AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782846821209
224 pages
Éditeur : P.O.L. (01/02/2007)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 38 notes)
Résumé :
L'idée, c'était de se procurer à Paris une vieille voiture en état de rouler, et de l'expédier au Congo où elle deviendrait un taxi. Celui-ci assurerait des ressources régulières à la famille du colonel, restée au pays quand lui-même avait été contraint de s'expatrier. Tel que le colonel et le narrateur l'avaient conçu, dans un café de la porte de Clichy, le projet était simple et brillant. Chemin faisant, tant sur mer que par la route, selon un itinéraire qui recou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Kirsikka
  27 janvier 2018
Personne ne songerait à voyager en bateau pour accompagner une voiture d'occasion vers la République Démocratique du Congo, où elle doit devenir taxi, mais le narrateur et le colonel y ont songé. le récit se déroule au rythme des combines plus ou moins réussies, d'un voyage en mer ponctué de questions sur la meilleure façon de respecter le protocole du bord, des souvenirs d'adolescence à Leopoldville, des péripéties de l'acheminement du véhicule, d'anecdotes de l'histoire du Congo belge qui deviendra Zaïre puis RDC.
L'écriture de Jean Rolin a le charme de la nostalgie, de la lenteur des voyages en mer, des souvenirs de l'adolescence. Il parle du temps présent comme du temps passé, les personnages sont des taiseux obstinés, aux passé un peu trouble, à la marge du secret, réel ou insinué.
Commenter  J’apprécie          141
topocl
  10 janvier 2015

Je me suis régalée à accompagner Jean Rolin de Paris à Matiba, Congo, où sous prétexte de convoyer une Audi vieillissante (celle dont la durite explose) il s'amuse à nous noyer sous les combats internes des diverses factions politiques. Relisant la Recherche, se remémorant Joseph Conrad ou WG Sebald,
rêvant d'être pris pour un agent des services secrets, il nous emmène dans des aventures aussi statiques que prenantes tout au long de trois semaines en cargo. C'est un récit de voyage élégant et plein d'humour, un autoportrait goguenard, où il considère l' Afrique post-coloniale d'un oeil à la fois tendre et sans concession
Commenter  J’apprécie          50
cyberugo
  25 mai 2012
Roman acheté sur un coup de tête après avoir lu une critique vendeuse, je ne savais que peu à quoi m'attendre...
La scène de départ se situe au milieu de l'intrigue, puis un flash-back va nous raconter comment il est arrivé à cette situation particulière : être au milieu du Congo avec une voiture dont une durite vient d'exploser. On revisite alors au fil de ses souvenirs la raison de ce voyage, l'amitié ?, puis les diverses péripéties qu'il a fallu régler pour enfin arriver sur la terre et le sol tant recherché. le lecteur est aussi amené à revisiter le fil de l'histoire politique des 40 dernières années de ce pays qui fut plutôt mouvementée.
On a là un voyage physique et spirituel, que le narrateur partage avec nous. le sentiment qui en ressort est étrange, à moitié satisfait, à moitié non, avec une impression de goûter quelque chose de bon mais de ne pas en avoir assez...
Commenter  J’apprécie          20
CFONS
  24 mai 2012
On croise beaucoup de personnages politiques dans cette afrique déchirée par les factions. N'étant pas familières des évènements, j'étais parfois un peu larguée, mais ce livre raconte une histoire africaine haute en couleurs et on est vite accroché par le récit et l'écriture. c'est bien
Commenter  J’apprécie          20
CFONS
  24 mai 2012
On croise beaucoup de personnages politiques dans cette afrique déchirée par les factions. N'étant pas familières des évènements, j'étais parfois un peu larguée, mais ce livre raconte une histoire africaine haute en couleurs et on est vite accroché par le récit et l'écriture. c'est bien
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Bibliobs   29 août 2011
On rit beaucoup dans la compagnie de ce pied nickelé en service commandé, mais pas seulement. Car on distingue, peut-être plus encore que dans ses autres livres, ce qui rend si précieuse la prose de cet écrivain : elle invente un autre rapport au réel, en témoignant de faits qui se trouvent en permanence soumis à toutes sortes de questions et d'hypothèses.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
NikolasdeparisNikolasdeparis   14 août 2017
Par la suite, alors que nous étions dans le métro, Foudron a observé qu'il régnait presque toujours sur la ligne n°4 une chaleur excessive, dont il pensait qu'elle était entretenue délibérément par les responsables de la RATP afin de mortifier les usagers de cette ligne, dont beaucoup, peut-être la plus part, au moins dans sa partie nord et à certaines heures, étaient d'origine africaine. Mais bien loin de se plaindre de ce traitement discriminatoire, il estimait au contraire qu'il aurait dû être appliqué avec plus de rigueur, et la température, ou l'inconfort qui en résultait, portés si possible à un degré supérieur, car comme beaucoup d'immigrants d'une relative ancienneté il manifestait une grande défiance à l'égard de tous ceux qu'il identifiait comme des nouveaux venus, les soupçonnant peut-être de vouloir usurper des avantages sociaux que lui-même avait peiné pour obtenir, ou de compromettre la pérennité de ceux-ci par leur trop grand nombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NikolasdeparisNikolasdeparis   15 août 2017
Quand je suis arrivé dans la capitale, au terme de ce voyage interrompu quelques heures par l'explosion de la durite, il s'y tenait un congrès international de spécialistes des grands singes.Outre qu'il prendrait des décisions, ou ferait des recommandations, appelées à demeurer lettre morte, ne serait-ce que dans la mesure où des gens qui manquent de tout, ou qui sont pourchassés par des troupes menaçant de les exterminer, ou ces troupes elles-mêmes, et parfois jusqu'aux forces internationales déployées pour contenir les exactions des précédentes, tous se soucient comme d'une guigne de la protection des grands singes et trouvent plus avantageux, s'ils en rencontrent, de les manger ou de les vendre, ce congrès témoignait de la magnanimité ou de l'amnésie des spécialistes des grands singes : quatre de leurs collègues, en effet, avaient été enlevés et longuement séquestrés - trente ans auparavant, il est vrai - par Laurent Désiré Kabila, le père d l'actuel chef de l'Etat et le tombeur de Mobutu, qui après la chute de celui-ci avait régné à son tour sur le Congo, ci-devant Zaïre, pendant près de quatre ans, jusqu'à son assassinat survenu le 16 janvier 2001. (Et comme cela faisait un peu plus de quatre ans, lorsque j'atteignis Kinshasa, que Joseph Kabila lui avait succédé, on pouvait dire du fils qu'il avait déjà amélioré de quelques mois la performance de son père.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NikolasdeparisNikolasdeparis   15 août 2017
Ce qui compte surtout, s'agissant de Denis Sassou Nguesso, c'est l'excellente réputation dont il jouit auprès de l'industrie pétrolière. Qu'il soit parvenu (ou revenu) au pouvoir par la force, au prix de plusieurs dizaines de milliers de mort et de la destruction partielle de la capitale du pays, Brazzaville, qu'il s'y soit maintenu en faisant massacrer d'anciens opposants de retour dans cette capitale, après leur avoir promis la vie sauve, ou qu'avant de s'enrichir démesurément il ait proclamé pendant longtemps son adhésion au marxisme-léninisme, dans l'ignorance probable du contenu réel de cette doctrine, tout cela ne compte pas, ou très peu. Car nombre de chefs d'Etat africains, ou non africains, sont dans le même cas, et c'est généralement sous eux que gisent les réserves de pétrole ou de gaz les plus fructueuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KirsikkaKirsikka   27 janvier 2018
Les complexités du protocole, à bord de ce navire, peut-être avais-je tendance à les exagérer, par nature, et d'autant plus qu'en même temps qu'il se rapprochait de l'Afrique, je progressais de mon côté dans la relecture de la Recherche. Ainsi est-ce le jour où j'atteignis l'épisode dans lequel le narrateur, pour la première fois, est présenté à la duchesse de Guermantes, ainsi est-ce ce jour-là que me fut notifiée une invitation au "café de 10 heures", que chaque matin, à la mer, réunissait autour du commandant, dans son bureau, le chef mécanicien et le second capitaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NikolasdeparisNikolasdeparis   15 août 2017
Dans la soirée qui suivit la mutinerie, alors que le San Rocco avait repris sa route, vibrant de nouveaux au rythme régulier du moteur Sulzer fabriqué sous licence par Cegielski, la lune s'est levée, pleine, au milieu des nuages, tandis qu'à l'horizon trainaient encore quelques restes du jour, faisant miroiter les eaux sombres comme dans un tableau pompier évoquant des choses tristes, telle la mort d'une jeune héroïne dont le corps a roulé sous la vague marine. Et il y a dans le mauvais goût pathétique, quand c'est la nature elle-même qui s'en empare, une telle force de persuasion qu'en considérant cette étendue noire et luisante (image de l'infini, peut-être, plutôt que du néant?), soulevée sous la clarté lunaire d'amples ondulations, l'idée m'est venue, brièvement, que si je me jetais dedans, depuis l'aileron de passerelle bâbord, je connaitrais une fin vraisemblablement effroyable, déchiqueté par l'hélice ou boulotté par des requins, mais tout de même plus noble, et plus propice à ma gloire posthume, que celle, "lente et douloureuse", promise jour après jour aux fumeurs par leur propres paquets de cigarettes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean Rolin (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Rolin
Jean Rolin le Pont de Bezons éditions P.O.L où Jean Rolin tente de dire de quoi et comment est composé son livre "Le Pont de Bezons" à l'occasion de la parution de "Le Pont de Bezons" aux éditions P.O.L, pour la rentrée de septembre 2020, à Paris le 1er mai 2020 "Il soufflait un léger vent, des joggers couraient, torse nu pour certains, des trottinettes et des vélos s'efforçaient de les éviter, et deux filles assez belles, me sembla-t-il, se partageaient sur le quai une pizza, l'une d'elles assise de telle sorte que je la crus tout d'abord unijambiste, éprouvant de ce fait un élan de pitié dont je me retrouvai embarrassé par la suite. Bientôt un fin croissant de lune s'éleva au-dessus de Bezons, dans un ciel où se diluaient les teintes excessives du couchant."
+ Lire la suite
autres livres classés : afriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les titres de Jean Rolin

Chemins...

...de terre
...d'eau
...de feu
...d'air

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Jean RolinCréer un quiz sur ce livre