AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246347319
Éditeur : Grasset (01/09/1984)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 30 notes)
Résumé :
"La Duchesse et le roturier a quelque chose du scrap-book ou du "petit Adrien illustré". C'est un catalogue, un journal, un dictionnaire avec ses pages roses ; un bottin mondain, demi-mondain, populaire : un hit-parade, un programme de Variétés ; un menu à la carte (du Tendre) avec beaucoup d'appéritifs et de digestifs. On frôle à tout moment l'incident, le fait divers, la catastrophe, voire le "drame sanglant et mortel", tout en évitant le mélodrame sentimental et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
bilodoh
  29 septembre 2013
« La duchesse et le roturier » est le troisième volet des « Chroniques du Plateau Mont-Royal». L'histoire se déroule dans un quartier pauvre de Montréal en 1946-47 et on y retrouve les protagonistes des deux premiers tomes, qui sont aussi les personnages de nombreuses pièces de théâtre de Michel Tremblay :
• Victoire qui vit avec ses trois enfants adultes et leurs familles dans un appartement de quelques pièces. En attente de la mort, l'aïeule a récemment développé une complicité avec son petit-fils Marcel, un enfant apparemment retardé, mais qui effraie son entourage par son monde imaginaire.
• Albertine, fille de Victoire, veuve de guerre, aigrie par une vie qui ne lui apporte que frustrations, mère de deux enfants qu'elle ne comprend pas : Thérèse, une adolescente un peu trop délurée qui risque d'être entraînée sur une mauvaise pente et Marcel qu'il faudra faire enfermer s'il persiste à discuter avec son chat invisible.
• Gabriel et sa « Grosse femme » qui s'évade par la lecture de sa vie trop étroite, parents de deux adolescents, Richard et Philippe, ainsi que d'un gamin de quatre qui peine à trouver sa place parmi les grands.
• Édouard, vendeur de chaussures de quarante ans, à l'homosexualité difficile à vivre dans ces années de conformisme social dominé par la religion catholique. Édouard fréquente le milieu du spectacle burlesque et fait connaissance de ses vedettes. Ces personnages (La Poune, Juliette Pétrie, Denis Drouin, etc.) sont bien connus du public québécois, car ils apparaîtront à la télévision jusque dans les années 90.
Si les descriptions du milieu social sont élaborées, ce sont surtout les personnages de Tremblay qui font la richesse du roman. Ses héros du quotidien y vivent leurs émotions, leurs espoirs et leurs culpabilités, dans un univers de relations familiales où on se « crie par la tête » pour éviter d'exprimer des sentiments. Chacun vit à sa manière les hésitations entre la conformité et le désir de liberté.
L'incursion dans le rêve ou l'imaginaire, qui offrent une fenêtre sur l'ailleurs et permettent de supporter le quotidien, complète la variété des styles exploités par Tremblay, mais pourrait rebuter un lecteur très cartésien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
nathalie_MarketMarcel
  06 novembre 2017
Dans ce volume, le petit Marcel devient très attachant, tendu entre ses différents désirs. Il parle aux morts et personne ne le croit ; va-t-il choisir de renier ses visions pour se conformer à ce qui est attendu de lui ou préférer rester dans son univers ? La famille se fissure. Grâce à des retours en arrière, on comprend que Victoire, qui aimait tant son fils Édouard, l'a quand même mis à la porte. de leur côté, les ados continuent à grandir. Et puis surtout Édouard… qui cherche à affirmer son identité d'homosexuel, qui cherche aussi à jouer sur la scène du théâtre, mais qui va peut-être finalement choisir la vie plutôt que le théâtre, à ses risques et périls. Va-t-il quitter Montréal et sa famille ? Il est si seul !
Encore une fois, cette série est très belle, merveilleusement émouvante et drôle. Édouard ne peut parler à sa mère comme peut-être il le souhaiterait, Marcel ne peut faire partager ses secrets à ses proches et se retrouve de plus en plus isolé. Ces scènes sont particulièrement émouvantes, car le lecteur se retrouve en position d'encourager les personnages à dialoguer, tout en sachant, par expérience personnelle, qu'il n'y a rien de plus difficile. On se reconnaît totalement dans ces scènes si simples où Tremblay fait preuve de toute sa finesse dans l'analyse psychologique.
Il y a aussi une évocation très réussie de la scène théâtrale de Montréal dans ces années là. On voit en note que Tremblay s'est inspiré de personnages réels pour camper ses grandes actrices, le public agité et bavard, les coulisses pleines de vie. C'est toute une époque qui revit sous nos yeux, avec plein de chansons de l'époque et le grand Tino Rossi.
Enfin, c'est un bonheur de se plonger dans une langue très originale, pleine d'expressions propres à l'oral, mêlée de québéquismes, marquée par la classe sociale des personnages et l'humour.
À noter, l'apparition sensationnelle de Valéry Giscard d'Estaing. J'ai bien ri.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Neneve
  25 février 2017
Encore un grand Michel Tremblay !
Les deux critiques avant la mienne parle d'elles-même !!! Je me contenterai seulement de dire que lire Les Chroniques du Plateau Mont-Royal c'est lire l'histoire du Québec à travers le quotidien des personnages de Tremblay...
C'est vraiment une grande pièce de la littérature québécoise que ces chroniques !
À lire, à lire, à lire !!!!
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
bilodohbilodoh   27 septembre 2013
C'était pourtant là des chansons toutes simples qu'elle connaissait pour la plus part par coeur mais Mercedes les transformait, les transfigurait, en faisait des paysages d'émotion qu'on pouvait lire, qu'on pouvait ressentir et dont il était très difficile de s'échapper. (p.124)
Commenter  J’apprécie          30
bilodohbilodoh   26 septembre 2013
" ...on pouvait deviner chez cet enfant qui grandissait si mal une étonnante connaissance des choses, différente , peut-être, mais déjà si profondément ancrée en lui et tellement plus spontanée que l'éducation obtuse qu'on lui aurait autrement inculquée." (p. 20)
Commenter  J’apprécie          30
SachenkaSachenka   30 avril 2014
"Un prince, ça se tient raide pis ça l'a l'air constipé même quand c'est beau! Une princesse, ça peut faire c'que ça veut pis, au moins, ça peut s'éventer avec des plumes d'autruche quand y fait chaud! Pis ça peut rire fort en se pliant par en arrière! (...)"
Commenter  J’apprécie          30
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   06 novembre 2017
Elle lui parla de sa solitude sans jamais la nommer, de son inquiétude, aussi, qui la prenait au moment même où il mettait le pied dehors, de la terreur qu’elle avait qu’il ne revienne plus ; elle défit devant lui chacun des fils de leur relation, parla de ce qui les unissait comme d’une liaison qui tirait à sa fin, usa de chantage émotif, insinua le bannissement ou le désaveu tout en mendiant un retour plus régulier sinon définitif. Édouard écoutait, un peu penché, balbutiant parfois quelque chose qui ressemblait vaguement à une supplication ou à un aveu avorté, hurlant intérieurement son besoin de se faire entendre au milieu des flots de paroles que sa mère déversait sur lui peut-être pour ne pas avoir à l’écouter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   06 novembre 2017
Derrière ce regard candide, cependant, qui choquait tant sa mère mais ravissait la grosse femme, sa tante, qui disait volontiers de lui : « Y a l’air niaiseux, de même, mais guettez-vous ben quand y va se décider ! », se cachait une grande malice mal contrôlée, un débordement de sensations mêlées à l’instinct qui s’éveille, aux sentiments, aussi, plus clairs, qui déjà dessinaient la ligne de démarcation entre les différents choix qu’un enfant fait chaque jour, parfois hâtifs, souvent définitifs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Michel Tremblay (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tremblay
Moment décisif aujourd?hui : les séries des libraires prennent fin avec un ultime duel qui oppose deux monuments de la littérature québécoise? et deux merveilles de la librairie indépendante. D?un côté, c?est Michel Tremblay, auteur chouchou de notre littérature, et son roman Un ange cornu avec des ailes de tôle qui est défendu par la Superbe de Trois-Rivières, la rayonnante Audrey Martel de la librairie l?Exèdre. de l?autre, c?est la bien-aimée des lecteurs, Anaïs Barbeau-Lavalette, auteure du méga-succès La femme qui fuit, qui compte sur les arguments-chocs de la Menace de Saint-Jean-sur-Richelieu, le passionnant Denis Gamache de la librairie Au carrefour.
+ Lire la suite
autres livres classés : québecVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
137 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre