AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070119904
Éditeur : Gallimard (31/01/2013)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Le sujet de ce livre est la répétition. Il se propose d'examiner comment les œuvres d'art, l'Histoire, mais aussi et d'abord notre propre existence sont soumises au principe de répétition, pour le meilleur et pour le pire. Pourquoi cette joie au retour d'une rime ou d'un refrain ? Quel est le projet des grandes œuvres répétitives, de Péguy à Gertrud Stein, de Munch à Andy Warhol, des fugues de Bach à la musique minimaliste de Philip Glass, du boléro de Ravel aux bal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Loucy
  27 janvier 2013
Dans cet essai, Camille Laurens aborde la répétition, qu'elle soit bonne ou mauvaise … On parle de tout type de répétition ici, allant de l'amour à la rédaction, de la pédagogie à la famille …
J'ai adoré cet essai que je recommande vivement, une ode aux mots, aux répétitions qui ne sont pas forcément semblables. le ton est juste, les citations très bien choisies et surtout on se retrouve dans de nombreuses situations.
J'ai beaucoup aimé le chapitre « Tchin tchin » qui raconte la même scène à quelques années d'intervalle. Si la première fois, elle est synonyme de rencontre, d'amour, la deuxième fois a lieu après la rupture, la scène se déroule au même endroit,avec les mêmes personnes, dans le même cadre et pourtant les choses ont changé, les regards ne signifient plus la même chose. Un très beau chapitre. L'évocation du journal de Benjamin Constant m'a fait beaucoup rire, et réfléchir, combien aurais-je de chiffre si je devais coder mes activités ? J'ai même eu envie de lire ce fameux journal à l'occasion …
Je note aussi une petite citation qui m'a ramenée des années en arrière lorsque j'étais en primaire, je me souviens avoir ressenti un peu la même chose que l'auteure.
« Maîtresse à l'oreille absolue, je faisais la leçon aux petits Dumas, Montesquieu, Boileau, Balzac, les sommant d'aller revoir leur copie ; j'aurais eu plus de travail encore avec Hemingway, qui refusait les variations mondaines, mais on s'en tenait à la littérature française. Les vrais cancres restaient George Sand et surtout Stendhal qui, ne laissant jamais refroidir son texte pour le relire à tête reposée, préférait écrire en courant la poste, semant en moins de dix lignes trois fois le mot « transport », deux fois le verbe « admirer » et trois ou quatre variations de l'amour. Même Gustave, le fayot de service, qui se relisait à voix haute dans son jardin pour s'assurer qu'il n'y avait pas deux fois le même mot dans la même page, laissait passer quelques boulettes, et pan sur les doigts ! » (pages 56 et 57).
Voici donc un essai à découvrir, qui se lit d'une traite et qui nous passionne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
michelekastner
  29 mars 2013
Intéressantes réflexions sur les répétitions, celles que l'on fait pour conjurer l'angoisse, pour se rassurer, conscientes ou impulsives que l'on retrouve dans ses propres habitudes, dans les gammes du musicien, dans les chansons, dans l'amour, dans l'histoire, dans la folie. On s'y reconnaît souvent. A lire par courts chapitres, à laisser et reprendre pour ne pas se lasser, pour savourer et y réfléchir.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Liberation   11 février 2013
Inspirée par le souvenir des leçons de Mme Leclerc, qui demandait à ses élèves d’amender les textes des grands auteurs négligents, Camille Laurens donne un échantillon de prose durassienne, récrit sans la répétition du verbe dire.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LoucyLoucy   27 janvier 2013
Maîtresse à l’oreille absolue, je faisais la leçon aux petits Dumas, Montesquieu, Boileau, Balzac, les sommant d’aller revoir leur copie ; j’aurais eu plus de travail encore avec Hemingway, qui refusait les variations mondaines, mais on s’en tenait à la littérature française. Les vrais cancres restaient George Sand et surtout Stendhal qui, ne laissant jamais refroidir son texte pour le relire à tête reposée, préférait écrire en courant la poste, semant en moins de dix lignes trois fois le mot « transport », deux fois le verbe « admirer » et trois ou quatre variations de l’amour. Même Gustave, le fayot de service, qui se relisait à voix haute dans son jardin pour s’assurer qu’il n’y avait pas deux fois le même mot dans la même page, laissait passer quelques boulettes, et pan sur les doigts !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
michelekastnermichelekastner   29 mars 2013
Peut-on, dès lors croire au progrès, se projeter dans un futur où ne reviendraient pas les mêmes erreurs, les mêmes fautes, les mêmes défaites ? Peut-on encore attribuer cette belle et utopique avancée à la science, au socialisme, à la foi ? Ou rêver avec Nietzsche à l'Eternel Retour, qui ne ferait revenir que l'affirmation et la joie, pas la mauvaise conscience et le nihilisme ? N'est-il pas plus raisonnable de penser, comme Shakespeare, que c'est un idiot qui mène la barque avec "bruit et fureur", sans aucune direction, aucun projet, cap au pire ? Que tout se répète, mais sans produire le moindre enseignement, comme en expiation de vivre : c'est Sisyphe roulant toujours sur la même pente son même rocher - pour rien ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Camille Laurens (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Camille Laurens
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
La petite danseuse de quatorze ans de Camille Laurens aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/138384-livre-d-art-et-histoire-de-l-art-la-petite-danseuse-de-quatorze-ans.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
420 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre