AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Lortholary (Traducteur)Robert Simon (Traducteur)
ISBN : 2070425266
Éditeur : Gallimard (16/10/2002)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 97 notes)
Résumé :
Amours en fuite est un ouvrage particulier puisqu'il regroupe sept récits qui peuvent se lire comme sept romans à part entière.

C'est dire que le livre est dense, surtout si l'on précise que chaque histoire a les qualités émotives et fictionnelles du Liseur qui a rendu célèbre Bernhard Schlink.

Dans Amours en fuite, on retrouve d'ailleurs le thème du secret et de la révélation. Chaque intrigue se noue autour d'un personnage masculin s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
CorinneCo
  11 juin 2014
Bernhard Schlink est une mine d'or pour un cinéaste. Chacune de ces sept nouvelles pourraient être des petites pépites cinématographiques (comme les autres livres d'ailleurs) et cela n'enlève en rien la qualité littéraire. Au contraire, le matériau est si riche et la narration si fine que tout est déjà là. La richesse de l'écriture sera toujours plus dense que le film (il suffit de voir et de lire "Le Liseur", même si le film est tout à fait honorable). "Amours en fuite" s'ouvre sur une nouvelle intitulée "La petite fille au lézard", histoire d'un tableau familial dont le fils remonte le fil de l'acquisition par son père. Ce jeune homme a une véritable fascination pour ce tableau depuis son enfance, un véritable amour presque obsessionnel, il le chérit autant qu'il le hait car nous voici avec Schlink dans le labyrinthe des "objets volés" pendant la guerre. Je n'en dirais pas plus.
Puis c'est "l'infidélité", nouvelle ou le narrateur raconte son amitié avec un couple à Berlin Est, lui habitant Berlin Ouest, avant et après la chute du mur. Une histoire de trahison, d'illusion, de blessures, aussi bien politiques qu'intimes. Quand l'Histoire (comme souvent chez Schlink) s'invite dans les histoires intimes des protagonistes. La troisième nouvelle "L'autre" est plus convenue et "classique". Un homme découvre après la mort de sa femme que celle-ci a eu une liaison et il décide de rencontrer "l'autre". Cet homme timoré et peu aimable découvre une facette de sa femme qu'il ne soupçonnait pas et nous suivons son cheminement émotionnel et intellectuel pour en venir à accepter cet "autre" et à le comprendre et à comprendre sa femme. Puis vient une de mes nouvelles préférées de ce livre "les poids gourmands". Cette histoire rocambolesque d'un homme qui a tout et veut tout, plusieurs métiers, plusieurs femmes, plusieurs enfants, qui décide soudain de tout abandonner et qui se retrouve rattrapé par son histoire, son passé et sa "gourmandise". La fin est à la fois drôle, amère et cruelle.
"La circoncision" avant dernière histoire est une belle partition sur l'acception de l'autre, sur la culpabilité, la transmission, Sarah est juive new-yorkaise, Andi est catholique allemand. Ils sont jeunes, ils s'aiment et se sentent prêts à affronter toutes les difficultés liées à leur passé familial respectif. Mais ce passé ne les laisse pas en paix, Schlink par la voix d'Andi pose toutes les questions, ne répond à aucune ou si peu. Il nous interroge comme souvent dans ses livres. Andi se sent piégé par L Histoire, par son identité. Cet amour est-il voué d'emblée à l'échec ?
L'avant-dernière histoire est "Le fils", la toile de fond est un pays en guerre et un homme faisant partie d'une mission étrangère "d'observation". Cette petite nouvelle parle d'un homme qui a failli toute sa vie, du moins le pense-t-il et qui loin de son pays, de sa famille, dans un environnement hostile et face au danger pense qu'il n'est pas trop tard pour rattraper les choses, surtout son attitude vis-à-vis de son fils. le pourra-t-il ?
La dernière nouvelle s'intitule "la femme de la station service". C'est une rêverie. Un petit bijou désolé, mélancolique comme les côtes du Pacifique noyées dans la brume où l'histoire se termine.
L'alchimie d'humanisme et de beauté formelle qui se dégage de l'écriture de Bernhard Schlink n'a d'égale que la complexité de ses histoires ou nous sommes tous, représentés dans une vision humaine fragmentaire et globale, toujours juste et sensible. Un patchwork d'émotions et de réflexions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
AmandineMM
  09 février 2013
C'est une loi de la nature que l'amour seul peut changer ; et de l'amour, en a-t-on quand on veut ? [Lettre CXXXI des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos]
Sans qu'elle soit jamais citée dans le recueil de Bernhard Schlink, cette citation d'une lettre de la marquise de Merteuil au vicomte De Valmont m'a accompagnée tout au long de ma lecture de ces nouvelles (ou novellas, tant elles sont longues et construites comme de petits romans). Toutes traitent de l'amour, de la façon dont il naît, puis meurt, et abordent une problématique particulière, souvent liée à la (im)possibilité de ce sentiment. Dans L'infidélité, la question amoureuse semble secondaire dans l'intrigue, mais est posée explicitement : « Peux-tu aimer quelqu'un que tu n'estimes pas ? » Dans d'autres textes, la difficulté amoureuse est liée à la religion et à la nationalité (La circoncision), à une idéalisation excessive liée à l'art (La petite fille au lézard) ou au manque de communication entre les êtres (Le fils). En parallèle de ces débuts, les fins amoureuses semblent également préoccuper Bernhard Schlink qui les met en scène à plusieurs reprises. L'amour éternel n'a pas de place dans ces sept nouvelles, les personnages se demandent plutôt comment faire le deuil d'un amour (L'autre) ou s'il est possible de le faire renaître (La femme de la station-service), ainsi que les raisons qui retiennent certaines personnes ensemble (Les pois gourmands).
L'amour est le thème rassemblant ces sept textes, mais il n'est pas le seul abordé, et ce sont surtout ces autres sujets qui m'ont beaucoup intéressée, notamment dans La petite fille au lézard, L'infidélité et La circoncision. Ces trois nouvelles abordent, comme le Liseur du même auteur, la question de la Shoah et de son héritage en Allemagne, d'un point de vue familial dans les deux premières (comment les enfants vivent-ils avec le secret des agissements de leurs parents pendant la seconde guerre mondiale ? Quel héritage reçoivent-ils ?) et plus général dans la dernière. Un chrétien allemand et une juive américaine de la troisième génération peuvent-ils considérer n'avoir plus rien à voir avec les agissements de leurs aïeux et s'aimer ? Ne peut-on « supporter » que ceux qui nous ressemblent ? Toutes ces questions sont posées explicitement par le narrateur masculin, qui relaie avec une certaine compréhension le point de vue de sa compagne, ainsi que le sien, moins consensuel et d'autant plus intéressant.
Un autre sujet abordé est celui des vies manquées : le dernier narrateur, celui qui rêve à la femme de la station-service, partage cette sensation avec le père de la nouvelle le fils. Tous deux reviennent sur leur passé, leurs actes manqués et connaissent un bref moment de motivation qui les pousse à arrêter ce mouvement de résignation. Il n'est malheureusement pas toujours possible de revenir en arrière et de tout recommencer… Dans Les pois gourmands, un homme y parvient, sans jamais rien terminer : l'accumulation mène-t-elle à une « vie totale » et réussie ?
Lien : http://minoualu.blogspot.be/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
memoiresdelivres
  11 novembre 2018
Vous connaissez sans doute Bernhard Schlink, célèbre écrivain allemand qui avait publié en 1995, le roman « le liseur », ce livre incontournable qui nous raconte le destin d'Hanna et à travers son regard celui de l'histoire.
Alors quand j'ai découvert lors de mes errances littéraires, ce recueil de nouvelles de Bernhard Schlink intitulé « Amours en fuite », j'ai forcément été happée.
Ce recueil articulé autour de sept nouvelles nous raconte le parcours de sept hommes mais surtout des rencontres avec des femmes courageuses, lucides, hors du commun, rêvées ou ancrées dans le réel…
Qu'il s'agisse de la petite fille au lézard figure d'un tableau familial qui n'a de cesse d'obséder et de fasciner le narrateur. Cette oeuvre conservée dans le bureau de son père et représentant une jeune fille au lézard bouleverse son fils depuis sa tendre enfance. Ce tableau semble cacher tous les secrets de famille et cet homme tentera de découvrir ce qui se cache derrière ce portrait énigmatique.
Qu'il s'agisse de cette femme communiste et révolutionnaire, vivant dans un Berlin Est meurtri et en quête de liberté qui rencontrera un berlinois de l'Ouest. Leur relation nous transportera dans un trio amoureux rempli de trahisons et d'engagements politiques…
Ou encore de cette femme que le narrateur connaissait depuis toujours, marié à elle depuis des années il croyait la connaître par coeur. Et pourtant… A sa mort, il découvrira la face cachée de cette épouse qui lui semblait si transparente mais surtout cet autre qui n'est pas lui…
Et ces femmes au fort tempérament qui ont jalonné la vie d'un homme infidèle qui a jonglé avec plusieurs vies et a fini par s'étourdir…
Ou bien la femme de la station-service, femme chimérique qui semble pouvoir faire tout basculer dans la vie d'un homme…
Chacun des personnages masculins semble se débattre avec ses silences, ses secrets et ses mensonges.
Des nouvelles profondément humaines qui viennent retracer le destin de ces hommes et de ces femmes qui se rencontrent, s'aiment ou se croisent dans une Allemagne marquée par la guerre et la Shoah.
J'ai apprécié ce recueil que je ne peux que conseiller aux amateurs de nouvelles.
La densité de certains récits pourrait même les transformer en romans. Pour ma part, j'ai passé un agréable moment avec une envie de prolonger certaines nouvelles…
Un recueil que je n'ai pas trouvé aussi bouleversant que le roman « le liseur » mais dont la qualité littéraire et la force narrative demeurent très intéressantes.

Lien : https://memoiresdelivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
missmolko1
  08 novembre 2010
Agréable a lire, sept nouvelles assez prenantes pour la plupart...
Mais comme toujours dans un recueil de nouvelles, on en aime certaines et d'autres moins.
Commenter  J’apprécie          80
talou61
  22 juillet 2016
Recueil de 7 nouvelles.
Cent les amours naissent et se finissent ; quels détours elles empruntent pour s'abuser et de désabuser, se tromper et de "détromper".
Un peu déçue : l'auteur est trop distant par rapport à ses personnages...
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
moklosmoklos   12 octobre 2007
A quel moment est-on obligé de s’avouer qu’une dispute n’est pas une simple dispute ? Qu’elle n’est pas un orage après lequel le soleil brille à nouveau, ni une saison pluvieuse à laquelle succédera le beau temps, mais le mauvais temps normal ? Que se réconcilier ne résout rien, ne règle rien et ne fait que traduire l’épuisement et instaurer un répit plus ou moins long, au terme duquel la dispute reprendra ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
moklosmoklos   28 septembre 2007
A ses collaborateurs, il avait enseigné que la réflexion et la décision sont deux choses, que la réflexion ne provoque pas forcément la bonne décision ni aucune décision, qu’au contraire elle peut rendre la décision si compliquée et difficile que cela paralyse. La réflexion demande du temps, la décision exige du courage, et il savait maintenant que ce qui lui manquait, ce n’était pas le temps de la réflexion, mais le courage de se décider. Il savait aussi que la vie porte à votre compte aussi bien les décisions qu’on ne prend pas que celles qu’on prend.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
juliette56juliette56   11 octobre 2015
N'y a-t-il que "ou bien ou bien"? Est-on homme ou femme, enfant ou adulte? Allemand ou Américain, chrétien ou juif? Ne sert-il à rien de parler, parce que cela aide à comprendre l'autre mais non à le supporter, et que ce qui compte est de supporter, non de comprendre? Et pour ce qui est de supporter, est-ce que finalement l'on ne supporte que ses semblables? Naturellement, on se fait aux différences, et sans doute ne pourrait-on pas vivre sans elles. Mais ne doivent-elles pas rester dans certaines limites? Est-ce que ca peut marcher quand notre différence débouche sur une totale remise en question de l'autre?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
moklosmoklos   12 octobre 2007
Il faut être heureux pour pouvoir rendre heureux. Il faut se faire plaisir pour pouvoir contribuer au mieux-être des autres. Et, même si l’on ne rend heureux que soi-même, chaque miette de bonheur qui advient fait du monde un lieu plus heureux, que cette miette soit à vous ou à autrui.
Commenter  J’apprécie          80
Marylou26Marylou26   24 juin 2018
Le sentiment du temps qui passe est-il inversement proportionnel au temps qui nous reste ? Le temps s’écoule-t-il plus vite lorsqu’on vieillit parce que le temps qui reste à vivre se réduit, de même que les vacances passent plus vite quand elles tirent à leur fin ? Ou bien cela tient-il aux buts qu’on poursuit ? Est-ce que le temps nous dure lorsqu’on est jeune, parce qu’on attend impatiemment le succès, la considération, la richesse, et file-t-il plus tard à toute allure parce qu’il n’y a plus rien à attendre ? Ou bien les journées passent-elles plus vite parce qu’on en connaît par cœur le déroulement, de la même façon qu’un trajet paraît d’autant plus court qu’on l’emprunte souvent ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Bernhard Schlink (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernhard Schlink
Buchempfehlung "Olga" von Bernhard Schlink
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Romans, contes, nouvelles (879)
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le Liseur

En quelle année est paru Le Liseur ?

1987
1995
1998
1973

12 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Le Liseur de Bernhard SchlinkCréer un quiz sur ce livre