AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 207014643X
Éditeur : Gallimard (21/08/2014)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 131 notes)
Résumé :
Le narrateur, hybride monstrueux né de l'accouplement d'une femme avec un ours, raconte sa vie malheureuse. Ayant progressivement abandonné tout trait humain pour prendre l'apparence d'une bête, il est vendu à un montreur d'ours puis à un organisateur de combats d'animaux, traverse l'océan pour intégrer la ménagerie d'un cirque où il se lie avec d'autres créatures extraordinaires, avant de faire une rencontre décisive dans la fosse d'un zoo.
Ce roman en form... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  18 août 2014
Très honnêtement, si l'auteure n'était pas été l'invitée de la seule et unique librairie de ma ville (eh oui, pauvre de moi !) et surtout, si elle ne l'était pas également pour le prochain club-lecture auquel j'appartiens pour le mois d'octobre, je crois que je n'aurais probablement jamais ouvert l'un de ses livres.
L'histoire est assez loufoque puisqu'il s'agit de l'accouplement d'un ours avec une jeune femme qu'il a retenue captive pendant des mois dans sa grotte et de cet union contre nature naquit un enfant. Mi-homme-mi-bête, n'ayant pas de place dans la société des hommes, celui-ci sera traité en curiosité, embarqué par un montreur d'ours puis dans un cirque, traversant les océans et j'en passe...
Tirant parfois plus d'un documentaire animalier ou d'un comte plus que d'un roman, j'avoue ne pas avoir particulièrement été convaincue par cette lecture. de très belles phrases sur les sentiments que ressent cet homme enfermé dans une carapace qui n'est pas la sienne, des douleurs, des souffrances et trop rarement des joies...voilà de quoi nous faire méditer sur ce que peuvent ressentir tous les animaux que nous parquons dans des zoos ! A découvrir, pour les plus curieux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          423
diablotin0
  08 septembre 2016
Le livre de Joy Sorman nous permet de faire un petit séjour dans la peau d'un ours. Ours particulier puisqu'il s'agit de la progéniture issue d'une relation entre un ours et une femme. Nous allons alors avoir pendant un peu plus de 150 pages le regard, le ressenti de ce mi-ours, mi-humain. Cette vie par procuration va donner une image peu reluisante sur la façon dont l'homme se conduit avec les animaux. L'homme ne va pas sortir grandi de ce roman...
L'écriture est agréable mais le sujet traité aurait peut-être mérité une analyse plus approfondie.
Commenter  J’apprécie          310
Bibliotekana
  16 septembre 2014
Après avoir dévoré son précédent roman « Comme une bête », je n'ai pas hésité une seconde à me ruer sur son dernier, « La peau de l'ours ». Et j'ai eu raison !
Joy Sorman nous parle encore d'animaux, mais cette fois-ci, des ours. Son histoire prend la forme d'un conte - avec prologue et épilogue – intemporel puisqu'on ne sait rien du lieu ni de l'époque. Elle nous raconte la relation qu'entretient l'ours avec l'homme, cette cohabitation à distance, l'animal ne devant pas s'approcher du village. Pourtant, l'ours fascine l'homme – ou plutôt la femme, qui voit en cette grosse bête poilue un objet de désir, comme le dit clairement l'auteur dans le roman : « le contrat interdisant aux ours de s'approcher des enfants avait été étendu aux jeunes filles, leur attirance réciproque, depuis longtemps suspectée et redoutée par les hommes, mettant en péril la survie de la communauté, le maintien de l'ordre et la bonne moralité des femmes, dont il ne faut pas exciter le désir. »
Cette ambiguïté du désir d'un être humain pour un ours va prendre corps au début du récit. Une jeune fille est capturée par un ours, qui la retiendra prisonnière et la violera régulièrement – on note ici que celle-ci n'est pas consentante, donc réfute la théorie de l'attirance mutuelle, à moins qu'entre fantasme et réalité, il n'y ai plus d'un pas à franchir… de cette union physique naîtra un être, mi-homme mi-ours, qui sera vite vendu à un montreur d'ours, personne au village ne souhaitant garder cet hybride qui fait peur, qui rend réel l'union homme/bête.
C'est ce pauvre personnage – qui d'ailleurs n'a pas de nom dans le roman - qui sera narrateur. On suit son parcours, sa vie au gré de ses maîtres à qui il sera vendu successivement. Après une enfance dont le physique laisse entrevoir l'humanité dans ses traits, l'âge adulte le transformera définitivement en ours, gros, poilu, poussant des grognements. Mais malgré tout, dans ce qu'il raconte au lecteur, son humanité persiste. Il est doté de sentiments, presque de parole – car il nous raconte tout de même sa vie – et il réalise parfaitement ce qu'on lui fait faire, ce qu'il subit. C'est là tout l'attachement que le lecteur éprouve peu à peu pour ce narrateur, acteur passif face à des hommes qui le traitent comme une bête, alors que les femmes elles, ne le fuient pas, elles se font compagne de cet ours, se lovent dans sa fourrure pour se réchauffer, lui parlent.
On ne peut être que touché par ce récit, on s'interroge sans cesse sur le frontière floue entre bestialité et humanité – le narrateur après tout, marche, danse, fait du patin à roulette ; mais il dort dans une cage, est tenu en laisse.
Se dégage une sorte de mélancolie tout au long du roman, de ce pauvre ours qui s'en est remis à son propre sort, qui ne lutte pas – où irait-il lui qui n'a jamais vraiment vécu comme ours « sauvage » ? – qui est seul au bout du compte, unique en son genre.
Un beau récit donc, étrange de par la narration d'une bête, mais qui en dit long aussi sur les hommes, leur réaction face aux animaux, et alors on est, nous lecteurs, de l'autre côté de la barrière, on s'identifie aux animaux.
De plus, Joy Sorman à la fois nous montre qu'elle s'est documentée sur le sujet, la symbolique de l'ours depuis le moyen âge, roi des animaux avant le lion, et en même temps invente cette histoire d'être hybride, triste mais qui ne perturbe pas la réception du récit.
Pour aller plus loin et découvrir le destin de l'ours, je vous invite à lire « Ours : histoire d'un roi déchu » de Michel Pastoureau publié au Seuil en 2007.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Fx1
  06 septembre 2014
Joy Sorman c'est une voix singuliére des lettres françaises . Adeptes du conformisme ce roman n'est pas pour vous . Son histoire est a mi chemin du conte , du questionnement sur la différence que le regard de l'autre fait ressentir pour peu que l'on ne rentre pas dans les cadres imposés . Certes l'expérience peut surprendre , et c'est normal , l'on est pas ici en terrain connu , balisé . Au contraire l'auteur s'aventure dans un univers un peu lynchien , ou l'ombre du Freaks de Browning plane . Oui pour les lecteurs habitués aux histoires classiques , ce récit apparait comme absurde et sans intéret . Il faut avoir un peu de curiosité pour aller chercher ce roman , ce n'est pas un livre de supermarché , c'est une histoire étrange et belle , qui confirme le grand talent de cette romanciére qui peu à peu fait son trou dans le paysage littéraire français , et cela fait un bien fou . Un livre qui mérite de par sa singularité d'étre découvert par le plus grand nombre !
Commenter  J’apprécie          182
Christw
  11 janvier 2015
C'est un roman très atypique. Son prologue augure un conte fantastique et son déroulement évolue vers une autobiographie aventureuse presque réaliste, prenante et mélancolique, d'un être né d'une femme et d'un ours et soumis aux contraintes mercantiles de l'espèce humaine. Combattant dans l'arène puis bête de cirque, l'ursidé raconte sa vie malheureuse qui le ballottera même sur les océans. Après un superbe envol poétique dans les derniers chapitres, la légende s'éteint dans un épilogue laconique, un peu abrupt, où sont récapitulées les opérations prosaïques qui cèlent le sort ultime des animaux de zoo. le trivial rattrape le prodige auquel on a su croire, mais les monstres n'ont pas toujours droit aux contes merveilleux...
Qui lira ce livre ne parcourra sans doute plus d'un oeil réjoui les parcs animaliers, car donner parole et conscience à l'ours fait de lui le témoin idéal au tribunal des torts faits aux êtres dits inférieurs.
Le bon ours de Joy Sorman a des désirs et des émotions humains et, voilà le drame, il est entouré dans un cirque par des femmes qui l'ont adopté, ainsi la saisissante Madame Yucca, une géante à sa taille : "Madame Yucca désirait peut-être cette union, mais humain trop humain j'ai réprimé avec obstination mon désir mon instinct, refluant, renonçant — tous les élans de mon corps désormais circonscrits aux seuls numéros de cirque —, colonisé par les souvenirs d'une violence que je ne voulais ni lui transmettre ni lui infliger. La serrant contre moi dans l'obscurité embaumée et chaude de ma cage, je me suis vu homme entravé et animal empêché, bestialité perdue et évidence disparue, je me suis vu éloigné de ma vie, homme invisible et bête incertaine, je me suis vu bander en vain." Une transcendante et émouvante rencontre qui survient à la fin du récit portera à son paroxysme l'ambiguïté de l'être hybride, exploration inquiétante de la frontière entre humanité et bestialité.
Certains ont un avis réservé sur ce roman, dont Emmanuelle Caminade qui le trouve inabouti, avis qu'elle justifie d'ailleurs bien et qu'on peut comprendre, dans la mesure où l'auteure aurait pu aller plus loin avec ce thème magnifique, qui lui a été inspiré par L'histoire d'un roi déchu de Michel Pastoureau. Je me demande si certains n'ont pas été surpris, voire déçu, de ne pas rencontrer les aventures hors du commun que présageait le fruit légendaire de l'accouplement de la plus belle fille du village avec un ours prédateur sexuel, qui la retient captive dans une tanière à flanc de montagne. La destinée du monstre né de ce couple hors nature est finalement presque dérisoire et triste, même si le chemin qui l'y mène est quelquefois houleux. Toutefois, qu'il le raconte dans un livre m'a paru extraordinaire, et cela, soulignons-le d'abord, grâce à l'écriture somptueuse d'une vraie écrivaine, déjà remarquée avec Comme une bête, car combien d'indulgences ne concédera-t-on pas à un scénario pour se l'entendre raconter avec une si belle musique, une si éloquente parole, à côté de tant de misérable bafouille ?
Et si le pacte fabuleux conclu avec Joy Sorman, celui d'accepter de croire que la peau de l'ours recèle un esprit humain, si ce pacte persistait... Comment recevoir, désormais, la prunelle de l'ours qui nous observe de la fosse ?

Lien : http://christianwery.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

critiques presse (7)
Bibliobs   03 novembre 2017
C'est une allégorie, mais on ne sait pas exactement de quoi. Tant mieux, chacun est libre d'établir son diagnostic.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LaPresse   03 décembre 2014
C'est en lisant ce sixième roman de la Française Joy Sorman que cela, soudain, nous frappe: Sorman n'est pas une romancière, mais bien une fabuliste, et une exceptionnelle fabuliste, qui plus est.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Bibliobs   26 novembre 2014
Pourquoi ne pas tout envoyer valser ? Il en aurait la force, lui qui pourrait liquider n’importe qui «d’un coup de mâchoire fatal». Mais il cède «pour avoir la paix», se résigne sans toujours savoir pourquoi. «La lassitude a vitrifié chaque recoin de mon cœur», pleure-t-il. Il est au fond comme tous les animaux domestiqués, vous et moi compris.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Culturebox   08 octobre 2014
"La peau de l'ours" est un objet littéraire hybride, un conte fantastique, philosophique et un documentaire, qui suscite donc à la fois curiosité, fascination et grand plaisir.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Liberation   01 septembre 2014
Hommes, femmes, bêtes, la Peau de l’ours est un livre sur les frontières de l’humain, en deçà desquelles vit le narrateur car «la bête est son propre pays». Sur la mort aussi, comme douceur limite, autre possible aimable [...].
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   27 août 2014
La romancière pousse [...] plus loin l'union de l'homme et de l'animal, gommant les frontières et creusant l'éternelle question de l'humanité et de la bestialité. Pour filer la métaphore en toute liberté, sa fiction devient fable, avec prologue, métamorphose et légendes. Le résultat est exaltant et mélancolique, réaliste et fantastique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress   25 août 2014
Cette cruelle histoire interroge ce qui, sans que nous voulions l'admettre, nous attire et nous aimante : la monstruosité. De quel côté de la barrière se situe-t-elle ? Joy Sorman pose des questions, s'abstient de toute morale et nous offre, par conséquent, un grand livre. Subtil. Fin.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
NievaNieva   07 août 2015
Alors on nous désentrave et nous sommes prêts à partir, je vais à nouveau changer de terre et de vie, les hommes ne nous laisseront donc jamais en paix, ils ne songent qu'à nous déplacer, nous acheter et nous vendre, nous charger et nous décharger. Mais eux que fuient-ils ? La guerre, la peste, la ruine ? Ils ont l'air si pressés de partir — leurs peaux hâlées et épaisses, leurs cheveux longs et poussiéreux, leurs paupières lourdes. Ont-ils bouclé leurs malles à la va-vite alors que le ciel s'assombrissait, rattrapés par des dettes ou de vieilles querelles ? À moins qu'éternels vagabonds ils soient incapables de se fixer, de s'installer. Ou qu'ils aient pris la route poussés par une lassitude devenue trop vive, parce que rien ne les retenait et alors à quoi bon rester.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NievaNieva   07 août 2015
Mon mari m'a demandé pourquoi l'ours et pas la cigogne l'oiseau des îles la girafe la marmotte le singe ou la loutre, je n'ai pas su tout de suite quoi répondre et puis j'ai pensé que je t'avais choisi par élimination, le singe est trop proche et les autres animaux sont trop lointains, toi tu es à la bonne distance, et puis tu es beau tu te tiens debout tu n'as jamais froid et je suis très frileuse, (...) mon mari m'a répondu que souvent les hommes veulent échapper à leur condition mais qu'ils choisissent alors d'être un oiseau, que les hommes qui veulent être autre chose que ce qu'ils sont veulent voler, certainement pas se métamorphoser en ours pataud et lourd, mais moi je voudrais qu'on me greffe ta redoutable mâchoire, avoir un corps solennel de plusieurs tonnes et courir vite, me baigner sous une cascade grimper aux arbres, être une créature parmi les créatures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cicou45cicou45   17 août 2014
"Ils se sont juré qu'on ne les y reprendrait plus, que c'était leur dernière expédition, que la richesse ne mérité pas tous les sacrifices et que surtout elle reste incertaine."
Commenter  J’apprécie          230
cicou45cicou45   18 août 2014
"Et si l'espace est un drame parce qu'il a été aboli,le temps l'est parce qu'il ne connaît plus de bornes, s'étend à l'infini, aussi extensif que les lieux sont racornis."
Commenter  J’apprécie          220
BibliotekanaBibliotekana   15 septembre 2014
Depuis longtemps déjà le lion m'a détrôné, ravalé au rang de bouffon même si mon aspect imposant impressionne encore un peu. Mais les hommes me suspectent de douceur et de bonhomie - ma tête trop arrondie, trop fournie en poils soyeux, ce brun trop duveteux, cet air mélancolique et cette prédisposition à devenir peluche, serrée contre un cœur enfantin, dernier rempart face à la peur de l'obscurité quand il est l'heure de dormir. L'ours est passé du côté des enfants, il n'y aura pas de retour possible, rien ne pourra défaire cette malédiction et cet attachement, à moins que je ne décapite sur-le-champ un jeune spectateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Joy Sorman (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joy Sorman
1/ le dictionnaire de référence pour tous L?intégralité du Petit Robert dans sa toute dernière édition : ? 300 000 mots et sens, 150 000 synonymes et contraires, 75 000 étymologies, 35 000 citations littéraires ? Tous les mots nouveaux : accorderie, antisystème, bredele, chatbot, chia, dégagisme, écomatériau, gomasio, grossophobie, invibiliser, néonicotinoïde, pavlova, rageux, teriyaki? ? Les sens nouveaux : faits alternatifs, véhicule autonome, cabinet noir, charge mentale, agent conversationnel, travailleur détaché, sans filtre (fig.), cuisine fusion, écriture inclusive, marcheur (pol.), perché (fam.), préfet (Québec), revenant, revenu universel, fiché S, hors sol (fig.), avion solaire, taguer qqn? ? de nouvelles citations intègrent le Petit Robert, signées Catherine Cusset, Jean-Baptiste del Amo, Virginie Despentes, Mathias Enard, Gaël Faye, Ivan Jablonka, Philippe Jaenada, Simon Liberati, Édouard Louis, Céline Minard, Joy Sorman, Jean-Philippe Toussaint, Karine Tuil?
Des compléments éditoriaux inédits : ? Les tableaux de conjugaison de tous les verbes ? 620 encadrés sur les familles étymologiques de mots ? La prononciation de 16 000 mots difficiles ainsi que 300 citations enregistrées ? Les index des 15 000 mots composés et 14 000 locutions du Petit Robert ? Un dictionnaire des auteurs intégré (biographies)
2/ Des fonctionnalités performantes Trouver un mot ou une expression est simple : ? Plus besoin de connaître l?orthographe d?un mot pour le retrouver : l?autocomplétion corrective indique les mots les plus pertinents dès la saisie des premières lettres, même en cas de mot mal orthographié ou d?homonyme ? La recherche étendue (en utilisant le bouton « Rechercher ») permet de trouver un mot ou une expression dans tous les index du dictionnaire (entrées, formes fléchies, expressions, locutions et proverbes?) ? Un puissant moteur de recherches multicritères permet d?effectuer des jeux de lettres, des rimes, des recherches de citations? ? le raccourci clavier "Ctrl + f" (PC) ou "cmd + f" (Mac) pour rechercher une séquence de mots dans l'article
Une navigation optimisée par un hypertexte total ? L?hypertexte total permet d?explorer le formidable réseau analogique du dictionnaire (tous les mots sont cliquables)
Une interface intuitive et conviviale ? Un confort de lecture maximal grâce à une interface et une mise en page écran optimisées
Les fonctionnalités et outils bureautiques indispensables du Petit Robert : ? La suggestion à l?équipe éditoriale de nouveaux mots, sens, citations, auteurs? ? La possibilité de mémoriser une liste de mots consultable et modifiable à tout moment en un seul clic ? le réglage des préférences utilisateur : choix de la taille des caractères, gestion du lexique personnel ? Un historique de navigation
Une aide en ligne détaillée et illustrée, incluant toutes les préfaces et annexes du Petit Robert
Retrouvez-le sur : https://www.lerobert.com/dictionnaires/francais/langue/dictionnaire-le-petit-robert-de-la-langue-francaise-abonnement-en-ligne-9782849026021.html
+ Lire la suite
autres livres classés : oursVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2140 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre