AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070274031
160 pages
Gallimard (14/01/1970)
3.64/5   29 notes
Résumé :
«Une dizaine d'hommes et une femme, à la fin d'un dîner, vers la fin de leur vie aussi, sont réunis dans une grande salle ouverte sur un parc. Il n'y aura pas de lumières et cette nuit unique, tant elle est belle, cachera les ravages du temps, rendra incertaines les frontières entre la veille et le rêve.
Unité du temps, du lieu, de l'action... ne dirait-on pas trois dimensions pour définir un "volume"? Les personnages de la tragédie, venus au rendez-vous noct... >Voir plus
Que lire après Le Rossignol se tait à l'aubeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Un court texte mais fort en émotion, presque envoûtant!

L'action dure une nuit, accompagnée par le chant du rossignol car les convives sont dans une salle donnant sur un parc. Ils font un repas festif, une seule femme se trouve avec eux. Il s'agit probablement d'artistes mais ils sont tous anonymes (si ce n'est un prénom parfois) ainsi que la femme.
La femme rêve par instants et une sorte de confusion due au rêve teinte le texte. Des souvenirs, des émotions fortes s'entremêlent dans une écriture raffinée, poétique, précise. C'est un peu comme si elle ressassait les grands moments de sa vie. Une violente douleur physique apparaît par intermittence, de façon récurrente.
Une sorte de langueur se ressent, avant la fin de cette nuit, comme dans un sorte d'attente: serait-ce les effets de la vieillesse?
Qu'y a-t-il au bout de cette nuit peu commune?

Les pouvoirs de la nuit sont décrits de façon très imagée: nuit comme un masque, l'ombre où se cacher, où l'on vit à tâtons, nuit propice au rêve aussi (p.10).
J'ai beaucoup aimé ces créations d'images de mots, ces phrases emphatiques mais qui sonnent tellement juste. J'ai eu le sentiment d'être présente au milieu des convives!

Première rencontre avec cette auteur, certainement pas la dernière!
Commenter  J’apprécie          250
Elsa Triolet est essentiellement connue à travers Aragon. Pourtant, son oeuvre mérite qu'on s'y attarde. le rossignol se tait à l'aube est un texte surprenant et envoûtant où on se trouve rapidement happé. de vieux amis, réunis après des années pour un dîner, sont attablés dans la pénombre. L'obscurité permet de masquer les imperfections et le poids des ans. Parmi eux, une seule femme. Dans le parc, à proximité, un rossignol chante, accompagnant cette soirée étrange et inquiétante. de cette femme, dont nous ignorons le nom, nous découvrons, de façon décousue, des bribes de vie (de la sienne mais aussi de celles de ses amis). On comprend qu'elle a connu la célébrité, que son mari l'a quittée. Elle (se) pose des questions existentielles sur la vie, l'amour, la mort, où tout un chacun se retrouvera. Cette soirée est un voyage introspectif et poétique où la narratrice nous plonge dans ses souvenirs et ses rêves. On peine à dissocier le jour de la nuit, la veille du rêve. Elle nous narre ce qu'elle veut bien nous raconter mais est trahie par ses rêves qu'elle ne peut maîtriser. La fin de la complainte du rossignol, vestige du temps ancien, marque la fin de cette nuit, de cette vie, de ce récit.
Commenter  J’apprécie          53
Elsa Triolet achève ce roman l'été 1969. Mon exemplaire, imprimé en juillet 1970, contient encore le bandeau rouge : ELSA TRIOLET. La vieille dame venait de mourir, à peine un mois avant.
Le Rossignol se tait à l'aube. de quelle aube s'agit il ? Roman crépusculaire, dans une ambiance à la Bunuel, un récit cadre : la nuit, une assemblée de vieillards, tous mâles, une seule femelle sont reçu dans une grande maison. Seule parmi tout ces hommes au passé plus ou moins glorieux, la vieille dame est le centre de ce récit qui ressemble à un rêve. Mais c'est le récit cadre dans lequel Elsa Triolet a incrusté des rêves, ceux de la vieille dame. Qui somnole entre deux conversations (celles-ci portent sur des souvenirs communs, souvent scabreux - on dirait vraiment du Bunuel). le maître des lieux tient à ce qu'on n'allume pas la lumière. La lune dans le parc est leur seul éclairage. Un rossignol chante.
Certains passages du livre sont imprimées en rouge-doré, dans la même typographie que le récit cadre : ce sont les rêves de la vieille dame, une ancienne actrice qui se sent flétrie depuis qu'elle renvoie plus la lumière : depuis bien avant cette nuit, la lumière ne l'éclaire plus.

Souvenirs de vieillards que perturbent à peine les derniers tumultes de mai 68. À défaut de décrocher la lune, on a marché dessus.
Le rossignol s'est tu à l'aube. le jour venu, d'autres volatiles prennent le relais. "Tout un choeur d'oiseaux, libéré du grand maître soliste, du virtuose sublime, a pris sa place, chaque oiseau donnant de la voix à sa façon, répétant une même petite ritournelle, ses même petites notes, à satiété, pressentant l'aube, tous bien réveillés, affairés, fébriles, piaillant au devant du soleil qui n'est encore qu'imperceptiblement annoncé par le faible reflet d'une source invisible."
de quelle aube s'agit il ? Avec ses logomachies incantatoires annonciatrices d'une aube nouvelle, mai 68 semble préfigurer les pioupious mondialisés de Tweeter sous la lumière crue d'un monde sans nuit et sans rêves. Elsa l'ignore peut-être. Elle sait seulement qu'elle va bientôt mourir.
Commenter  J’apprécie          10
Curieux et troublant roman où la règle des trois unités est respectée: tout se passe du soir au matin, juste une nuit.Une dizaine d'hommes et une seule femme , des amis de jeunesse,artistes ou célébrités d'un autre temps ,que la vie a plus ou moins séparés .Réunis dans une grande maison ouvrant sur un parc il n'y a aucune lumière pendant cette réception , juste quelques bougies au buffet , et dans le noir, ces personnages se devinent plus qu'ils ne se voient,tous sont proches de la mort "chacun porteur de sa biographie, film terminé et mis en boîte". La maîtresse de maison-narratrice est une comédienne séparé de son mari, présent cette nuit noire ,dont la carrière n'a pas été des plus brillantes ,qui a des songes éveillés qui sont tous des rêves "de nuit" dont le plus beau est sans doute le
dernier(typographiquement les rêves sont en caractère rouge dans le texte) elle est manifestement malade du coeur avec des crises de plus en plus fréquentes et s'éteindra à la fin de la nuit "quand le rossignol ne chantera plus" .Très différent des autres romans d' Elsa Triolet , celui-ci le roman de la vieillesse et du bilan de la vie telle qu'on l'a vécue ou imaginée.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Il n'y a pas d'attente, de vie, de bagne à perpétuité. C'est une condamnation irréalisable, avec tout le respect que l'on doit à la loi, une impossibilité, une imbécillité. Cette idée ! Comment purger cette peine ? A perpétuité ! Pour qui se prennent-ils, les hommes ? Le pour toujours n'existe pas, c'est de notoriété publique, et voilà qu'on s'avise de vous condamner à perpétuité ! C'est risible. Pas plus de bagne que de mouvement perpétuel. Que de vie perpétuelle. La perpétuité s'arrête avec la vie, on en voit le bout. Bref, le rendez-vous avec la dame en question est inévitable, sans que la date et l'heure vous en soient données et qu'entre-temps vous puissiez, si cela vous chante, imaginer que la vie est à perpétuité.
Commenter  J’apprécie          50
À la fin d’une longue vie, ce sont comme d’énormes champignons qui poussent sur le tronc déjà mort, avec des trous de piverts. Tout ce qui s’accroche à vous et, quand on veut se débarrasser de ce poids mort, immanquablement on détruit la seule chose dont on peut encore avoir besoin, à laquelle on tient. Les tiroirs sont bourrés à ne plus s’ouvrir, les placards à ne plus se fermer, les murs couverts de tableaux, l’un contre l’autre, et les bibelots, et les « souvenirs », la vie autour de vous a déposé du sable, des débris de naufrages, coquillages, méduses, algues et étoiles de mer, et cela fait l’encombrement dont on ne sait comment se débarrasser.
Commenter  J’apprécie          30
Le silence. Il est à l’oreille ce que le noir est à l’œil : une partie du néant. J’y suis. Jusqu’à ce que des lueurs de chaleur, violentes et brèves, suggèrent un paysage, allées, gazon, masses d’arbres. Un rossignol invisible se met à chanter, divinement. Comme je l’entends ! Ah, comme je l’entends ! Mieux que la Callas dans l’éclat d’un projecteur et l’hypnose respectueuse de l’Opéra. Le rossignol sans micro, sans rampe, un cadeau de la nuit…
Ah, que me vienne vite la vieillesse
Et plus pour moi ne chante un rossignol
me chante le rossignol d’une voix humaine, une vieille romance dont je ne croyais pas me souvenir.
Commenter  J’apprécie          30
L’ennui que les vieux sécrètent vient essentiellement de ce que chez eux tout est définitivement défini, leur biographie fixe, excluant l’imprévu, dictant le petit avenir qu’il leur reste à vivre, un épilogue ne présentant que tout à fait par exception autre chose qu’une queue de poisson.
Commenter  J’apprécie          60
«  Le silence est comme le vent :
Il attise les grands malentendus et n’éteint que les petits » …
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Elsa Triolet (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Triolet
Paulette Éditrice (Noémi Schaub et Guy Chevalley) a répondu au décalé et intimiste Questionnaire de Trousp, autant inspiré par celui de Proust que des questions de Bernard Pivot. Site Internet: https://trousp.ch/
0:00 Introduction 0:10 Que pensez-vous de cette citation? «Un bon éditeur, c'est un éditeur qui médite.» Philippe Geluck 0:57 de quel auteur suisse aimeriez-vous offrir un livre à un ami vivant à l'étranger? 1:56 Quelle est la ligne éditoriale des éditions Paulette et comment travaillent-elles éthiquement parlant? 4:36 Que pensez-vous de cette citation? «Le lecteur peut être considéré comme le personnage principal du roman, à égalité avec l'auteur, sans lui, rien ne se fait.» Elsa Triolet 9:11 Pouvez-vous choisir deux mots chacun pour qualifier au mieux votre travail éditorial en binôme? 9:37 Quel métier n'auriez-vous pas aimé faire? 15:05 Est-ce que trop de livres tue le livre? 18:36 C'est quoi, pour vous, le métier d'éditeur? 23:03 Comment imaginez-vous la maison d'édition des années 2050? 24:55 Avec quel écrivain décédé, ressuscité pour une soirée, aimeriez-vous boire une bière au coin du feu? 26:09 L'impression à la demande se développe de plus en plus, qu'en pensez-vous? 29:05 Si votre maison brûle, qu'aimeriez-vous laisser brûler? 31:25 Remerciements
Trousp est une chaîne Youtube dédiée à la littérature suisse.
#littérature #edition #lgbt
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (81) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3586 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..