AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nico Naldini (Préfacier, etc.)Marguerite Pozzoli (Traducteur)
ISBN : 2742705848
Éditeur : Actes Sud (04/01/1999)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 11 notes)
Résumé :

De cette quinzaine de nouvelles et récits autobiographiques et des deux courts romans qui composent ce recueil, émerge une unité profonde, issue du lieu où ils ont été écrits: le Frioul. Région natale de la mère de Pasolini, pays de vacances et de jeunesse pour lui-même, c'est là que, dans la première moitié de sa vie, il s'imprègne de souvenirs et de paysages, élabore ses convicti... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cicou45
  30 juin 2012
Ouvrage composé de dix-huit nouvelles très courtes, d'une sorte de "journal" intime sur la vie d'un enseignant et enfin de deux romans, l'on peut donc affirmer que ce recueil revêt de multiples étiquettes, ayant toutes un parfum d'autobiographie.
Se déroulant en Italie pendant la période de l'entre-deux-guerres ou, pour certaines, après la Seconde Guerre mondiale, Pasolini nous fait découvrir ici ce que fut l'ambiance, les conditions de vie de ces jeunes italiens (qu'il fut lui-même d'ailleurs), de ces métayers, des communistes faisant front contre le parti fasciste sans cesse grandissant ou des gens un peu plus aisés et ayant une situation un peu plus confortable.
Il est vrai que, en commençant cette lecture, j'ai été un peu déstabilisée par les nouvelles qui m'ont laissées un arrière goût de frustration. Ce que je n'avais pas compris, c'est que non seulement d'être des nouvelles, elles étaient plutôt des fragments de vie, des souvenirs et que je ne devais donc pas m'attendre à quelque chose d'achevé mais à un fait raconté tel un instantané, même si il n'y a ni début ni fin puisqu'il rend simplement compte d'un fait, dérisoire peut-être, mais qui a marqué l'auteur au cours de sa vie.
J'ai beaucoup plus accroché avec le premier roman retranscris ici et qui nous narre la vie de Don Paolo, un jeune aumônier muté dans la petite bourgade de San Pietro en 1947 où il fera bien plus que recevoir des confessions pour les habitants du village. En y créant une école, il aspire à rendre le monde meilleur en enseignant sa science aux jeunes garçons, dont l'un d'entre eux marquera d'ailleurs sa vie, plus qu'il ne l'aurait jamais imaginé, le jeune Cesare.
Dans le dernier roman intitulé "Pour un roman de la mer", le jeune narrateur, un garçon d'une douzaine d'années habitant à Crémone avec ses parents, il est également question d'éducation puisque notre jeune héros, qui n'a jamais vu la mer, se l'imagine grâce à ses nombreuses lectures qui lui permettent de voyager dans le monde entier et de rencontrer toutes sortes de gens. Ces lectures le remplissent de vie, d'espoir et le nourrissent.
Voilà donc bien le point commun entre tous ces textes : celui du plaisir de lire, du Savoir, d'apprendre, de la curiosité...
Point de vue assez mitigé il est vrai donc pour cette lecture mais qui est rempli de morale, extrêmement bien écrit et qui se doit d'être découvert !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
johnny2770
  07 juin 2015
ensemble de textes sans grand interet a par les deux derniers décu
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   23 juin 2012
"Le temps perdu ne se rattrape pas ! En fait, il vit au plus profond de nous, et seuls quelques-uns de ses fragments, anesthésiés ou embaumés par une mémoire conceptuelle et intéressée, vivent dans la conscience et forment notre autobiographie."
Commenter  J’apprécie          390
AmbagesAmbages   27 avril 2016
Le petit train de Scandiano fut un théâtre d'amours et de relations sociales. Je me souviens qu'au premier voyage, le premier jour de classe, mon père, qui m'avait accompagné, voulut me présenter aux autres élèves, pour me familiariser avec ce nouveau milieu. Je mourais de timidité. Je haïssais cette façon si ouverte, et presque impudique, de faire ressembler le début d'un chapitre de ma vie à celui d'un roman, écrit d'avance et socialisé.

Extrait «Le train de Casarsa»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
AmbagesAmbages   18 avril 2016
Mario a une conscience de soi conventionnelle ; sa naïveté de jeune comptable le retient en deçà d'une limite qui l'emprisonnera toute sa vie. Et dans la répétition monotone des O dialectaux, il me semble l'entendre frapper, tête baissée, contre cette paroi métaphysique.

Extrait "O, le piège"
Commenter  J’apprécie          100
cicou45cicou45   25 juin 2012
"Seul peut éduquer celui qui sait ce qu'aimer veut dire [...]."
Commenter  J’apprécie          440
cicou45cicou45   25 juin 2012
"Les idées peuvent nous faire vivre, c'est vrai...Mais nous vivons de sentiments, que nous gardons bien secrets."
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Pier Paolo Pasolini (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pier Paolo Pasolini
Ecrits corsaires (Pier Paolo Pasolini). Une note de lecture sur "Ecrits corsaires", un recueil d'articles publiés par Pier Paolo Pasolini dans les années 70.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : néoréalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
561 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre