AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266275631
Éditeur : Pocket (25/01/2018)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 54 notes)
Résumé :
Ali, marocain de naissance, est un brillant ingénieur. Avec Malika, ils vivent heureux à Paris jusqu'au jour où Ali perd son travail : l'entreprise l'a écarté d'un dossier sensible à cause de ses origines. Livré à lui-même, le jeune homme bascule dans le désespoir puis dans l'extrémisme. Une exploration des mécanismes qui mènent à la radicalisation.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Macha_Loubrun
  26 octobre 2016
Il est bon que les romanciers s'emparent de l'Histoire en marche.
Ali, un jeune ingénieur franco-marocain promis à une brillante carrière et Malika, une pétillante institutrice, vivent gaiement ensemble à Paris lorsque le jeune homme est écarté d'un important dossier par des clients américains en raison de sa bi-nationalité. Profondément meurtri par cette injuste décision, il démissionne et sombre dans une grave dépression. Poussé par son cousin Brahim, il se tourne progressivement vers la religion alors qu'il était athée avant de basculer dans l'extrémisme.
Beaucoup moins romanesque et romantique qu'Ahlam de Marc Trevidic sur le même thème, Ce vain combat que tu livres au monde est cependant une belle invitation à la réflexion, sans tomber dans les pièges idéologiques ou la démagogie, un roman particulièrement vivant, profondément pédagogique et humaniste.
Fouad Laroui interrompt régulièrement le récit pour s'adresser au lecteur et jalonne son roman de nombreux rappels historiques passionnants qui permettent une autre lecture des évènements tragiques liés aux attentats. Cela peut désarçonner le lecteur mais c'est passionnant. La meilleure amie de Malika, Claire est son double, résolument républicaine et agnostique.
J'avais beaucoup aimé, Les Noces fabuleuses du Polonais et Le jour où Malika ne s'est pas mariée, deux recueils de nouvelles truculentes, Fouad Laroui confirme son talent de narrateur avec ce roman richement dialogué et plein d'humour malgré la gravité des évènements.
Je remercie Babelio et les éditions Julliard pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
kuroineko
  08 août 2018
Je n'avais encore jamais lu Fouad Laroui. le découvrir avec ce roman est une très bonne expérience. J'ai apprécié sa construction qui alterne l'intrigue d'Ali et Malika avec des chapitres abordant l'Histoire avec un grand H (ou une grande hache) pour expliquer comment celle-ci explique aussi celle-là.
Pour le duo amoureux Ali-Malika, on assiste aux débuts sous de clairs et prometteurs auspices. Jusqu'à ce que Ali, ingénieur informaticien de talent, se fasse éjecter d'un projet qu'il a porté à cause d'un nom qui ne renvoie pas à la France profonde. Suit une lente déprime. le cousin salafiste est là pour lui remonter le moral, les pendules. Et c'est une sourde puis tonitruante dégradation du si beau couple du début.
Fouad Laroui permet d'observer le processus de radicalisation d'un jeune Marocain jusque là plus attiré par les mojitos et la vie dans tous les plaisirs qu'elle a à offrir. Par son biais, on voit les discours mortifères des imams et autres préchi-préchas fondamentalistes.
Les chapitres alternatifs offrent un angle plus large à ce grave problème du djihadisme, rappelant les sordides découpages coloniaux, les humiliations, etc. Cette partie incite à réfléchir sur l'Histoire et sur la véracité historique. Fouad Laroui démontre que "notre" histoire et "leur" histoire ne se lisent pas de la même manière. Dans le récit même, la leçon donnée par l'ami professeur d'Ali éclaire sur le concept de relativité historique.
Je pense que cette réflexion est un point à mettre en avant contre les extrémismes islamistes et autres. Car comme le montre l'imam salafiste dans sa longue narration des croisades, à ne pas assumer son passé et à ne pas prendre en compte celui d'autrui, c'est l'incompréhension et l'irrespect qui dominent. Jusqu'à l'aigreur, la colère et, hélas, les passages à l'acte.
En quelques deux cent cinquante pages, Fouad Laroui offre une bonne histoire, une belle leçon d'humanité et matière à réfléchir sur de nombreux points. Je compte bien poursuivre ma découverte de son oeuvre avec d'autres titres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Emilyvalentine
  11 août 2019
C'est l'histoire de quatre personnes: Malika ( institutrice née en France de parents maghrébins) est en couple avec Ali (informaticien franco- marocain), Claire, l'amie d'enfance de Malika et Brahim, le cousin d'Ali.
Malika et Ali sont amoureux depuis six mois quand Ali lui propose de vivre avec lui. Ce qu'ils font malgré la réprobation de Brahim qui essaie de dissuader Ali eu égard à leur religion. Ali refuse de l'écouter: ils sont en France et non au Maroc.
Tout se déroule bien jusqu'au jour où Ali apprend qu'on ne veut plus de lui sur un projet en raison de ses origines. Il ne comprend pas, lui qui n'a jamais mis les pieds dans une mosquée, lui qui mène une vie à la « française »,... Tout bascule. Il ne sait plus qui il est, il ne comprend pas.
L'auteur nous raconte la grande histoire au travers de la petite histoire. Il nous raconte aussi la radicalisation sans jugement mais bien dans une volonté de compréhension, pourquoi alors qu'on a jamais mis les pieds dans une mosquée de toute sa vie, on se retrouve en Syrie....
Un chapitre m'a particulièrement intéressée car tout à fait ignorante de ce que ce chapitre révèle ( merci internet qui a complété les informations du livre). L'auteur aborde les découvertes faites, au travers des siècles, par plusieurs personnalités arabes mais qui ne sont pas connues du grand public (dont je fais partie) et en plus, elles sont attribuées à des Occidentaux. L'auteur dit d'ailleurs: « Ça n'enlève rien aux mérites de Descartes - mais enfin, si on parlait un peu de tous ces pèlerins, avec leurs noms à coucher dehors, dans les lycées de la République, peut-être que ça aiderait un peu à créer un roman qui ne serait plus, pour le coup, seulement national, mais qui s'étendrait à toute l'humanité, toute l'espèce humaine, ou alors un roman qui serait national dans un sens beaucoup plus généreux, plus... inclusif. »
L'intervention de l'auteur dans certains chapitres peut dérouter mais pour moi, c'est le seul bémol.
C'est un livre avec lequel on apprend de manière plaisante et c'est aussi un livre qui donne à réfléchir.
J'ai déjà lu « L'insoumise de la Porte de Flandre» de cet auteur et je n'en resterai pas là: j'aime sa plume, j'aime le regard qu'il pose sur le monde et les questions qui en découlent pour nous, lecteurs, j'aime sa tolérance, son humanité,... Cet auteur me bouleverse.
Merci Monsieur Fouad Laroui, à la prochaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
blandine5674
  09 février 2017
Documenté, Drôle, Déconcertant, Décapant. Ali, ingénieur franco-marocain et Malika, institutrice, s'installent en couple. La cohabitation se passe bien jusqu'au jour où Ali est évincé du projet sur lequel il travaille depuis longtemps. La raison ? Ce sont des américains à la tête et ils ne veulent pas d'arabe. Ali démissionne. Sa vie va basculée sous l'influence de son cousin pratiquant. le malaise s'accroît au fil du roman, heureusement entrecoupé par des scènes cocasses sur un sujet sérieux, comme celle de l'effeuillage de sa meilleure amie. D'autres fortes comme celle du Bataclan. Quelques pages, de ci de là, de faits historiques instructifs et étonnants. Fouad Laroui a une écriture qui lui est propre dont j'adhère pour son engagement et cette espèce de retrait qu'il a sur la situation tragique du monde actuel. Un roman qui restera toujours quelque part au fond de moi.
Commenter  J’apprécie          230
thegoodgirl
  14 mars 2017
Ce vain combat que tu livres au monde est un roman d'une grande intelligence, qui apporte beaucoup au lecteur qui a la curiosité de l'ouvrir et de s'intéresser à la question hautement préoccupante de la radicalisation aujourd'hui.
Je ne pensais pas être touchée à ce point par ce récit.
C'est l'histoire de Malika et Ali, amoureux, vivant à Paris, avec des projets pour leur couple et pour eux-mêmes. Et puis un jour tout bascule face à une difficulté de la vie, Ali ne trouve pas les réponses adéquates et ce laisse influencer. Tout s'amalgame.
Ce roman a de multiples facettes et plusieurs niveaux de lecture. Son approche est moderne et très pédagogique. Fouad Laroui a le soucis d'expliquer, de mettre en perspective et utilise ses personnages pour présenter les points de vue sur la question du terrorisme. Il décrit les mécanismes de la radicalisation, sur quels éléments elle s'appuie (notamment les problèmes identitaires des français qui ne trouvent pas leur place dans la société), il en montre les absurdités.
Il intercale des chapitres au sujet de l'histoire de France, des croisades, du conflit au Moyen-Orient, de la colonisation, du Maghreb... Personnellement, j'étais parfois étourdie par toutes ces explications mais le procédé est habile.
J'ai particulièrement apprécié le passage sur le roman national et l'histoire de France telle qu'elle est contée dans nos manuels d'histoire à l'école. Quelle histoire de France les français veulent-ils écrire pour demain? Pour quelle société?
Le sujet n'est pas gai mais ce un roman est positif, il porte un message d'espoir pour le futur.
Une belle découverte que je recommande. Merci Monsieur Laroui !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
EmilyvalentineEmilyvalentine   11 août 2019
« Bref, voilà ce qu’il (al-Biruni) écrivait (je traduis): « Les extrémistes religieux vont traiter la science d’athée et lui reprocher de... dévier, dérouter le peuple du droit chemin et ils vont faire cela pour que les gens restent dans leur état d’ignorance. Les extrémistes pourront ainsi dissimuler leur propre ignorance en détruisant la science... et les scientifiques. » Inouï, non? Le gars a écrit ça il y a mille ans, mais on dirait qu’il parle des islamistes les plus bornés d’aujourd’hui! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Macha_LoubrunMacha_Loubrun   23 octobre 2016
Tu apprends quoi, à l'école pour ce qui est de l'histoire des idées ? Ça commence au siècle de Périclès, il y a eu le miracle grec, Platon et Aristote, puis un millénaire d'abrutissement général, le Moyen Age, puis un miracle : la Renaissance, et on te parle de François 1er, l'ami des lettres et des arts, etc...
[...]
- Minute ! Que te disent les chaînes arabes ? Le fameux millénaire d'abrutissement général, ce n'était qu'en Europe ! A contrario, ce furent les Lumières de Bagdad à Cordoue ! La pensée philosophique, la science, les techniques, c'est là qu'elles se développèrent ! [...]
-On se dispute sur le point de savoir quelle est la plus ancienne université du monde. Bologne, créée en 1088 ? Paris au XIIe siècle ? Oxford ? Que te dit la télé marocaine ? Que l'Université de Fez fut fondée en l'an 859, et par une femme en plus ! Fatima el-Fihryya... [...]
- Tu vas au cours de sciences naturelles, on te dit que Harvey a découvert la circulation du sang au début du XVIIe siècle. Tu regardes un documentaire sur Al-Jazira et tu apprends que le Syrien Ibn el-Nâfis avait postulé, au XIIIe siècle, la circulation sanguine en se basant sur des dissections de coeur d'animaux. Tu te précipites sur Internet, la chose s'y étale, noir sur blanc, avec une superbe reproduction du manuscrit Ash-shâmil fi t-tibb d'Ibn Nâfis, qu'on peut consulter à Damas.
- Mais Harvey n'était pas français, non ? Ce n'est pas le roman national...
- Si, si, le roman national est maintenant, comment dire... enchâssé dans un roman européen.
- Tu retournes au lycée, on te parle de l'invention de l’anesthésie de Crawford Long, au XIXe siècle. Mais que t'apprend ce documentaire regardé sur Al-Jazira ? Zahawari et Ibn Zuhr, dans l'Espagne musulmane, ont procédés à des centaines d’opérations chirurgicales avec anesthésie six siècles avant Crawford Long !
....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
sand-rionssand-rions   15 septembre 2016
Ce vain combat que tu livres au monde
Fouad Laroui


L'Histoire
(Ici commence l'imposture : ce l apostrophe, ténu, discret, griffure qu'on remarque à peine, qui s'efface aussitôt prononcée, ce l falot, consonne constrictive liquide qui meurt dans un souffle et, en expirant, nous trompe magistralement : l’Histoire ? au singulier ? Y en aurait-il une seule ? … un seul récit au monde ? Et si nos malheurs venaient de l’emploi de cet article mutilé et qui ment ?)
L’Histoire…
(La nôtre ou la vôtre ?)
L’Histoire, c’est la grande concasseuse, machine aveugle qui broie, ingère et puis rejette, brisés, de part et d’autre d’un grand partage, les corps de ces pantins qui s’étaient crus hommes, chacun maître de son destin, seulement préoccupé de vivre, de mener une vie qui en vaudrait la peine, qui aurait saveur à défaut de sens, accomplie comme l’œuvre d’art qui réjouit l’œil sans qu’on lui demande de dénouer une énigme, sans qu’on exige d’elle qu’elle nous parle de Dieu, de l’Homme, des fins dernières.



- Bon, soyons sérieux. Tu es sûr que tu es prêt à ça, toi ? Vivre avec mes petites manies qui peuvent devenir irritantes, à la fin ?(…)
- Quelle fin ?
- C’est juste une expression. « A la fin, à la longue… » Tu sais bien ce que je veux dire : et si la vie quotidienne nous bouffe… nous gâche… ? (…)
- Nous gâche quoi ? La vie nous gâche … la vie ? C’est profond ça…



- (…) On est libres de faire machine arrière, de changer d’envie…
- Changer de quoi ?
- Changer d’avis.
- Tu as dit : changer d’envie. C’est juste une envie ? Ça passe vite…


C’est important, l’imaginaire des peuples. Ce monde d’idées parfois fausses, de constructions paradoxales, de mythes et de préjugés est parfois plus réel, par ses effets, que le monde réel, « la totalité des faits ».
Ce n’est pas après avoir considéré « la totalité des faits » que des jeunes gens se font jihadistes, font allégeance à un calife de cauchemar et vont se faire exploser dans la foule, à Samarra ou à Irbil.
Mais il n'y a pas à barguigner : Les Sept Piliers de la sagesse est un chef-d'œuvre, même si certaines formulations nous semblent un peu baroques aujourd'hui. On y trouve ce genre de phrase, où la réflexion se pare des beaux atours du style : « Nous avions travaillé désespérément à labourer un sol en friche, tentant de faire croître une nationalité sur une terre où régnait la certitude religieuse, l’arbre de certitude au feuillage empoisonné qui interdit tout espoir. »
(Belle prémonition… S’il avait pu voir la catastrophe actuelle…)



Mais personne n’a raison ! Tout le monde a raison ! La question n’a pas de sens : l’important, c’est de constater qu’il y a deux récits différents. Deux Lawrence, en somme.



C’en était fini de cet aspect-là du plan de Lawrence : une Syrie indépendante.
- Il y croyait vraiment ?
On ne sait pas. Lui-même écrivit : « Si nous gagnons la guerre, les promesses faites aux Arabes ne seront qu’un chiffon de papier. »
- C’est du cynisme.
Non : de la lucidité.



Abattez vos cartes, monsieur !
Mes cartes ? Belle ambiguïté… Vous parlez sans doute de cartes de jeu et tout s’est joué autour de cartes géographiques… Soit, abattons nos cartes ! De jeu, de géographes, de stratèges, d’hommes politiques…



Dans le récit arabe, « une nation a solennellement promis à une autre le territoire d’une troisième. » (Koestler)
Dans le récit européen, la lettre de Balfour allait permettre un miracle moderne, la résurrection d’Israël après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale, après la destruction des Juifs d’Europe (Hilberg) - … par des Européens.
- « Un désastre », « un miracle » ? Précisez, monsieur ! Qui a tort, qui a raison ?
Personne. Tout le monde. Rien n’est simple ni singulier. Un récit est-il faux, est-il vrai ? Nous sommes en deçà de la vérité, ou au-delà.
- Mais enfin, quel est le « bon » récit ?
La question n’a pas de sens.
- Qui a tort ?
A vous de me le dire.
- Qui a raison ?
Les deux protagonistes.
- Vous plaisantez ?
Non. C’est bien là le drame.



La promesse qui, dans un récit, n’a (peut-être) jamais été faite et qui, dans l’autre, n’a pas été tenue – où l’on voit combien il sera difficile de concilier les deux récits sans faire violence à la logique du tiers exclu.


On en reviendra toujours à ce qui s’est passé au début du XXe siècle, à ces promesse consignées dans les archives ou chuchotées sous une tente, à ces lignes tracées sur la carte, à ces accords qui n’en sont pas, à ces lettres qui disent ce qu’on veut et n’engagent que ceux qui les lisent, à ce trou noir massif autour duquel gravite le récit arabe – mais trou noir invisible par définition dans le récit européen.


- C’est un bus, on est d’accord. Ce n’est pas un chameau, non ? On est à Paris, pas à Médine au temps des dromadaires ? Ou à Fqih Ben Salah au temps de feu le haj Hassan, notre grand-père commun ? (…)
- Et alors ? La religion, c’est pour toujours, c’est pour … pour partout. Dans les deux mondes : al-‘âlamayn
- C’est quoi, les deux mondes ?
- Eh bien, c’est ici et après. La vie qu’on mène ici-bas et puis l’au-delà, comme disent les Français.
- Comme disent aussi les Sénégalais et les Québécois.
- (…)al-‘âlamayn, ce n’est pas du tout ce que tu dis. Ce n’est pas « la vie ici » et « la vie après la mort ». Al-‘âlamayn, ça signifie : le monde des hommes…
il fit un grand geste des deux bras comme s’il voulait étreindre tout l’univers, ou au moins Paris.
- … et le monde des djinns, un truc mystérieux, un univers parallèle que personne n’a jamais vu mais auquel il faut quand même croire. En plus, les djinns peuvent passer de l’un à l’autre (…)
- Tu es sûr ?
- Certain. Ça me fascinera toujours, les gens comme toi…
Il enfonça l’index dans la poitrine de son cousin.
- … qui parlent tout le temps d’islam sans y connaître grand-chose.
Brahim, piqué au vif, revint à la charge.
- J’en sais assez pour te dire que ce que tu fais n’est pas normal. Tu n’as pas répondu à ma question : comment peux-tu respecter une femme si elle vit avec toi sans être ton épouse ? La nuit, elle… elle… couche avec toi, un homme qui n’est pas son mari, et le lendemain, tu prends le petit déjeuner avec elle ? … comme si de rien n’était ?
Ali se mit à rire.
- Mais attends, la situation est symétrique !
- Ch’nou (Quoi) ? Je ne comprends pas.
- Je ne suis pas marié, moi non plus. Selon ton raisonnement, elle ne devrait pas me respecter puisque je vis avec elle sans être marié. Tu me suis ?
Brahim prit un air scandalisé.
- Ah non, ah non ! Ce n’est pas la même chose !
Ali, sûr de son avantage, se contenta de lasser tomber du coin des lèvres, froidement :
- Pourquoi ?
Il connaissait le pouvoir de ce simple adverbe, prononcé ainsi, apparemment sans passion : pouvoir de dissolution de tous les dogmes, de tous les fanatismes…
(…)
- Ça va, j’ai compris, je ne suis pas complètement idiot. En gros, la clé d’or, celle que tu as entre les jambes, peut ouvrir cent coffres sans s’altérer, sans que ça se voie, mais le coffre, une fois forcé, défoncé, c’est fini, on ne peut plus le réparer. Subtile, la métaphore. Très délicate. Bravo !




Je crois que, finalement, ça n’aurait pas mieux marché si je m’étais mise avec un Français « de souche », comme on dit. « De souche »… Drôle d’expression… Comme si on était des arbres. Vous êtes bizarres, vous les Français…
(…) Bon alors, on bizarres, bous, les Français. On parle de « souche » comme si c’était l’idéal, d’être enraciné dans le sol, bien profond, immobile… Et en même temps, on dit « l’homme aux semelles de vent » pour Rimbaud. Avec admiration… Les semelles de vent, c’est quand même le contraire de la souche, non ? Et tout le monde a rêvé un jour d’être Rimbaud, même le type qui vote Front national depuis ses premières couches-culottes… Enfin, tu vois la contradiction ?




… et ton père qui a fait l’Algérie, dans les paras. « Fait » l’Algérie… Carrément ! On « fait » tout un pays, désert copris, avec les regs et les ergs.



Our les Egyptiens, leur propre révolution, celle de juillet 1952n qui avait aboli une monarchie pour lui substituer une république (tiens, tiens…), fut l’événement fondateur de la libération du monde arabe. L’Histoire se mettait – enfin ! - - en mouvement dans le bon sens, après les trahisons et les humiliations des siècles passés.
On ne comprend rien au monde arabe si on n’étudie pas cette révolution du 23 juillet et les discours de celui qui en devient le chef deux ans plus tard, Nasser. Pour lui, il répéta à plusieurs reprises, l’Egypte ne se sentirait pas vraiment libre tant qu’un pouce du monde arabe serait encore occupé par des forces étrangères.
Et où cette occupation était-elle la plus enracinée ?
Au Maghreb
Nasser : « La libération du Maghreb, la partie la plus étroitement dominée, la plus profondément colonisée de notre nation, est prioritaire. »
Quand le colon français demandait avec rage, avec désespoir : « Qui a planté les arbres, dans ce pays, qui y a défriché la terre ? », Radio Le Caire rétorquait : « Qui t’a rendu maître de cette terre ? »
Deux récits du monde…



- Oui, mais bon, je ne prends pas ça pour du racisme. C’était juste de l’ignorance, de la maladresse… Parfois, c’était même de la curiosité, un vrai intérêt pour une autre culture… il ne faut pas tout confondre.
- Tu es trop bonne pour ce monde cruel.



- Je te l’ai dit : ils ont la peau épaisse. Il en faut quand on entend des expressions du type : « Qu’est-ce que c’est que ce travail d’Arabe ? » On le dit parfois en ma présence, en rigolant, entre copains ou collègues, genre : « On n’est pas racistes, tu vois bien, on utilise cette expression alors que tu es là. »
- Drôle de logique…
- J’ai envie de leur dire : vous avez vu l’Alhambra, à Grenade, la grande mosquée de Cordoue, les palais de Marrakech ? Ça c’est du travail d’Arabe… Et le pire, ce sont ceux qui n’osent même pas prononcer le mot « arabe », comme s’il s’était contaminé, souillé… Même le
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
thegoodgirlthegoodgirl   15 mars 2017
Elle reposa sa tasse découragée.
- Bon, qu'est-ce que tu voulais me dire?
De nouveau, les lèvres de Brahim bougèrent sans qu'il prononçât un mot. Puis il se lança.
- Tu me parles toujours de mon influence sur Ali. Ma mauvaise influence...
Il s'arrêta, puis murmura tristement:
- Si je pouvais trouver les mots, Malika...
- Ne t'en fais pas, je sais lire entre les lignes... entre les mots.
Il but une gorgée de café puis reprit:
- Tu as prétendu que ce que disait Ali, sous mon influence, n'avait aucun sens.
Il cherchait une confirmation dans le regard de Malika.
Elle murmura:
- C'est possible.
- Aucun sens? Mais c'est justement ça que je cherche: le sens... Comment vivre, sinon? Alors oui, je suis ce qu'on appelle... euh, un musulman "pratiquant". Et alors? Il n'y a pas de juif pratiquant, de chrétien pratiquant? d'hindou pratiquant? Mais eux, on ne leur dit rien, on les laisse faire. On les respecte! On respecte les prêtres, les rabbins, on leur fait des politesses. Même les athées disent: "Sa Sainteté le pape". Ou bien: "les bonnes sœurs". Je les entends, à la télé.
[...]
Et cette polémique sur la viande halal... Est-ce qu'ils savent que nous pouvons manger tout ce que les juifs mangent et rien d'autre? Casher, halal, c'est la même chose, mais il n'y en a que pour nous! On ne tape que sur nous! C'est de l'islamophobie.
Il avala une gorgée de café.
- Oui, j'ai besoin d'avoir un sens dans ma vie. Il faut un sens, quelque chose qui me... qui me dépasse. Sinon, qui suis-je? Un corps, un animal? Un singe habillé? Habillé. Oui, ce n'est pas moi qui ferais un strip-tease devant des inconnus! Claire, ton amie... Tu sais ce qu'elle est? Elle est désorientée. Dé-so-rien-tée! Moi, j'ai mon Orient. Je sais où elle est, l'étoile qui me guide: c'est le Livre. Le Coran. Je sais d'où je viens, je sais où je vais. Je sais ce que je dois faire. Est-ce un crime?
Il avait l'air de réciter un texte appris par cœur. Il n'était pas si éloquent, d'habitude. Malika répliqua posément:
- Non, ce n'est pas un crime. Personne ne dit ça! Tu fais ce que tu veux, tu crois ce que tu veux. Le problème n'est pas là. Le problème, c'est: pourquoi veux-tu imposer aux autres tes croyances, ton mode de vie?
Brahim cria presque:
- Parce que ça fait partie de ma foi! Je dois montrer aux autres le droit chemin! Les chrétiens disent "annoncer l’Évangile". C'est la même chose, non? Moi, j'annonce le Coran...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
thegoodgirlthegoodgirl   14 mars 2017
Quelques instants plus tard, Hamid revint, s'exclamant:
- Mais j'y pense, il faut justement que je te parle d'al-Biruni! Je viens de lire un bouquin formidable... [...]
Voilà ce que disait al-Biruni... Tu vois qui c'est ?
- Il y a une rue al-Burini à Rabat.
- Il y en a une dans toutes les capitales des pays arabes et sans doute en Iran et en Turquie. Le bonhomme a calculé la circonférence exacte de la Terre au Xè siècle alors que la plupart des habitants de la planète ne savaient pas qu'elle était ronde. Bref, voilà ce qu'il écrivait (je traduis): "Les extrémistes religieux vont traiter la science d'athée et lui reprocher de... dévier, dérouter le peuple du droit chemin et ils vont faire cela pour que les gens restent dans leur état d'ignorance. Les extrémistes pourront ainsi dissimuler leur propre ignorance en détruisant la science... et les scientifiques." Inouï, non? Le gars a écrit ça il y a mille ans, mais on dirait qu'il parle des islamistes les plus bornés d'aujourd'hui!
Ali ne répondit rien. Il finit de boire sa tasse de café et se leva.
Hamid en était à la péroraison. Il avait les deux bras en l'air et les agitait comme un chef d'orchestre.
- Tu imagines comment les enfants d'immigrés se sentiraient si on leur apprenait officiellement, dans le cadre des programmes scolaires, tout cela? Tu te souviens de la formule de Chevènement? Il parlait d'estime de soi. Imagine l'estime de soi que pourraient ressentir le petit Khalid de Trappes ou la petite Naïma de Clichy si le roman national s'ouvraient à leurs ancêtres?
Ali sortit de sa léthargie pour murmurer:
- Oui, je l'imagine. Mais ça n'empêche pas...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Fouad Laroui (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fouad Laroui
Attention, une femme peut en cacher deux autres ! ? ? ? Tous les après-midi, Fatima quitte son domicile de Molenbeek pour traverser Bruxelles à pied. Entièrement vêtue de noir et couverte d?un hijab ne laissant apparaître que son visage, elle se dirige vers la porte de Flandre, franchit le canal de Bruxelles, rejoint le quartier de la Bourse. Là, elle se faufile discrètement dans un immeuble et en ressurgit quelques minutes plus tard habillée à l?occidentale, robe légère et cheveux au vent. Puis elle reprend sa marche, toujours en flânant. Par des détours sinueux, elle atteint finalement le quartier malfamé de l?Alhambra, pousse la porte d?un sex-shop, pénètre dans une cabine où dansent des strip-teaseuses et se prépare à entrer en scène. Avant de rentrer tranquillement chez elle. Depuis plusieurs semaines, cet étrange rituel, aller et retour, se répète inlassablement. Jusqu?au jour où Fawzi, un voisin inquisiteur et secrètement amoureux de Fatima, décide de la suivre pour s?assurer qu?elle est bien l?épouse idéale. Sa déconvenue est au-delà de tous ses pires cauchemars. Mais qui, de ces trois femmes, est véritablement Fatima ? Celle, pudique, qui fuit le regard des hommes sous son voile ? Celle, émancipée, qui leur sourit en caressant sa chevelure ? Ou bien celle, affolante, qui les électrise de son corps dénudé ? À cette question, Fawzi, terrassé par la jalousie, n?est pas en mesure de répondre. Pas plus que le journaliste, intrigué par leurs agissements, qui les suit à son tour dans la ville en projetant sur eux d?absurdes scénarios terroristes. Car ce mystère, c?est à Fatima, et à elle seule, de l?élucider. Ce qu?elle fera, après un coup de théâtre imprévu. Sous les apparences d?un conte philosophique teinté d?un humour féroce, Fouad Laroui suit la métamorphose d?une femme qui cherche à se définir par elle-même et non selon des préceptes religieux, des étiquettes sociologiques ou le regard avide des hommes. Sur les trois corps superposés de Fatima glissent tous les stigmates et tous les fantasmes. Ni sainte ni putain, elle est le symbole d?une liberté toujours menacée, toujours à reconquérir. Un plaidoyer féministe où Fouad Laroui affirme que nul n?est en droit d?assigner aux femmes une place déterminée, si ce n?est elles-mêmes. ? ? ? Marocain de naissance, ingénieur et économiste de formation, professeur de littérature à l?université d?Amsterdam, romancier, poète et critique littéraire, Fouad Laroui a publié entre autres, chez Julliard, Une année chez les Français (2010), L?Étrange Affaire du pantalon de Dassoukine (2012), prix Goncourt de la nouvelle, Les Tribulations du dernier Sijilmassi (2014), Grand Prix Jean-Giono, Ce vain combat que tu livres au monde (2016), et, chez Robert Laffont, de l?islamisme, une réfutation personnelle du totalitarisme religieux.
+ Lire la suite
autres livres classés : jihadVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..