AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Martine Dejardin (Traducteur)
EAN : 9782264013286
191 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (01/04/1989)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 47 notes)
Résumé :
Une Toscane secrète et ensorcelée, des villas à Forte dei Marmi, une gare de la Riviera, une Lisbonne baudelairienne, un rallye de voitures d'époque, un persécuteur implacable à l'air distingué sur un train de Bombay à Madras. Les nouvelles de Tabucchi paraissent, à une première lecture, des aventures existentielles, des portraits de voyageurs ironiques et désespérés. Mais l'apparente syntonie entre le réel et le récit se transforme d'un coup en trouble et en malais... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
AnnaDulac
  01 mai 2020
Ce recueil rassemble 11 nouvelles parues en 1985. On peut les lire dans la traduction de 2006 de Bernard Comment qui, soucieux de donner aux mots leur vraie valeur a rendu au volume l'équivalent du titre original « Piccoli equivoci senza importanza », soit « équivoques » plutôt que « malentendus » que proposait une ancienne traduction.
L'équivoque est pour Tabucchi une « métaphore du monde ». Si l'art baroque propose des fuites et perspectives erronées, notre vie est à l'image de cette illusion. Ce qui semble vrai est un rêve, les fantômes se mêlent aux vivants et les niveaux temporels se mélangent et coexistent. Il n'est donc pas étonnant qu'une nouvelle s'intitule « Rébus ».
Ainsi dans « Chambres », Amelia s'occupe de son frère malade dans la maison familiale dont elle connaît par coeur les objets et les contours, les photographies où « papa et maman ne sont pas encore morts ». Sous son dévouement se cache de manière diffuse la haine « qui ne se laisse pas emprisonner par les mots », les « clairs-obcurs », « les plis de l'âme ». Le style de Tabucchi est à l'image des thèmes abordés, suggestif et faisant appel à la capacité d'empathie et d'imagination du lecteur. Rien n'est donné. Tout est possible.
On peut comprendre que certains lecteurs soient totalement égarés.
Dans « Any where out of the world », un homme errant à Lisbonne trouve un message dans un journal dont il se sent le destinataire privilégié et destiné.
« Parfois ça peut commencer par un rien, une phrase perdue dans ce vaste monde plein de phrases ».
Ailleurs il est question de sorts, d'une actrice triste, d'une course de voitures de collection à Biarritz, d'une femme en deuil, et toujours de rendez-vous, manqués ou non.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nath45
  19 juillet 2013
Premier livre que je lis d'Antonio Tabucchi, j'ai bien aimé dans son ensemble même si je ne suis pas certaine d'avoir tout compris, un livre qui demande pour ma part une relecture.
Ce recueil comprend 13 nouvelles, qui jouent entre le rêve et la réalité, je vous laisse découvrir ce recueil.
Commenter  J’apprécie          20
oiseaulire
  22 octobre 2018
Je suis un peu frustrée par ces nouvelles dans lesquelles la réalité est vue à travers le rêve et les souvenirs.
Il est possible qu'elles gagnent à être davantage étudiées que simplement lues.
Commenter  J’apprécie          20
Pixis
  09 novembre 2018
Des nouvelles plus profondes qu'elles n'en ont l'air et qu'il est utile de les relire.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun   11 novembre 2009
(Proust) Parfois, lui et Agostinelli arrivaient dans une petite ville déserte à la nuit tombée, la traversaient, s'arrêtaient sur la place, légèrement en pente pour que le faisceau des phares soit dirigé vers le haut. Éclaire le tympan, Agostinelli, disait Proust, puis il ouvrait Ruskin
Commenter  J’apprécie          120
michfredmichfred   25 juillet 2015
L'homme essuya ses larmes avec douceur, mais sa voix se durcit, comme s'il devait résister à une grande tentation. "Arrête, Elsa" dit-il,"essaie de comprendre la situation" Puis il prit un ton légèrement ironique. "Comment crois-tu que je pourrais passer, déguisé en danseuse avec une perruque?"
Commenter  J’apprécie          60
michfredmichfred   25 juillet 2015
A force de danser, l'année suivante est arrivée. Ce fut l'année d'une phrase qui devint un emblème, nous en abusions parce qu'elle s'adaptait aux circonstances les plus variées: ne pas se trouver à un rendez-vous, dépenser plus que nous n'avions, oublier un engagement important, lire un livre considéré comme excellent et qui en fait était mortellement ennuyeux: toutes les erreurs, tous les quiproquos, toutes les méprises qu'on faisait, étaient "un petit malentendu sans importance".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
michfredmichfred   25 juillet 2015
"Dis-moi mon âme, pauvre âme refroidie, que penserais-tu d'habiter Lisbonne? Il doit y faire chaud et tu t'y ragaillardirais comme un lézard. Cette ville est au bord de l'eau; on dit qu'elle est bâtie en marbre...Voiià un paysage selon ton goût; un paysage fait avec la lumière et le minéral, et le liquide pour les réfléchir!"
Commenter  J’apprécie          40
sophia69sophia69   04 octobre 2012
Et puis l'odeur de toutes ces fleurs : nauséabonde. Mais aussi la maison, la pluie qui voilait les arbres, les objets dans les vitrines - éventails espagnols, une madone enceinte de Cuzco, des anges baroques, des pistolets du XVIIe siècle : tout était nauséabond, elle le sentait, et cela aussi était une douleur, une forme de douleur où il y aurait de la peine, un sentiment de répulsion pour les objets qui nous entourent, pour leur stupide et massif caractère péremptoire qui ne prévoit pas les changements de l'existence[...].
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Antonio Tabucchi (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Tabucchi
Sostiene Pereira (IT) - Afirma Pereira (PT)
Com realização do italiano Roberto Faenza, Afirma Pereira é uma co-produção entre Portugal, França e Itália que adapta para cinema um dos romances de António Tabucchi.
Pereira é um jornalista português do Lisboa, nos anos 30, que no cinema foi interpretado pelo famoso actor italiano Marcello Mastroianni.
Joaquim de Almeida intrepreta o prestável e informado criado de mesa do café Orquídea que servia a Pereira as suas açucaradas limonadas e as oleosas omoletas e lhe sugeria, ao mesmo tempo, notícias impublicáveis.
Pereira é um ex-jornalista de pequenas notícias que, um dia, é promovido a responsável pela página cultural do vespertino O Lisboa e que, confrontado com as ideias de liberdade de dois jovens, acaba por alterar completamente a sua vida.
Nicolau Breyner é o pároco confidente. Teresa Madruga é a porteira delatora. Nicoletta Braschi (conhecida por A Vida é Bela de Roberto Benigni) e Daniel Auteuil (Dr. Cardoso) são outros actores de renome internacional que participam no filme.
O filme foi rodado em Portugal em locais tão diferentes como o Pavilhão de Exposições da Faculdade de Agronomia (em Lisboa), o Museu Castro Guimarães (em Cascais), a Casa do Alentejo (em Lisboa), o Jardim de S. Pedro de Alcântara e a Estação do Rossio.
A acção decorre no Verão quente de 1938, onde um gasto jornalista se rendia ao politicamente correcto para assim evitar cair nas malhas da Polícia inquisidora.
Pereira consegue recuperar a alegria de viver ao põr o coração à frente da realidade, ao deixar prevalecer a verdade sobre os ditames da PIDE, da censura e da propaganda.
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que peut-on ambitionner, désirer, prétendre, rêver, souhaiter, viser, vouloir avec Pereira ?

Qui est Pereira ?

Un détective privé
Un policier corrompu
Un journaliste
Un membre de la milice
Il est tout cela à la fois

20 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Pereira prétend de Antonio TabucchiCréer un quiz sur ce livre