AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782375021613
200 pages
Editions Paulsen (13/10/2022)
3.64/5   38 notes
Résumé :
Découvrez sous la plume d'Alexis Jenni le destin hors du commun de l'explorateur polaire qui sauva des milliers de vies.
Comment passe-t-on de champion de ski à Prix Nobel de la paix ? De héros polaire à créateur d'un statut pour les réfugiés ?
Alexis Jenni raconte à la façon d'un roman la vie extraordinaire de Fridtjof Nansen, homme doué en tout, qui fut champion du monde de patinage, consacra ses travaux scientifiques au système nerveux, dessinait fo... >Voir plus
Que lire après Le passeport de Monsieur NansenVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,64

sur 38 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
Un homme fascinant aux multiples facettes :
zoologiste, homme politique, photographe, patineur de vitesse, professeur, explorateur polaire, diplomate, écrivain.
A mon avis le sujet est mal traité et la lectrice que je suis est frustrée. J'en espérais tellement plus ! Son côté explorateur de l'Arctique prend presque toutes les pages tandis que le reste est occulté. Je retiendrai quand même la puanteur de ceux qui ne se lavent pas et restent avec les mêmes vêtements qui tiennent debouts. Mieux vaut les lire que les approcher ces grands aventuriers !
Commenter  J’apprécie          261
Un roman intéressant à découvrir puisqu'il met en lumière un homme au destin exceptionnel. La dernière de couverture est d'ailleurs très attirante des son accroche : « comment passé-y-on de champion de ski à Prix Nobel de la paix? »
Mais surtout qui est ce fameux Nansen ?

Très largement inconnu du grand public, quelques mots à son propos avant un avis sur ce roman

Fridtjof Nansen, héros fascinant plus qu'attachant, est parfaitement fin de siècle, travaillé par la mélancolie, s'accrochant désespérément à la connaissance, « se sculptant lui-même en statue de héros prométhéen, on dira de ce norvégien taciturne :
« Il y a ce qu'il croit être, ce qu'il est, et ce qu'il a fait. « On n'est pas grand homme tous les jours; mais ce qui rassure, c'est que, sans l'être tous les jours, on peut être un grand homme »

Après plusieurs années passées dans le grand nord, loin de tout et de quiconque, tel un naufragé sur une immense île de glace, il va toucher son indivisible part d'humanité, sa dernière limite juste avant le néant, « le point ou à chaque instant on n'est pas sur d'être parce que cela vacille ».

De retour en Norvège après 3 ans d'isolement, il va bien malgré lui entamer une carrière de diplomate et recevoir en 1922 le prix Nobel de la paix pour avoir secouru des milliers de russes menacés par la famine et pour son action pour les réfugiés en Asie mineure et en Thrace.

Père de 5 enfants, il leur donnera lors de ses rares présences à leurs côtés, une éducation stricte, austère.

Personnage parfois antipathique, souvent peu attachant, toujours complexe, on tourne chacune des pages pour aller plus loin à sa rencontre.
Mais c'est peine perdue.
Le roman reste très descriptif, et bien que court comporte des longueurs.
Une vieille femme apparaît de temps en temps dans cette histoire sans néanmoins trop de développements. Dommage.

En somme, absolument pas un coup de coeur mais une occasion de découvrir un homme qui aura marqué son empreinte auprès de millions de personnes.

Commenter  J’apprécie          80
« C'est Fridtjof Nansen. Skieur, artiste, dessinateur et photographe, scientifique, explorateur, homme d'État, fonc-tonnaire international, humaniste, héros national de Norvège, excellent en toutes choses, quoi qu'il fasse… »

Le passeport de Monsieur Nansen, Alexis Jenni @editionspaulsen

Nansen! À lui seul, ce nom fait vibrer le Pôle Nord… Nansen, qui a inspiré Roald Amundsen, Norvégien tout comme lui, explorateur des pôles… aventurier de l'extrême!

Mais que connaissez-vous de cet illustre Norvégien? Son premier succès? La traversée du Groenland à ski…

« Je me propose d'organiser l'été prochain une expédition de patineurs pour traverser l'inlandsis du Groenland. […] Jusqu'ici les Norvégiens n'ont guère contribué à l'exploration des terres polaires. Tandis que le Danemark et la Suède ont organisé de coûteuses expéditions vers ces régions lointaines, notre pays est resté indifférent à ce mouvement. Les Norvégiens sont pourtant le peuple le mieux doué pour de semblables entreprises. Plus facilement que tous les autres, nous pouvons supporter le froid de ces régions, et surtout l'habileté de nos patineurs nous assure la supériorité, comme le montrent les deux Lapons qui accompagnaient Nordenskjöld. Une caravane d'hommes chaussés de skis, suivie de traîneaux tirés par des chiens, aurait de grandes chances de réussir la traversée
du Groenland. »

Il fut également le premier homme à tenter une expédition au Pôle Nord qui ne coûta pas de vies humaines; mais il ne parvint pas, malheureusement, à rallier le pôle…

« La course au pôle était vraiment une course, avec gloire éternelle pour celui qui la remporterait. Et des pôles, il n'en est qu'un qui vaille, le pôle géographique, l'unique, pas de seconde place dans cette compétition. […] c'est très Nansen, au fond, mais on ne peut s'empêcher d'y sentir un peu de déni, et la justification de n'y être pas parvenu. Parce que, vu tout ce qu'il avait mis en oeuvre pour y arriver, il est difficile de nier qu'il tenait à atteindre ce point… »

Inspirant, de son vivant déjà, il enflammait le public… et quel public!

« Jules Verne lui écrivit directement: « Aux héros du pôle Nord qui, au risque de leur vie, par des efforts surhumains, ont réalisé les rêves des explorateurs français» ce qui est fair-play dans l'ambiance nationaliste des exploits de voyage en ce siècle. »

Et c'est cette aura, cette renommée qui le précédait, qui lui valut d'être choisi comme diplomate pour tenter une approche humanitaire avec l'URSS aux lendemains de la seconde guerre mondiale…

« Si les prisonniers russes en Allemagne étaient ravitaillés par l'ARA, dans l'Union soviétique méfiante, cela devait passer par une organisation neutre, apolitique. Nansen l'organisa, rassemblant tous les efforts caritatifs dans une Nansenhilfe.
Le siège était à Berlin, mais pilotée par un groupe de travail basé à Genève, pas loin de la SDN. Cependant, elle n'était pas officiellement sous son autorité. Nourriture, vêtements, médicaments permirent aux prisonniers d'attendre leur tour pendant l'hiver. Pour la première fois, le nom de Nansen servait officiellement à désigner une opération humanitaire, sa célébrité augmenta, s'établissant dans un autre domaine, il devenait un emblème. »

Partant de là, il poursuivit dans cette voie de la diplomatie et de l'humanitaire, et fut l'instigateur du passeport qui porta son nom: Nansen!

« L'être humain, c'est un esprit, un corps, et un passeport, et le priver de ce dernier élément le bloque là où il était au moment où sa déchéance a été signée, c'est-à-dire pour la plupart dans des campements misérables où il ne peut qu'attendre, végéter et disparaître.
Cette question du passeport étant essentielle, Nansen proposa d'en créer un. Ce serait un document établi sous la responsabilité de la SDN et reconnu par un accord international. En juillet 1922, le passeport Nansen fut créé. […] Ce passeport ne conférait pas une nationalité, mais accordait une existence, redonnait plutôt une existence puisqu'elle avait été ôtée, et permettait à son porteur de franchir légalement les frontières. Il était accordé après entretien avec un fonctionnaire de la SDN et un représentant de la communauté à laquelle appartenait le demandeur, qui se retrouvait alors sous la protection du HCR, le Haut Commissaire aux Réfugiés, Nansen lui-même, qui devenait une sorte de consul international. »

Dans ce livre, l'auteur dresse donc avec brio le portait inspirant d'un homme, aventurier de l'extrême, mais aussi diplomate qui influa sur le cours de l'Histoire… un portrait passionnant et intéressant d'un homme peu commun!
Commenter  J’apprécie          00
Ayant bien apprécié Alexis Jenni pour sa biographie de John Muir c'est avec curiosité que je me suis allé à découvrir sous sa plume cet autre personnage tout aussi étonnant et méconnu, tout du moins pour moi, qu'est le norvégien Fridtjof Nansen. Je n'ai pas été déçu, le style un peu décalé, voir teinté d'ironie mais sans une once de méchanceté, m'a conquis. Sans dire qu'il m'a permis de combler une des nombreuses brèches de ma culture générale.
Le livre commence par un prologue, à ne pas sauter en allant directement au premier chapitre, où l'auteur rend visite à sa voisine, une arménienne centenaire encore alerte Madame Abkarian, qui au cours de conversations de courtoisie lui confie, ébauche devrais-je dire, ses mémoires et notamment l'histoire du "lépapié". On devine rapidement qu'il s'agit d'un document d'identité dont Nansen est à l'origine. Mais le lecteur n'en saura pas plus.
Les chapitres suivants sont consacrés à une narration chronologique classique de la vie de Fridtjof Nansen, tour à tour sportif, scientifique, dessinateur, explorateur polaire. Tout lui réussit mais toujours ceint d'une ténébreuse mélancolie, dont l'auteur se plait à trouver l'origine dans l'héritage viking de Nansen mâtiné du romantisme très en vogue en cette fin XIXème. le personnage n'apparaît pas toujours sympathique. Peut-être sa ressemblance avec le garde du corps de Kaamelott dont il semble également partager l'intégrité obtuse. Peut-être sa conception de la vie familiale qui date, ou encore sa considération pour ses chiens de traîneau qui, les kilomètres défilant, servent tout naturellement de nourriture, n'est plus très d'actualité même si de nos jours ceux qui fournissent le principal de la valeur ajoutée ne sont pas beaucoup mieux lotis dans bien des domaines.
Le récit défile mais point de passeport en vue, le suspens monte, modéré, la 4ème de couverture ayant vendu la mèche. On y découvre un explorateur obstiné et pragmatique, un peu visionnaire, un peu tyran, un peu naïf, un peu chanceux également même s'il a su aider sa chance. Ce n'est que dans les dernières pages que sa vie de diplomate apparaît et avec elle le fameux passeport. Certains pourront trouver le récit déséquilibré mais il faut garder à l'esprit les propos de Nansen tenus juste après l'obtention de son prix Nobel de la paix en 1922, rapportés page 191. S'il a été promu diplomate ce n'est pas de son fait. Bouillonnant d'agir et désoeuvré au sortir de l'époque des conquêtes polaires il a été utilisé pour son aura de héros citoyen d'une nation neutre, pour son opiniâtreté romantique qui exclut tout renoncement et pour son intégrité. Donner une part importante à sa vie "d'avant" est primordial pour comprendre Nansen. Son action diplomatique et humanitaire n'est qu'une suite logique, juste une autre expression de son caractère qui l'ont fait utilisé par d'autres dans un domaine qui effectivement n'était pas le sien. Et comme à son habitude il y a excellé, presque à l'insu de son plein gré.
On peut regretter qu'il n'y ait pas eu plus d'implication de Madame Abkarian. Mais deviner son histoire suffit, elle n'est qu'un prétexte, après tout c'est un livre sur Nansen.

Commenter  J’apprécie          20
Alexis Jenni, connu surtout pour "L'art français de la guerre" (2011), nous propose ici une biographie du Norvégien Fridtjof Nansen. Peu connu des Français, cet homme a pourtant eu une vie variée et extraordinaire. Scientifique et explorateur, il est le premier à traverser l'inlandsis du Groenland en 1888. Puis il monte une expédition audacieuse vers le pôle Nord: son équipage se laisse dériver à bord du navire "Fram" pris dans la banquise, atteignant un point très proche du pôle Nord. Cet exploit le rend célèbre. Toutefois, sa renommée concerne aussi une tout autre activité. Devenu diplomate, il devient haut-commissaire pour les réfugiés après la première guerre mondiale: il joue un rôle majeur dans le rapatriement des soldats allemands prisonniers en Russie et dans l'exfiltration des Arméniens persécutés par le pouvoir turc, notamment. Sous son impulsion, la SDN crée un document officiel ("passeport Nansen") pour les personnes apatrides. Ceci lui vaut le prix Nobel de la paix en 1922. Il meurt à 68 ans.
C'est une bonne idée de valoriser ce personnage méconnu et très remarquable. Il me semble qu'Alexis Jenni ne brode dans sa biographie. Il cherche à décrire avec précision le physique et le caractère de Nansen. J'ai été vraiment intéressé par le récit de ces expéditions polaires dont le héros du livre a été un pionnier. Il vivait à une époque où beaucoup restait à découvrir sur notre planète. Je ne regrette pas ma lecture.
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (3)
Bibliobs
06 janvier 2023
« Le Passeport de Monsieur Nansen », d’Alexis Jenni, est plein d’humour, d’esprit et n’a rien d’une biographie édifiante. A chaque étape, on s’interroge sur ce monde passé avec sa fièvre exploratrice, ses pôles inaccessibles, ses éléments naturels insurmontables et l’on pense au nôtre.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeFigaro
30 décembre 2022
Après la figure du naturaliste John Muir, Alexis Jenni fait revivre Nansen, personnage aussi fascinant que sombre et bourru, qui fut aussi champion de ski, de patinage, et océanographe.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
SudOuestPresse
28 novembre 2022

Lire la critique sur le site : SudOuestPresse
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
« Il n’y a pas d’autre salut pour l’humanité que la renaissance de l’amour fraternel. Cela parait enfantin, je vois déjà les politiciens hausser les épaules. Mais nous avons besoin de politique pratique. Une politique pratique n’est concevable que basée sur l’amour fraternel, la confiance ». C’est ce qu’il écrivit pour Noël 1921 dans un magazine norvégien.
Commenter  J’apprécie          50
La vie n'a pas de prix, l'argent doit servir à la sauver.
Commenter  J’apprécie          120
Après avoir écrit sur le doux John Muir, à l'œil bleu écarquillé et naïf, pétillant d'un humour bienveillant, ces recherches là me changent. C'est un autre monde, où la glace règne, dehors comme dedans.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Alexis Jenni (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexis Jenni
Dans cette vidéo exclusive, plongez dans les secrets bien gardés des écrivains ! Explorez comment Caryl Férey fusionne voyages et écriture, comment DOA aborde la recherche de manière empirique, et comment Valentine Goby navigue l'exploration vertigineuse. Un voyage fascinant dans les coulisses de la création littéraire vous attend !
00:10 Caryl Férey 00:30 DOA 01:45 Alexis Jenni 02:37 Valentine Goby 04:10 DOA 05:33 Valentine Goby
Cette interview a été réalisée durant plusieurs éditions de Quais du Polar, ainsi qu'aux Artisans de la Fiction.
Chez les Artisans de la Fiction, situés à Lyon, nous valorisons l'apprentissage artisanal des techniques d'écriture pour rendre nos élèves autonomes dans la concrétisation de leurs histoires. Nous nous concentrons sur les bases de la narration inspirées du creative writing anglophone. Nos ateliers d'écriture vous permettent de maîtriser la structure de l'intrigue, les principes de la fiction et la construction de personnages.
Pour plus d'informations sur nos stages d'écriture, visitez notre site web : http://www.artisansdelafiction.com/
#écrire #écriture #ecrire #ecriture #écrireunroman
+ Lire la suite
autres livres classés : polesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (112) Voir plus



Quiz Voir plus

"L'art français de la guerre" de Alexis Jenni

Les chapitres s'intitulent alternativement :

notes - roman
commentaires - roman
épisode - roman

6 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : L'Art Français de la Guerre de Alexis JenniCréer un quiz sur ce livre

{* *}