AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.13/5 (sur 16 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1946
Biographie :

Directeur de galerie, depuis I969 Jean Frémon a publié régulièrement des romans, des poèmes et des essais sur des artistes contemporains.

La plupart de ceux-ci viennent d'être réunis chez POL sous le titre Gloire des Formes et précédés d'une longue introduction intitulée Le Double Corps des images qui traite du statut ambigu de la figure dans l'art .

Depuis I981, Jean Frémon est associé avec Jacques Dupin et Daniel Lelong à la direction de la Galerie Maegh Lelong établie à Paris, New-York et Zurich.
. Il y a présenté notamment des expositions de Henry Moore, Robert Ryman, Louise Bourgeois, Donald Judd, Nicola De Maria, Konrad Klapheck, Richard Serra, Pierre Alechinsky, Barry Flanagan, Antonio Saura, Jan Dibbets, Antoni Tapies, David Nash, Jannis Kounellis, Arnulf Rainer, Sean Scully, Ana Mendieta, Wolfgang Laib, Günther Förg, Nancy Spero, David Hockney, Kiki Smith, Nalini Malani, Jaume Plensa, Barthélémy Toguo, Juan Uslé, Etel Adnan2.

Il a traduit les livres de David Sylvester sur Alberto Giacometti et Francis Bacon (André Dimanche éditeur).
+ Voir plus
Source : www.cipmarseille.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Jean Frémon   (25)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
Le miroir magique

Ainsi se voit-il [Rembrandt ] successivement jeune homme étonné; mendiant en loques; bourgeois bien sous tous rapports; double de Rubens; prototype du maître à qui tout réussit...C'est une comédie, c'est un théâtre, il joue tous les rôles, il les incarne. Songez à la carrière d'un grand comédien...Gabin en cheminot, en voyou, en banquier, en Jean Valjean, ou en petit retraité... (...) voilà ce que signifie être tous les autres hommes. Tous les sentiments, toutes les vertus, toutes les turpitudes de l'humanité sont là, tour à tour, sur son visage. Mais cela ne lui suffit pas. La vérité, s'il y en a une, est plus multiple et plus complexe. Pour se perdre ou se trouver, on peut aussi se travestir. (p. 119)
Commenter  J’apprécie          160
La Folie Quentin

[Maurice Quentin de La Tour ]

S'il savait peindre mieux que quiconque la satisfaction d'une naissance, d'une position ou d'une ascension sociale, et en négocier durement la jouissance, peindre l'esprit, le piquant, l'aristocratie de l'intelligence et du talent lui importait davantage. Quand il peint Voltaire, Rousseau, son ami le peintre Restout ou Manelli, premier bouffon chantant de la troupe italienne (...) on le sent curieux, enjoué, attentif au singulier. On voit bien qu'il préfère les nez fins, les yeux vifs, les cous graciles des philosophes et des comédiens aux doubles mentons des fermiers généraux, l'inquiétude critique au contentement de soi. (p. 93)
Commenter  J’apprécie          130
L'art du portrait est tributaire de maints caprices. L'humeur de l'artiste, sa patience, son obstination, la fraîcheur de son regard, sa vie intérieure. L'humeur du sujet, sa patience, son impatience, son ennui, sa vie intérieure, sa vacuité intérieure. (p. 8)
Commenter  J’apprécie          110
Matisse :"Le caractère d'un visage dessiné ne dépend pas de ses diverses proportions mais d'une lumière spirituelle qu'il reflète". (p. 25)
Commenter  J’apprécie          110
[Les portraits du Fayoum ]
Et pourtant, ces portraits n'ont pas été faits pour être vus. (...) Ce sont des portraits pour la mort, mais ce ne sont pas des portraits de mourants. Comme le testament, le portrait est une précaution (...) ils étaient faits pour être enterrés avec le sarcophage et ne jamais revoir le jour. Ils n'étaient pas destinés aux vivants, ils étaient l'identité du mort confiée aux dieux. (p. 59)
Commenter  J’apprécie          90
Portrait d'une vache

La vache est peu présente dans l'histoire de la peinture. A part le boeuf compère de l'âne sur les nativités. (...) Jean Dubuffet aimait les vaches. Il en a dessiné et peint beaucoup. (...) il laisse son crayon se relâcher et croque des vaches invraisemblables, cocasses, grotesques. mais d'autant plus vivantes et malicieuses.

Etant un jour dans un musée devant l'un de ces tableaux, une vache complètement ahurie, déglinguée, déjantée, j'entends deux adolescents qui discutent.
- Ouah, elle est trop bien, dit le premier.
-Ah, fait son copain, un peu abruti et dubitatif, attendant une explication.
- Mais oui, elle est trop bien tellement elle est trop pas bien, dit le premier.

Gageons que Dubuffet aurait apprécié le compliment. Il vaut toutes les théories et toutes les analyses des historiens de l'art. (p. 166)
Commenter  J’apprécie          80
A James Knowlson, il dit en 1989 :j'ai réalisé que Joyce était allé aussi loin que possible pour en savoir toujours plus,pour maîtriser ce qu'il écrivait .Il le complétait sans arrêt ; on s'en rend parfaitement compte quand on regarde ses épreuves. J'ai réalisé que j'allais moi dans le sens de l'appauvrissement, de la perte du savoir et du retranchement, de la soustraction plutôt que de l'addition"
A Israël Spencer, il avait dit en 1956, parlant de Joyce: "En tant qu'artiste,il aspire à l'omniscient, l'omnipotent et Je travaille moi avec l'impuissance,l'ignorance. (p12)
Commenter  J’apprécie          82
[A propos de Bram Van Velde ]

L'irrésolution, chez Bram, est le signe d'une perpétuelle insatisfaction. Ces peintures ne sont pas, n'ont jamais voulu être de jolies peintures abstraites bien équilibrées. Elles ne sont que tâtonnements. (...)
Charles Juliet, qui fut son confident le plus proche pendant de longues années, rapporte cette phrase de Bram : "peindre, c'est chercher le visage de ce qui n'a pas de visage". (p. 129)
Commenter  J’apprécie          80
[Rembrandt ]
On le voit, c'est un théâtre intime. Un homme à lui seul y est toute la troupe, remplit tous les emplois. (p. 121)
Commenter  J’apprécie          90
Graver pour Beckett-Entretien avec Robert Ryman
(...)
"Je ne peux pas dire que j'ai tout lu,mais j'ai lu un bon nombre de ses livres au fil des années. Pourquoi lui ? Parce que ça sonne juste ! C'est simple et en même temps très complexe.La lecture vous emporte,c'est le rythme,c'est le son. (p32)
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Jean Frémon (28)Voir plus

Quiz Voir plus

Littérature en vrac !

Qui a écrit "Parce que c'était lui, parce que c'était moi"

Blaise Pascal
Michel de Montaigne
François Rabelais
Victor Hugo

15 questions
308 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..