AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757860402
Éditeur : Points (03/10/2016)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 216 notes)
Résumé :
Au mois de novembre 1953 débute le procès retentissant de Pauline Dubuisson, accusée d'avoir tué de sang-froid son amant. Mais qui est donc cette beauté ravageuse dont la France entière réclame la tête ? Une arriviste froide et calculatrice ? Un monstre de duplicité qui a couché avec les Allemands, a été tondue, avant d'assassiner par jalousie un garçon de bonne famille ? Ou n'est-elle, au contraire, qu'une jeune fille libre qui revendique avant l'heure son émancipa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (85) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
28 juillet 2016
Même si l'on n' avait qu'une vague idée de cette affaire qui défraya la chronique dans les années cinquante, il est certain qu'en refermant les 700 et quelques pages de ce récit, on n'est pas prêt d'oublier ce drame. Et tout cela grâce au talent de Philippe Jaelana, qui, avec un acharnement à la hauteur de celui des charognards qui ont démoli torchon après torchon la moindre chance que la jeune femme s'en sorte.
Certes, elle a tué son amant. Certes l'auteur est entièrement dévoué à sa cause. Mais tout de même, on est estomaqué par ce que l'on apprend. Quand Pauline prétend qu'elle est maudite, on la croirait presque. Un père froid qui lui donne toute jeune la solution pour rester digne devant l'échec : le suicide! Gageons que ces principes éducatifs ne constituent pas une base fiable pour une personnalité solide. Rajoutons à cela une probable faille narcissique qu'a provoqué ce milieu peu aimant, et la suite s'inscrit dans une logique imparable. Donc il y a mort d'homme et il y a pathologie psychiatrique, l'histoire est assez simple.

Mais là où on hallucine, c'est sur la légèreté inouïe de l'enquête, la détermination sans faille de la partie civile de prouver que l'on a affaire à un monstre, et l'acharnement de la presse qui colporte rumeurs et suppositions et se nourrit de ses propres mensonges pour noircir le tableau et démolir l'accusée. Même sans trouble de la personnalité , qui pourrait se relever un tel lynchage?
Et c'est là que le travail d'analyse de l'auteur ( que l'on aurait bien aimé constater a posteriori de la part des abrutis incompétents qui ont bâclé leur boulot à l'époque : on n'avait pas l'ADN, certes, mais l'analyse de la balistique, ça fait quand même un bail qu'on connaît, non?). Philippe Jaenada, comme le précise un extrait de critique, retourne chaque pierre, étudie chaque échange, reconstruit les faits, épluche les témoignages ( et là aussi, le traitement qui en a été fait lors du procès donne une piètre image de la justice française de cette période).
Justement parlons-en de la période : la France sort de la guerre qui a fait bien des victimes, et qui n'a pas contribué à mettre en valeur la grandeur d'âme de nos concitoyens. Et l'affaire semble concentrer la rancoeur qu'a le peuple à l'égard de ses propres ignominies. Cela fait partie de la malédiction déjà évoquée
Enfin et c'est sans doute ce qui vaut les cinq étoiles : c'est un récit drôle, malgré la noirceur de l'histoire! D'autres auteurs se sont penchés sur ce destin tragique, mais ici le ton est très ironique, vis à vis des professionnels qui ont précipité Pauline vers sa fin cruelle. Philippe Jaenada réinvente les patronymes par respect pour les familles, mais n'épargne cependant pas les hyènes et les vautours. Et ce ton, drôle , décalé, irrespectueux y compris sur le mode de l'autodérision que l'auteur pratique dans des digressions hautes en couleurs) est justement ce qui constitue le plus bel hommage que l'on puisse faire à la coupable (ou victime ?). Et l'on imagine pas qu'il puisse y avoir le moindre conflit d'intérêt dans cette plaidoirie bien à distance du drame, alors que la plupart des protagonistes ont contribué à l'entropie générale et redistribué les atomes de carbone qui les constituaient .
Cette liberté d'écriture et d'opinion est réellement réjouissante et il y a fort à parier que les autres écrits de l'auteur rejoindront mes projets de lecture
Un petit bémol : les histoires des co-détenues, avec qui Pauline s'est liée, alourdissent le propos sans apporter un éclairage utile.
Challenge pavés 2015-2016

Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          680
carre
02 novembre 2016
Après le remarquable « Sulak », Jaenada se lance dans un travail gigantesque, pour démontrer que Pauline Dubuisson (accusée du meurtre de Félix Bailly en 1951, son ex petit ami), a été victime non pas d'une erreur judiciaire mais d'un procès honteusement à charge. Va alors s'abattre sur la jeune femme un flot de haine, de mensonges, de détournements de témoignages pour en faire une coupable calculatrice, froide et orgueilleuse. du pain béni pour une société misogyne ou l'émancipation féminine était vu comme un terrible fléau.
En plus de 700 pages (ne vous effrayez pas, ça se lit tout seul), Jaenada met en contradiction ces accusateurs, s'appuyant sur l'énorme travail de recherches effectué. Pauline Dubuisson le paiera toute sa vie (bien courte il est vraie), le trio de justice et la presse bien pensante se chargeant de la représenter de la pire des manières.
Avec le ton qu'on lui connait, Jaenada allège son récit d'évènements propres à sa propre vie, son humour toujours bienvenu en habille certains pour plusieurs hivers, même si parfois son empathie pour Pauline, lui fait écrire des vacheries gratuites sur certains protagonistes. Mais « La petite femelle » est avant tout un remarquable travail du meilleur avocat qu'aurait aimé avoir Pauline. Sa vie n'aura été que tragédies et injustices. Philippe Jaenada ne la réhabilite pas, il montre simplement que son procès n'aura été qu'une vague fumisterie. Et que «La petite femelle » méritait bien ce gros pavé. Passionnant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          571
tynn
12 octobre 2015
Chevalier blanc des contre-enquêtes en recherche de vérité.
Philippe Jaenada avait déjà brillamment refait l'histoire avec Sulak, destinée flamboyante d'un cambrioleur gentleman. Il revient dans un gros bouquin de 700 pages (il s'agit de s'y préparer) sur une affaire judiciaire de l'après guerre, qui déchaîna les passions dans le public, la presse et les prétoires.
Pour faire court, Pauline Dubuisson, étudiante en médecine de 26 ans, tue son amant Felix de trois balles de revolver et est condamnée à la perpétuité.
Un drame passionnel et passionnant pour une France avide de sensationnel, une instruction manifestement à charge que le recul du temps permet de décortiquer dans ses lacunes et ses contradictions.
Accumulant telle la fourmi les témoignages, les rapports judiciaires, les papiers presse, Philippe Jaenada ne laisse rien dans l'ombre, et met en lumière les incohérences des enquêtes de moralité, la part de rumeurs et de ragots, le déchaînement journalistique et la pression populaire. Il dresse un portrait de femme intime, avec réalisme et empathie, s'autorisant une psychologie de bon sens, déchargée de toute pression.
C'est un récit, dramatique et touchant, empli de vitalité par une plume caustique et ironique. L'humour et l'autodérision font bon ménage pour alléger le propos. Les fameuses digressions de l'auteur, la plupart du temps justifiées, peuvent agacer mais m'amusent beaucoup. L'écriture est décomplexée et naturelle, qui s'adresse au lecteur comme en conversation.
On peut aussi saluer un travail d'enquête approfondi, un reconstitution historique maitrisée ( la poche de Dunkerque dans la tourmente de la guerre est cinématographique).
J'ai rarement lu un auteur capable de si bien montrer son plaisir d'écrire. On sent une boulimie, les mots se bousculent, les faits s'empilent, les sentiments personnels s'intercalent, les histoires parallèles s'incrustent dans le sujet principal.
Sa fascination pour son sujet est telle que l'on peut sans doute lui reprocher de pêcher par excès. On pourrait finir asphyxié mais il nous garde captif.
Un excellent roman!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          525
nameless
08 mars 2017
Des femmes meurtrières de leurs amants ou époux (ou l'inverse), il y en a, il y en a eu depuis que le monde est monde. La spécificité de l'affaire Pauline Dubuisson tient peut-être à l'époque où elle s'est déroulée, dans l'immédiat après-guerre, alors que de nombreux comptes ne sont pas encore soldés, toutes les vengeances pas encore assouvies, dans un monde en ruines desquelles émerge inexorablement l'émancipation des femmes qui révulse et effraie la bien-pensance. Qu'une jeune femme jolie, intelligente, cultivée, sexuellement libre ait couché avec l'occupant puis abattu son amant, il n'en faut pas davantage pour faire d'elle un bouc émissaire destiné à laver les mauvaises consciences. Grâce à un lynchage médiatique et un procès hypocrite, la société prouve que Pauline a bien mérité au moment de la libération, d'être tondue, tatouée de croix gammées, violée par des résistants de la dernière heure organisés en hordes redresseuses de torts, des salauds ordinaires auto-proclamés bourreaux de femmes. Bien plus que pour l'inexcusable meurtre commis, Pauline est publiquement jetée en pâture comme l'exemple de ce qu'une femme ne doit pas être ou devenir. A bonnes entendeuses, salut, en ce 08 mars !

Le travail documentaire effectué par Philippe Jaenada est titanesque. L'auteur annonce d'emblée son positionnement au plus près de la vérité, l'intention est louable et l'on ne peut que saluer son noble engagement. Malheureusement, je n'ai pas apprécié le résultat, perturbée par les incalculables digressions et parenthèses de l'auteur où l'on trouve en vrac des anecdotes conjugo-familiales personnelles, des justifications inutiles, des tentatives d'humour et de bons mots, qui selon moi, affaiblissent son monumental boulot, et transforment ce qui aurait pu être une robuste biographie réhabilitatrice en un fourre-tout indigeste. J'ai été lassée d'être constamment distraite par ses considérations hors-sujet, voire douteuses, qui ont détourné mon attention, et fait quelquefois passer la vie de Pauline au second plan. J'ajoute que le destin complexe d'une femme condamnée à perpétuité ne prête guère à rire ou même à sourire. Si cette logorrhée verbale auto-centrée est la marque de fabrique de Jaenada, elle ne me convient pas.

Ne souhaitant pas davantage attenter à l'engouement général suscité par La petite femelle, je me contente de préciser que pour ma part, j'ai, et de très loin, préféré la version (peu) romancée de la vie de Pauline Dubuisson, offerte par Jean-Luc Seigle, et parue par un étrange concours de circonstances littéraires, au même moment que La petite femelle. Mais ce n'est bien sûr que mon avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          487
Valerie78120
25 septembre 2015
Un immense coup de coeur pour ce "roman", en lice pour le Renaudot.
Le 17 mars 1951, Pauline Dubuisson, jeune femme de 24 ans, tue son ancien ami, Félix Bailly, en tirant sur lui à trois reprises (dans une petite chambre de bonne qu'il occupait rue de la Croix-Nivert à Paris) avant de tenter de mettre fin à ses jours.
Tous deux sont jeunes, beaux, étudiants en médecine, originaires du Nord, mais si Félix est doux, gentil, romantique, confiant, gauche, un brin lisse et naïf, Pauline est une ravageuse que la vie a rudement malmenée.
Elevée comme un garçon, à l'écart des autres et sans affection, par un père protestant pénétré de philosophie nietzschéenne et par une mère frêle, transparente, soumise, qui ne la regarde pas, qui ne regarde du reste personne, qui ne se regarde pas davantage, Pauline apprend à s'endurcir, à encaisser, à taire crânement ses sentiments. La force est un devoir. La faiblesse une faute.
La guerre éclate. André Dubuisson, entrepreneur de travaux publics germanophile, choisit alors d'utiliser sa fille - Pauline a 13 ans en 1940 - pour faciliter ses transactions avec les allemands. Il faut dire qu'elle est ravissante, fière, orgueilleuse, qu'elle fait tourner les têtes des lieutenants, des capitaines, des colonels ... C'est bon pour pour ses affaires. Pauline se retrouve dans le lit de l'occupant ce qui lui vaudra, à la Libération, une réputation sulfureuse.
A 17 ans, Pauline, qui a vécu la guerre à Dunkerque, bombardé en permanence, dans les gravats, avec la mort qui décime nuit et jour, n'est déjà plus une jeune fille respectable. Mais une femme très avertie, une agicheuse, une tondue, un esprit dominateur, indocile, scandaleux, qui ne se soumet pas aux normes.
Devenue étudiante à la Faculté de médecine de Lille, elle attire Félix dans ses filets.
Il tombe fou amoureux et propose maintes fois le mariage à cette insoumise qui le prend de haut, le méprise, se joue beaucoup de lui et de ses sentiments.
Si Pauline accepte de prendre avec lui du plaisir, de l'initier, elle refuse de se laisser enfermer, d'abandonner ses études, de devenir une épouse, seul rôle convenable dévolu aux femmes.
De guerre lasse, Félix, qui n'a cessé d'avaler d'indigestes couleuvres, finira par se détourner et décidera de poursuivre ses études à Paris.
Sitôt Félix disparu, Pauline comprendra qu'elle en était, en réalité, amoureuse (il y a quelque chose de Scarlett dans Pauline) mais ne parviendra jamais à le reconquérir jusqu'à ce 17 mars où elle le tuera par accident (ou pas), par désespoir (ou pas), par dépit amoureux (ou pas).
S'ensuivront une invraisemblable curée judiciaire et médiatique, une enquête sans nuance, très partiale, systématiquement à charge, un procès sexiste, odieux, inéquitable, où l'Avocat général réclamera la tête de l'accusée, des articles orduriers, destinés à attiser la haine de la foule.
Et face à ces hyènes décidées à en découdre, Pauline, toujours fière, toujours incapable d'exprimer ses sentiments, seule, sans réel soutien, sans véritable défense à ses côtés.
Dans son ouvrage, riche, drôle, fourmillant de mille digressions personnelles, Philippe Jaenada entreprend de décrypter - avec fougue et minutie - l'affaire, mettant au jour, page après page, la manipulation grossière des faits de la part des enquêteurs et du Parquet, les mensonges éhontés de la presse et les approximations des experts.
A soixante ans d'intervalle, il se fait l'avocat de Pauline.
Il est là, frais, emporté, idéaliste, tenace, rigoureux, envahi par son sujet, comme un jeune confrère devant son premier dossier.
Et l'on se prend à aimer Pauline. Telle qu'elle fut. Loin de l'image que la société souhaitait donner d'elle en forçant le trait et au mépris grossier la vérité.
La dernière page tournée, je l'ai laissée à regret regagner l'ombre. Heureuse malgré tout que justice lui ait enfin été rendue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312

Les critiques presse (4)
Bibliobs16 décembre 2015
Philippe Jaenada arrache Pauline Dubuisson aux calomnies dont cette jeune meurtrière fut victime. Remarquable.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Culturebox03 novembre 2015
Denses, drôles ou dramatiques, les six cents pages de "La petite femelle" se lisent avec un triple plaisir.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LePoint21 septembre 2015
Comme dans Faites entrer l'accusé, on retrouve une tendance à la mise en scène de soi, avec une prédilection pour les décors de bistrot. Sauf que c'est nettement plus drôle.
Lire la critique sur le site : LePoint
Lexpress21 août 2015
Eriger un fait divers en objet littéraire réussi tient toujours de la prouesse. Inutile de convoquer les éternels grands noms - Hugo, Capote, etc. Philippe Jaenada a fait ce qu'il sait faire le mieux: du Jaenada.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
babycomeback44babycomeback4416 août 2017
la sentimentale pense que les choses vont durer, la romantique veut désespérément croire qu'elles vont finir. (francis scott Fitzgerald)
Commenter  J’apprécie          110
babycomeback44babycomeback4416 août 2017
l'espoir est fort. rien de pire que l'espoir, mais la vie ne peut pas etre qu'une succession de claques, non plus.
Commenter  J’apprécie          00
babycomeback44babycomeback4414 août 2017
Juger, c'est de toute évidence ne pas comprendre. (...) Puisque si on comprenait, on ne pourrait plus juger.
Commenter  J’apprécie          60
babycomeback44babycomeback4409 août 2017
Mais Nietzsche dit qu'on ne se développe et s'affirme réellement qu'au contact de résistances.
Commenter  J’apprécie          160
babycomeback44babycomeback4409 août 2017
je t'écrirai une véritable lettre d'amour, d'amour à un petit lapin qui m'a procuré tant de joie, autant qu'il y a de sable au bord de la mer
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Philippe Jaenada (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Jaenada
En reconstituant le puzzle d?un triple assassinat commis en 1941, Philippe Jaenada nous entraîne dans un
palpitant jeu de Cluedo.
? ? ?
Le 24 octobre 1941 au soir, quatre personnes sont présentes au château d?Escoire, près de Périgueux. Au réveil, Henri Girard, jeune homme de vingt-sept ans, découvre les corps de son père, de sa tante et de la bonne, sauvagement assassinés à coups de serpe. Pour la police, puisque personne n?a pu entrer ni sortir de la demeure, le meurtrier est forcément le survivant, Henri. Connu pour son caractère fantasque, ses m?urs dissolues, ses démêlés avec une famille fortunée dont il est l?héritier direct, son arrogance insupportable et son caractère dispendieux, tout l?accable : non seulement les circonstances, mais aussi le mobile tout trouvé et jusqu?à l?arme du crime ? qu?il a empruntée aux voisins. Malgré ses protestations d?innocence, on le jette en prison. Pendant ses dix-neuf mois d?incarcération, le jeune homme fait preuve d?une désinvolture inqualifiable, attitude qui lui vaut la réprobation générale et la promesse de la guillotine. Au terme d?un procès retentissant, maître Maurice Garçon, as du barreau de l?époque, obtient pourtant son acquittement, jugement qui suscite l?indignation de tous. Dès lors, Henri passe quelques années à dilapider la fortune familiale puis s?exile en Amérique latine. En 1950, il rentre en France avec le manuscrit du Salaire de la peur qu?il publie sous le pseudonyme de Georges Arnaud. le roman connaît un succès considérable grâce à l?adaptation cinématographique qu?en tire Henri-Georges Clouzot, avec dans les rôles principaux Yves Montand et Charles Vanel. Un fait divers aussi mystérieux et un personnage aussi fascinant que Georges Arnaud ne pouvaient laisser Philippe Jaenada indifférent. Comme il l?a déjà fait avec Bruno Sulak et Pauline Dubuisson, il s?est plongé dans les archives, a avalé quatre mille pages de documents, traqué le moindre détail, déniché les indices les plus ténus, mis ses pas dans ceux de ses protagonistes, pour nous livrer ce récit fascinant qui pourrait bien résoudre une énigme vieille de soixante-quinze ans. Et comme à son habitude, Philippe Jaenada ne s?est pas privé de sortir du cadre, de se lancer dans de brillantes et surprenantes improvisations et, surtout, de tracer de ce personnage singulier et extravagant qu?était Georges Arnaud un portrait éblouissant. ? ? ?
Philippe Jaenada a publié chez Julliard le Chameau sauvage (adapté au cinéma sous le titre À+ Pollux) ; Néfertiti dans un champ de canne à sucre (1999) ; La Grande à bouche molle (2001) ; Sulak (2013) et La Petite Femelle (2015).
+ Lire la suite
autres livres classés : roman biographiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
403 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
. .