AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

France Meyer (Traducteur)
EAN : 9782070414222
197 pages
Éditeur : Gallimard (23/06/2000)
3.75/5   72 notes
Résumé :
Vers 1300 avant J.-C., Méri Moun, jeune Egyptien hanté parle souvenir du pharaon Akhénaton, décide de se consacrer à la recherche de la vérité sur le roi disparu. Tel un enquêteur d'aujourd'hui, il interroge tour à tour les disciples et les détracteurs de ce grand visionnaire qui n'avait pas hésité à proclamer sa foi en un Dieu unique d'amour et de vérité. La reine Néfertiti, son épouse, le général Horemheb et Aÿ, le prêtre d'Amon... tous ces personnages à la fois h... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,75

sur 72 notes
5
4 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Sachenka
  06 juin 2016
C'est la troisième oeuvre de Mahfouz que je lis et je commence à reconnaître son style : un roman choral, où l'auteur donne sa parole à plusieurs personnages. Oui, dans bien des cas, ça donne des résultats concluants. Mais, dans d'autres cas, un peu moins. Akhénaton le Renégat fait part de ceux-ci, selon moi. Je n'ai pas détesté mais je n'ai pas compris l'utilité de toutes ces voix qui apportaient peu au roman.
Vers -1300, le jeune Méri Moun est fasciné par toutes ces histoires concernant le règne troublé d'Akhénaton et de son épouse Néfertiti. Même si ces histoires datent de quelques années, il ressent le besoin de faire ressortir la vérité de tout ça. Alors, avec l'aide de son grand-père, un ancien haut fonctionnaire du royaume d'Égypte, il interroge un bon nombre de personnes qui ont connu le couple royal. Parmi ceux-ci, on retrouve le général Horemheb, le conseiller et beau-père Aÿ, le grand-prêtre d'Amon, le sculpteur Bek, le vizir Toutou, la princesse du Mittani Tadoukhépa… et même la veuve Néfertiti elle-même, recluse dans son palais.
Elle est bien belle et impressionnante, cette galerie de personnages (certains historiques, d'autres fictifs), mais à quoi sert-elle ? La plupart d'entre eux ressassent les mêmes histoires, parfois avec un point de vue légèrement différent, voire un certain parti pris. Les premières fois, ça va, mais, après trois, bof… Alors imaginez après douze ! Et que dire de ce témoignange tant attendu de Néfertiti ? Elle raconte deux ou trois anecdotes de jeunesse mais elle essaie surtout de se justifier, comme si elle était devant un jury et qu'elle tentait de convaincre de son innocence.
De plus, non seulement ils racontent avec étroitesse leur version histoire, mais ils le font d'une manière superficielle. Je ne peux pas dire avoir appris beaucoup sur Akhénaton. Je savais déjà qu'il était faible, efféminé (probablement dû à une tare génétique) et qu'il semble avoir été influencé par sa mère à adopter le culte du disque solaire. Cette philosophie a été une des trois seules expériences majeures du monothéisme dans l'Antiquité, un événement important. le roman en parle beaucoup mais ne le développe pas. Quels étaient les rituels, la hiérarchie chez les pratiquants, la vision du monde ? Je ne saurais quoi répondre.
L'auteur lui-même a-t-il écrit son roman de manière superficielle ? Il reste très vague sur les menaces à la frontière et les troubles intérieurs. Je veux bien croire que le passage du polythéisme et du culte d'Amon à celui d'Aton ait pu bouleverser les structures et la société mais ça n'a pas été bien rendu. J'ai aussi de la difficulté à croire que l'élite n'y ait pas plus réagi. Non, plus j'y pense, plus je suis déçu par Akhénaton le Renégat. Mais bon, sans doute quelqu'un qui ne connait pas très bien l'histoire de l'Égypte ancienne y trouvera son compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
viou1108
  26 mars 2014
Lu dans le cadre du challenge Nobel.
« Lui qui aurait pu être musicien ou poète devint pharaon, et ce fut un désastre ».
Manifestement, Akhénaton, fils du pharaon Aménophis III, n'avait pas la carrure d'un homme d'Etat au sens des canons de l'époque. de nature quasi-divine, un pharaon se doit de garantir la splendeur et le rayonnement de l'Egypte sur le reste du monde. le pharaon et la grande Epouse royale sont aussi les représentants et les premiers serviteurs des divinités.
Des années avant de monter sur le trône d'Egypte, Akhénaton a cependant entendu une Voix, qui lui demande de croire désormais en un Dieu Unique, proclamant une Vérité de paix, d'amour et de joie. Akhénaton, d'une nature douce, sensible aux arts et à la beauté bien plus qu'à la chose publique, commencera alors à prêcher cette foi nouvelle, heurtant de front les traditions religieuses et le clergé qui en est le garant. A la surprise générale, le nombre de nouveaux fidèles ne cessera de croître pendant le règne d'Akhénaton et Néfertiti.
Mais un empire tel que l'Egypte ne peut être gouverné uniquement par l'amour et la poésie. Les criminels ne sont plus punis, la corruption règne, les ennemis sont aux frontières et la guerre civile couve. Pour sauver le pays en dépit de l'entêtement du pharaon, les grands prêtres et l'armée destituent celui-ci, évitant un bain de sang. C'est Toutankhamon qui lui succèdera, et reviendra au culte traditionnel.
Cette curieuse parenthèse « monothéiste » dans l'histoire de l'Egypte ancienne nous est contée au travers des témoignages des protagonistes de l'époque, recueillis vers 1300 avant JC par un jeune Egyptien fasciné par ce pharaon atypique. Néfertiti, le grand prêtre d'Amon, la mère d'Akhénaton,…fidèle ou opposant, chacun décrit sa version des faits, son ressenti et son interprétation des événements.
Ce roman ressemble donc à une enquête journalistique, ou à un procès dans lequel les témoins défileraient à la barre. Et c'est le lecteur qui est juge, l'auteur ne prenant parti à aucun moment. C'est d'ailleurs un peu perturbant, j'ai encore du mal à me faire une opinion tant les voix sont discordantes.
J'en retiens d'Akhénaton l'image d'un roi malgré lui, préférant s'occuper de spiritualité que d'administration. Prêchant la croyance en un dieu unique, cherchant peut-être par là à affaiblir le tout-puissant clergé traditionnel, il ne pouvait que s'attirer les foudres de ce dernier, qui n'aura de cesse de manoeuvrer pour évincer cet hérétique.
Ce roman intéressant, agréable et facile à lire, nous plonge au coeur du règne d'un souverain controversé, dans un climat délétère de luttes d'influences, de manipulations, alliances, trahisons, jalousies, de rumeurs de démence, d'inceste ou d'hermaphrodisme, de malédictions et d'empoisonnements.
Une chose est certaine : Akhénaton non plus n'était pas destiné à être prophète en son pays.

Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
taganga2000
  16 avril 2021
Akhénaton connais pas, à part que c'était un pharaon et que Philippe Fragione leader du groupe IAM, dont le généralissime «  l'école du micro d'argent  » est écouté de génération en génération à la maison, en a pris le nom pour pseudo.
Pour les reconstitutions historiques on peut dire que les égyptiens du temps des pharaons ne nous ont pas fait de cadeaux, effacer systématiquement les représentations de leurs prédécesseurs dès leurs prises de pouvoir, sans compter les archéologues peu scrupuleux et les pilleurs de tombes qui ont achevé le travail et il ne reste rien ou presque de l'histoire d'Akhénaton.
C'est le pari pourtant que prend @Naguib Mahfouz de réhabiliter ce pharaon en avance sur son temps dont les initiatives démocratiques et l'instauration d'une religion monothéiste lui ont sans doute coûté le trône et la vie.
1300 avant JC. Akhénaton est mort  ! Méri Moun, jeune aristocrate Égyptien, décide de mener l'enquête auprès de ceux qui ont connu le pharaon afin de se faire sa propre opinion sur ce souverain hérétique pour les uns, Dieu vivant pour les autres..
Le style narratif est parfois pesant, comportant de nombreuses répétitions mais je me suis laissé prendre au jeu de tous ces témoignages partiaux et contradictoires qui permettent de se forger sa propre opinion.
Et puis quel plaisir de se retrouver à Akhétaton ou Thèbes du temps de leur splendeur, d'apprendre que Néfertiti était l'épouse d'Akhénaton et qu'au final Toutankhamon, pourtant connu de tous, n'était qu'un piètre pharaon dont la célébrité est exclusivement due à la découverte de sa chambre funéraire. le roman est empreint de poésie et personnellement j'ai aimé cette lecture.

Challenge Riquiqui
Challenge Multi-défis
Challenge Atout-Prix
Challenge Nobel
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Marcellina
  30 septembre 2020
Pas mal du tout !
Me revoilà à Akhétaton en présence de Néfertiti et de son époux Akhénaton, si adulé un temps, si conspué après au point d'être peut-être assassiné pour rendre à Amon sa place au coeur de l'Egypte et sa richesse au clergé égyptien.
Un roman écrit comme une enquête, Akhénaton est mort, Néfertiti est toujours prisonnière en son palais ; le roi renégat est mort, vive Toutankhamon qui a remis l'église au milieu du village à savoir Thèbes où le clergé se frotte les mains après des années de vaches maigres. Un roman écrit comme une succession de réalités, différentes en fonction des personnalités, vengeresses, attendrissantes, hargneuses, raisonnables et finalement, l'unique, toujours amoureuse. Un roman particulier car écrit par un égyptien qui veut toucher au plus près les réalités de ce temps toujours un peu obscur car lointain et beaucoup décrié. Un roman tout en poésie où les chants de pharaon à l'Unique illuminent les récits successifs et montrent de ce fait la profondeur de la foi de cet homme si particulier et si attachant.
Un physique androgyne, un précurseur du monothéisme, un esprit en avance sur son temps, un être qui croit en l'amour des Hommes et des peuples, un personnage éblouissant qui n'avait aucune chance même en étant pharaon.
Un auteur que je découvre et qui nous présente une histoire connue d'une manière beaucoup plus élaborée que par le biais d'un roman historique classique. Un auteur que je vais garder en mémoire du coup :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Dosamuse
  02 février 2017
Comme à chaque fois avec cet immense auteur qu'est Naguib Mahfouz, je me suis laissée emporter dans son univers.
Nous sommes dans l'Egypte des pharaons et un jeune homme en quête de vérité interroge un à un ceux qui ont côtoyé Akhenaton durant son règne les uns le prenant pour un fou hérétique qui mit en péril l'empire, les autres lui vouant loyauté et admiration le suivant les yeux fermés, à l'instar de sa femme Nefertiti, vers la voie du dieu unique.
Un roman historique haletant et passionnant.
Commenter  J’apprécie          160

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv   26 septembre 2018
Je me souviens malheureusement encore de sa silhouette affreuse. Il n'était ni homme ni femme. Il était faible au point d'en vouloir à tous les forts, qu'ils soient prêtres, hommes ou dieux. Il inventa un dieu à son image, faible et androgyne. Il l'imagina père et mère à la fois, et le dota d'une seule fonction, l'amour. Ainsi son culte fut-il célébré par la danse, le chant et la boisson. Il se noya dans un marécage de folie, négligeant ses devoirs royaux, tandis que les fidèles de l'empire et nos meilleurs alliés tombaient sous les coups de l'ennemi. Ils l'appelèrent à leur secours, mais jamais il ne leur porta assistance, et ce fut la chute du royaume et la ruine de l'Égypte, les temples furent vidés, la population affamée. Tel fut l'hérétique qui se prénomma Akhénaton...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
viou1108viou1108   20 mars 2014
Et comment les relations humaines reposeraient-elles sur l'amour? (...) Akhénaton s'adressait à son peuple en lui récitant des odes que sa femme reprenait en choeur, et à notre vénéré trône se substitua une cour de poètes et de musiciens ambulants qui anéantirent la gloire des pharaons. (...) En réalité il s'agissait d'une créature étrange (...) minée par un sentiment d'infériorité et d'humiliation, qui jeta son peuple dans l'opprobre, et qui en prêchant l'amour attisa au fond des coeurs les feux de la haine et de la corruption, et finit par déchirer la patrie et perdre l'empire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SachenkaSachenka   22 mai 2016
« Tu as choisi ta voie, Méri Moun, me dit-il. Va sous la protection des dieux. Tes aïeux ont opté pour l'armée, la politique ou le commerce. Toi, tu as choisi la vérité. Mais méfie-toi! Ne provoque jamais un homme de pouvoir et ne te réjouis jamais des malheurs d'un être tombé dans l'oubli. Sois comme l'Histoire qui prête l'oreille à tous les conteurs, qui ne prend parti pour personne, et qui gratifie d'une vérité limpide celui qui la réclame. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
SachenkaSachenka   25 mai 2016
- Le clergé est, comme l'armée, une force à ne pas négliger, l'admonestai-je.
Il répliqua, narquois :
- Les bandits aussi sont une force à ne pas négliger!
Commenter  J’apprécie          370
viou1108viou1108   17 mars 2014
"Majesté, le mal pourrait-il triompher?"
Je vis son visage se fermer, puis s'épanouir lorsqu'il répondit:
"Le bien n'échoue jamais, le mal ne vainc jamais. Mais nous ne voyons du temps qu'une infime portion. La faiblesse et la mort font écran entre nous et la vérité..."
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Naguib Mahfouz (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Naguib Mahfouz
Vidéo de Naguib Mahfouz
Dans la catégorie : Littérature arabeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures afro-asiatiques>Littérature arabe (151)
autres livres classés : littérature egyptienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1401 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

.. ..