AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Comment (Traducteur)
EAN : 9782070771929
208 pages
Éditeur : Gallimard (02/09/2004)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Une maison de campagne quelque part en Toscane. Un mois d'août caniculaire de la dernière année du vingtième siècle. Tristano, un homme qui a combattu pour la liberté de son pays sous ce nom emprunté à un personnage de Leopardi, fait venir à son chevet un écrivain qui, apparemment, s'est inspiré de lui autrefois pour un roman. Mais est-il possible d'inscrire dans le cadre d'un récit la géométrie ambiguë de la vie, faite de contradictions, de doutes, d'omissions, de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Erveine
  11 mars 2016
Tristano meurt, à petit feu ou à feu doux, l'onde s'élève. Les effets de la morphine sont attendus, désirés, pour accompagner le moribond vers le trépas. Á son chevet, l'Ecrivain, celui-là même qui s'était inspiré de lui pour un roman, autrefois. Mais Tristano veut se raconter lui-même, pour dire son fait et de vive voix. Il veut se revendiquer en tant qu'homme, non en héros, celui qu'il fut pourtant, au nom de la « Liberté ». Il se crée alors entre eux, de par une grande promiscuité une relation privilégiée et une confiance, d'homme à homme. Tristano se débat dans les replis de la mémoire, entre des moments sombres et confus et d'autres où la brume se dissipe, qui laisse percer le souvenir et les voix dans toute leur fluidité. Telle une pensée qui fuse de toute part, mais entre soi et soi, quand le corps souffre et qu'au détour d'une passion surgit un rêve, ou bien le défilement de la bande son originale, des visages et des corps, tantôt aimés et s'invitant en premiers, ou reniés avec des airs de trahison qui paraissent, comparaissent les bons derniers, comme c'est justice.
Tristano dans les montagnes, caché derrière le rocher, quand l'aube est froide, qu'il serre sa mitraillette, une arme munie d'une lunette en cuivre, celle du grand-père, la lunette avec laquelle il découvrait le ciel de son enfance. Tandis qu'il fixe la petite porte branlante et qu'ils vont sortir. Tandis qu'il va tirer. Il entend une voix féminine qui fredonne la chanson du petit cheval moucheté… Maintenant, Il va tirer. Il a fait le bon choix et parcouru son chemin parmi toutes ces pistes enchevêtrées, de vérités et de contrevérités. Et puis, tout ça pour ça crie l'onde, tandis que son corps se crispe et que la gangrène l'attaque, de la jambe jusqu'à l'aine, tout près de cette partie qui dort, puis qui s'éveille soudain, en rêve, lorsque son sexe se virilise à l'évocation des femmes, des visages et des grains de peau, au hasard de la géométrie du souvenir et des vents qui s'élèvent dans la brume, en Grèce d'abord, puis en Toscane, pour revenir peu à peu, aux origines et retrouver le visage du grand-père paternel, à l'aube de la douce enfance.
La « Liberté », celle d'hier et aujourd'hui, avec ce Dingodingue, le maître du télévisuel et du prêt-à-penser. Tout ça pour ça pense-t-il, encore une dernière fois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          486
isabellelemest
  18 avril 2013
Long monologue d'un vieil homme en train de mourir de la gangrène dans sa villa de Toscane, "Tristano meurt" est le recueil, par un écrivain muet, venu "témoigner pour le témoin", des bribes de souvenirs et de confidences, et pour finir, de la vérité d'un homme devenu jadis un héros du temps de la résistance à l'occupant nazi.
Dans la chaleur caniculaire du mois d'août, dans cette chambre où Tristano souffre et subit céphalées et insomnies, s'élève la voix d'un être qui ne veut pas reconstituer sa vie mais plutôt la relire à la lumière de ses réminiscences proches ou lointaines. du temps de la seconde guerre mondiale, par deux fois, d'abord en Grèce puis dans les montagnes italiennes tenues par les partisans, il a attaqué l'occupant allemand et défendu la liberté. Mais quelle liberté ? Celle des camarades tentés par le stalinisme ? Celle des compromissions de la démocratie virant au libéralisme économique ? Pire encore, celle du "dinguodinge" télévisuel qui interdit aux spectateurs de penser, qui en fait des êtres passifs, "pensés" par un autre ?
À ces incertitudes se mêlent les souvenirs amoureux de deux femmes qui viennent hanter Tristano, l'une, Daphné, une jeune Grecque aux yeux noirs comme des olives, qui le relie à sa terre fondatrice de mythes et de culture, l'autre, Marylin, ou Rosamunda ou Guagliona, une Américaine venue combattre en Espagne puis en Italie et à laquelle le lient regrets et secrets. Dans ces retours en arrière fortuits mais pourvus de sens, transparaissent ça et là des allusions littéraires et artistiques, entre autres le thème récurrent d'une nouvelle d'Hemingway "Des collines comme des éléphants blancs", sans compter nombre d'autres clins d'oeil d'un auteur aux références multiples.
Mais la question qui reste finalement posée est celle de la vérité d'un être, à l'heure des comptes définitifs, dans un temps à la fois compté et immobile, mais aussi celui d'un passé destiné à être transmué en éternité par le travail du témoin-écrivain.
Des moments intensément poétiques, entrecoupés par le flux de conscience et d'inconscience de la voix de Tristano, des réflexions profondes sur le sens de l'écriture et de la vie... Ce livre n'est pas un divertissement, mais il enrichit à chaque page le lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Apoapo
  01 février 2021
Tristano annonce sa démarche dès les premières pages : tel l'éléphant qui, pressentant sa fin proche, convie un seul congénère à l'accompagner dans sa retraite solitaire hors du groupe, trottant dans la savane jusqu'à ce qu'il trace un cercle au sol où il pénétrera seul après ses adieux à l'accompagnant, le narrateur de ce monologue invite l'Écrivain à recueillir ses derniers propos. Propos décousus, visions fébriles surgies sous effet de la morphine administrée pour apaiser les douleurs d'une jambe gangrenée, qui se mêlent aux souvenirs de deux actes héroïques accomplis par Tristano durant la Résistance, sur la place d'un village De Grèce et dans les montagnes d'Italie, chacun en présence de l'une des deux femmes aimées. Fragments de réminiscences, anecdotes hétéroclites, obsessions récurrentes, scandés au rythme des injections d'une Frau allemande qui l'a accompagné depuis l'enfance dans cette villa de Toscane qui lui sert de « cercle au sol », ancestral, lesquels constituent le matériau d'un bilan de la vie du protagoniste. Mais qui en est l'auteur ? le narrateur qui dès le début, de façon assez obscure, alterne la narration à la première et à la troisième personne ? Ou l'Écrivain qui avait déjà tiré un livre à succès du personnage du héros, guerrier de la liberté sans peur ni reproche ni hésitation ? Qui des deux s'attelle à déconstruire patiemment, méthodiquement les certitudes d'un personnage et par-delà lui, les concepts mêmes d'héroïsme, de fidélité et de trahison, d'idéaux, ainsi que les valeurs morales affichées dans l'après-guerre au vu de l'Histoire successive du pays, des « années de plomb » à la « politique-spectacle cathodique » de Berlusconi ? le moribond, dans sa mauvaise humeur, sa douleur présente et ses amertumes de longue date, ses regrets et ses névroses anciennes, sape-t-il la bienveillance voire même une certaine tendance à l'identification de l'Écrivain par un ultime auto-sabotage ou bien veut-il prouver, presque ontologiquement, qu'une vie n'est pas circonscriptible en une biographie ?
La nomination elle-même pose problème dans ce roman : l'Écrivain, souvent interpellé n'est pas autrement nommé ; Tristano (sans parler de « je »), c'est peut-être davantage le prénom de son père que le sien propre, ou bien un pseudonyme de guerre tout comme Clark ou encore Cary, alors que son grand-père l'appelait Ninototo ; Daphne, c'est pour lui Mavri Elià ; Marylin, c'est Rosamunda ou même Guagliona – comme dirait un Napolitain ; la Frau s'appelle Renate et même le personnage très secondaire d'Antheos est rebaptisé Marios, parce qu'il lui fait penser à quelqu'un d'autre.
Tous porte à confusion, comme si l'époque devait désormais être caractérisée par le chaos. le seul repère de temps, c'est un interminable mois d'août caniculaire. La langue et le déstructuration radicale du récit, à l'évidence, ont une fonction qui dépasse absolument l'idée initiale du monologue halluciné du mourant sous opiacés et de l'indécidabilité entre le verbe oral et le mot écrit. On peut adhérer ou non à la hardiesse du projet littéraire, se reconnaître on non dans les implications philosophiques qu'il sous-tend, on ne restera pas indifférent au style...

Cit. :
« Vanda è buona, una brava cagna, ha passato la vita sotterranea fino al collo. La caricarono di peso sul sedile posteriore, aveva i polpastrelli delle zampe ridotti in carne viva dall'andare.
[...]
Vanda pareva addormentata, ma non lo era, perché aveva un occhio chiuso e uno aperto, e con quello aperto fissava il portacenere pieno di cicche dello sportello posteriore come se fosse il povero aleph che le era concesso e in quel suo universo di mozziconi potesse scoprire il dio malato che l'aveva fatta nascere e i loschi misteri della sua religione. Lui, sbirciandola di sottecchi, intuì l'interrogazione in quella pupilla dilatata dallo spavento e le mormorò, una curva buia ti fa da padre, delle cicche masticate da figlio e un tempo che non è più quello da spirito santo, la trinità da cui dipendi è questa, cara Vanda, rassegnati, non c'è niente da fare. Non hai mai voluto figli, replicò Rosamunda come se parlasse della nebbiolina di calura che ballava sull'orizzonte, sempre il tuo sperma sulla pancia, in tutti questi anni, buttato via così, e ora è nata la mia Vanda, ma è tardi, troppo tardi. Morirà domani, rispose lui, però te la puoi tenere per la notte, cullarla come un figlio, darle anche il seno, se ti pare, meglio che niente, ho buttato via il mio sperma perché tu mentivi, così mentivo anch'io... » (pp. 19-20)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mireille.lefustec
  19 février 2014
Un mois d'août torride dans une vieille maison de Toscane.
Là, Tristano vit sa longue agonie: la gangrène dévore sa jambe. Douleurs lancinantes.
La Frau, vieille à présent, l'assiste au quotidien. La même qui, lorsqu'il était enfant, avait été engagée par son père pour qu'il apprenne l'allemand.
Elle lui disait des fables et des poèmes.
Dans un état hallucinatoire, Tristano raconte des bribes de sa vie à un jeune écrivain contraint au mutisme. Il le veut témoin de son agonie, de ses souvenirs, qu'il écrive cela.
Tristano était soldat,, il a combattu en Grèce, il a dû fuir parmi les partisans grecs et attendre le huit septembre pour retourner en Italie et s'illustrer dans la Résistance.
Au final, nous savons peu de Tristano et ce peu apparaît confus, les souvenirs sont flous et éparpillés. La réalité se confond avec le songe.
"Chez moi les années se chevauchent et les lieux aussi."
"Je suis dans un état de grande confusion."
"Je vais et je viens dans le temps, c'est que je divague, je ne sais plus ce qu'est l'hier ou l'aujourd'hui, je ne les distingue pas."
Ce n'est pas un livre d'évasion, il demande attention, lenteur pour que l'émotion passe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
PaulineSUZANNE
  03 juin 2019
Lecture "imposée" par le café littéraire auquel j'assiste régulièrement.
En lisant la 4ème de couverture, on s'attend à découvrir la vie de Tristano en Italie durant la Seconde Guerre Mondiale et jusqu'à aujourd'hui...
Comment résumer ce livre?
Je n'ai pas du tout adhéré (ou un petit peu) à ce texte: il n'y a qu'un long monologue et pas de chapitre donc difficile de voir la structure du roman.
Un jeu plutôt particulier s'articule entre Tristano qui est le personnage principal, le narrateur (ou pas?) et on dirait même l'auteur de ce texte. J'avoue que le changement de place est tellement flou que cela m'induit en erreur.
L'Italie n'est quasiment pas abordée: il est plutôt évoqué la Grèce, un épisode en France. Je n'ai rien appris.
De nombreuses redondances qui font la lourdeur de ce texte... A vrai dire, parfois en s'en fiche de son discours! Certains éléments s'imbriquent l'un dans l'autre mais il faut vraiment suivre. Surtout quand les personnages portent plusieurs noms.
Certains passages se lisent plus facilement que d'autres. L'auteur/narrateur essaie de faire de la philosophie mais qui reste très très basique. Certains passages m'ont rendue plus sensible en opposant des côtés noirs avec un registre de la vie, de la beauté.
Tristano est décri à l'agonie et dans des phases de délire: on l'a bien compris. Il m'a bien perdue!!!
Déçue par cette lecture même si j'ai tenu à aller au bout de cette lecture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
isabellelemestisabellelemest   19 avril 2013
Il faut lutter contre le rachitisme de certaines journées, quand la source semble tarie, car le courant peut tout à coup revenir, tu ne t'y attendais plus et alors quelle beauté, un jet d'eau fraîche arrive, qui t'inonde, te revigore, t'entraîne, d'où vient ce fleuve souterrain, alors que la plaine semblait si sèche, quels méandres cachés a-t-il suivis pour arriver jusqu'à toi, et pour te dire que demain est un autre jour ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
isabellelemestisabellelemest   18 avril 2013
Berlusconi et le pouvoir télévisuel
La voix de dinguodinge se mit alors à le visiter, et lui parlait d'une voix flûtée ou de fausset, comme le murmure d'un confesseur...ne pense pas, souviens-toi de ne pas penser, laisse-moi penser pour toi, Tristano, tu as combattu pour la liberté, et à présent celle-ci est arrivée, cela consiste à être affranchi de la pensée, à ne plus penser...la vraie liberté est d'être pensé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
paullichinelpaullichinel   19 février 2016
...Mais à cette époque il entendait le monde de façon binaire, tu sais, la nature nous a habitué au binaire, et nous nous sommes stupidement laissé convaincre, blanc et noir, chaud et froid, masculin et féminin. Bref, ou comme ci ou comme ça. Mais pourquoi donc devrions-nous penser que la vie est comme ci ou comme ça, tu ne t'es jamais posé la question, l'écrivain ?
Commenter  J’apprécie          30
mireille.lefustecmireille.lefustec   20 février 2014
Tu dois lui dire, parle, ami, parle, tu es un homme libre, ta parole est sacrée et personne ne peut la détruire, et ça c'est la vraie liberté, c'est pour ça que nous nous sommes depuis toujours battus nous tous qui aimons la liberté, afin que tu puisses parler, afin que tu puisses exprimer ta libre pensée...
Commenter  J’apprécie          30
mireille.lefustecmireille.lefustec   20 février 2014
la nature de dingodingue

dingodingue, dans son but solennel d'abolir totalement de l'esprit humain tout type de pensée qui puisse lui nuire, même la plus petite, commencera graduellement à supprimer de sa boîte de verre la moindre image porteuse de pensée, jusqu'à votre désaccoutumance complète et à la disparition absolue de tout signe signifiant, car l'image en tant que telle, même la plus mesquine et misérable et repoussante, comme celles qu'on vous propose chaque soir, peut induire une pensée, et la pensée est dangereuse...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Antonio Tabucchi (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Tabucchi
Sostiene Pereira (IT) - Afirma Pereira (PT)
Com realização do italiano Roberto Faenza, Afirma Pereira é uma co-produção entre Portugal, França e Itália que adapta para cinema um dos romances de António Tabucchi.
Pereira é um jornalista português do Lisboa, nos anos 30, que no cinema foi interpretado pelo famoso actor italiano Marcello Mastroianni.
Joaquim de Almeida intrepreta o prestável e informado criado de mesa do café Orquídea que servia a Pereira as suas açucaradas limonadas e as oleosas omoletas e lhe sugeria, ao mesmo tempo, notícias impublicáveis.
Pereira é um ex-jornalista de pequenas notícias que, um dia, é promovido a responsável pela página cultural do vespertino O Lisboa e que, confrontado com as ideias de liberdade de dois jovens, acaba por alterar completamente a sua vida.
Nicolau Breyner é o pároco confidente. Teresa Madruga é a porteira delatora. Nicoletta Braschi (conhecida por A Vida é Bela de Roberto Benigni) e Daniel Auteuil (Dr. Cardoso) são outros actores de renome internacional que participam no filme.
O filme foi rodado em Portugal em locais tão diferentes como o Pavilhão de Exposições da Faculdade de Agronomia (em Lisboa), o Museu Castro Guimarães (em Cascais), a Casa do Alentejo (em Lisboa), o Jardim de S. Pedro de Alcântara e a Estação do Rossio.
A acção decorre no Verão quente de 1938, onde um gasto jornalista se rendia ao politicamente correcto para assim evitar cair nas malhas da Polícia inquisidora.
Pereira consegue recuperar a alegria de viver ao põr o coração à frente da realidade, ao deixar prevalecer a verdade sobre os ditames da PIDE, da censura e da propaganda.
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Que peut-on ambitionner, désirer, prétendre, rêver, souhaiter, viser, vouloir avec Pereira ?

Qui est Pereira ?

Un détective privé
Un policier corrompu
Un journaliste
Un membre de la milice
Il est tout cela à la fois

20 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Pereira prétend de Antonio TabucchiCréer un quiz sur ce livre