AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
L'Empathie tome 1 sur 2
EAN : 9782266297387
496 pages
Pocket (13/02/2020)
  Existe en édition audio
3.98/5   2235 notes
Résumé :
Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte.

« Il resta plus d’une heure debout, immobile, face au lit du couple. Il toisait la jeune femme qui dormait nue, sa hanche découverte. Puis il examina l’homme à ses côtés. Sa grande idée lui vint ici, comme une évidence ; comme les pièces d’un puzzle qu’il avait sous les yeux depuis des années et qu’il parvenait enfin à assembler. On en parlerait. Une apothéose. »
Cet homme, c’est Alpha. Un bloc ... >Voir plus
Que lire après L'EmpathieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (541) Voir plus Ajouter une critique
3,98

sur 2235 notes
Sur la couverture, un avertissement signale que l'on risque après lecture de ne plus pouvoir dormir la fenêtre ouverte. En fait on risque de ne plus pouvoir dormir du tout. Dans un premier temps parce qu'on aura réduit ses heures de sommeil pour avancer dans ce thriller qu'on ne peut pas lâcher. Et ensuite parce qu'on va rapidement découvrir que ce n'est pas une fenêtre fermée, quel que soit l'étage où elle se trouve, qui arrêtera Alpha.

Alpha. le nom que l'on redoute de voir apparaître car on sait immédiatement que quelqu'un va passer un sale quart d'heure. Rien n'arrête ce démon, uniquement animé par sa propre jouissance qui ne peut se manifester que dans la torture et la domination de ses victimes. Même si l'on découvre peu à peu son passé, pas question de l'absoudre, on souhaite juste que les valeureux flic qui sont sur ses traces parviendront à le neutraliser. Si possible pour toujours.

La Poire, c'est lui qui traque ce pervers démoniaque. Ce surnom fruitier, lié à la morphologie peu excitante d'Anthony Rauch, cache un passé trouble, que l'on va découvrir peu à peu. Et quel que soit ce passé, Anthony reste un personnage qui suscite l'empathie. Mais tout cela sera révélé à petites doses. le seul indice livré dès le départ est la personnalité remarquable de sa mère, avocate réputée pour plaider les causes perdues.

Troisième élément d'un thriller, les victimes. La compassion est là inévitable. Et elles contribuent par leurs caractéristiques sans originalité à l'impression générale que cela peut arriver à n'importe qui. Il suffit juste d'être là au mauvais moment.

C'est donc un thriller haletant, difficile à lâcher, à la fois en raison de la terreur qu'inspire le psychopathe mais aussi parce qu'on beaucoup à découvrir sur le passé du capitaine Rauch.


Un thriller efficace et mouvementé comme je les aime.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
Commenter  J’apprécie          1979
Un thriller complètement addictif. Aucun superflus, on tourne les pages avec frénésie sans pouvoir s'arrêter.
Moi qui n'aime pas les histoires avec des flics, j'ai été servie ici mais dans le bon sens du terme. Au-delà d'une intrigue de base à la recherche d'un violeur machiavélique, on suit surtout plusieurs personnages à hauteur humaine. Il y a beaucoup de psychologie dans ce thriller et on se retrouve piégé à l'insu du titre à ressentir énormément d'empathie. Malgré l'horreur que traversent ou ont traversé les personnages, l'empathie palpite à chaque chapitre.

Antoine Renand ne mâche pas toujours ses mots pour décrire l'horreur, c'est cru avec un acharnement presque indigeste à nous servir une suite d'atrocités, de perversités sexuelles. Je suis fleur bleue et j'ai une âme sensible et pourtant j'ai été happée dans ce thriller comme jamais. J'ai trouvé la plume de l'auteur attractive, la construction du livre très pertinente et immersive à souhait, les personnages sont bien campés et interagissent entre eux. Par dessus tout j'ai surtout adoré le paradoxe grandissant entre l'ombre machiavélique des démons de l'enfance et cette empathie qu'on sert, qu'on empoigne, qu'on implore pour sauver ces êtres qui ont le malheur de grandir dans une mauvaise famille ou de croiser le diable à un mauvais moment de leur vie.

C'est un thriller qui a une âme, qui se veut addictif et prenant tout en encourageant pour les plus forts à écouter leur coeur battre dans les ténèbres de la nuit. Seule l'empathie recèle au final les clés pour arriver à cerner l'origine du mal et elle seule sait où se cache l'absolution.
Brillant.
Commenter  J’apprécie          13112
Mon dieu quel roman.. complètement addictif. Ce roman tu l'ouvres pour ne plus le lâcher ! Et en plus quand tu sais que c'est un premier roman c'est juste incroyable d'être aussi bon et dans l'écriture et dans l'histoire. Bref je tire mon chapeau a l'auteur.

Bon il faut quand même avouer que ce livre a quelques défauts. Les personnages ont tous un passif un peu compliqué et de ce fait cela fait un peu trop pour moi.
Et le final un peu trop rapide et expéditif aussi, a mon gout …

Mais en dehors de cela , je me suis régalée.
L'écriture de l'auteur est super agréable et addictive. le scénario très prenant, très réaliste. Et le sujet de fond est traité avec pudeur malgré la violence des actes. J'ai aussi apprécié la psychologie des personnages.
Et puis pour finir j'ai passé ma lecture a voir Cédric Sire dans le rôle d'Alpha (le gros méchant de l'histoire - cf ma citation), ce qui ne gâche rien a ma lecture.

Un jeune auteur que je vais garder à l'oeil car il a un réel talent de conteur.
Commenter  J’apprécie          12110
Comment chroniquer ce roman sans divulgacher?... Pour ma part, je l'ai lu avec comme seules informations la phrase de la première de couverture : "Vous ne dormirez plus jamais la fenêtre ouverte" et le macaron de la sélection pour le prix Bête Noire des libraires 2019.
Parlons alors de la construction qui est originale et alterne les enquêtes avec des chapitres de présentation de l'histoire de vie des personnages.
Parlons aussi du caractère visuel et cinématographique du récit et pour cause, l'auteur est réalisateur de courts métrages et scénariste de longs.

L'enfance traumatique est le dénominateur commun aux personnages principaux, les prédateurs bien sûr, mais aussi Anthony et Marion qui travaillent à la brigade du viol. La psychologie fouillée des protagonistes crée une deuxième histoire à côté de l'enquête proprement dite. Ces policiers ont fait un véritable choix en se spécialisant en profileurs de violeurs ; ils sont en empathie avec les victimes.

Ce premier roman d'Antoine Renand est magistral et addictif. Il est semé d'indices et dévoile progressivement les zones d'ombres du passé des enquêteurs.
Commenter  J’apprécie          1055
Alpha aime s'introduire en silence chez les gens et de préférence quand ils sont chez eux. Une fenêtre ouverte à n'importe quel étage fera l'affaire pour cet homme capable d'escalader les façades à mains nues. Une fois à l'intérieur, il prend tout sont temps pour torturer, dominer et violer ses victimes…

Mais que fait la police me direz-vous ? Et bien, justement, Anthony Rauch, surnommé La Poire, et Marion Mesny, capitaines au sein de la « brigade du viol » de la police judiciaire, vont tenter de mettre fin aux agissements de ce pervers insaisissable… surtout que l'affaire va vite devenir personnelle !

Pour son premier roman, Antoine Renand parvient à nous servir un thriller particulièrement haletant, qui se dévore de la première à la dernière page. La construction, qui alterne les enquêtes des policiers avec des retours en arrière dévoilant le passé des personnages, s'avère très efficace et permet d'avancer dans l'histoire tout en créant de l'empathie envers des personnages dont l'enfance explique bien des choses…sans forcément les excuser.

Le côté un peu exagéré de ce tueur diabolique, trop proche du surhomme pour demeurer réaliste, ainsi que l'accumulation d'atrocités qui feront fuir les âmes trop sensibles, sont les seuls petits bémols de ce polar addictif au possible. Il y a d'une part des personnages qui ont quasiment tous étés violeurs et/ou violés et d'autre part une description de l'horreur souvent trop explicite, qui peuvent éventuellement causer une overdose chez le lecteur. Lorsque le petit Anthony Rauch décrit ce qu'il a vécu à l'aide de dessins, l'auteur démontre pourtant sa capacité à décrire l'horreur de manière beaucoup moins explicite.

Mais bon, pour un premier roman, on peut effectivement parler d'une solide entrée dans le monde du polar ! Je vais d'ailleurs très vite me plonger dans le second volet !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
Commenter  J’apprécie          1041

Citations et extraits (132) Voir plus Ajouter une citation
Il comptait laisser libre cours à ses pulsions. Continuer sur sa lancée. Il avait commencé avec ce couple, rue de Malte, sans plan défini. Sans effectuer aucun repérage. Au cours de la première nuit où il se promenait, il avait aperçu la femme par une fenêtre éclairée et ouverte.
Son seul critère était un nombre d'étages suffisamment élevé. Il tenait à ce que ce soit très haut, et à ce que son action en soit encore plus remarquable. Il ignorait la présence du mari, même s'il l'avait envisagée. Et tout s'était mis en place, naturellement et parfaitement. L'homme faible avait assisté au viol de son épouse. Leurs vies ne seraient plus jamais les mêmes. Vies qu'il leur avait laissées. La mort eût été trop simple, trop inutile; désormais et jusqu'au bout, ils vivaient avec ce souvenir.
Commenter  J’apprécie          220
[ avant un débat télévisé entre une avocate et un policier ]
- Tu n'as aucune raison de t'en faire, continua Louisa, le rôle que tu vas tenir ce soir est un jeu d'enfant, là où le mien est beaucoup plus ardu : je vais plaider la possible réhabilitation des criminels sexuels, alors que tu vas expliquer aux gens que les remettre dans la nature représente un danger. Tu vas caresser les téléspectateurs dans le sens du poil, et tu seras en plein dans la pensée dominante : si on écoutait le peuple, la peine de mort serait rétablie depuis longtemps, et Mitterrand n'aurait jamais pu l'abolir... Le cumul des peines serait instauré, comme dans bien des pays, et on verrait des gens condamnés à 100 ou 200 ans de prison... C'est tout juste si la torture ne reviendrait pas au goût du jour ; nos bonnes vieilles exécutions en place publique, avec écartèlement... Les supplices moyenâgeux, tu sais, ne sont jamais enterrés bien profondément dans le coeur des gens... La foule est avide de sang, et de brutalité.
(p. 184)
Commenter  J’apprécie          120
- Est-ce que cette tête-là vous dit quelque chose ? Interrogea Théo. Un type aux cheveux bruns, longs. Grand. Près de 1.90 mètres ; ça ne passe pas inaperçu. Les yeux noirs et une assez belle gueule. un costaud.

* Si ça ne vous fait pas penser à un autre auteur de thriller, je mange mon chapeau (note de moi même)
Commenter  J’apprécie          373
A l'époque, il devint plus teigneux et commença à rendre les coups, et même à aimer ça. Marre d'être emmerdé, besoin de se défouler, ne plus craindre personne. Ses professeurs s'en rendirent compte mais n'alarmèrent pas ses parents, car [il] restait un bon élève. Brillant, même, selon certains. Et son allure vestimentaire n'évolua pas tellement - rien à voir avec un 'grunge' ou un 'punk', phobies collectives en ce temps-là du corps enseignant. [Il] restait un garçon de bonne famille en apparence, poli et parfois même réservé. Mais s'il ne changeait pas en extérieur, intérieurement il ressentait une colère qui ne faisait que croître.
Commenter  J’apprécie          160
A cette époque, il faisait très souvent allusion aux 'Dents de la mer', un film qu'il adorait, et [le réalisateur], à son écoute, avait entrepris de lui expliquer le secret de l'une des séquences mondialement connues ; celle où Roy Scheider, assis sur la plage face à la mer, découvrait la présence du requin parmi la foule des baigneurs. [Il] avait placé l'enfant sur un fauteuil roulant en lui confiant sa caméra 16 mm, puis 'le maître' avait fait avancer le fauteuil en un 'travelling avant' et dit à l'enfant de dézoomer en même temps. La perspective de ce qu'il voyait s'en trouvait chamboulée, suggérant un trouble extraordinaire du personnage. Hitchcock (...) avait été le premier à se servir de cet effet dans 'Sueurs froides', pour suggérer le vertige de James Stewart.
(p. 251-252)
_____

>> https://www.youtube.com/watch?v=yAkSXTqKj7Q
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Antoine Renand (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Renand
À l'occasion de la 20ème édition du festival "Quais du Polar" à Lyon, Antoine Renand vous présente son ouvrage "L'empathie, tome 2" aux éditions Robert Laffont.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2924982/antoine-renand-l-empathie-vol-2
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (4729) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..