ombre de la lumière
La Grande Librairie

France 5 #LGLf5
-- François Busnel propose en direct chaque jeudi à 20h35 sur France 5, un magazine qui suit de près l'actualité littéraire avec pour seul mot d'ordre, le plaisir.
Retrouvez toutes les informations sur les invités et leur actualité sur notre site : http://www.france5.fr/la-grande-librairie Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux pour suivre notre actualité : https://www.facebook.com/pages/La-Grande-Librairie/512305502130115 https://twitter.com/GrandeLibrairie Et réagissez en direct pendant l?émission avec le hashtag #LGLf5.
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1540 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
. .