AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070320847
Éditeur : Gallimard (12/01/2006)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 152 notes)
Résumé :
Mon père a trouvé la mort un vendredi soir. Son Aston Martin s'est écrasée contre le parapet d'un pont. La jeune femme assise à ses côtés était d'une beauté peu commune.
Il n'y a rien à raconter, n'est-ce pas, rien à dire de cette relation. Je n'étais pas dans la voiture. J'avais 5 ans.
De mon père, il me reste peu de souvenirs, et quelques trésors : une montre qui sonne les heures, un stylo dont la plume penche à droite et cette carte postale, où il m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
carre
  19 juin 2013
« La Reine du silence » c'est le surnom que l'écrivain Roger Nimier donnait à sa fille Marie.
Marie Nimier interroge, recueille les anecdotes, tente de comprendre sans jugement excessif, sans procès d'intention ce père qui disparait tragiquement alors que Marie n'a que cinq ans. Comment se construire avec l'image de ce père imposant, brulant la vie avec une frénésie constante, négligeant toute vie familiale. Auteur, scénariste, journaliste, Roger Nimier transformait tout ce qu'il touchait en or. Il n'est pas question ici d'un règlement de compte, de juger facilement un homme disparu depuis fort longtemps, non Marie Nimier à su grandir avec ces fantômes et cet héritage pesant, elle veut retrouver ce fil brusquement rompu, et c'est grâce aux mots qu'elle a trouvé la parole. Elle y réussit avec une grande pudeur, une émotion et une sincérité remarquable. Elle confirme l'adage tel père, telle fille. « La reine du silence » mérite qu'on l'écoute assurement.
Commenter  J’apprécie          611
paroles
  16 mars 2016
Il est dur de se construire quand on est la fille de.
Marie Nimier nous livre ici ses impressions, plutôt que sa vie, sur ses relations avec ce père connu et reconnu dans le monde littéraire, un des plus grands écrivains de son époque mort prématurément d'un accident de voiture. Un père connu, oui mais par d'autres, par des amis, des lecteurs... Mais pas par la petite Marie. Une petite fille qui gêne le travail du grand écrivain, un père qui s'absente pour aller travailler ailleurs. Un grand frère aussi qui ne lui prête pas trop d'attention, à cet âge là les années de différence séparent plus que n'importe quoi. Un autre plus jeune dont elle ne dira pas grand chose. Une famille, une fratrie vécue "comme une anesthésie."
Et pourtant grâce aux recherches qu'elle mène, plus de quarante ans après, elle va pouvoir dessiner le contour de ce père dont jusqu'à présent elle ne voyait que la silhouette et se sentir enfin apaisée.
Commenter  J’apprécie          262
madamelafee
  27 février 2016
Bien sûr je connais Roger Nimier avec le "hussard bleu" et "les enfants terribles". Ce sont des livres que j'ai dans ma bibliothèque familiale, livres hérités des grands parents. Je suis tombée par hasard sur le livre de sa fille Marie "la reine du silence" en flânant chez un libraire il y a quelques années. Je l'ai gardé longtemps dans ma bibliothèque jusqu'à aujourd'hui. Pourquoi ? je ne sais pas ? ou plutôt si... que peut bien dire la reine du silence ? comment à la fois parler et ne pas parler ?
Marie parle avec des mots sur le papier. Elle réalise là une catharsis de ses émotions et de ses souffrances. Ce livre m'a beaucoup émue, ses paroles m'ont touchée en plein coeur.
Ce père pour lequel elle ressent crainte et admiration est toujours absent. Elle a peu de souvenirs et pourtant elle a besoin de se souvenir. Elle glane auprès des amis de son père et auprès de sa famille des informations pour comprendre et mieux vivre tout simplement. Il y a nulle trace de belles couleurs auprès de ce père. Certains passages sont à la fois touchants et glaçants. Celui de la dînette par exemple, elle lui amène étant une toute petite fille un oeuf sur le plat en plastique et plutôt que de jouer à des jeux d'enfants il s'en sert comme cendrier et l'oeuf en plastique finit à la poubelle. Marie garde une mémoire vive de tout cela parce que ce qu'elle raconte constitue son présent.
Marie a des cauchemars, pourquoi en parle-t-elle à son frère ? pour s'en délivrer comme une faute ou bien parce qu'ils contribuent à son identité complexe et incertaine ? de son père elle dira "j'ai traîné la mort comme un vieux manteau de lapin rapiécé, un doudou crasseux", ses fragilités suscitées par la mort sont exprimées ici. Marie excuse aussi ce père qui se laisse entraîner par les mots, les mots dépassent sa pensée (notamment lors de sa naissance) où il écrivait à un ami que Nadine, sa femme avait eu une fille et qu'il allait la noyer dans la seine pour plus en entendre parler.
Personne ne peut aider Marie car chacun a sa propre histoire à vivre. Marie me fait penser à la petite Gerda dans la reine des neiges d'Andersen lorsque la barque l'entraîne sur l'eau plus vite qu'elle ne voudrait et elle arrive dans une maison dans laquelle elle peut manger tout ce qu'elle désire, elle peut rassasier ses besoins vitaux mais elle s'aperçoit que sa vie n'est pas complète et ne peut s'en contenter, il faut qu'elle grandisse, elle doit quitter l'enfance. A travers ce périple Marie aborde avec une écriture délicate une multitude de thèmes comme le mal être que les enfants peuvent ressentir après un décès, le rejet d'un des parents, l'indifférence, la découverte de soi, de son corps, le passage de l'enfance à l'âge adulte avec tous les changements que cela implique.
Pour se construire Marie nous fait passer par un grand nombre de chemins pour un voyage à travers ses émotions retrouvées. Marie utilise aussi des jeux de miroirs pour retrouver la figure du père qu'elle veut aimer. Ses mots sont pleins de douceur, de sincérité et de bonté.
Marie disait lors d'une interview qu'elle avait fait un gros travail de rapprochement avec son père avec ce roman, elle a recomposé l'image fantôme de ce père qu'elle a besoin d'aimer pour aller mieux.
J'espère de tout coeur qu'elle va mieux à présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
justeuneligne
  20 février 2019
Marie Nimier est fille d'écrivain. Fille de Roger Nimier, mort à 37 ans dans un accident de voiture, en compagnie d'une femme au drôle de prénom ( Sunsiaré) qui n'était pas sa mère. La petite avait alors cinq ans et demi. A plus de quarante ans, elle part sur les traces de ce père, dans un roman (ou récit) écrit de manière plus associative (comme chez le psy) que chronologique ou même logique. En cherchant à se rapprocher de ce père, qui avait une grande notoriété au moment de sa mort, elle se cherche elle-même et espère se trouver, se rassurer, se réconcilier. J'ai beaucoup aimé ce travail de reconstruction ou recomposition. Je l'ai trouvé très touchant.
Marie nous livre les liens qu'elle fait avec cette perte précoce et peu accompagnée : elle apprend à conduire sur le tard, elle est inhibée au volant et enchaîne les échecs à l'examen, elle a l'occasion de consulter des lettres de son père qui vont être vendues aux enchères et découvre avec stupeur le faire part de sa naissance à un de ses amis, en fin de courrier, comme un PS : « au fait, Nadine a eu une fille hier. J'ai immédiatement été la noyer dans la Seine pour ne plus en entendre parler » A 25 ans, Marie mettra en acte cette parole de son père en se jetant dans la Seine, sans pouvoir expliquer son geste. La tonalité de sa relation avec ce « papa » est assez sombre, la petite fille a du sentir qu'elle dérangeait, elle a été blessée de pas pouvoir exister même symboliquement dans la vie de cet homme qui ne lui a rien légué ( il avait fait un testament dans lequel il donnait certaines choses à son frère Martin ). Son parcours d'écriture lui permet de se déprendre de cet héritage lourd de non-dits.
L'écriture est fluide, le propos n'est pas dénué d'humour, au détour de certaines phrases Marie s'adresse au lecteur et en fait son confident. Au delà de l'histoire singulière, le propos est beaucoup plus large. Comment Fait-on avec l'absence, le manque et le silence ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
Ingannmic
  13 juin 2014
Un père qui disparaît quand on a cinq ans ne laisse pas beaucoup de souvenirs.
A-t-on d'autre choix, pour se représenter ce père, que de se fier aux témoignages des amis, avec toute la subjectivité que cela implique ? Comment s'y retrouver entre les impressions des uns et les anecdotes des autres, parfois contradictoires, comment déceler la véritable personnalité du défunt derrière le portrait volontairement idéalisé brossé par une mère qui a voulu vous protéger ?
Une tâche d'autant plus ardue quand l'image du père en question, homme publique, est auréolée d'un halo de légende...
Le père de Marie s'appelait Roger. Roger Nimier. Journaliste, rédacteur en chef, scénariste, conseiller littéraire chez Gallimard, écrivain, il connut une mort prématurée et tragique, en allant écraser son Aston Martin contre un parapet. Il avait trente-six ans. Sa passagère, une romancière affublée du patronyme exotique de Sunsiaré de Larcône, en avait vingt-sept.
Marie est écrivain, elle aussi.
Elle tente, avec toute la difficulté que cela suppose, de choisir une autre voix que celle des souvenirs d'autrui pour s'approprier une image paternelle qui lui serait personnelle, quitte à ce qu'elle soit inventée. Elle doit pour cela décider du ton dans lequel elle va bâtir cette image, outillée de son imagination de romancière, extrapolant à partir de petits événements en rapport avec son père, que leur évocation soit issue de sa mémoire ou de celle des autres.
Ce sont seulement des bribes de souvenirs qui lui reviennent, des flashs fugaces, et qui bien souvent dénotent le caractère violent de cet homme par ailleurs souvent absent. L'image d'empreintes de doigts sur la trachée maternelle, celle de son père s'écroulant, terrassé par l'alcool, la réminiscence de cette matinée au cours de laquelle il brûla de sa cigarette l'oeuf en plastique qu'elle lui avait servi pour jouer... voilà qui ne s'accorde guère avec la lumière qui brille dans les yeux des amis à l'évocation de l'être exceptionnel qu'était Roger. Il semble bien en effet qu'il existait un fossé entre l'individu publique et le père de famille. le premier faisait la une des magazines, donnait l'impression d'être facilement attendri par les enfants. le second ne supportait pas d'être photographié avec les siens, cachait honteusement sa carte de famille nombreuse, reniait l'aspect tristement prosaïque d'un quotidien de langes, de cris, de présence importune, qui s'accordait mal avec sa stature d'écrivain célèbre, de professionnel reconnu.
Néanmoins, Marie refuse de s'attarder sur la part d'ombre de son père. Son but n'est pas de faire dans le sensationnel, ou de susciter l'apitoiement. C'est de combler ce manque qui la terrorise, qui parfois lui donne le vertige, à l'idée de ne pas savoir ce que c'est que d'avoir un père qui vieillit, qui vous accompagne dans certains moments de votre vie, qui vous sert de référence.
Au fur et à mesure de son cheminement, elle parvient -c'est du moins l'impression qu'elle donne- à aborder avec plus de sérénité les éléments de la représentation paternelle qui au départ formaient un ensemble chaotique, incertain. Elle appréhende mieux, en même temps, l'oeuvre de l'écrivain Roger Nimier, prenant conscience qu'il était "tout entier derrière sa plume", que ses récits reflétaient fidèlement sa personnalité, avec ses outrances, ses emportements.
Elle se pose aussi des questions sur la nature de sa propre vocation : bénéficie-t-on de l'ombre ou de la lumière de celui dans les pas duquel on place ses pas ?
Écrit à la manière d'un témoignage dans lequel Marie Nimier exprime ses pensées, analyse avec finesse ses doutes et ses limites, "La Reine du silence" se lit comme un roman, et nous attache irrémédiablement à cette femme discrète et sensible, en même temps qu'il nous rend admiratif de cette auteure à l'écriture élégante mais jamais pompeuse.
Lien : http://bookin-ingannmic.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   19 juin 2013
Une phrase, c'est comme un vêtement. Il ne faut pas qu'elle gratte dans le dos, qu'elle gêne aux emmanchures ni qu'on s'y sente endimanché, ou tarte. »
Commenter  J’apprécie          380
LARA-CONTEUSELARA-CONTEUSE   10 décembre 2014
Cauchemar, toujours le même cauchemar. Impression de tourner en rond. Envie de tout arrêter. Le livre et les leçons de conduite. Envie de tout mettre de côté, le crissement de la plume, les peurs enfantines et les lames d'acier sur les poignets fragiles. Envie de prendre congé, patins de feutre et parquet ciré. Ça glisserait sans un bruit. Pas de repli, pas de question. Pas de racine, pas de crampon. Seule, inexorablement, la glace qui fond. On imagine l'histoire s'effaçant, comme les rayures ou les stries de cutter au passage de la réglette d'une ardoise magique, à croire que la vie pourrait exister au présent, calmement. L'allure change, le corps se libère de la pesanteur
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
madamelafeemadamelafee   26 février 2016
Je repense à l'œuf au plat en plastique avec son mégot fiché dedans. Encore une impression de gêner. De ne pas être à ma place, malgré toute ma bonne volonté, et surtout pas à la hauteur
Commenter  J’apprécie          70
AunryzAunryz   21 janvier 2019
Et pour la première fois depuis longtemps, je me suis sentie apaisée, comme si le monde enfin marquait une pause.
Commenter  J’apprécie          90
ChrysChrys   25 août 2011
P72: "Je retrouve l'assiette en plastique dans sa corbeille en papier, parmi les brouillons et les bouteilles de bière. L’œuf au plat est resté sur la table. Il a servi de cendrier. Un mégot est planté à angle droit dans le jaune, creusant un cratère dans le plastique calciné."
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Marie Nimier (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Nimier
Dans « Je me souviens », accompagné au piano par Richard Lornac, nous faisons un tour dans les souvenirs de Marie Nimier.  L'auteure nous raconte ses journées ordinaires à regarder Monsieur et Madame tout le monde vivre une vie normale... Des vies qui ont inspiré son dernier roman.  L'auteure se remémore également des instants de sa vie qui l'ont marqué.
autres livres classés : Pères et fillesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
752 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..