AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Bernard Comment (Traducteur)
EAN : 9782267014051
245 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (31/03/1997)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 62 notes)
Résumé :
Un roman aux apparences de thriller. Mais en même temps, la chronique d'un fait divers. Et une enquête. Ainsi qu'un débat juridique. Le tout se déroulant dans l'ancienne et fascinante cité de Porto, dont on se doute cependant qu'elle vaut pour n'importe quelle autre ville de ce que nous appelons l'Europe civilisée.

Tout comme on se doute que le problème des abus policiers, de la torture, de la justice, de la marginalité sociale et des minorités ethniq... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  18 août 2018
Ce roman vous fera-t-il perdre la tête ?
Vous êtes gitan. Vous disposez de cet organe qui vous distingue de la gent féminine et dont vous êtes assez fier malgré le poids des ans, mais hélas, votre vessie, bien moins vaillante, vous force à vous lever aux petites heures. Vous vivez sur un terrain municipal sans aucune commodité. Vous voilà obligé de quitter votre cabane de planches et de carton pour satisfaire un besoin naturel. Vous avez vos habitudes au pied d'un vieux chêne. Vous remarquez alors que deux chaussures pointent vers le ciel. Vous prenez un bâton et vous écartez le feuillage. Plus vous l'écartez, et plus vous constatez que les chaussures se poursuivent par un pantalon, un torse, des bras… Mais pas de tête !
Vous êtes journaliste. Vous venez de passer quelques jours de vacances en compagnie de l'élue de votre coeur. Vous venez de rentrer à Lisbonne et décidez de faire un saut par votre journal bien que vous soyez encore en congé. Vous vous faites apostropher par votre directeur qui a tenté de vous joindre sans jamais y parvenir (fichus GSM qui n'existaient pas en ce temps-là).
Vous voilà obligé, le jour-même, de vous rendre à Porto (ville où ils adorent les tripes, vous pas) pour mener l'enquête car votre journal aime l'hémoglobine et vit des affaires que la nature humaine dénature (divorces, cocufiages, meurtres, toutes ces choses qui distinguent l'humain du restant du règne animal)…
Antonio (quel magnifique prénom) Tabucchi sait vous prendre par la main pour ne plus vous lâcher.
Il crée des personnages intéressants et originaux. Il vous emmène visiter Porto car il vous fait vous identifier au journaliste « lisboète » (qui vient de Lisbonne, quoi) et qui a de cette ville des images peu sympathiques en tête. Au fur et à mesure du récit, vous allez commencer à apprécier la cité et même ses spécialités culinaires, mais sans jamais manger les fameuses tripes… Il y a des limites que vous, le journaliste lisboète, ne voulez tout de même pas franchir !
A partir de la rencontre avec l'avocat, Don Fernando, avocat des pauvres, fin gourmet, homme de culture et philosophe, j'ai moins aimé le récit (contrairement à d'autres lecteurs qui trouvent cela sublime).
La fin du roman ne m'a pas satisfait.
Vais-je oser publier cette critique sachant que les fans de Tabucchi vont me courir derrière pour me raccourcir d'une tête que j'aurais pourtant déjà perdue en écrivant cette critique ? Je redoute un tête-à-tête avec une passionnaria qui aime Antonio (pas moi, l'autre) à en perdre la tête ! Vais-je pouvoir lui tenir tête lors d'un face-à-face où elle me traitera de tête brûlée, voire de tête de cochon (ou de lard) ! Ne vais-je pas devenir la tête de turc de tous les aficionados de Tabucchi qui n'hésiteront pas à me traiter de tête-à-claques ? Les plus gentils se contenteront peut-être de dire que je suis tombé sur la tête pour avoir écrit une histoire sans queue ni tête (ce qui prouve qu'ils n'ont pas bien lu ma critique puisque la queue, on la retrouve à la deuxième phrase et la tête, on s'y perd tant il y en a à la fin du récit, ceci dit sans vouloir vous prendre la tête en me comportant comme une grosse tête). Creusez-vous la tête et vous constaterez que même si je suis une tête de pioche, je n'ai pas forcément tort sur toute la ligne. Cette critique ne vaut pas une prise de tête, ne vous mettez point martel en tête, car si vous la lisez à tête reposée, vous constaterez peut-être que je ne suis pas un tête-en-l'air qui vomit sa haine sur votre écrivain-philosophe préféré. Alors, s'il vous plaît, arrêtez de faire la tête…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Niki
  11 septembre 2012
Ce roman d'Antonio Tabucchi est inspiré d'un fait réel : en 1966, un jeune Portugais fut tué dans un commissariat de la Guarda Nacional Republicana d'une ville proche de Lisbonne. Son corps a été découvert dans un parc public, décapité, avec des marques de sévices.
Egal à lui-même, Tabucchi fait une critique ironique des aspects de la société protugaise qui le révoltent : l'impunité de la Guarda Nacional Republicana, l'ostracisme dont sont victimes les Gitans, les méthodes peu ragoutantes des journaux à scandales... Les principaux personnages sont attachants : un jeune journaliste obligé de travaillé pour un de ces journaux à scandales, qui font leurs choux gras des faits divers les plus sordides, et un avocat très cultivé et amateur de littérature, riche mais se consacrant à la défense des "plus petits". J'ai passé un bon moment en compagnie de ce roman, mais j'ai tout de même préféré "Peirera prétend".
Commenter  J’apprécie          70
CeCedille
  16 janvier 2018
Décidément le professeur Tabucchi avait l'art de pimenter ses romans policiers de saveurs exotiques (une pincée de droit, de politique, de philosophie, de poésie...), sans rien sacrifier à l'intrigue. "La tête perdue de Damasceno Monteiro" (1977) l'illustre à merveille.
Un cadavre décapité est trouvé sur le hauteurs de Porto par un tzigane. Un jeune journaliste de Lisbonne est envoyé par sa feuille de chou pour mener l'enquête. Il connait mal la ville, dont il déteste la spécialité : les tripes à la mode de Porto. Et puis, plutôt que de courir après les faits divers, il rêve d'écrire. Par exemple, un essai sur "L'influence de Vittorini sur le roman Portugais d'après guerre" . Mais qui est donc ce Vittorini, qu'il veut étudier à travers le prisme et dans le style de Georg Lukács ?
Premier zigzag. La question de la "Grundnorm" chez Kelsen en est un autre. Acrobatiquement posée à la pointe de la pyramide des normes et invoquée mal à propos, la mère de toutes les normes risque de justifier une cascade fâcheuse d'obéissance, au nom du positivisme juridique.
Et voici Alexander Mitscherlich qui surgit du récit, avec ses étranges théories psychanalytiques sur la torture, que pratique la police portugaise, comme les nazis naguère.
Puis voici Pierre-Jean Jouve, traduisant quelques vers des Poèmes de la folie de Hölderlin : "Moi aussi je te dirai tout le passé"...
On a un peu le tournis, mais on finit par "comprendre le concept"...
Plus bucolique est l'apparition fugace des rabelos navigant sur le Douro avec leur chargement de nectar, toutes voies dehors, et la découverte progressive, au fil des pages du charme de la vieille ville qui vaut mieux que son plat emblématique.
Ces détours, savoureux, ramènent au récit et notre tintin reporter à son complice, qui boit comme Haddock, avocat monumental entre Orson Welles et Charles Laughton. C'est lui qui mène la barque (en l'occurrence une grosse Chevrolet) et montre comment la presse mène le justice par le bout du nez jusqu'au procès.
Voici un roman à tiroirs, policier bien ficelé fondé sur un fait divers réel. On ne lâche pas l'intrigue. Un magistrat, Antonio Cassese, qui présidait le tribunal Pénal de la Haye, a conseillé l'auteur pour la partie juridique. Les bavures policières, la torture, la marginalité sont le support de la réflexion philosophique de Tabucchi. Métaphysique et métaphores s'insinuent à chaque coin de phrase, comme déjà dans le superbe "Pereira prétend", paru en 1994.
Le voyageur partant pour le Portugal, à la découverte de Lisbonne et de Porto serait bien avisé de glisser ces bouquins dans ses bagages.
Lien : https://diacritiques.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Pirouette0001
  08 août 2014
Quelle belle langue ! Un livre comme je les aime. Un meurtre prétexte pour une entrée en littérature. Entre la dénonciation politique et la scène de moeurs.
Firmino, journaliste dans un quotidien de seconde zone, doit aller enquêter dans une ville de province portugaise suite à la découverte d'un corps décapité. Il rencontrera un avocat pittoresque avec lequel il échangera des propos métaphysiques.
Du bien bel ouvrage. Je recommande.
Commenter  J’apprécie          90
mireille.lefustec
  17 novembre 2011
Un corps a été trouvé décapité,privé de sa tête,à la périphérie de Oporno, à proximité d'un camp gitan.
Firmino,journaliste est envoyé par son directeur pour enquéter sur ce fait divers sordide.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
NikiNiki   11 septembre 2012
- D'ailleurs, continua l'avocat, et cela vous concerne de près en tant que journaliste, vous savez ce que disait Jouhandeau ?
Firmino secoua négativement la tête. L'avocat but un verre de vin et essuya ses lèvres charnues.
- Il disait : puisque l'objet intrinsèque de la littérature est la connaissance de l'être humain, et puisqu'il n'existe pas d'endroit au monde où l'on puisse mieux l'étudier que dans les salles de tribunal, ne serait-il pas souhaitable que, par norme législative, un écrivain figure toujours parmi les jurés ? sa présence serait pour tout le monde une invitation à réfléchir davantage. Fin de la citation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   18 août 2018
- Mon garçon, soupira-t-il, vous m'étonnez, oui, depuis votre première visite vous n'avez cessé de m'étonner, vous écrivez dans un journal à grande diffusion et vous ne semblez pas savoir ce que signifie l'opinion publique, c'est regrettable, essayez de me suivre un instant dans mon raisonnement : si Torres, après avoir fait sa déposition aux autorités qui mènent l'enquête, répété tout dans votre journal, il peut être tranquille, car il aura toute l'opinion publique avec lui, et un conducteur distrait, par exemple, y réfléchirait à deux fois avant d'écraser sous sa voiture un type qui a les yeux de l'opinion publique braqués sur lui, vous comprenez le concept ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JoualvertJoualvert   13 juin 2019
Don Fernando leva la tête et regarda la voûte céleste.
─ Des millions d'étoiles, dit-il, des millions de nébuleuses, bordel, des millions de nébuleuses, et nous qui sommes ici à nous occuper d'électrodes qu'on nous fixe aux parties génitales.
Commenter  J’apprécie          30
NikiNiki   11 septembre 2012
- Parce que, continua l'avocat à voix basse, que faites-vous des anciennes amours ? Ah, je me le demande moi aussi, que faites-vous des anciennes amours ? C'est un vers d'une poésie de Louise Colet qui continue ainsi : les chassez-vous comme des ombres vaines ? Ils ont été, ces fantômes glacés, coeur contre coeur, une part de vous-même. Elle est certainement adressée à Flaubert (...)
Commenter  J’apprécie          10
saigneurdeguerresaigneurdeguerre   18 août 2018
[...] Sachez seulement que le sadique en question est un jeune garçon, fils d'un nouveau maître de la province venu de rien et qui s'est enrichi sous les récents gouvernements, il s'agit d'une bourgeoisie de la pire catégorie, née au Portugal dans les vingt dernières années, faite d'argent, d'inculture et de beaucoup d'arrogance.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Antonio Tabucchi (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonio Tabucchi
Sostiene Pereira (IT) - Afirma Pereira (PT)
Com realização do italiano Roberto Faenza, Afirma Pereira é uma co-produção entre Portugal, França e Itália que adapta para cinema um dos romances de António Tabucchi.
Pereira é um jornalista português do Lisboa, nos anos 30, que no cinema foi interpretado pelo famoso actor italiano Marcello Mastroianni.
Joaquim de Almeida intrepreta o prestável e informado criado de mesa do café Orquídea que servia a Pereira as suas açucaradas limonadas e as oleosas omoletas e lhe sugeria, ao mesmo tempo, notícias impublicáveis.
Pereira é um ex-jornalista de pequenas notícias que, um dia, é promovido a responsável pela página cultural do vespertino O Lisboa e que, confrontado com as ideias de liberdade de dois jovens, acaba por alterar completamente a sua vida.
Nicolau Breyner é o pároco confidente. Teresa Madruga é a porteira delatora. Nicoletta Braschi (conhecida por A Vida é Bela de Roberto Benigni) e Daniel Auteuil (Dr. Cardoso) são outros actores de renome internacional que participam no filme.
O filme foi rodado em Portugal em locais tão diferentes como o Pavilhão de Exposições da Faculdade de Agronomia (em Lisboa), o Museu Castro Guimarães (em Cascais), a Casa do Alentejo (em Lisboa), o Jardim de S. Pedro de Alcântara e a Estação do Rossio.
A acção decorre no Verão quente de 1938, onde um gasto jornalista se rendia ao politicamente correcto para assim evitar cair nas malhas da Polícia inquisidora.
Pereira consegue recuperar a alegria de viver ao põr o coração à frente da realidade, ao deixar prevalecer a verdade sobre os ditames da PIDE, da censura e da propaganda.
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : portugalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Que peut-on ambitionner, désirer, prétendre, rêver, souhaiter, viser, vouloir avec Pereira ?

Qui est Pereira ?

Un détective privé
Un policier corrompu
Un journaliste
Un membre de la milice
Il est tout cela à la fois

20 questions
13 lecteurs ont répondu
Thème : Pereira prétend de Antonio TabucchiCréer un quiz sur ce livre