AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sylvie Léger (Traducteur)Bernard Sesé (Traducteur)
ISBN : 2070284492
Éditeur : Gallimard (05/04/1973)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 19 notes)
Résumé :
A la fourrière où il est allé chercher son chien, dans les faubourgs de Lima, Santiago Zavala rencontre le Noir Ambrosio, ancien chauffeur de son père, Don Fermin, et l'invite à boire un verre à La Cathédrale, taverne locale.
Ils restent ensemble quatre heures durant : Santiago veut faire parler Ambrosio sur un passé qui l'obsède. Il repartira, ivre, sans avoir rien appris. Mais cette conversation à La Cathédrale déclenche le processus selon lequel dix années... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
SophieChalandre
  18 novembre 2016
Ce chef d'oeuvre de Vargas Llosa, à l'écriture rythmée et polyphonique, tisse une soierie aux fils littéraires enchevêtrés : les écritures comme les personnages se multiplient, la linéarité du récit se disloque, tout se dédouble, se rejette et se croise dans une cathédrale qui n'en est pas une, mais un bistrot où Zavalita, le héros, palabre avec l'ancien chauffeur de son père, rencontré par hasard, balayant dix années de leur vie comme de l'histoire sociale et politique du Pérou à l'ère de la dictature.
Vargas Llosa empilent les ruptures temporelles et les perspectives en détraquant les dialogues, les pensées et les identités : ces changements discursifs peignent un puzzle de personnages dont les approches se multiplient, à la manière des cubistes. Ce procédé mené avec brio permet de démasquer les âmes comme les situations et les relations ; innocence, complicité, répression, médiocrité, corruption, manipulation et bonne conscience se percutent, les apparences trompeuses se retirent dans une constante quête de soi et du monde, avec une magistrale description du Pérou de l'inexcusable général Manuel Odría.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
SophieChalandre
  30 janvier 2017
Ce chef d'oeuvre de Vargas Llosa, à l'écriture rythmée et polyphonique, tisse une soierie aux fils littéraires enchevêtrés : les écritures comme les personnages se multiplient, la linéarité du récit se disloque, tout se dédouble, se rejette et se croise dans une cathédrale qui n'en est pas une, mais un bistrot où Zavalita, le héros, palabre avec l'ancien chauffeur de son père, rencontré par hasard, balayant dix années de leur vie comme de l'histoire sociale et politique du Pérou à l'ère de la dictature.
Vargas Llosa empilent les ruptures temporelles et les perspectives en détraquant les dialogues, les pensées et les identités : ces changements discursifs peignent un puzzle de personnages dont les approches se multiplient, à la manière des cubistes. Ce procédé mené avec brio permet de démasquer les âmes comme les situations et les relations ; innocence, complicité, répression, médiocrité, corruption, manipulation et bonne conscience se percutent, les apparences trompeuses se retirent dans une constante quête de soi et du monde, avec une magistrale description du Pérou de l'inexcusable général Manuel Odría.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SophieChalandre
  30 janvier 2017
Ce chef d'oeuvre de Vargas Llosa, à l'écriture rythmée et polyphonique, tisse une soierie aux fils littéraires enchevêtrés : les écritures comme les personnages se multiplient, la linéarité du récit se disloque, tout se dédouble, se rejette et se croise dans une cathédrale qui n'en est pas une, mais un bistrot où Zavalita, le héros, palabre avec l'ancien chauffeur de son père, rencontré par hasard, balayant dix années de leur vie comme de l'histoire sociale et politique du Pérou à l'ère de la dictature.
Vargas Llosa empilent les ruptures temporelles et les perspectives en détraquant les dialogues, les pensées et les identités : ces changements discursifs peignent un puzzle de personnages dont les approches se multiplient, à la manière des cubistes. Ce procédé mené avec brio permet de démasquer les âmes comme les situations et les relations ; innocence, complicité, répression, médiocrité, corruption, manipulation et bonne conscience se percutent, les apparences trompeuses se retirent dans une constante quête de soi et du monde, avec une magistrale description du Pérou de l'inexcusable général Manuel Odría.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
henrimesquida
  10 avril 2015
Je n'est pas aimé cette écriture si volontairement alambiqué qui donne à la lecture l'aspect d'un déchiffrage.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
PhilippeSAINTMARTINPhilippeSAINTMARTIN   16 novembre 2016
Lui-même, Zavalita, était comme le Pérou, il s'était foutu en l'air à un moment ou un autre.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Mario Vargas Llosa (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mario Vargas Llosa
Interview de Mario Vargas Llosa.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : pérouVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
238 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre