AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782260018346
Éditeur : Julliard (19/08/2010)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 277 notes)
Résumé :
C’est en 1970 que le ciel tombe sur la tête du petit Mehdi. Ébloui par l’intelligence et la boulimie de lecture de son jeune élève, son instituteur s’est battu pour lui obtenir une bourse dans le prestigieux lycée Lyautey de Casablanca, réservé aux enfants des hauts fonctionnaires français et des familles les plus influentes du régime marocain. Pauvre, libre, heureux, Mehdi a passé ses dix premières années au pied de l’Atlas. Il n’envisageait rien d’autre que de con... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (58) Voir plus Ajouter une critique
litolff
  28 mai 2012
Il en a de la chance, le petit Mehdi, tellement doué à l'école que son instituteur lui a obtenu une bourse pour aller au Lycée Français de Casablanca. A 10 ans, il va donc quitter sa maman, son frère et sa soeur, son bled, pour aller vivre une année en internat dans un monde qui lui est pour le moins inconnu. Mais Medhi est tellement avide de lecture et de savoir qu'il n'est pas trop affecté par la séparation : de toutes façons, il aurait atterri sur la lune que le choc culturel aurait été identique !
Là où ça se corse, c'est quand les week-ends et les vacances défilent sans que sa maman se manifeste (on devine une fêlure du coté du papa qu'il évoque avec pudeur) et qu'il doit rester seul à l'internat…
Au travers de cet itinéraire initiatique, que l'on devine sans doute autobiographique, on perçoit l'immense amour de l'auteur pour la langue française avec laquelle il joue volontiers et Mehdi qui découvre ce que sont les « pro-lait-terre » doit aussi découvrir et assumer son identité : celle d'un petit marocain élevé en français et qui comprend mal l'arabe, mais qui en plus est le premier de sa classe et fait gentiment remarquer aux pions qu'on ne dit pas la fille A Chamayrac mais la fille DE Chamayrac ; allons bon, si les arabes ne parlent pas l'arabe et se permettent de reprendre les français, où va-t-on ma bonne dame ?
Un roman drôle et tendre qui met le doigt sur le thème de la langue, du bilinguisme et de l'identité (tiens, c'est drôle, c'était aussi un thème du livre que je viens de terminer, « La bataille de Roncevaux »…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Aela
  09 juin 2013
Fouad Laouri est un auteur qui a écrit déjà des livres très remarqués comme "De quel amour blessé" qui a obtenu le prix Méditerranée des Lycées et qui évoquait un amour impossible entre un jeune Maghrébin et une jeune fille juive.
Son roman "Une année chez les Français" a été retenu dans la première sélection du prix Goncourt de 2010.
Il nous fait vivre ici l'histoire de Mehdi Khatib, largement inspirée de l' adolescence de l'auteur passée au lycée Lyautey.
Mehdi est un enfant qui vit dans un village isolé au pied de l'Atlas. Il est pauvre mais heureux; son instituteur le remarque, tant il est impressionné par la boulimie de lecture de son élève et son intelligence.
L'insituteur va lui obtenir une bourse d'interne dans le très "select" et prestigieux lycée Lyautey de Casablanca, réservé aux enfants des hauts fonctionnaires et des familles influentes du régime marocain, ainsi qu'aux enfants des Français ayant des postes importants au Maroc, d'où le titre du livre.
Mehdi va devoir laisser sa mère aimante et très imprégnée par les traditions, ainsi que son père qui rêve d'une société plus démocratique..
Voici donc Mehdi abandonné à l'entrée du lycée Lyautey, son oncle l'accompagne jusque-là et lui fourgue dans les bras une paire de dindons qu'il est censé offrir au responsable de l'établissement...
L'adaptation n'est pas facile pour Mehdi. Il doit s'insérer dans une société élitiste; Il se démarque par ses origines. Toutefois il est apprécié par ses camarades et le père de lun d'eux décide d'héberger Mehdi pendant les week ends, Mehdi étant le seul élève du lycée à ne pas rentrer chez lui pendant les vacances et les week ends.
Beaucoup d'humour dans ce livre qui évoque à merveille ce choc culturel que représente pour ce petit Marocain la découverte du mode de vie des Français.
Il va découviri un mode de vie inouï, des gens qui évoquent des sujets "sacrilèges" pour quelqu'un qui a vécu dans les traditions rurales..
Un livre passionnant, avec beaucoup d'humour et de finesse.
Fouad Laouri est un auteur qui a écrit beaucoup de nouvelles, des romans qui ont obtenu des prix (prix Grand Atlas; prix Radio Beur..)
Il a vécu au Maroc et a été au lycée Lyautey de Casablanca, il a été élève à l'Ecole des Ponts et Chaussées en France; il a étudié l'économie en Angleterre et enseigne actuellement l'économie et les sciences de l'environnement à Amsterdam.
Il écrit en français et en néerlandais.
Ma belle-fille vient de me faire découvrir cet auteur qui est un de ses cousins..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
LiliGalipette
  11 janvier 2012
En 1969, Mehdi, petit Marocain du village de Béni-Mellal, obtient une bourse pour étudier au lycée français de Casablanca. Dans la grande ville européanisée, le jeune garçon est perdu. Il ne se sent plus dans son pays, mais bien chez les Français et toutes les choses ordinaires lui semblent étrangères. « Il était maintenant chez les Français, entouré de leurs immeubles, de leurs bacs à sable, de leurs arbres. » (p. 36) Mehdi est l'espoir de toute famille, mais « il [est] tout petit, ce futur grand homme. » (p. 52) Son premier combat, c'est comprendre le fonctionnement de l'école et de l'internat, leurs codes et leurs rites. Pas question de rester éternellement « le petit chose, le p'tit boursier de la République. » (p. 91)
Doté d'une imagination sans borne et d'un goût immodéré pour la lecture, Mehdi s'échappe en pensée vers des univers plus cléments dont il a la parfaite maîtrise. Même s'il comprend mal le second degré et l'humour de certains de ses camarades, Mehdi finit par s'intégrer, « jouant au petit Français qui comprend d'instinct ces phrases cryptiques qu'on se répétait dans des familles qui n'étaient pas la sienne. » (p. 169)
Seul et loin de sa famille, Mehdi gagne l'amitié du jeune Denis Berger et partage les fins de semaine dans la famille de son jeune camarade. Toutefois, reste ancrée en lui la peur d'être considéré comme un imposteur, comme un Marocain jouant au Français. « Craignait-on qu'il lui prit l'envie de « surprendre la ville et piller la contrée » ? Medhi le Maure. Allait-on le débusquer ? » (p. 208)
Plein d'un humour tendre, ce roman recèle quelques bons mots. Mehdi entend « Lino Ktavio » ou « nain cunable » quand on lui parle de livres précieux. Mais surtout, ce roman tente de mettre un prix sur l'ascension sociale et sur ce qu'elle demande de sacrifices et de désillusions. Au seuil de deux mondes, Mehdi manque parfois de perdre pied : « Il eut l'impression que c'était un autre monde, un monde de vacarme où tout menaçait à chaque instant de se disloquer, très loin des phrases bien faites, de la Petite musique de nuit et de l'odeur d'encaustique. » (p. 270) Alors que chaque nouvelle expérience apporte son lot de déconvenues, Mehdi ne cesse de remettre en question l'identité du monde civilisé : est-ce le monde des Français, propre et strict, ou le monde d'où il vient, tout en senteurs et en chants ?
Si la fin est un peu trop parfaite pour être honnête, le ton goguenard du roman est très agréable. Replacé dans le contexte de l'année 1969, c'est vraiment rafraîchissant de voir un jeune Marocain réciter du Verlaine. L'ambiance de l'internat, avec les indétrônables pions et le surgé, rappelle des souvenirs surannés, que l'on a vécus ou que l'on a entendus mille fois. Une lecture en teintes sépias finalement très agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
isabelleisapure
  19 juillet 2017
Maroc, 1969. Un beau matin, Mehdi est arrivé, seul et en avance de vingt-quatre heures, dans le prestigieux lycée Lyautey de Casablanca.
Un petit bonhomme au milieu de l'inconnu tenant fermement une vielle valise marron, muet d'étonnement et de crainte.
Son instituteur lui a obtenu une bourse au mérite, et un oncle-colporteur l'a déposé là, sans explication.
Très intelligent et féru de littérature française, il est en complet décalage avec ce qui l'entoure, et se laisse volontiers embarquer par son imagination. Auprès des marocains, il ne comprend rien aux dialectes, avec les français, il comprend bien les mots, mais pas toujours ce qu'ils recouvrent. le vocabulaire fleuri des pions, leurs envolées lyriques ou ironiques lui sont complètement hermétiques ! Cette arrivée en pension, pour lui, c'est comme débarquer sur la lune... d'ailleurs, n'ayant pas la télé, en provenance directe de son bled de l'Atlas, il n'est même pas au courant que les hommes ont marché sur la lune il y a peu !
Le roman relate avec humour la première année d'internat du jeune boursier et son adaptation. J'ai apprécié ce décalage entre deux mondes, évoqué avec légèreté.
« Une année chez les français » est un roman sans prétention qui se lit le sourire aux lèvres, pour un agréable moment de détente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303
tynn
  11 juin 2013
1969: ..." un pitchoun, deux bibis et une falise"...
Une petit "lutin" marocain avec sa valise bricolée et deux dindons fait sa rentrée scolaire au lycée français de Casablanca: l'image est insolite et ouvre le livre de souvenirs d'un écolier candide mais brillant, parachuté sur une autre planète.
Sympathique petit livre, attendrissant et gouailleur, qui met en scène une panoplie de personnages un brin clichés, provoquant des situations amusantes, ubuesques et toujours pleines d'humour.
Le contraste des deux cultures, subi et analysé par les yeux d'un enfant met l'accent sur un comique de situation défavorable aux français.
Rafraîchissant!
Commenter  J’apprécie          301

Les critiques presse (1)
Actualitte   14 juin 2011
Ce livre nous parle d’identité. Légèrement, avec beaucoup de pudeur, Fouad Laroui passe par l’anecdote pour évoquer le colonialisme et l’intégration. Il n’y a pas d’insistance ou de revendication dans cet ouvrage, juste un constat sans nostalgie.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations & extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   23 août 2012
Le concierge, qui somnolait dans sa loge, assis derrière une sorte de comptoir surélevé, crut soudain entendre des voix. Ou plutôt une seule, fluette et un peu éraillée, à peine audible.
- Pardon...
D'où sortait cette voix ? Il balaya d'un regard encore ensommeillé les murs et le plafond de son royaume. Rien. Personne. Il n'y avait personne dans cette loge, personne d'autre que lui, Miloud, concierge à «Lyautey» depuis des lustres. Il se frotta les yeux, un peu inquiet. Un djinn au lycée français de Casablanca ? Ont-ils le droit ?
- Pardon, monsieur...
Encore ! Miloud, tout à fait réveillé, se leva pesamment de sa chaise, se pencha sur le comptoir et découvrit un enfant - neuf, dix ans ? -, un enfant minuscule qui tentait de se hausser sur la pointe des pieds pour l'apercevoir, lui, Miloud, la première ligne de défense du lycée.
On ne l'avait pas vu entrer, ce lutin. À côté de lui, posée sur le sol, une petite valise marron à la poignée blanche, un peu cabossée, attendait la suite des événements. Miloud, qui était d'une grande sagacité, en déduisit que le lutin était en fait un «interne» : la valise devait contenir le «trousseau» réglementaire : six paires de chaussettes, six caleçons, deux pantalons, six mouchoirs, quatre chemises... En ce début d'octobre, les internes avaient tout le week-end pour effectuer leur «rentrée», avant que les cours ne reprennent, lundi matin. Ce nouveau était bien pressé : on n'était que samedi, en début d'après-midi. Certains, parmi les anciens, arriveraient le dimanche soir, au dernier moment, juste avant l'appel. Les plus blasés attendraient même Y extinction des feux pour faire leur apparition, rigolards, mais munis d'un mot d'excuse, tambourinant à la porte du dortoir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
BazartBazart   29 août 2012
Il découpa avec application un petit morceau de son steak et le porta à ses lèvres, avec sa couche de moutarde, en faisant bien attention à ne rien laisser tomber. Dès qu’il eut refermé la bouche, ce fut comme si quelqu’un avait craqué une allumette sur sa langue, comme si des démons se battaient dessus à coups de lance-flammes. Son nez s’emplit d’un nuage acre et il sentit, d’un seul coup, des gouttes de sueur sur son front. Certes, il avait ressenti un tel incendie sur son palais en mangeant les brochettes avec Moktar, à Settat, le samedi précédent ; mais ce qui était nouveau, c’était cette colonne de feu, qui lui remontait par le nez. Ça, c’était français."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
latracelatrace   10 février 2011
- Parce que tu es un pro-lé-taire ! lui assena-t-il d’une voix forte.
Mehdi eut envie de pleurer. Il ne connaissait pas le mot mais il sonnait comme une injure. Pourquoi ce barbu l’insultait-il ?
-Toi et moi, nous sommes prolétaires. Tu es marocain, je suis français, mais au fond nous sommes frères, nous partageons une même condition, un même destin : nous sommes les damnés de la Terre ! Nous voici face à face, dans cette salle de Lyautey : c’est dans l’ordre des choses. C’est ainsi, cela a toujours été ainsi : le prolétaire surveille le prolétaire, pour le plus grand profit du système. Les flics, les sans-grades, les mokhaznis, ce sont tous des prolétaires. Et ils cognent sur qui ? Sur d’autres prolétaires, leurs semblables, leurs frères ! Tous tes petits camarades sont chez eux entrain de manger de la broche, M’chiche fouette ses serfs, les rupins de mon age sont entrain de skier sur l’Oukaïmeden, comme ce facho de Dumont, le soleil brille au-dehors et nous feux, qu’est ce qu’on fait ? On s’enferme dans une salle de classe pour que je te tienne à l’œil ! C’est ça la logique du système !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
MetaphoreMetaphore   16 mai 2012
Medhi (…) découpa avec application un petit morceau de son steak et le porta à ses lèvres, avec sa couche de moutarde, en faisant bien attention à ne rien laisser tomber. Dès qu’il eut refermé la bouche, ce fut comme si quelqu’un avait craqué une allumette sur sa langue, comme si des démons se battaient dessus à coups de lance-flammes. Son nez s’emplit d’un nuage acre et il sentit, d’un seul coup, des gouttes de sueur sur son front. Certes, il avait ressenti un tel incendie sur son palais en mangeant les brochettes avec Moktar, à Settat, le samedi précédent ; mais ce qui était nouveau, c’était cette colonne de feu, qui lui remontait par le nez. Ça, c’était français.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
litolfflitolff   28 mai 2012
Il pointa un index accusateur sur l’enfant, qui se faisait tout petit
- Tu es l’avenir de l’humanité !
L’avenir de l’humanité, d’émotion, fit pipi dans ses braies.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Fouad Laroui (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fouad Laroui
Attention, une femme peut en cacher deux autres ! ? ? ? Tous les après-midi, Fatima quitte son domicile de Molenbeek pour traverser Bruxelles à pied. Entièrement vêtue de noir et couverte d?un hijab ne laissant apparaître que son visage, elle se dirige vers la porte de Flandre, franchit le canal de Bruxelles, rejoint le quartier de la Bourse. Là, elle se faufile discrètement dans un immeuble et en ressurgit quelques minutes plus tard habillée à l?occidentale, robe légère et cheveux au vent. Puis elle reprend sa marche, toujours en flânant. Par des détours sinueux, elle atteint finalement le quartier malfamé de l?Alhambra, pousse la porte d?un sex-shop, pénètre dans une cabine où dansent des strip-teaseuses et se prépare à entrer en scène. Avant de rentrer tranquillement chez elle. Depuis plusieurs semaines, cet étrange rituel, aller et retour, se répète inlassablement. Jusqu?au jour où Fawzi, un voisin inquisiteur et secrètement amoureux de Fatima, décide de la suivre pour s?assurer qu?elle est bien l?épouse idéale. Sa déconvenue est au-delà de tous ses pires cauchemars. Mais qui, de ces trois femmes, est véritablement Fatima ? Celle, pudique, qui fuit le regard des hommes sous son voile ? Celle, émancipée, qui leur sourit en caressant sa chevelure ? Ou bien celle, affolante, qui les électrise de son corps dénudé ? À cette question, Fawzi, terrassé par la jalousie, n?est pas en mesure de répondre. Pas plus que le journaliste, intrigué par leurs agissements, qui les suit à son tour dans la ville en projetant sur eux d?absurdes scénarios terroristes. Car ce mystère, c?est à Fatima, et à elle seule, de l?élucider. Ce qu?elle fera, après un coup de théâtre imprévu. Sous les apparences d?un conte philosophique teinté d?un humour féroce, Fouad Laroui suit la métamorphose d?une femme qui cherche à se définir par elle-même et non selon des préceptes religieux, des étiquettes sociologiques ou le regard avide des hommes. Sur les trois corps superposés de Fatima glissent tous les stigmates et tous les fantasmes. Ni sainte ni putain, elle est le symbole d?une liberté toujours menacée, toujours à reconquérir. Un plaidoyer féministe où Fouad Laroui affirme que nul n?est en droit d?assigner aux femmes une place déterminée, si ce n?est elles-mêmes. ? ? ? Marocain de naissance, ingénieur et économiste de formation, professeur de littérature à l?université d?Amsterdam, romancier, poète et critique littéraire, Fouad Laroui a publié entre autres, chez Julliard, Une année chez les Français (2010), L?Étrange Affaire du pantalon de Dassoukine (2012), prix Goncourt de la nouvelle, Les Tribulations du dernier Sijilmassi (2014), Grand Prix Jean-Giono, Ce vain combat que tu livres au monde (2016), et, chez Robert Laffont, de l?islamisme, une réfutation personnelle du totalitarisme religieux.
+ Lire la suite
autres livres classés : marocVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Afrique dans la littérature

Dans quel pays d'Afrique se passe une aventure de Tintin ?

Le Congo
Le Mozambique
Le Kenya
La Mauritanie

10 questions
227 lecteurs ont répondu
Thèmes : afriqueCréer un quiz sur ce livre