AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213704272
293 pages
Éditeur : Fayard (16/11/2016)
3.46/5   164 notes
Résumé :
À croire qu’il est plus important d’intercepter des « go fast » de cannabis que d’arrêter des tueurs…
Si la marchandise est perdue, rien ne vous protègera plus, même pas les barreaux d’une prison…
Une rumeur assassine s’en prend à l’innocence d’une famille.
La violence des trafics mobilise Stups et Crim’ au-delà des frontières, dans le secret d’enquêtes mettant à l’honneur des tempéraments policiers percutants, parfois rebelles, toujours passion... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,46

sur 164 notes
5
2 avis
4
14 avis
3
12 avis
2
2 avis
1
0 avis

isabelleisapure
  23 mai 2017
C'est la mention « Prix du quai des Orfèvres 2017 » qui m'a convaincue de choisir ce polar.
Je ne m'attendais à rien de précis en entamant cette lecture tant le nom de Pierre Pouchairet m'était inconnu.
Deux affaires se télescopent dans ce roman. Deux histoires qui a priori n'ont rien en commun.
Tout débute par la découverte de deux enfants poignardés à l'hôpital Necker où ils étaient hospitalisés.
Très rapidement les enquêteurs penchent pour un crime islamiste.
Parallèlement, en Espagne, des truands, hyper motivés, préparent un gros transport de came pour la France.
Quel est le rapport entre deux affaires aussi dissemblables ?
Pierre Pouchairet nous tiens dans un suspens qui va crescendo sans temps morts, des rebondissements à répétition, des fausses pistes, bref, du pur bonheur.
J'ai particulièrement aimé suivre les équipes de flics qui collaborent pour mettre à mal un juteux trafic de drogues.
L'écriture est précise, brutale parfois, mais sa fluidité rend la lecture facile et addictive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Bazart
  02 février 2017
Ancien policier de 54 ans en poste à la PJ de Nice ou de Grenoble puis attaché de sécurité intérieur en Afghanistan, Pierre Pouchairet a publié quatre ouvrages dont Une terre pas si sainte et La filière afghane ( les deux parus chez Jigal)
Pierre Pouchairet nous revient avec un nouveau polar., lauréat du prix quai des orfèvres 2017. Ce prix, qui récompense un manuscrit inédit et anonyme de roman policier, est décerné par un jury de 22 membres composé de policiers, magistrats et journalistes, et présidé par le directeur de la police judiciaire parisienne, Christian Sainte..
Pierre Pouchairet nous invite, dans ce nouveau roman, à suivre deux brigades de policiers, l'une à Paris et l'autre en provenance de Nice, sur la trace de dangereux trafiquants de drogue, prêts à tout pour pouvoir faire passer leur came en fraude au moyen d'un “go fast”.
Avec cette trépidante immersion dans un milieu méconnue, on embarque sans coup férir entre la France et l'Espagne avec, en toile de fond un trafic de stupéfiants, des meurtres et l'étude de flics dans leur quotidien d'enquêteurs, avec une bonne dose d'humour et d'humanité.
Bien écrit, un style agréable et avec un sujet plutôt d'actualité, l'auteur parvient à nous accrocher avec une aventure rythmée et mouvementée et nous fait passer un bon moment.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
blandine5674
  24 avril 2019
Trop de personnages, trop de lieux, trop d'infos sur le métier de flic (l'auteur en est un ancien). Trop embrouillé. Un peu d'humour. Manque de précision (on ne sait pas pourquoi les enfants tués sont hospitalisés). Alibis non convaincants. Manque de suspens. Ce qui est dommage pour un polar !
Commenter  J’apprécie          230
umezzu
  31 mars 2017
Voilà un polar qui sent le vécu.
Patrick Girard, chef de groupe à la Crim au quai des Orfèvres, un vieux baroudeur expérimenté, se retrouve chargé de l'assassinat de deux enfants poignardés dans leur chambre d'hôpital dans un service de cardiologie. Acte de terrorisme ou crime de droit commun ?
Dans le même temps, l'équipe stups de la PJ de Nice, menée par la jeune et fougueuse commandant Léane Vallauri, prépare une grosse opération après des mois de surveillance : intercepter deux véhicules chargés de stups et leur escorte remontant de Marbella. La drogue appartient à un cartel mexicain et destinée pour partie à un vieux ponte de la pègre niçoise.
Pouchairet déroule son intrigue avec méticulosité comme une suite de rapports de police. le lecteur suit pas à pas les investigations et la procédure des flics, tout en partageant leur quotidien et celui, plus violent, des truands.
Ce côté quasi documentaire – tout semble tellement réel – est la grande force de ce livre. Comment tout cela va t-il finir ? Quels moyens vont être employés ?
Pas d'esbroufe, pas de héros solitaires plus forts que les autres… La réalité rattrapée par la fiction.
Évidemment Pouchairet ancien commandant de police est dans son élément , mais sa façon de présenter les choses rend cette lecture addictive. le livre a fort justement reçu le Prix du quai des orfèvres 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Moan
  20 juillet 2019
Une embarcation en provenance du Maroc fonce vers le rocher de Gibraltar. Sous les regards ébahis des militaires anglais prêts à intervenir, ses occupants débarquent leur came sur la plage espagnole voisine.
Pierre Pouchairet nous embarque cette fois, de la France à l'Espagne où les policiers travaillent ensemble pour lutter contre les trafiquants toujours prêts à innover. Les "go-fast" ne sont plus aussi efficaces, alors ils tentent un "go-slow".
Pierre Pouchairet, ancien policier, sait de quoi il parle et j'ai voyagé avec plaisir à travers ses 400 pages.
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   24 avril 2019
Trop de personnages, trop de lieux, trop d’infos sur le métier de flic (l’auteur en est un ancien). Trop embrouillé. Un peu d’humour. Manque de précision (on ne sait pas pourquoi les enfants tués sont hospitalisés). Alibis non convaincants. Manque de suspens. Ce qui est dommage pour un polar !
Commenter  J’apprécie          112
umezzuumezzu   31 mars 2017
Pour la majorité d’entre eux, dans cet univers morne et triste, la police était clairement l’ennemie. Avec le chômage, les jeunes désœuvrés plongeaient dans la drogue, les plus malins comme dealers. Ici, la réussite sociale passait par s’imposer dans la bande, et régner par la violence...
Commenter  J’apprécie          80
collectifpolarcollectifpolar   05 novembre 2020
Ébloui par un projecteur, il devinait la silhouette de ses tortionnaires plutôt que leur visage. Un coup de poing s’enfonça profondément dans son estomac, fit remonter un jet de bile aigre jusque dans sa bouche, avant de se répandre sur ses vêtements. Une douleur atroce, cette fois les larmes lui vinrent. Il se mit à haleter. Les deux mains attachées dans le dos, assis sur une chaise au fond de cette cave, il comprit qu’il allait mourir. Un nouveau coup le cueillit en plein flanc. Une brûlure fulgurante, comme si ses côtes transperçaient ses poumons. Le souffle coupé, il regarda autour de lui. Même s’il ne les distinguait pas, il les connaissait tous. Dans une autre vie, ils avaient été ses amis. Gosse, il avait joué avec eux, et son fils était l’ami de leurs fils comme sa femme était l’amie de leurs femmes. Pourquoi ? Le visage déformé, il perdit connaissance. Moment fugace où ses pensées s’envolèrent. Il était loin de cette cave et de ses bourreaux. Devant lui, sous un soleil magnifique, son fils courait en riant. Il se mit à sourire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   05 novembre 2020
Quelque part au Maroc.
Froid… Il tressaillit et frissonna, l’eau glacée ruisselait sur lui.

– Alors, ça te réveille ?

Il reprit connaissance, il était trempé. Dieu, qu’il avait froid au fond de cette masure ! Il n’arrivait toujours pas à comprendre ce qu’il faisait là, pourquoi ils étaient venus le chercher et ce qu’ils lui voulaient exactement. Il devait avouer, mais avouer quoi ? Il avait quarante-cinq ans, on lui en donnait plus de soixante, le résultat d’une vie de labeur. Il n’avait jamais rien fait de mal, bon père, bon mari, bon voisin… Il ne portait de jugement sur personne et ne s’occupait pas de la vie des autres. La seule chose qui lui importait, c’était sa famille. Rien de plus. Ils ne pouvaient pas lui en vouloir pour ça. Ce n’était pas un péché, et ça ne portait pas préjudice d’aider les siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
blandine5674blandine5674   24 avril 2019
- T’es de quelle promo ?
- Ça y est, on va commencer à se sentir le cul.
Il resta sans voix, pas certain d’avoir bien compris. Léanne lui lança un regard en coin. Il fallait qu’elle se calme. Elle se laissa aller à un sourire.
- Je plaisante. Je dis souvent que les flics on est comme des chiens qui se sentent les fesses. Dès qu’on se croise, on y va de notre petit lot de questions : ...
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Pierre Pouchairet (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Pouchairet
JIGAL POLAR LES NOUVEAUTÉS Pierre Pouchairet, Nicolas Zeimet, Cédric Cham, Sophia Mavroudis.
autres livres classés : niceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2186 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..