AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213707537
Éditeur : Fayard (07/02/2018)

Note moyenne : 2.98/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Il veut sauver son Royaume. Elle veut devenir reine. Imaginez un désert rural. Un endroit où? il n'y a rien. Plus de médecin. Plus d'école ni de gendarmerie. Pourtant, les quelques habitants de Sainte-Croix-les-Vaches semblent assez heureux. Loin de se laisser aller, ils ont mis en place un système D très efficace ! Thomas Sorlut, leur maire, s'est transformé en Parrain rural. Escroquerie aux subventions, plantations de cannabis, base arrière pour des équipes de bra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  22 mai 2018
Fermez les yeux: imaginez un hameau perdu , situé dans un désert rural, symbole parfait de la déshérence campagnarde, une zone " blanche"en tout cas.......
Dans un périmètre d'une centaine de kms il n'y a rien .......
" le petit village d'Asterix mais sans Romains autour. Juste une indifférence. Un oubli. "
Depuis que l'école a fermé, après la gendarmerie et le départ à la retraite du dernier médecin .......
Au coeur du vide, dans la mairie minuscule règne le maire , Thomas Sorlut : collectionneur de tracteurs anciens , un "voyou - paysan ", qui, par miracle et peut- être savoir faire, réussit à se faire des amis ailleurs, mafieux lyonnais et marseillais, dealers de cannabis, en cheville avec des investisseurs chinois , base arrière pour des équipes de braqueurs .........vol et revente d'engins, tracteurs , pulvés , déchaumeurs, combines douteuses dans son "Royaume "..
Un petit business florissant dans lequel s'épanouissent ses administrés .
Bien sûr , tout devrait continuer à l'identique dans cette zone blanche, qui ne connaîtra jamais Internet , bien loin de la civilisation , chez ces néo- mafieux !
Sauf qu'une jeune députée du mouvement "En Avant "qui veut devenir" Reine "ne débarque un jour, avec sa caravane aux posters flamboyants et ses envies redoutables de désenclaver cet espace à coups de synergies improbables , permaculture sociale et zone---, lab, autant de supercheries fumeuses verbales et projets mirifiques .......sur le papier, un tissu à retisser .......
On ne peut s'empêcher de sourire et même rire à la lecture de cet ouvrage !
L'auteur s'amuse avec bonheur à malaxer la ruralité dans tous les sens , à sa façon, jubilatoire, les discours politiques et les superstitions ridicules, la sorcière et le voyant du coin , leurs minables envoûtements . Je n'en dirai pas plus .
Il ne se contente pas de nous faire rire, il évoque pêle- mêle José Bové et Michel Onfray ,Lactalis et ses méfaits, la malbouffe , la réintroduction du loup dans les Causses, les cancers liés aux pesticides, le suicide des agriculteurs , les contradictions et les potentiels de l'espace rural .
Le livre est découpé en courts chapitres aux titres amusants , inventifs et ironiques qui relancent l'intérêt , un peu "dingues", semblables à des séquences cinématographiques ........à dessein?
Il promet une suite à la prochaine pleine lune .........
Un thriller rural désopilant et dépaysant qui sert quelques vérités au sein de loufoqueries rythmées ........
Au moins , il a réussi à chasser mes soucis du moment .........
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          458
cardabelle
  11 juin 2018
Causse , terroir, montagne : des mots que j'aime , qui m'attirent comme des aimants et s'ils viennent servir un " désopilant thriller rural " , je fonce !
Donc, départ pour le coeur du Massif Central à Sainte-Croix-Les-Vaches , un petit village déserté au drôle de nom qui , selon le résumé , promettait aventure, dépaysement et rigolade d'autant plus qu'il semblait administré par un sbire bien surprenant .
Oui, mais voilà, ici , il n'aura fallu que quelques pages pour refréner mon enthousiasme ; j'ai en vain cherché le côté humoristique d'une pseudo-satire politico- sociale pour n'y trouver que lourdeurs , clichés et banalités .
Bon, les personnages se veulent quand même bien caricaturaux ; alors , c'est peut-être ça le côté loufoque , ces traits grossis à la hache mais ils m'ont paru bien artificiels . Et , sans crédibilité point d'émotion !

L'intrigue , à mon sens n'est qu'une ébauche pour amener un second tome : on assiste à quelques bouffonneries servies par des dialogues bien quelconques , peu truculents , sans finesse aucune : si humour il y avait , il m'aura bien échappé !
Quant au thriller ... il m'a semblé se noyer au milieu d'une mêlée de thèmes juste ébauchés .
Et, ça se termine en queue de poisson : pas d'épilogue , suite au prochain numéro ... qui s'annonce encore plus palpitant !
Alors, tant mieux si ça plaît à d'autres lecteurs mais moi, je m'arrête là , et le sort des protagonistes de Sainte-Croix-Les-Vaches m'importe peu après la déception de cette lecture.
L'Aubrac , je le retrouverai avec bonheur mais ailleurs ...




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
sylvaine
  23 janvier 2018
Désopilant thriller rural ? Je n'ai pas du lire la même chose ou je n'étais pas dans l'humeur adéquate ou je n'ai pas su ou pas pu apprécier l'humour de Vincent Ravalec.Dommage!
L'idée de départ était pourtant sympa , une "zone blanche" dans les Causses oubliée de l'Etat, de l'Eglise et surtout de la gendarmerie que demander de plus ? Thomas Sorlut le maire de Sainte-Croix-les-Vaches en est parfaitement conscient et n'hésite pas à marcher sur la ligne blanche . Bon parfois il la franchit mais c'est pour la bonne cause, donc circulez il n'y a rien à voir . Et là patatras débarquent Sheila et Jeanne. Sheila se présente à la députation pour le mouvement En Avant , Jeanne son amie est son assistante. Alors là tout va s'emberlificoter je ne vous dis que cela . Ah excellente nouvelle on nous annonce une suite .....
Une grosse déception donc mais des remerciements chaleureux aux Editions Fayard via Netgalley pour m'avoir permis cette découverte.
Commenter  J’apprécie          220
stokely
  28 mars 2018
Je suis restée totalement hermétique à cette lecture de bout en bout, c'est dommage mais je pense que si l'on adhère au style particulier de l'auteur cette lecture peut être très plaisante.
Nous sommes ici dans un petit village Sainte Croix-les-Vaches aussi nommé par ses habitants le Royaume, ce village ne possède plus rien ni médecin, ni école etc...
Sheila va un jour débarqué pour devenir député et secoué ce village ou le maire fait des plants de cannabis "agriculture biologique" entre autres.
Il y est également question de loups (l'animal) ou l'on se pose la question de sa réintroduction, de vaches et de semence de taureau, de désenvoûtement.
J'ai trouvé cela tiré par les cheveux sans véritable fil conducteur ce qui fait que j'ai été complétement perdue durant ma lecture.
Commenter  J’apprécie          180
kateginger63
  22 janvier 2018
Un poîlar dans les Causses (c'est la fin des haricots!)
*
Et voilà encore un poîlar français comme je les aime. (Poîlar = polar + humour)
En fait, ce roman n'a pas vraiment de genre bien défini. C'est un polar/thriller/rural/comédie.
*
On suit Thomas et sa bande (lui le Roi dans son Royaume) sur les terres arides et ventées des Causses (vous savez, là où il n'y a pas de réseau de téléphonie/internet). Un endroit reculé (et oublié de la capitale) qui "vivote" tant bien que mal avec l'agriculture (ce qu'il en reste). Des paysages magnifiques, sauvages, rudes et sublimés.
*
Thomas, donc, qui gère sa commune (il est maire) avec des moyens illégaux (il faut bien le dire n'est ce pas?) grâce à une manne providentielle tombée du ciel (!).
L'arrivée de deux jeunes femmes (députée et son assistante) met le village en émoi. Quel est leur but? Leur projet? le Royaume ne veut surtout pas qu'elles devinent leurs petites combines.
Une petite intrigue où il est question de film, de désenvoûtement, de taureau, de suicide, un peu de politique.
*
Un ton humoristique, parfois dramatique, des dialogues simples mais efficaces. Des personnages certes caricaturaux mais si attachants. Un petit bémol sur le thème mystico/spirituel qui semble trop présent à mon goût.
L'auteur promet une suite. Je poursuivrais c'est sûr!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

critiques presse (2)
LaLibreBelgique   27 mars 2018
En opposant la campagne à la ville, la tradition et la technologie, Vincent Ravalec jette un regard acéré sur la modernité. Evidemmment, un tel décalage peut-être sujet à maints quiproquos.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Bibliobs   01 mars 2018
L'auteur de "Cantique de la racaille" s'est mis au vert pour écrire un polar glauque et malin. L'air de la campagne lui réussit plutôt bien.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   22 mai 2018
"Il est démontré par l'expérience des siècles que, dans la condition d'agriculteur , l'homme conserve une âme plus simple, plus pure, plus belle et plus noble ....."
Commenter  J’apprécie          181
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   29 janvier 2018
Thomas a lu deux livres dans sa vie. Le Rivage des Syrtes, qu'il a commencé il y a vingt-cinq ans, et qu'il n'a toujours pas fini, dont il lit des petits bouts sporadiquement, recueilli, concentré. Et le livre de Thoreau. Pour une raison aussi factuelle que hasardeuse : une artiste contemporaine s'était égarée dans la région de Sainte-Croix. Elle cherchait une mairie pour la sponsoriser. Tout son travail reposait sur la lecture de ce livre. Il s'était forcé à le lire, dans l'espoir de la sauter. Ce qui n'avait pas été le cas. Mais il avait dû faire l'effort d'aller jusqu'au bout. Il avait donc une vision précise de l'ouvrage, et du propos de Thoreau, qui avait alimenté les conversations avec la fille, et sur lequel, contrairement à d'autres sujets où il serait resté en plan, il pouvait avoir un avis, étant lui-même un homme des bois, en tout cas plus proche des bois que quelqu'un qui habitait en ville et occupait ses soirées en allant à des vernissages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   29 janvier 2018
Les filles étaient en robe. Des robes d'été. Il faisait beau. Cela fit comme une apparition, dans un film, quelque chose qu'on attendait depuis longtemps, qu'on espérait plus. Elles se garèrent devant la mairie. Thomas cette fois sortit pour les accueillir. Elles dirent : « Bonjour, monsieur le maire », et lui : « Ça va ? Vous avez fait bonne route ? », et elles acquiescèrent, sans réaliser ce que leur irruption avait d'incongru et d'extraordinaire. C'était impossible pour elles. Le gap était trop important. Même en imaginant qu'il y ait rarement des jeunes femmes en robe d'été à Sainte-Croix, elles ne pouvaient pas supposer que c'était à ce point-là, qu'elles étaient plus qu'un évènement. Une fissure, plutôt, dans le flanc de la montagne, qui se répercutait jusqu'au début des Causses, et peut-être le signe d'une nouvelle fertilité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   29 janvier 2018
Nous n'existons pas vraiment, nous sommes à la lisière, nous aimons cultiver la terre et choyer les taureaux. Vous ne vouliez plus de nous, vous vouliez nous hacher menu, mais nous survivons. Nous sommes le reste d'un souvenir, et nous ne voulons pas mourir.
Commenter  J’apprécie          20
LeCombatOculaireLeCombatOculaire   29 janvier 2018
La veille, Thomas avait lu quelques lignes du Rivage des Syrtes. Il en était à peu près à la moitié. Le roman était en sa possession depuis qu'il avait récupéré le trésor. Dans un des cartons, il y avait ce livre, et dans un autre deux pistolets et des boîtes de balles. Il avait gardé les pistolets, s'était entraîné à tirer avec, et il avait mis le livre à son chevet, pensant que c'était un signe (en fait, c'était juste un bouquin resté par hasard au fond d'un carton quand Monré avait fait son chargement). Il le lisait par petites doses, se disant confusément que peut-être son destin avait un rapport avec celui d'Aldo et cette cité perdue, cette guerre improbable que décrivait l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Vincent Ravalec (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Vincent Ravalec
Politologue et rédacteur en chef du mensuel Les Zindignés, Paul Ariès est à notre micro pour évoquer sa "Lettre ouverte aux mangeurs de viande", plaidoyer carnivore contre les injonctions au véganisme. Il en discute avec le romancier et cinéaste Vincent Ravalec, auteur de la sage rurale "Sainte-Croix-les-Vaches : le retour d?Horace".
Pour en savoir plus : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-2eme-partie/le-veganisme-fait-il-le-jeu-du-capitalisme
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤14DKToXYTKAQ5¤££¤6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : ruralVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2092 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre