AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070362417
624 pages
Éditeur : Gallimard (07/11/1972)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 104 notes)
Résumé :
Ce roman est l'histoire de deux frères, Edmond et Armand Barbentane. Le premier devra sa fortune à l'abandon qu'un homme riche lui fait de sa maîtresse. Armand, lui, abandonnant les siens, est devenu ouvrier dans une usine de Levallois-Perret : son avenir s'en trouvera changé. Ce roman est le second du Monde réel qu'inaugurait Les Cloches de Bâle.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Fabinou7
  15 avril 2020
Qu'a pu penser André Breton d'un tel ouvrage ? Lui qui appelait ses condisciples surréalistes à bannir le roman de leur esprit, Aragon, le plus fidèle d'entre eux, veut désormais écrire “le monde réel”. Il aurait très bien pu choisir la forme d'avant garde, à l'image des faux-monnayeurs de Gide, mais Louis Aragon a choisi le roman classique.
Classique dans la forme comme sur le fond, un roman dans la veine De Stendhal, avec son ironie à l'attention du lecteur, de Zola, avec son ancrage dans le réel, dans la sociologie des personnages, De Balzac et sa galerie de portraits facultatifs destinés à “doubler l'état civil”, de Flaubert, les deux figures principales de ce roman, à l'image de l'antihéros de l'Education Sentimentale, vivent un parcours initiatique à Paris. Peut-être même que Louis Aragon est le cadet des classiques. le dernier grand auteur classique français.
Le roman, prix Renaudot, parait en 1936, l'année du Front Populaire, mais les évènements relatés se déroulent avant 1914.
Le roman ne débute pas dans ces « beaux quartiers » de l'ouest parisien où la bourgeoisie se réfugie loin des fumées d'usines de l'est de la capitale, usines qu'elle possède mais dont, dans sa mansuétude, elle ne daigne pas disputer la promiscuité des pollutions à sa main d'oeuvre ouvrière.
Aragon invente dans la première partie une sous-préfecture, “Sérianne”, et restaure pour son lecteur l'atmosphère d'une ville moyenne du midi au début du siècle. Les chapitres nombreux et le foisonnement des caractères peuvent quelque peu décontenancer le lecteur qui ne sait plus quel lièvre chasser.
« C'est drôle comme, au fond, nous avons plus que nous le croyons les idées mêmes de nos parents ». Mais progressivement, par un effet d'entonnoir les figures des frères Barbentane (petite ville du midi qui inspira peut-être à Aragon ce patronyme) se distinguent nettement comme les personnages principaux du roman.
Une fratrie, deux caractères, et deux destins dissemblables. “D'abord à ton âge on ne flanque pas de l'argent aux femmes, on en reçoit”. Edmond l'étudiant en médecine, le bel ami de la rue Royer Collard, parfois entretenu par certaines maitresses fait immanquablement penser aux jeunes années d'Aragon, passé par les bancs de la faculté de médecine lui-même, on l'imagine, étudiant parisien découvrant, comme Edmond, la liberté et sachant « qu'il pouvait ne pas dîner, personne ne l'attendait. Il était merveilleusement seul ». Autre analogie, on sait qu'il fut entretenu par de riches compagnes comme Nancy Cunard.
« Il avait rompu avec le monde des siens, où le travail est un déshonneur, tout au moins le vrai travail, celui des bras, celui des mains ». Sous les traits d'Armand, le jeune frère, c'est davantage la prise de conscience d'une lutte des classes par un jeune bourgeois, qui peut faire penser à l'écrivain communiste, ou encore l'attrait pour le monde des arts et du sensible.
Certains personnages secondaires ont tout de même retenu mon attention, je pense à la très belle description du feu qui s'empare du bas ventre de la pauvre Jacqueline Barrel, déroutant de réalisme sur le désir d'une jeune femme versus la morale de son temps, mais aussi le destin de la jeune Angélique dans la première partie qui arrache le coeur, « de tout cela seulement se dégageait le sentiment d'une monstrueuse injustice, d'une injustice triomphante et sans corps saisissable, à la merci de laquelle on se trouvait à proportion qu'on était pauvre, ou simplement sensible. »
« Il y a ainsi chez l'homme quelque chose de plus profondément à lui que son visage, de petites habitudes, des manies. C'est de l'horreur de ces manies qu'est faite la vie conjugale, c'est de l'attendrissement sur ces manies que sont faites les amours durables. » Mais également le couple Grésandage, Jeanne et Charles (« Charbonnier »), le père Barbentane méprisé par ses fils, l'ignominie du personnage de Colombin, Madame Beurdeley, la stature de Joseph Quesnel, « un homme qui dort bien ne sait pas ce que c'est que la vie », et qui eut « ce douloureux, cet atroce bonheur d'aimer, et d'aimer trop tard, quand on est plus aimable ».
“tout ce que j'aime, moi, c'est des gens nouveaux”. La figure féminine et sensuelle centrale du roman, la courtisane italienne Carlotta Beneduce, « elle lui faisait mieux sentir la médiocrité de sa vie (...) mais de sa vie à venir, de ce lendemain pour lequel il esquintait sa jeunesse ». Il semble presque que le personnage pour lequel Aragon a le plus d'estime est Carlotta, cette ancienne prostituée, cette Castiglione pragmatique et peu conventionnelle, entourée par des hommes qu'Aragon ne ménage pas.
Le compagnon d'Elsa Triolet a pour ambition d'ancrer les personnages dans la réalité. Les discussions d'alcôves des industriels dans les hôtels particuliers feutrés bordant le parc Monceau, les représentations théâtrales de Réjane et Sarah Bernhardt, les meetings de la C.G.T au Pré Saint Gervais, à quelques années du début de la première guerre mondiale sont l'occasion pour le lecteur de croiser brièvement Poincaré ou Jaurès, d'entendre parler des stratégies parlementaires de Barthou ou Doumer sur la loi des trois ans : « pour l'instant c'est la bagarre entre les marchands de force et les marchands de ruse ».
La langue populaire du début du siècle regorge de mots d'argot dont certains nous sont encore familiers comme smala, chelingue, beau gosse, aboule, bouille, pagnoter, trucmuches, boulotter, galapiat, gogo, chtouille, goupiller tintouin, mince, saperlipopette etc.
Derrière l'auteur de grand talent, le militant communiste n'est jamais loin, on comprend que le roman n'est qu'un exemple, un laboratoire de l'expérience étroite d'humains, pas forcément mauvais en soi mais qui incarnent un système de classes, de castes.
Aragon fustige les puissances de l'argent qui souillent et exploitent la France, la précipitant vers la Première Guerre Mondiale.
Ces gens des beaux quartiers qui font passer les bourses du travail pour antipatriotiques, cette pègre des maisons closes, des casinos, du « passage-club » reçue à l'Elysée, la France « meurtrie, immense comme un coeur palpitant », cette France s'arrête à eux. Ces puissances sont tout à fait étrangères à la France, elles qui font travailler l'immigré italien comme du bétail, et défiler annamites et tirailleurs sénégalais des colonies au 14 Juillet. Aragon trace une limite à la France, entre les beaux quartiers et « la couronne ouvrière de Paris qui se propage dans les arrondissements pauvres », et citant Jaurès « la France finit là ». Son oeuvre, sa langue, sa prose, son talent il les rend à la cause de sa vie, pour le meilleur, la résistance, et pour le pire, l'oppression stalinienne si peu dénoncée par lui.
“Moi je vous parle. Mes lèvres vont (...) j'ai aussi avec moi tout un monde muet (...) je pense à ce que je ne dis pas. (...) nous sommes, comme les autres, des êtres doubles.” A lire pour la prose singulière du poète qui, se faisant romancier apporte son originalité au roman, s'adressant également au lecteur (sur un ton bien plus informel que lors de ces interventions télévisuelles où sa solennité monotone, lorsqu'il récite ses vers pourtant si vivants, a de quoi surprendre).
« Nous n'aimons pas ce qui est en marge instinctivement ». Mais d'abord et surtout pour la vivacité du « monde réel », un monument littéraire vivant qui se déroule sous nos yeux, avec son argot, ses faits divers de petit chef lieu de province, son tumulte parisien, ses drames poignants, sensuels et parfois morbides, et sa critique déjà socialisante de la condition des petits, des plus faibles, des femmes et de la cupidité.
Qu'en pensez-vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7316
Cacha
  10 avril 2017
Ce roman raconte l'histoire de deux frères, issus de la petite bourgeoisie provinciale du Sud de la France, qui montent à Paris dans les années qui précèdent le première guerre mondiale ; de multiples autres personnages, femmes ou hommes, gravitent autour d'eux.
Inévitablement, j'ai pensé aux livres de Zola, et par le style, et par le sujet.
J'ai donc apprécié la prose d'Aragon, presque autant que ses poèmes.
Le monde qu'il nous décrit dans ce roman est parfois semblable au notre (cf. les politiciens), d'autres fois légèrement daté mais nous avons là une belle fresque historique de cette société et de ce qui l'agite à cette époque cruciale, que ce soit du ressort de l'intimité (affres de l'amour et de la jalousie) ou du destin du pays entier (cf. loi des trois ans).
Commenter  J’apprécie          290
oiseaulire
  02 mai 2019
"Les Beaux Quartiers" est le deuxième roman du cycle "Le Monde réel" qui a débuté par "Les Cloches de Bâle".
Aragon a écrit cette oeuvre à la veille de la deuxième guerre mondiale et y a dépeint des pans entiers de la société française de 1913 : on ne peut pas ne pas penser au parallélisme des circonstances.
Nous nous trouvons :
- D’abord en province dans la ville fictive de Sérianne au milieu de la bourgeoisie locale et de ses coteries politiques. Sont évoqués et analysés les moeurs, le fossé qui sépare la famille des affaires, les hommes des femmes, les riches des ouvriers, entassés dans des faubourgs sordides. On assiste aux batailles électorales, aux débats sur le projet de loi des trois ans «de service militaire», à la naissance de la taylorisation dans les usines et aux résistances prolétaires, à la menace de la concurrence des trusts sur la fabrique et le commerce traditionnels. Sont saisis les amours ancillaires et leurs tristes fins, les rêves de jeunesse, l’éducation, les virées au bordel, à la fois soupape de sécurité de la cocotte-minute masculine et institution prophylactique et contraceptive à l’usage des épouses honnêtes et confites en dévotion ; à tel point que la religion semble être pour elles le pendant de la débauche crasseuse des maris. On assiste à quelques fêtes, à la liesse patriotique, à des bagarres après boire, à la répression d’un soulèvement populaire et à bien d’autres choses encore qui font l’étoffe du quotidien, endroit pour les possédants, envers pour les «perdants».
- Puis nous «montons» à Paris avec les deux jeunes fils du docteur Barbentame, maire radical modéré de Sérianne. Edmond y fait des études de médecine, son cadet Armand y a fui son pensionnat d’Aix et l’autorité paternelle.
Avec eux en un impressionnant tourbillon, nous découvrons la vie mondaine et demi-mondaine de la capitale, la bourgeoisie d’argent, la misère crasse des laissés pour compte, le monde des hôpitaux et de la rue, la prostitution, les maisons de jeux, le chantage, les ors, la boue, la police corrompue et celle qui ne l’est pas. Les grands débats y ont une place plus grande encore qu’en province, l’imminence de la guerre y est encore plus flagrante, plus oppressante, les mouvements de grève y sont matés avec davantage de ruse et de violence.
La fresque sociale et politique n’y est pas développée au détriment des personnages qu’Aragon prend le temps de faire vivre, espérer, souffrir. L’étau qui les broie et souvent les brise ne cesse d’actionner ses mâchoires infernales : nécessités économiques, politiques, amoureuses et, pour les hommes, omniprésentes contraintes de l’amour-propre qui les taraude et les étouffe comme des vêtements trop étroits et des chaussures trop petites.
Cette oeuvre, classique dans sa forme, alterne un style fort, truculent, à l’imprécision suggestive quand il le faut et une prose poétique au charme puissant, au balancement estropié et allusif cher à Aragon. Elle est le couronnement magistral du 19 ème siècle réaliste par le 20 ème siècle bouillonnant de créativité linguistique : il y a du Zola en lui lorsqu’il dépeint les Halles et du Balzac lorsqu’il enserre ses personnages dans la noirceur des complots et du chantage. On pense à Proust aussi dans son déploiement fantastique, mais on pense surtout à Aragon, qu’on le découvre ou qu’on le relise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          147
nathalie_MarketMarcel
  18 mars 2019
Tout commence à Sérianne, une petite ville des Alpilles où de riches fabricants de chocolat emploie une pauvre main d'oeuvre, locale ou italienne. Il y a le maire, le percepteur, les adultères des uns et des autres, la moralité de certains, le bordel où tout le monde se retrouve, la grande affaire des élections en ces temps de IIIe République. C'est la bourgeoisie de province, riche et racornie, qui se partage le territoire et le pouvoir local.
L'attention se concentre progressivement sur les fils du maire : Edmond et Armand Barbentane. L'aîné, le beau gosse, destiné par son père à la médecine pour reprendre le cabinet et la clientèle politique. le cadet, destiné par sa mère à la prêtrise. Mais tous ces beaux projets peuvent se heurter aux désirs enfouis des jeunes gens. Tout se détraque tout à coup et l'action bascule à Paris !
À Paris, Edmond étudie la médecine. Il se verrait bien grand ponte parisien, mais les études sont longues et peu gratifiantes, surtout quand il croise le chemin de Carlotta, une magnifique italienne… il va lui falloir de l'argent. Armand, quant à lui, abandonne peu à peu différents idéaux et erre dans la misère un long moment avant de trouver une autre voie, aux côtés du peuple.
C'est un roman balzacien en diable, où l'on truande en famille, où il y a des magouilles financières et des héritages à préserver, des fils désireux de tracer leur chemin. Mais Edmond n'est pas exactement Rastignac – il préfère lire Bel-Ami. Toute une partie du roman plonge au coeur des repas de famille, des secrets d'alcôves, des ambitions rentrées, des espoirs déçus.
Mais en fait, il ne s'agit pas du tout de cela ! Ou pas seulement. Ou comme un détail d'un drame plus vaste qui se joue à l'échelle de la France et de l'Europe. C'est que le roman commence en 1911-1912, quand Les Cloches de Bâle s'interrompent sur un mouvement plein d'espoir pour les travailleurs et les femmes. Voici donc que l'action reprend, alors que les patrons d'usine se réorganisent après les grandes grèves, quelques années après les manifestations des viticulteurs dans le Languedoc et les émeutes anti-Italiens et surtout alors que les débats font rage autour de la Loi des trois ans. Les débats politiques sont loin de constituer uniquement un arrière-plan pour le roman, ils envahissent progressivement les pensées et les intérêts des personnages. le pays se prépare-t-il à la guerre ? Les intérêts médiocres et à court terme du personnel politique, provincial et parisien, et des industriels et d'un certain nombre d'autres, semblent confluer vers un discours de plus en plus martial. Pourtant Armand ira écouter Jean Jaurès, à qui il est magnifiquement rendu hommage. le roman se clôt en juillet 1913, dans un climat de presque joyeuse kermesse (et de sombre crapulerie). Certains passages m'ont rappelé les romans De Stendhal avec ces imbroglios de gouvernement et de parlementaires, auxquels je ne comprends rien, mais qui retransmettent une certaine atmosphère.
L'ensemble est excellent ! Un très long roman qui se déploie lentement. Les beaux quartiers parisiens arrivent tardivement, après ce long début dans le Sud, qui a permis de camper les portraits des élites locales, personnages tout à la fois complexes et sans intérêt. Les hypocrisies de tous les jours en somme. Aragon raconte la lutte sociale intense, quotidienne, violente, souterraine qui anime la société, les petits fonctionnaires, les commerçants, les ouvriers, les très pauvres, les notables. Il y a l'évocation de la pauvreté, des filles placées comme domestiques et violées par leur patron le plus naturellement du monde. Armand et Edmond sont lentement mis en valeur et nous les quittons au seuil de leur vie et sur le point de s'engager chacun dans leur voie – tout est-il déjà joué ? Aragon raconte une jeunesse, une initiation, un apprentissage, nous ne saurons rien de la suite.
Enfin, la langue d'Aragon ! Cette langue souple alterne d'amples mouvements descriptifs et des formules familières, voire franchement vulgaires. La rapidité des dialogues, très vifs, qu'il faut suivre, complète des portraits croqués avec justesse et ironie pour croquer les portraits. le tout sans lourdeur.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
Acerola13
  03 mai 2020
Les Beaux Quartiers est le second tome du cycle le Monde réel, qui débute par les cloches de Bâle...Que je n'ai pas lu, étourdie que je suis !
Cette oeuvre s'inscrit dans le courant littéraire du réalisme socialiste, et relève du roman initiatique : on suit en effet les aventures de deux jeunes adolescents, Edmond et Armand Barbentane, que tout sépare. Edmond est en effet le portrait de son père, le docteur du village et candidat au poste de maire ; il se destine aux études de médecine, excelle "aux boules" et est en tout point conforme à ce que l'on attendrait d'un jeune homme vigoureux. Armand, lui, s'agrippe aux jupes de sa mère et fait preuve d'une sensiblerie amusante : il se voue dès son enfance au service de Dieu...Avant de préférer au Seigneur la Poésie, qu'il partage avec son ami Pierre, grand séducteur malgré lui.
La première partie du roman se déroule dans le village provençal de Sériane, en effervescence lors des élections du maire : tous les regards sont tournés vers la scène politique parisienne, où les radicaux et les socialistes s'affrontent sur la question des "Trois Ans", un service militaire prolongé pour faire face à la sourde menace allemande. Les discussions vont bon train au Panier fleuri, le bordel du village où tous se retrouvent.
Ce petit monde voit grandir Edmond et Armand qui participent aux intrigues du village, entre tromperies galantes et culbutes dans les champs...
La deuxième partie du roman elle, se déroule à Paris : Edmond y fait ses études et est obnubilé par les femmes et l'argent, et découvre les jeux de hasard ; à la même période, Armand fugue de son lycée d'Aix en Provence, et rejoint la capitale à la recherche d'un travail qui ne le fasse pas renoncer à ses nouveaux idéaux.
Une myriade de personnages et le contexte historique du début du XXe siècle semblent être au service des deux fils Barbentane, tout deux un peu insupportables ; en arrière-plan se dévoile la lutte sous-jacente entre les courants de pensée radical et socialiste, qui pèsent finalement peu face à la nécessité de survivre qu'éprouvent tour à tout les deux jeunes hommes. Si l'intrigue s'essouffle par moment, la plume acerbe et les détails absolument truculents qu'esquissent Aragon viennent s'ajouter aux saillies des personnages qui m'ont fait plus d'une fois rire aux éclats : c'est avec plaisir que je lirai les autres tomes du Monde réel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
oiseaulireoiseaulire   02 mai 2019
C'est alors que l'on perçut, venant des bas quartiers, une espèce de rumeur, et comme l'haleine d'une foule. Cela grondait. Cela sortait on ne sait d'où, du ventre peut-être, comme un borborygme inattendu dans la fête. On ne l'avait pas encore saisi à cause des musiques, de la gaîté, des plaisanteries, des lumières et des balançoires. Tout continuait d'ailleurs, comme quelques minutes auparavant. Mais un peu partout des gens s'étaient mis à écouter, à écouter croître cette marée comme un secret de la terre. Cela s'enflait sans se préciser jusqu'au moment où la masse même de rieurs, des joueurs, se sentit comme figée face à face avec une autre masse qui suintait des rues et des pavés, qui semblait sortir des maisons, une foule sérieuse et compacte, qui n'avait ni confetti, ni serpentins, ni armes, ni drapeaux. Car on eût préféré n'importe quoi à ce silence, à ces épaules serrées, à ces poings de lutteurs, à ces visages où se peignaient l'indignation et l'horreur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Fabinou7Fabinou7   29 juillet 2019
"Il se fait comme ça, entre les rêves et la conscience éveillée, des échanges mal définis: une sorte d'osmose, peut-être, on ne reconnaît pas que cette pensée vient encore du sommeil... elle a traversé la membrane..."
Commenter  J’apprécie          270
DavidManiiDavidManii   29 août 2020
Mais ce sont là de bien petites manifestations des personnalités marquantes de Sérianne-le-Vieux. Elles ne vaudraient pas la peine qu’on les rapportât, si elles n’étaient les reflets des traits profonds de toute une société, qui marquaient la vie de cette société, là même où on ne s’attendait pas à les retrouver. Par exemple, comme on traitait en général les Italiens dans la ville : achetaient-ils des fruits, le fruitier leur glissait toujours une figue pourrie, des raisins gâtés, par en dessous. Jusqu’au Dr Lamberdesc qui lambinait quand on l’appelait d’urgence chez ces gens-là. Laissons-leur un peu le temps de mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
DavidManiiDavidManii   24 août 2020
Depuis quelques années, Mme Barrel a des troubles assez singuliers. Elle se réveille la nuit tout à fait angoissée, et elle voit à côté de son lit des personnages divers, dont elle sent le souffle, qui se tiennent là sans rien faire cette fois encore, mais la prochaine çà pourrait changer. Les apparitions de Mme Barrel ne sont pas de celles qui surgissent dans les lieux saints, l’hôtel des Barrel n’en deviendra pas un Lourdes. Ce sont toujours des hommes, assez gros, pas très jeunes, Augustine n’a pas l’impression qu’ils soient vraiment nus, mais comme les boulangers : jusqu’à la ceinture. Ils sont assez velus parfois, pas toujours, elle voit leurs seins avec une grande netteté. C’est même surtout cela qui fait qu’elle se rend compte que ce ne sont pas des hommes jeunes. Ils ont le sein un peu avachi, des plis sur le ventre, et la peau très pâle. Ils la regardent bizarrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
RenodRenod   28 septembre 2020
Avec un bruit de chaînes qui rappelle les châteaux hantés, le métro s'arrête à Sèvres-Lecourbe, aux confins de cette conscience guerrière et du petit commerce de Grenelle. Par les escaliers descendent des gens mal triés qui portent avec eux des univers contradictoires et, sur le terre-plein, cette poussière humaine se disperse avec ses idées fixes, ses petites misères, ses labeurs, ses désespoirs. Deux hommes qui se sont heurtés s'écartent dans un pardon machinal : ils ignorent l'un et l'autre ce qui les ferait s’entre-tuer si facilement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Louis Aragon (110) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Aragon
Il vaut souvent mieux en rire qu'en pleurer, alors rigolons un peu avec Chaplin, Bourvil, Desnos, Dee Dee Bidgewater... qui nous apprennent à voir la vie avec le sourire en cette nouvelle année !
Sélectionnés parmi les trésors de l'Ina, voici les rires de Charlie Chaplin, Jean Renoir, Michel Simon, Louis Aragon, Raymond Devos... un bêtisier à la sauce France Culture pour regarder l'année qui vient avec gourmandise, et garder le sourire, en toutes circonstances.
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤17Louis Aragon9¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : frèresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Aragon (difficulté moyenne)

Aragon a été journaliste dans un de ces journaux. Lequel ?

Minute
Le Figaro
Libération
L'Humanité

10 questions
116 lecteurs ont répondu
Thème : Louis AragonCréer un quiz sur ce livre

.. ..