AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Alien (Autre)
ISBN : 2226008934
Éditeur : Albin Michel (01/02/1980)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 44 notes)
Résumé :
En 1967, Michael Herr part pour le Vietnam comme correspondant de guerre du-magazine américain Esquire. Les extraordinaires « dépêches » qu'il envoie vont servir ensuite de matériau de base à ce livre. Putain de mort (titre original : Dispatches) connaît en effet outre-Atlantique un succès sans précédent, cependant que la critique, et des écrivains comme John Le Carré, William Burroughs, Irwin Shaw et bien d'autres saluent la qualité exceptionnelle du livre et le ta... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Cacha
  26 juillet 2016
Pour ceux qui aiment les récits de guerre, c'est parfait.
L'auteur, grand reporter parti volontairement là-bas durant un an, nous raconte ce qu'il a vu et ressenti durant la phase la plus meurtrière de la guerre du Vietnam, en 1967-68.
On ne sort pas indemne de ce genre de conflit, que l'on soit combattant ou observateur.
J'avais choisi ce livre en souvenir des interrogations de ma jeunesse (j'ai gardé le cahier sur lequel j'avais écris "Pourquoi ?" au-dessous d'une photo concernant cette guerre).
Mais j'ai trouvé cette narration assez technique et éprouvante (épouvante).
Commenter  J’apprécie          230
Fx1
  30 août 2014
Aucune sensiblerie ici . Ici c'est la peur qui parle , la peur d'un conflit fou et absurde . Un conflit qui détruisit la jeunesse américaine . Une abomination que Herr décrit à la perfection . Ce livre s'avére le plus grand témoignage sur ce conflitqui a pris l'armée américaine dans le pire cauchemard de son existence . Ce livre fait froid dans le dos , il choque , laisse le lecteur comme pétrifié devant tant d'horreur . L'on ne peut que plaindre les jeunes hommes qui des deux cotés on endurés ces heures d'enfer et y on laissés leur vie . Choquant mais incontournable .
Commenter  J’apprécie          131
Sugi
  09 avril 2012
Le récit dégouline littéralement de sang et de sueur, on ressent la peur des gars, on subit la chaleur et l'humidité, on sent l'odeur des corps en décompositions et du napalm, on entend les bombardements mais aussi les différents morceaux de rocks auxquels Michael Herr fait allusion tout au long du bouquin.
C'est un témoignage hyper prenant, écrit dans un style un peu compliqué à lire au début, mais un style au tranchant fraîchement aiguisé, sans fioritures... Un style qui vous retourne le cerveau plus d'une fois mais qui vous plongent directement et dès les premières lignes en plein coeur d'une guerre sans objectifs qui durera 10 ans.
Ouvrez les yeux, vous êtes au Vietnam...
Commenter  J’apprécie          60
TristanPichard
  04 février 2015
Pas un livre sur la guerre du Vietnam, non. Pas un livre sur les années 60, non. Pas un livre sur les États-Unis, non. Un livre de littérature pure. Ce que les américains proposent de mieux en terme d'écriture : concision, images fortes, basculement inattendu. le fait qu'il s'agisse d'un témoignage de guerre ajoute encore en puissance mais la valeur fondamentale de l'oeuvre est littéraire. Long trip halluciné, la guerre sous LSD. Michael Herr invente une nouvelle façon de raconter l'horreur avant Apocalypse Now (auquel il participera en tant que consultant). le parallèle avec Joseph Conrad, c'est lui qui l'établit. La version littéraire de Paint in Black et de The End, c'est lui qui en accouche. Putain de mort, est un texte immense et fondateur de notre époque. Il initie une manière de voir les conflits armés qui est encore la notre, il oblige à un nouvel art de la guerre qui tient compte de l'opinion publique. Sans Michael Herr (et quelques autres correspondants de guerre mais qui n'ont pas sa plume), la guerre en Irak ou en Afganisthan n'auraient pas été les mêmes. Sans eux, les états-majors n'auraient pas été obligé d'inventer d'ignobles concepts comme ceux de dommages collatéraux ou de frappes chirurgicales. Sans eux, surtout, nous n'aurions pas forcément conscience avec une telle acuité de ce type de propagande insidieuse. Plus encore, l'horreur n'aurait pas tout à fait le même visage.
Lien : https://www.tristan-pichard...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
antihuman
  15 mai 2017
Pas très plaisant à lire, DISPATCHES du reporter de guerre Michael Herr nous apprend toutefois de ces choses cruciales. Et notamment sur le sort d'hommes laissés seuls en zone de guerre; non seulement à la merci de vietcongs acharnés mais aussi à celle d'une administration Américaine débile et d'ordres absurdes donnés par des gradés la plupart du temps dépassés.
Sans compter la drogue indispensable (avec la musique) pour tenir en subissant également une bureaucratie morose dont ce n'est jamais la faute ! Au Vietnam, personne n'est coupable et à votre retour on s'étonnera que vous n'ayez pas plus assuré malgré les 47 000 morts...
Inutile donc de spécifier le caractère halluciné de ce récit et de la colère et de l'énergie que Michael Herr nous fait passer à travers ses lignes: le tout est sans aucun doute guerrier, mais aussi très poignant jusqu'à la toute fin.
De bonnes leçons qui restent lettres mortes encore à ce jour.
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
MoonlightsonataMoonlightsonata   26 avril 2016
Parfois, on restait cloué sur place, plus de repères et personne en vue, en pensant, Bordel où suis-je?, tombé dans un point de contact contre nature entre l'Est et l'Ouest, un couloir californien taillé, acheté, brûlé profondément dans l'Asie, et après on ne savait plus pourquoi on y était allé. Par définition c'était une question d'espace idéologique, on était là pour leur donner le choix, le leur apporter comme Sherman a porté la bonne parole dans toute la Géorgie, avec, d'un bout à l'autre, les indigènes pacifiés et la terre brûlée. Il y avait une telle concentration, une telle densité d'énergie, américaine et surtout adolescente, que si on avait pu en faire autre chose que du bruit, de la souffrance et des ravages, on aurait pu illuminer l'Indochine pendant mille ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Charybde2Charybde2   22 novembre 2015
Pour les sorties de nuit les médecins vous donnaient des pilules, la Dexedrine et son haleine de serpents morts gardés trop longtemps dans un pot. Moi je n’en ai jamais eu besoin, un léger contact ou n’importe quel bruit du même genre m’excitait à haute dose. Quand j’entendais le moindre son hors de notre petit cercle crispé je flippais en priant Dieu de ne pas être le seul à l’avoir entendu. Deux rafales dans la nuit à un kilomètre de là et j’avais un éléphant à genoux sur la poitrine, il fallait que j’aille chercher l’air jusque dans mes bottes. Une fois j’ai cru voir une lueur bouger dans la jungle et je me suis surpris à presque murmurer : « Je ne suis pas prêt à ça, je ne suis pas prêt à ça. » C’est là que j’ai décidé de laisser tomber et de faire autre chose de mes nuits. Et je n’allais pas aussi loin que ceux qui tendaient des embuscades ou que les Lurps, les patrouilles de reconnaissance en profondeur, qui sortaient toutes les nuits pendant des semaines et des mois, allaient ramper près des camps de base VC ou le long des colonnes des Nord-Vietnamiens. Déjà je vivais trop près de mes os, je n’avais plus qu’à l’accepter. En tout cas je gardais les pilules pour plus tard, pour Saigon et la déprime horrible que j’y trouvais chaque fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   22 novembre 2015
Dans les mois suivant mon retour, les centaines d’hélicoptères que j’avais pris se sont amalgamés jusqu’à former une sorte de métacoptère collectif, c’est ce que j’avais alors de plus sexy dans le crâne : ce qui venait détruire ou sauver, fournir ou ruiner, la main droite et la main gauche, quelque chose d’agile, de facile, de malin, d’humain ; l’acier brûlant, la graisse, les sangles en toile saturée de jungle, la sueur qui refroidit et se réchauffe encore, une cassette de rock and roll dans l’oreille et la main sur la mitrailleuse de la porte, l’essence, la chaleur, la vitalité et la mort, la mort elle-même à peine une intruse. Les hommes d’équipage disaient qu’une fois qu’on avait transporté un mort il restait toujours là, il volait avec vous. Comme tous les combattants ils étaient incroyablement superstitieux, ils dramatisaient tout, mais (je le savais) c’est horriblement vrai : s’exposer de près aux morts vous rend sensible à la force de leur présence et fait naître en vous de longs échos, très longs. Il y a des gens si délicats qu’un regard suffit pour les balayer, mais même les troufions abrutis jusqu’à l’os avaient l’air de sentir qu’il leur arrivait quelque chose de plus, quelque chose de fatal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SugiSugi   09 avril 2012
Au petit matin du 7 février, quelques chose de si horrible s'est passé dans le secteur de Khe Sanh que même ceux d'entre nous qui en ont entendu parler à Hué ont dû laisser un moment de coté leur peur et leur désespoir pour assimiler cette horreur et en quelque sorte lui payer tribut. C'était comme si le rêve le plus terrifiant que n'importe lequel d'entre nous avait fait sur la guerre s'était réalisé, était venu anticiper des cauchemars assez ignobles pour vous réveiller en tremblant. Et personne n'a été capable d'avoir le sourire amer et secret du survivant, réaction presque obligée à l'annonce d'un désastre. C'était trop terrible pour ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2Charybde2   22 novembre 2015
Un jour, il est arrivé une lettre d’un éditeur anglais qui lui demandait d’écrire un livre avec pour titre provisoire Fini la guerre et pour but d’ôter une fois pour touts « tout prestige à la guerre ». Page n’en revenait pas.
« Ôter tout prestige à la guerre ! » Je veux dire, comment bordel ! Est-ce qu’on peut faire ça ? Allez donc faire disparaître l’attrait d’un Huey, le prestige d’un Sheridan… Tu peux, toi, effacer le charme d’un Cobra ou d’une défonce sur China Beach ? C’est comme de prendre son prestige à une M-79, d’enlever son charme à Flynn. » Il a montré du doigt une photo qu’il avait prise, Flynn en train de rire comme un fou (« On gagne », disait-il) avec un air de triomphe. « Il n’y a rien de mal à ça, mon gars, n’est-ce pas ? Vous laisseriez votre fille épouser ce garçon ? Ohhhh, la guerre vous fait du bien, on ne peut pas enlever tout attrait à ça. C’est comme de vouloir enlever son attrait au sexe, ou aux Rolling Stones. » Il en restait sans voix, et agitait les mains dans tous les sens pour souligner la démence de ce qu’on lui demandait.
« Je veux dire, tu le sais bien, on ne peut pas faire ça ! » Nous avons tous les deux haussé les épaules en riant, et Page est resté un instant pensif. « Quelle idée ! a-t-il dit. Ohhh, que c’est drôle ! Enlever son foutu charme à une foutue guerre ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Michael Herr (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michael Herr
Vidéo de Michael Herr
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : Guerre du Viet-Nam (1961-1975)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1025 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre