AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Rosenthal (Traducteur)
ISBN : 2070779688
Éditeur : Gallimard (10/05/2006)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Qu'un écrivain aussi original, aussi peu suspect d'avoir subi des influences que Henry Miller établisse une liste des livres qui, à quelque titre, ont aidé à la formation de son esprit, il y a là, déjà, de quoi surprendre. On verra d'ailleurs que cette liste est curieuse : D. H. Lawrence voisine avec Rider Haggard (entre ce dernier et l'auteur de Nadja, Miller établit un curieux parallèle), Lao-tseu avec G. A. Henry, auteur de romans historiques, le Gallois John Cow... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  11 octobre 2014
Une grande découverte, combien « nourrissante » qui bouscule toutes les images réductrices du « Miller sulfureux »… qui ouvre en grand, toutes les vannes de ses curiosités, de ses boulimies. Son éditeur français, Gallimard, avait fait à Henry Miller, en quelque sorte, la commande d'un texte où il relatait les auteurs, livres qui avaient été décisifs dans son parcours de lecteur et d'écrivain. Henry Miller, lui-même, s'étonne de s'être laissé « capturer », envahir par ce projet. Croyant qu'il ne sortirait de ce projet qu'une simple plaquette, il se rend très vite compte de l'ampleur du sujet , et des multitudes de lectures marquantes qui lui reviennent en mémoire, au fur et à mesure !
Un très beau livre qui mène chaque lecteur à ses livres, ses auteurs. J'ai déjà exprimé mon attirance pour ces ouvrages d'écrivains-lecteurs passionnés qui transmettent si bien leurs élans et leurs enthousiasmes…que ces textes induisent une chaîne extraordinaire de « familles littéraires et de pensée » … comme la « chaîne Babéliote !!
Je laisse la parole à Henry Miller :
« Lettre à Pierre Lesdain (ami, grand lecteur et critique)-
(….) comme je vous l'ai peut-être expliqué déjà, la raison qui me maintient en perpétuel état d'ébullition, c'est que je relis des livres, les livres que je préfère. Tout me nourrit, tout me stimule. Mon intention première était d'écrire une mince plaquette ; il semble maintenant que ce sera un gros volume. Chaque jour, je note sur mon calepin de nouveaux titres qui me reviennent à la mémoire. C'est le côté passionnant de mon entreprise, cette exhumation des insondables profondeurs de la mémoire de quelques nouveaux titres chaque jour. Il faut parfois deux ou trois jours à un livre dont j'ai le nom sur les lèvres pour s'annoncer complètement : auteur, titre, date et lieu de publication. Une fois qu'il est « fixé » dans ma mémoire, toute sorte d'associations d'idées affluent et des domaines oubliés de mon brumeux passé se trouvent ainsi révélés » (p.257)
Une vraie mine d'or pour tous les lecteurs « boulimiques », et curieux de l'oeuvre, du cheminement intellectuel de cet auteur.
Une autre qualité de ce livre de « lectures » est l'authenticité de Miller, qui se moque de l'opinion publique, comme des modes du moment, il défend, s'enflamme pour les artistes les plus différents et atypiques….qui l'amènent à une réflexion élargie sur l'Homme...
Pour lui, la littérature et la philosophie sont inséparables, comme la création artistique est l'un des questionnements essentiels pour l'individu
« Et puis, quand que je me dis que je suis devenu un travailleur qualifié, quand je crois que je connais mon métier, que je peux donner satisfaction, quand je finis même par me résigner à ce que l'on recule l'échéance où l'on me paiera "mes honoraires", je me trouve nez à nez avec ce terrible croquemitaine: le goût du public. J'ai dit, vous vous en souvenez, que si Whitman avait capitulé sur ce point, s'il avait suivi les avis de ses conseillers, c'est un tout autre édifice qu'on aurait vu s'élever. Il y a des amis, des supporters, qui apparaissent quand vous nagez dans la foule; il y en a d'autres qui viennent à vous quand vous êtes menacé. Ces derniers sont les seuls qui méritent le nom d'amis. (p.320) «
Henry Miller s'intéresse à tout, à la littérature, à la poésie, à la philosophie, aux voyages, à l'histoire des religions, à l'alchimie, à la spiritualité ; il narre ses admirations pour Blaise Cendrars, Jean Giono, Haggard, le poète, Whitman, le théâtre, etc. mais je vais cesser là, car la liste de ses passions est trop longue…. Un chapitre également captivant sur Krishnamurti, que je méconnais...
Un livre généreux d'un lecteur vorace… pour qui le bonheur est de partager avec le maximum de complices ses enthousiasmes et convictions papivores. Il est difficile de choisir des extraits, tant il y a des éléments épatants et communicatifs… je me résous à en retranscrire quelques-uns , dont le suivant que je fais « mien » :
« Les livres sont une des rares choses que les hommes chérissent vraiment. et
les esprits les plus nobles sont ceux-là aussi qui se séparent le plus facilement de leurs plus chères possessions. Un livre qui traîne sur un rayon, c'est autant de minutions perdues. Prêtez et empruntez tant que vous pourrez, aussi bien livres qu'argent ! mais surtout les livres, car ils représentent infiniment plus que l'argent. Un livre n'est pas seulement un ami, il vous aide à en acquérir de nouveaux. Quand vous vous êtes nourri l'esprit et l'âme d'un livre, vous vous êtes enrichi. Mais vous l'êtes trois fois plus quand vous le transmettez ensuite à autrui. (p.28)
On peut le lire d'un bloc… mais le plus plaisant est de le savourer, le lire, relire, piocher, selon son humeur…du jour. Un grand livre… que j'ai ajouté à ma petite valise… pour l'île déserte !!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
ladyoga
  07 octobre 2014
Ma connaissance d'Henry Miller se limitait à Tropique du Cancer lu il y a longtemps... Et j'avais ensuite passé mon chemin.
L'enthousiasme de Fanfanouche24 m'a intriguée et je me suis retrouvé plongée avec jubilation dans Les livres de ma vie. Un pavé, certes, des auteurs que je ne connaissais pas, évidemment, quelques passages moins passionnants, mais que de connaissances, que de réflexions et remarques intéressantes ! Quel hommage à nos écrivains francais, Blaise Cendrars notamment, Giono, Hugo, Eluard, Dumas, Flaubert... La liste est trop longue.
Une très belle lecture qu'il faut entreprendre sans tarder. Pourquoi si peu de Babelionautes ont inscrit ce livre dans leur bibliothèque ? (catégorie lu bien sûr, pas dans le pense-bête).
Commenter  J’apprécie          281
Dirlandaise
  14 mars 2013
Henry Miller est l'écrivain de ma jeunesse, celui dont les livres m'ont accompagnée par monts et par vaux lors de mes tumultueuses pérégrinations. Pas de vie possible sans un livre de Miller dans mes bagages à l'époque. Il était mon refuge, mon consolateur, mon père de substitution, mon chum littéraire toujours fidèle et attentif à ma souffrance et à mes doutes. Ah Miller ! Comme je l'ai aimé, il a fait autant partie de ma vie que mes plus proches intimes. Dans ce livre, il nous entretient des livres et des auteurs qui l'ont marqué, ont changé sa façon de percevoir le monde car la lecture était pour Miller une drogue, une dépendance, une rage dont il n'est jamais parvenu à se libérer. Il était conscient de trop lire, voulait en finir avec cette habitude envahissante mais plus il combattait et plus le goût de la lecture déferlait sur sa vie. Il a donc connu le monde littéraire très jeune. C'est avec tendresse et nostalgie qu'il nous livre ses souvenirs de lecture de jeunesse et d'adolescence. Il fut un jeune lecteur boulimique et enthousiaste. Sa formidable intelligence trouvait matière à se nourrir avec les auteurs de l'époque comme Ridder Haggard et Henty. Ensuite ce sont les auteurs comme Blaises Cendrars et Jean Giono qui furent ses maîtres. Il consacre d'ailleurs à chacun un chapitre rempli d'amour et de vénération. Une longue lettre écrite à Pierre Lesdain un fidèle lecteur est suivie d'un chapitre sur les lectures aux cabinets (chapitre assez faible et que je n'ai pas apprécié) et le livre se termine sur une apothéose avec un chapitre consacré au théâtre. Alors là, Miller laisse éclater son amour de la vie, de sa ville natale New York. Il faut lire ses énumérations des curiosités et activités New-Yorkaises qui constituaient sa vie alors qu'il travaillait dans la boutique de tailleur de son paternel. Levé dès cinq heures du matin, il enfourchait son vélo pour une longue promenade. Ensuite, il travaillait toute la journée pour le soir, aller au théâtre avec ses copains et terminer la soirée dans un des nombreux restaurants de cette ville cosmopolite. Il n'y a rien que j'aime plus de Miller comme lorsqu'il raconte sa vie foisonnante et débridée. Jamais je n'ai lu rien de pareil chez aucun auteur. Jamais un homme ne m'a paru aussi vivant et avide de tout ce qui existe. Sa philosophie m'enchante et son amour pour ses semblables me dépassera toujours.
Un livre à lire pour les inconditionnels de cet écrivain inclassable dont les livres resteront à jamais gravés dans ma mémoire et dans mon coeur. Relire Miller, c'est remonter dans le temps et dans l'espace mais je le cite :
« Je suis plus que jamais persuadé qu'à un certain âge il devient impératif de relire les livres d'enfance et de jeunesse. Sinon, nous pourrions bien arriver au tombeau sans savoir qui nous sommes, ni pourquoi nous avons vécu. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
milan
  27 septembre 2015
Voilà. Lecture terminée, et il m'en reste carrément une douleur au ventre. Comment résumer, et surtout sans le trahir? En fait, Miller ne dresse pas une liste de livres comme le serait une liste de courses. Certes il aborde des dizaines, voire des centaines de livres, mais chacun est un prétexte (légitime ) pour aborder un chapitre , une conception de la vie, la sienne, celle de sa famille, ses amis, son pays, l'Europe, le monde, aujourd'hui, hier, du temps de l'antiquité. Ainsi, les lectures d'enfance et l'importance incommensurable qu'elles peuvent avoir. Les livres "vivants" , c'est à dire les hommes et femmes qu'il a connu, le patriotisme via Giono, l'amour irrésolu de la vie avec Cendrars, la religion et l'illumination avec Whitmann et Dostoievsky (chapitre abordé dans une longue , très longue lettre à Pierre Lesdain), la cosmogonie, le zodiaque, et même....la lecture aux cabinets. Mais toujours la vie. le dernier chapitre, nommé théâtre, est une envolée, typiquement à la Miller, où un tourbillon de noms, de rues, d'usines, de théâtres, de cimetières, de marchands, de cirques , j'en passe et des meilleurs, défilent sans aucune interruption et sans pour autant fatiguer les yeux ou faire perdre le fil de la lecture, au contraire, on est entraîné malgré soi et avec plaisir, en se demandant: pourquoi je ne vois pas ça dans ma vie de tous les jours? pourquoi je ne lis pas comme il lit?" d'ailleurs, à un moment donné, Miller dit:"Je suis de ceux que l'on accuse souvent de lire dans les chose plus qu'elles ne renferment, ou plus qu'on n'a voulu y mettre.".....Je pense pour finir, que c'est cette phrase qui représente le mieux ce livre:"Mais c'est ainsi que les livres se mêlent aux événements de la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
loudarsan
  18 septembre 2015
Extrait de chronique :
"Si Miller se pose ici en lecteur, c'est surtout en tant qu'auteur qu'il nous parle, lui dont l'imaginaire et la pensée ont été nourris par les rencontres tant réelles qu'imaginaires d'écrivains qui ont constellé sa vie. Evoquant la modification de ses lectures au fil des ans et la transformation d'une lecture compulsive de la jeunesse en la quête de « l'élément fécondant » de l'écrivain, son essai gravite autour de l'écriture et de la force créatrice. L'aveu de lire souvent « pour chercher une confirmation » de sa propre réflexion précède le prône d'une lecture éveillée, dont le but est l'émancipation de l'être humain de sa prison de pensées toutes faites. Lorsqu'il nous parle de ses influences, curieux de ceux qui ont inspiré à d'autres ses livres préférés, Miller s'adresse finalement peut-être autant aux écrivains qu'aux lecteurs, et en cela est à la fois fascinant et passionnant. " (...)
Lien : http://louetlesfeuillesvolan..
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   26 septembre 2014
Un homme ne devrait pas avoir peur de lire trop ou trop peu. Il devrait lire comme il mange ou comme il prend de l'exercice. Le bon lecteur ne tardera pas à graviter autour des bons livres. Il découvrira, grâce à ses contemporains, ce qu'il y a dans la littérature du passé qui apporte un exemple, une inspiration ou simplement un délassement. Il devrait avoir le plaisir de faire ces découvertes tout seul, à sa guise. Tout ce qui a de la valeur, du charme, de la beauté, tout ce qui est lourd de sagesse ne saurait être perdu ni oublié. Mais les choses peuvent perdre toute valeur, tout charme, toute séduction, si l'on vous traine par les cheveux pour les admirer. N'avez-vous jamais remarqué, après bien des expériences décevantes, que quand on recommande un livre à un ami, moins on en dit mieux cela vaut ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          462
fanfanouche24fanfanouche24   11 septembre 2014
Les livres sont une des rares choses que les hommes chérissent vraiment. et
les esprits les plus nobles sont ceux-là aussi qui se séparent le plus facilement de leurs plus chères possessions. Un livre qui traîne sur un rayon, c'est autant de minutions perdues. Prêtez et empruntez tant que vous pourrez, aussi bien livres qu'argent ! mais surtout les livres, car ils représentent infiniment plus que l'argent. Un livre n'est pas seulement un ami, il vous aide à en acquérir de nouveaux. Quand vous vous êtes nourri l'esprit et l'âme d'un livre, vous vous êtes enrichi. Mais vous l'êtes trois fois plus quand vous le transmettez ensuite à autrui. (p.28)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          572
fanfanouche24fanfanouche24   22 septembre 2014
Ce soir-là, en feuilletant un livre d'Holbrook Jackson, je tombai sur le classement en quatre catégories qu'établit Coleridge parmi les gens qui lisent. Qu'on me permette de le citer:

1. Les éponges, ceux qui absorbent tout ce qu'ils lisent et le restituent pratiquement dans le même état, seulement un peu sali.

2. Les sabliers, ceux qui retiennent rien et qui se contentent de prendre un livre pour passer le temps.

3. Les chausses à vin, ceux qui ne gardent que la lie de ce qu'ils ont lu

4.. Les purs diamants, ceux aussi rares que précieux qui profitent de ce qu'ils lisent et qui savent en faire aussi profiter les autres (p.137-138)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
fanfanouche24fanfanouche24   01 octobre 2014
Quels ont été les sujets qui m'ont fait rechercher les auteurs que j'aime, qui m'ont permis d'être influencé, qui ont façonné mon style, mon caractère, ma conception de la vie? Les voici en gros: l'amour de la vie, la poursuite de la vérité, de la sagesse et de la compréhension, le mystère, la puissance du langage, l'ancienneté et la gloire de l'homme, l'éternité, le but de l'existence, l'unité de toute chose, la libération de soi-même, la fraternité humaine, la signification de l'amour, les rapports entre le sexe et l'amour, le plaisir sexuel, l'humour, les bizarreries et les excentricités dans tous les aspects de la vie, les voyages, l'aventure, la découverte, la prophétie, la magie (blanche et noire), l'art, les jeux, les confessions, les révélations, le mysticisme, et plus particulièrement les mystiques eux-mêmes, les religions et cultes divers, le merveilleux dans tous les domaines et sous tous ces aspects car "il n'y a que le merveilleux et rien que le merveilleux".

En ai-je oublié ? Remplissez vous-mêmes les vides ! je me suis intéressé, et je continue à m'intéresser à tout. (p.160-161)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
fanfanouche24fanfanouche24   12 septembre 2014
Je dois ouvrir ici une parenthèse pour parler de ces petits livres sur lesquels on tombe par hasard et dont la portée est telle qu'on les place au-dessus de rangées entières d'encyclopédies et autres recueils de la connaissance humaine. Ces livres, microscopiques par leur taille mais gigantesques par l'effet qu'ils produisent, peuvent être comparés aux pierres précieuses cachées dans les entrailles de la terre. Comme les joyaux, ces livres ont un caractère cristallin ou "primordial" qui leur confère la qualité des choses simples, immuables et éternelles. Ils sont presque aussi limités en nombre et en variétés que les cristaux dans la nature. (p.65)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Videos de Henry Miller (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry Miller
"Prête à tout pour former un couple mythique avec un grand écrivain"
En librairie le 17 octobre 2018 144 pages ? 15 ?
« Ma chambre se prête à la volupté. C?est là que j?écris. J?ai ce rêve fou de mettre des plumes sous ma couette. de mêler amour et littérature en faisant couple avec un grand écrivain. Grâce à ses confidences sur l?oreiller, peut-être parviendrai-je à percer les secrets de fabrication d?un best-seller?Madame de Staël faisait salon. Moi, je ferai chambre. » Anne rêve de rencontrer le Henry Miller ou le Jean-Paul Sartre d?aujourd?hui qui fera d?elle la nouvelle Anaïs Nin ou Simone de Beauvoir de sa génération. Elle part (ainsi) à la conquête de Saint-Germain-des-Près avec l?intention de séduire journalistes, éditeurs et écrivains branchés. Hélas, ses aventures érotico-littéraires ne se déroulent pas tout à fait comme elle se l?était imaginé? Avec un humour caustique, l?auteur brosse le portrait de personnalités du monde littéraire parisien. Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé ne serait pas purement fortuite?
Amandine Cornette de Saint Cyr a été l?assistante de Stéphane Bern au Figaro Madame et a travaillé à la télévision. Elle a publié deux romans : Bonne à rien (Anne Carrière, 2007) et Les dents de ma mère (Plon, 2012). Elle est la fille de la galeriste Sylvana Lorenz et l?ex-belle-fille du commissaire-priseur Pierre Cornette de Saint Cyr. Elle réside à Paris et se rend souvent à Nice.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Biographie littéraireVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature : généralités>Biographie littéraire (440)
autres livres classés : livresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
345 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre