AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

André Sanchez (Autre)
EAN : 9782375791950
896 pages
Éditeur : Critic (08/10/2020)
4.11/5   144 notes
Résumé :
1938. Italie. Dans les rues de Palerme, un jeune fuyard tente d'échapper à la police secrète de Mussolini. A sa main, une mallette dont le contenu semble exciter bien des convoitises... 1944. Etats-Unis. Sur une route poussiéreuse du Middle West, trois hommes d'exception jettent les bases d'un projet qui pourrait bien changer l'issue de la guerre. De nos jours. Caleb McKay, un ex-SAS reconverti dans les missions de sauvetage à risque maximal, est recruté par un mill... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (45) Voir plus Ajouter une critique
4,11

sur 144 notes
5
23 avis
4
13 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

fnitter
  03 mars 2016
Un page turner très addictif.
Un premier roman récompensé par le prix révélation Futuriales 2014 et une suite disponible : Mausolée.
Dans un futur proche (2018), une expédition est montée par un mystérieux milliardaire en Antarctique. Un gigantesque artefact vient d'y être re-découvert. Avec son équipe hétéroclite et bigarrée, il lui faudra lutter contre les éléments, le temps et les russes qui semblent bien déterminés à s'emparer du contenu de la découverte, dont tout le monde semble connaître le contenu. Sauf nous.
IA, armures dignes d'Ironman, faits historiques savamment distillés, détails techniques, personnages hauts en couleur et particulièrement bien construits, mystères et boules de gomme à chaque page et surtout, de l'action, de l'action de l'action.
Un techno thriller d'action et d'aventures qui nous fait voyager aux quatre coins du monde et nous fait replonger dans l'histoire de la seconde partie du vingtième siècle sous-section guerre et science.
Ma critique sera aussi courte que le livre est long, 1152 pages en version poche et pas une seule seconde d'ennui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1438
Hugo
  18 décembre 2013
Merci aux éditions « Critic », à « Babelio », à l'auteur « Antoine Tracqui », à maman et papa qui m'ont trouvé dans un choux il y a bientôt 32 ans… c'est quand même grâce à eux que je peux vous remercier comme il se doit aujourd'hui...
- Psychiatre : le pauvre garçon est dans le déni, imaginer sa mère à 4 pattes…
Donc l'histoire se passe dans un futur proche soit en 2018… ça nous laisse donc 4 ans pour inventer les robots débrouillards, L'IA version « Iron man », les combinaisons synthétiques à combustion nanomotrice et pare balle, couplées à une résistance bi-séquentielle à variation tridimensionnelle, mais surtout à flux variable pour une meilleure adhérence aux courbes féminines de notre héroïne version « Solid Snake » :
- Colonnel : Snakeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee
- Playstation : Game over…
Tout l'histoire se base sur deux trois bricoles historiques que nous avons tous oubliées : la seconde guerre mondiale, la course au nucléaire, les recherches top secrètes avec des scientifiques à la pointe du « scientisme »… l'auteur va déformer la réalité de manière à nous occuper pendant plus de 850 pages et franchement ça cartonne…
Il y a une multitude de personnages, réels ou fictifs, attachants, hors norme, complètement improbables, mais totalement jouissif : « One-shot » un géant démesuré et sniper hors pair , le sosie parfait de « Mamouth », un célèbre personnage de la grande littérature Japonaise allié d'un certain « Nicky larson » … Il y aura aussi « Caleb » ancien SAS, héros charismatique et Irlandais, Poopy la petite chatounette psychopathe, sans oublier le monstre issue d'un projet top secret… Mais j'en passe tellement ils sont nombreux…
C'est foutrement bien écrit : chaque combat terrestre, aérien, naval, chaque action, tout est disséqué de manière chirurgicale, c'est clair, net et précis et c'est bourré d'action…
Iron man + Métal Gear + James Bond + Jules Verne = Point zéro
Hugo = Point G…
Bon les filles, une petite photo en mère noël ? Oh Oh Oh... et J'ai de la barbe...
A plus les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4916
saigneurdeguerre
  14 novembre 2020
Antoine Tracqui serait-il le Tom Clancy français ? J'ai bien envie de le croire tant la similitude dans la façon de construire son récit s'apparente à celle du maître du genre : multitude de lieux et de personnages, nombreuses intrigues secondaires au service d'une intrigue principale qui ne se découvre que vers la fin du récit, déroulement chronologique qui nous conduit à sauter d'un point du globe à un autre, excellente connaissance de l'Histoire (avec un grand H), des personnages historiques, des lieux, des services de renseignement, des armes, des nouvelles technologies… Et j'en passe.
Antoine Tracqui accomplit ici un travail de bénédictin qui le conduit à réaliser un premier tome de presque 900 pages avec un caractère d'imprimerie de petit format, de quoi donner à lire pendant des dizaines d'heures à un lecteur chevronné.
Si vous n'aimez pas les longues sagas pleines de détails et de complexité, passez votre chemin...
Mais attention : très longue histoire ne rime pas, dans ce cas-ci, avec lecture ennuyeuse ! Une fois plongé dans l'histoire, difficile de s'en décrocher. Même s'il y a de nombreux personnages !
Nous suivons plus particulièrement les quatre de l'équipe Hard Rescue, personnalités très typées dignes des grands jeux de rôles classiques. Nous allons dire que ces quatre-là sont les vrais gentils de l'histoire : Caleb, le malin, le consciencieux, le chef responsable de ses hommes, le bon Samaritain de service, Joshua Tewaru, un Maori néo-zélandais qui compte, parmi d'autres talents, un don rare pour les langues, One Shot, tireur d'élite finlandais à la corpulence d'un gringalet de deux tonnes, rien que du muscle… Ah, oui ! « One Shot », ce n'est pas son nom, c'est son surnom ! Pourquoi ? M'enfin ! Est-ce que je vous demande si votre grand-mère aime les rutabagas ? N'oublions pas l'atout charme de ce quatuor, l'Allemande Gretchen (plus germanique comme prénom, tu meurs) qui fait tout péter avec une précision de l'ordre du millimètre ! … Non ! Je n'exagère pas, sinon j'aurais dit de l'ordre du micron !
Puis, il y a quelques figures de l'étrange société privée K2 Industries, où une place de choix est consacrée à une nana, Poppy Borghese, qui renvoie Rambo à la crèche jouer avec de la plasticine. Là aussi, il y a des gentils : une jeune demoiselle très savante, Sarah Bernstein, nièce du n°2 de K2 Industries. Mais les deux dirigeants de cette immense boîte, société n°1 mondial dans le domaine de l'armement, sont-ce vraiment de braves types animés par l'amour de leur prochain et un futur meilleur pour la planète ? Ils adorent le pognon. Mais depuis quand est-ce un défaut ? Hein ? Depuis quand ? Pourtant, vous croiseriez le « number one » de la boîte, vous le prendriez pour un clochard ! Ah ! Si ! Vu sa dégaine, beaucoup de SDF pourraient se croire multimilliardaires !
Côté « méchants », il y a des Russes ! L'élite des spetsnaz (Eh, oui, Madame, on ne se refuse rien) : cruels, impitoyables, sadiques, bestiaux, même pas peur de tuer des innocents… Caricatural ? Oui, mais pas tant que ça : rappelez-vous comment ils ont « libéré » l'école de Beslan où se trouvait un millier d'enfants et d'adultes. le bilan officiel fait état de 334 civils tués, dont 186 enfants. Difficile de dire combien ont été estourbis par les terroristes et combien ont été victimes de l'attaque des « libérateurs ». Parmi ces méchants, ne cherchez pas un seul gentil avec ce qui ressemble à des sentiments humanistes ! Non ! N'essayez pas, vous allez déprimer ! Ce sont des VRAIS méchants ! Vous connaissez le lieutenant Pavel Tomski ? Non, vous ne le connaissez pas, sinon vous ne seriez plus là pour lire ma charmante prose pleine de poésie ! Attention ! Attention ! « Méchants » ne veut pas dire incompétents. Il faut qu'ils aient des atouts dans leur jeu pour faire valoir les « gentils ». Parmi ces atouts, il y a une créature qui… (Faudra lire l'histoire pour en savoir plus.)
Vous voyagerez dans le temps, notamment dans l'Italie fasciste où un brillantissime mathématicien pas très copain avec les idées de Mussolini tente d'échapper aux services secrets du Duce.
Vous voyagerez de l'Afrique et de ses mines, à la Sibérie dans une charmante ville secrète datant de l'ère soviétique et où avaient lieu des expériences sur… (Attendez ! ça va me revenir… Un autre jour, peut-être ?) Vous aurez le privilège de vous rendre du tr… du c… de la Sibérie jusqu'en Antarctique où les scènes d'action ne vous laisseront pas de glace malgré des températures de -60° C. Vous y découvrirez… Ah, ça c'est idiot ! Juste un gros trou de mémoire au moment où je rédige cette critique… Suis-je bête ? (Qui a dit « oui » ! Levez le doigt ! J'exige le nom des coupables ! … Pardon… Je voulais dire « des invités pour un séjour idyllique gratuit, aux frais de la princesse, dans une zone de Sibérie encore vierge sur les cartes géographiques » ! On dit « merci qui » ? … Pfff ! Face à tant d'ingratitude de votre part, et en l'absence de mon avocat, je ne vous livrerai plus aucun détail quant à cette histoire !
Si certaines descriptions très techniques peuvent vous paraître lassantes, n'hésitez pas à les passer, en général, elles ne sont pas indispensables à la bonne compréhension du récit, elles sont là pour faire « vrai », sérieux, crédible, mais que cela ne vous empêche pas de profiter de l'histoire qui est passionnante !

Voilà donc un solide bouquin parfait pour personnes confinées, fatiguées de regarder la télé et qui ont envie d'être transportées ailleurs par les évocations d'un récit aux multiples rebondissements « jamesbondesques ».
Si Netflix ou Amazon cherchent à lancer une nouvelle série à (très) gros budget, Point Zéro devrait leur offrir une première saison palpitante !
Merci à Masse Critique et aux éditions Critic pour m'avoir offert l'occasion de découvrir cette série hors normes. Je m'en vais commander la suite sans tarder !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          284
Crazynath
  09 juillet 2014
Difficile de sortir indemne d'une telle lecture !
Comme ce pavé faisait 870 et quelques pages, je me disais que les vacances étaient le moment idéal pour m'y attaquer ! Ce qui évidemment était une bonne idée mais je ne m'attendais pas à être happée , aspirée par ce roman ou plus précisément ce techno-thriller, ni surtout à le lire aussi rapidement !!
Avant tout, pour moi Point Zéro est un formidable roman d'aventures superbement bien écrit ! Un tout petit peu d'anticipation ( une bonne partie de l'histoire se passe en 2018 ) permet à certaines technologies de pointe d'avoir une place de choix et tout à fait crédible dans cette histoire!
Point Zero serait très compliqué à résumer! Ce livre est tellement dense, riche qu'on ne s'y ennuie pas une seconde! Les scènes d'actions sont décrites avec une précision telle qu'on s'y croirait.!! On remarque aussi le formidable travail de recherche qu' a effectué l'auteur car tous les détails scientifiques sont restitués avec précision et surtout de manière à ce que le profane ( comme moi) puisse comprendre certains éléments clés de l'histoire.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          296
jamiK
  05 novembre 2020
J'ai reçu ce livre dans le cadre d'une opération Masse Critique. Je ne m'attendais pas à recevoir un aussi gros pavé, presque 900 pages. Sur le site de la maison d'édition, il est estampillé Techno-Thriller, c'est à dire un thriller lié à la guerre avec des la haute technologie, on est pas loin de la science fiction, mais on est plus proche du thriller militaire. Mes connaissances dans ce genre se sont arrêtées à Buck Danny. 900 pages dans ce style, j'avoue que ça me faisait un peu peur.
Et bien, à ma grande stupéfaction, j'ai adoré ce roman !
Tout d'abord, le rythme est génialement maîtrisé, à couper le souffle :33 chapitres plus prologue et épilogue, et chacun de ces chapitres est divisé en sous chapitres courts, avec une référence horaire (24h chrono) et se concluant sur un cliffhanger. de l'action, du suspens, des rebondissements, des révélations, le moins qu'on puisse dire, c'est qu'antoine Tracqui n'est pas avare de ce point de vue, c'est trépidant, mouvementé, et j'étais littéralement en haleine. le style est efficace, percutant, chargé d'une multitude de détails.
J'ai trouvé que ces détails apportaient un plus au récit, des détails techniques, balistiques, scientifiques, technologiques, mais aussi géographiques, c'est très complet, on pourrait presque inclure ce récit dans du Hard SF, il n'hésite pas à écrire deux ou trois pages sur un projectile qui met trois secondes à atteindre sa cible, je n'ai pas trouvé ça superflu, au contraire, ça donne un style ludique, l'univers des jeux de guerre vidéo n'est pas loin non plus. Avec cette profusion de technologie, on ressent la passion d'un geek sans en être un. Les explications sont savantes, documentées, mais faciles à comprendre, même pour un non spécialiste, c'est aussi tout le talent d'Antoine Tracqui de parvenir à mettre le béotien dans la peau d'un expert.
La rigueur scientifique et historique est d'ailleurs très poussée, j'avoue avoir été très surpris d'apprendre que tous les faits historiques du passé soient vrais, le roman pousse encore plus loin la simple fait cohérence pour l'ancrer dans la réalité.
Mais la qualité de ce livre ne s'arrête pas là, on retrouve les stéréotypes des personnages de ce genre, le richissime commanditaire, la fille combattante, la spécialiste des explosifs, la baraque, le scientifique autiste Asperger, le héros highlander... et le méchant de l'histoire est russe… Mais avec tout ces stéréotypes, il nous présente une grande variété de relations, souvent pétillantes, chacun a une histoire, jusqu'au rôles les plus mineurs. Par exemple, j'ai aimé cette relation entre les officiers de l'US Navy. Il joue sur les caricatures, proches des personnages de jeux vidéos, mais en les faisant évoluer de façon subtile, avec des réactions parfois drôles, parfois surprenantes, et toujours pétillantes, la surprise vient aussi de ce côté.
Rien n'est laissé au hasard, il ne manque rien, il n'y a rien en trop. Je suis sûr qu'il ravira, s'il ne l'a déjà fait, les amateurs du genre, qu'il pourrait attirer les gamers à la littérature et qu'il surprendra aussi tous les autres. A mon avis, ce premier roman d'Antoine Tracqui peut déjà figurer comme référence incontournable du genre Techno-Thriller.
En fait, cette lecture est comme un jeu, le genre de jeu où on ne sent pas le temps passer (pourtant, l'heure est inscrite dans toutes les pages !) et les 900 pages passent sans s'en rendre compte. Je me suis éclaté à lire ce livre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   08 mars 2016
Avant le combat, une chose très essentielle, c'est de bien choisir le point de rassemblement de vos troupes. Pour ne pas y être devancé par l'ennemi, il faut agir avec diligence, être installé avant qu'il ait eu le temps de vous reconnaître, avant même qu'il ait appris votre marche pour vous y porter. Être le premier en place est à rechercher. S'il s'agit d'aller, allez promptement mais en sûreté, par des chemins tenus secrets. L'ennemi ne doit pas soupçonner dans quels lieux vous vous rendez. Sortez à l'improviste d'où il ne vous attend pas et tombez sur lui quand il y pensera le moins.
L'art de la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
fnitterfnitter   05 mars 2016
Cherche hommes pour voyage incertain.
Maigre salaire, froid rigoureux, longs mois d'obscurité complète, dangers permanents, retour non assuré.
Honneur et prestige en cas de succès.
Sir Ernest Shackleton
Annonce passée le 01.01.1914 pour recruter l'équipage de l'Endurance.
Commenter  J’apprécie          574
fnitterfnitter   07 mars 2016
Voyez ! Je suis Shiva, le destructeur des mondes !
Robert Oppenheimer 16.07.1945 Juste après l'explosion de la première bombe atomique.

A partir de cet instant, nous sommes tous des fils de putes.
Kenneth Bainbridge Adjoint d'Oppenheimer. Mêmes circonstances.
Commenter  J’apprécie          510
fnitterfnitter   10 mars 2016
Heureux ceux qui sont différents quand ils sont différents / Malheur à ceux qui sont différents quand ils sont ordinaires.
Commenter  J’apprécie          655
fnitterfnitter   06 mars 2016
Une mission comme il les aimait – simple, précise, linéaire. Allez du point A au point B. De préférence dans le temps imparti. Et tuer tout le monde à l'arrivée.
Commenter  J’apprécie          430

Videos de Antoine Tracqui (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine Tracqui
Retrouvez Hard Rescue T1, le 24 mars au rayon BD. humano.com/@HardRescue
La Hard Rescue se compose de mercenaires spécialisés dans les sauvetages à haut risque. Un jour, un mystérieux homme d'affaires recrute Caleb McKay et ses acolytes pour une mission secrète en Antarctique. Leur objectif, un artefact récemment révélé par la fonte des glaces, renferme manifestement de lourds secrets : le gouvernement américain lui-même cherche à leur barrer la route.
Oeuvre originale : Antoine Tracqui Scénario : Harry Bozino Dessin : Roberto Meli Couleur : Chiaria di Francia EAN 9782731644357
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2126 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..