AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Découvrez les meilleures listes de livres


Le corps travesti
Liste créée par Alzie le 28/11/2023
39 livres. Thèmes et genres : travestissement , travesti , Déguisement , genre , théâtre classique

" Je n'étais pas mon genre ", "je n'étais pas du tout "mon type". Phrases souvent répétées par Pierre Loti qui n'aimait pas son physique et dont la société de son époque moquait largement son goût du travestissement (mots cités par Alain Buisine dans sa biographie : Pierre Loti " L'écrivain et son double", 1998). Pierre Loti que j'invite dans cette liste pour introduire la thématique du corps travesti. Littérature, romans et oeuvres de théâtre, biographies et portraits masculins/féminins, femmes culottées, hommes de robes, illustrent ici des trajectoires "irrégulières" de transgression à travers le changement d'apparence ou le déguisement (par choix, goût du jeu ou plus gravement par nécessité vitale) qui questionnent toujours le rapport à l'identité et le regard porté sur l'altérité.



1. Pierre Loti : L'Écrivain et son double
Alain Buisine
4.00★ (3)

"Pierre Loti est un sujet pour le moins étrange et aberrant. Cet officier de marine aime se maquiller, se déguiser, revêtir les tenues de tous les pays qu'il visite, changer de nom, il aime plus les hommes que les femmes. Il adore les voyages à l'étranger, mais aussi se retrouver dans sa petite province où il se construit une somptueuse demeure des plus folles. Pierre Loti : militaire et académicien, exote et provincial, coureur de femmes et d'hommes, sentimentaliste et exhibitionniste. Ce livre n'a d'autre sens que de mettre en scène le plus ostentatoirement possible un écrivain lui-même ostentatoire et narcissique. Le projet est donc bien de rendre tout son romanesque à la vie de l'écrivain en choisissant des moments hauts en couleur de son existence. Il est dès lors évident que le côté exotique et oriental est ici nettement privilégié", Alain Buisine. Voici donc la première grande biographie de l'auteur de Ramuntcho et d'Aziyadé. Officier de marine pendant 42 ans, Julien Viaud dit Pierre Loti est l'un des grands écrivains-voyageurs français. Son oeuvre très largement diffusée et sa vie singulière sont ici revisitées avec une érudition qui n'exclut à aucun moment une grande liberté de ton et de réels bonheurs d'écriture.
2. Loti, le dandy magnifique
Michelle Brieuc
5.00★ (5)

Officier de marine, académicien, Pierre Loti brille au firmament des écrivains français. Derrière l’auteur reconnu, adulé ou honni de son vivant, Michelle Brieuc retrace la destinée d’un homme tourmenté, fantasque, bisexuel, souvent fardé et déguisé, étonnamment moderne dans l’affirmation de ses différences au sein d’une société corsetée. L’auteure nous narre la métamorphose du jeune Julien Viaud, enclos dans un univers matriarcal d’une religiosité étouffante, vers un Pierre Loti océanique, romantique, empanaché d’une plume admirable, qui va confronter son âme romanesque aux confins du monde et de lui-même. Enivré de sensations puissantes, il dépeint dans ses ouvrages sa prodigieuse perméabilité au monde, et devient «?un dieu ou un animal étrange que tout le monde veut voir et toucher?», écrit-il. «?Loti avait la figure fardée de rose et portait pour se grandir des talons échasses. Dans son étrange visage luisaient des yeux admirables couleur d’aigue-marine, d’une profondeur mystérieuse voilée d’inquiétude. Ce regard lointain, comme perdu dans un rêve, était troublant. Il parlait peu, mais quand il narrait, il le faisait avec la poésie colorée, inimitable qui rappelait ses livres prestigieux dont le charme appartient à l’éternité?».
3. Les Travesties de l'Histoire : Portraits de ces femmes qui ont choisi de vivre en homme pour rester libre
Hélène Soumet
3.60★ (21)

Le changement de sexe fascine depuis la nuit des temps. Il représente tout à la fois la quintessence de la liberté et le comble du tabou. Or, pour vivre libre, les femmes ont parfois choisi de devenir des hommes : savantes, artistes, pirates, philosophes, saintes ou guerrières, elles ont osé enfreindre les codes sociaux et vestimentaires et changer de genre, transgressant ainsi à la fois les lois religieuse (le deutéronome l’interdit), morale et juridique. L'auteur nous propose ainsi de faire sortir de l’ombre ces femmes exceptionnelles qui ont bravé les interdits de leur époque pour conquérir davantage de liberté, atteindre leurs objectifs et donner à leur vie le grand souffle qui lui manquait. Entre légende et Histoire, voici les portraits de ces femmes qui ont été jusqu'à renier leur féminité pour vivre leur vie comme elles l'entendaient. De Jeanne d'Arc à Louise Michel, en passant par l'exploratrice et archéologue Jane Dieulafoy, Calamity Jane ou les pirates Anne Bony et Mary Read, vous vous passionnerez pour l'histoire de ces femmes qui ont trompé tout le monde pour vivre leur vie telle qu'elles l'entendaient. Professeur de culture générale et de philosophie, Hélène Soumet est passionnée d'Histoire. Auteur de plusieurs ouvrages, dont notamment le Petit Larousse des grands philosophes, elle aime transmettre à ses lecteurs sa passion pour la culture et l'histoire à travers des récits vivants et une écriture enlevée.
4. Catalina : Enquête
Florence Delay
Catalina de Erauso a vécu une vie d'homme au début du XVIIe siècle et depuis des années elle m'intrigue. J'ai d'abord cru que Thomas de Quincey l'avait inventée jusqu'au jour où son autobiographie m'est tombée sous les yeux. L'auteur anglais de La Nonne militaire d'Espagne n'avait d'ailleurs point lu Catalina par elle-même, il la connaissait de seconde main. Quelle main ? Et comment ? En courant après cette fille, j'ai croisé pas mal d'hommes mais elle ne s'est jamais laissé prendre. J'ai tenté une biographie - elle l'avait déjà rédigée -, une fiction - De Quincey l'avait définitivement écrite -, une pièce de théâtre - quelqu'un m'avait précédée. Toujours elle m'échappait. Dès lors, pour l'attraper, ne restait plus qu'à raconter mon histoire avec elle, les faits la concernant tels qu'ils se sont découverts dans ma vie. M'ayant réduite à cela, je veux croire qu'elle est satisfaite
5. La nonne militaire d'Espagne
Thomas De Quincey
3.23★ (24)

Thomas de Quincey retrace, de façon très personnelle, l'histoire extravagante, picaresque et exotique de Catalina de Erauso, une jeune nonne espagnole qui s'enfuit de son couvent, embarqua pour l'Amérique déguisée en garçon, s'enrôla dans l'armée et vécut une vie d'aventures, laissant quelques cadavres sur sa route : « Moi, je l'aime cette Kate, toute maculée de sang qu'elle est... La seule nécessité oblige l'homme à donner à de nombreux actes le nom de crimes, alors qu'un sens plus élevé enseigne en secret à les compter, à la réflexion, parmi les plus légers. »
6. La nonne soldat
Catalina de Erauso
3.38★ (6)

Dans cette autobiographie romanesque, l'auteure relate sa vie d'aventurière et de soldat, après s'être enfuie du couvent où sa famille noble l'a enfermée. Adoptant des vêtements masculins, elle s'engage dans l'armée de l'Empire espagnol et participe aux combats en Amérique latine.
7. Tricheur de sexe : L'abbé de Choisy : une passion du travesti au Grand Siècle
Hervé Castanet
3.50★ (4)

François-Timoléon de Choisy (1644-1724) vécut à la Cour de Louis XIV. Ami des princes, il rédigea plus de huit mille pages consacrées à la vie des saints et des ecclésiastiques. Il fut membre de l'Académie française. À quel titre est-il une référence, à propos de la perversion, de Jacques Lacan et de la psychanalyse ? L'abbé de Choisy est connu pour s'être habillé, sa vie durant, en femme. Il passa des vêtements masculins aux accoutrements féminins - et réciproquement. Il fut femme par éclipses. Il fut homme de la même façon. Ainsi paré, il s'est évertué à séduire des femmes jeunes et jolies - jamais des hommes ; il aura même une fille de ses amours tumultueuses. Que nous apprennent ces pratiques transvestistes ? Quelle logique y préside ? Quel lien avec l'écriture ? En quoi et comment la psychanalyse fait-elle boussole pour s'orienter dans le fantasme qui soutient ce désir de faire La femme ?
8. Le Chevalier d'Eon: aventurier, espion de Louis XV, et transformiste
Ferdinand Jousselin
Avocat au parlement, capitaine de dragons, ambassadeur, ministre plénipotentiaire, correspondant et agent secret de Louis XV, le chevalier d'Éon n'a cessé d'entretenir l'ambiguïté en se travestissant en femme. Jusqu'à devenir prisonnier de son personnage. Charles d'Éon de Beaumont, dit le chevalier d'Éon (5 octobre 1728, hôtel d'Uzès de Tonnerre - 21 mai 1810, Londres) est un diplomate, espion, officier, homme de lettres français. Il est resté célèbre pour son goût prononcé pour le travestissement. Ce qui a amené les contemporains à spéculer sur son identité sexuelle, devenue pour les auteurs anciens une énigme historique. En fait, un collège de médecins a constaté à l'autopsie qu'il était doté d'attributs masculins normalement constitués même si un autre examen, effectué de son vivant mais non dévêtu, était arrivé à la conclusion opposée. Il a joué un rôle important dans la diplomatie officielle et surtout parallèle de Louis XV. Il a contribué à faire basculer la Russie dans le camp français au début de la guerre de Sept Ans. Puis, lors de son ambassade en Angleterre, il a élaboré, entre autres, un plan d'invasion du pays par la mer. C'est l'un des personnages les plus brillants et les plus contradictoires du xviiie siècle : il a vécu habillé en homme pendant quarante-neuf ans et en femme pendant trente-deux ans. Aimant la fête et la bonne chère, il a écrit des essais sur des sujets aussi divers que précis (par exemple : Mémoire sur l'utilité de la culture des mûriers et de l'éducation des vers à soie en France).
9. Trois comédies : Comme il vous plaire - Le conte d'hiver - La nuit des rois
William Shakespeare
4.00★ (13)

Comme il vous plaira, Le conte d'hiver et la Nuit des Rois sont trois comédies de Shakespeare adaptées et traduites par Nicole et Jean Anouilh dans une langue moderne t vivante. Trois histoires romanesques, cocasses, pleines de rebondissements, de travestissements sur l'illusion du pouvoir, de l'amour et de la vie. "Dormez Shakespeare - qui est à nous aussi ... (Apollinaire prétendait que c'était Jacques Pierre, prononcé à l'anglaise). Dormez sous votre masque délicat, dans quelque caveau de grand seigneur - ignoré - un insaisissable sourire sur vos lèvres desséchées. Good night, sweet prince ... "Vous nous avez offert, avec une indifférence princière -sans même dire que c'est vous qui invitiez- un festin de liberté, d'insolence et ed hauteur humaine dont nous ne finirions plus de dévorer les miettes." JEAN ANOUILH
10. Le prince travesti
Pierre de Marivaux
3.44★ (27)

Pierre Carlet de Chamblain de MARIVAUX (1688-1763), journaliste, dramaturge et romancier français. Né dans une famille de magistrats normands, il perd son héritage et décide de vivre de sa plume. Après avoir fait la connaissance de Fontenelle, qui l'introduit chez Madame Lambert, il devient un habitué des salons parisiens. Il y rencontre des « Modernes » et s’y initie à une forme de « préciosité nouvelle ». Son premier texte est une comédie d'intrigue en un acte et en vers « Le Père prudent et équitable, ou Crispin l’heureux fourbe » jouée dans un cercle d’amateurs en 1706 et édité en 1712 . Il édite son premier roman en 1712 « Les effets surprenants de la sympathie ». En tout, il composa une trentaine de comédies, dont les intrigues sont motivées par les obstacles sociaux et psychologiques habituellement érigés contre l´union des amants. Un raffiné et subtile analyse des sentiments devient sa marque de fabrique, connue avec le terme « marivaudage ».
11. La Fausse Suivante ou Le Fourbe puni
Pierre de Marivaux
3.57★ (664)

Pour mieux juger de la fidélité de Lélio qu'elle doit épouser, mais qui ne la connaît pas, une jeune et riche Parisienne se présente à lui déguisée en faux chevalier. Elle découvre alors qu'il doit se marier avec une comtesse envers qui il a contracté des dettes. Pour éviter à Lélio d'avoir à rompre ce mariage et payer dix mille livres de dédit, le faux chevalier courtise la comtesse, puis la vérité sur son sexe se trouve révélée : le faux chevalier se fait finalement passer pour la suivante de la comtesse. La comédie que Marivaux fait jouer au théâtre-Italien en 1724 aurait donc dû s'intituler plutôt Le Faux Chevalier. Le titre nous trompe-t-il ou le travestissement de la condition sociale l'emporte-t-il ici sur le travestissement du sexe ? Marivaux en tout cas a un but : dissiper l'illusion qui accompagne les sentiments, faire tomber le masque de l'infâme Lélio, et mettre à nu la vérité. Jeu brillant de la surprise et du badinage, mais aussi jeu cruel où le comique ne va pas sans noirceur.
12. Le travesti de l'étoile : Jeanne Baret, première femme à avoir fait le tour du monde
Hubert Verneret
« À Paris le 27 octobre 1766. Pour la première fois, j’ose écrire sur la page blanche du grand carnet que m’a donné la mère abbesse des Ursulines d’Autun. Depuis je n’avais rien transcrit jusqu’à ce midi où Philibert arriva en bousculant tout sur son passage. Il me cria en bégayant de joie : « Jeanne, Jeanne, le roi a signé hier, je pars avec Bougainville faire le tour du monde ! » « Et il précisa aussitôt : « Je voulais dire, nous partons (...) Je ne me séparerai pas de toi. S’ils veulent que Philibert Commerson, botaniste et naturaliste du roi parte avec La Boudeuse… Je te jure que je trouverai un moyen de te faire venir avec moi ! » Ainsi commence l’aventure extraordinaire de la petite Bourguignonne Jeanne Baret, première femme à faire le tour du monde à une époque où une présence féminine à bord d’un vaisseau n’était pas envisageable. Rio, la Patagonie, Tahiti, Batavia, l'Ile de France, Madagascar et l'Ile Bourbon furent, pour elle, autant d'endroits le plus souvent surprenants ou magiques, mais aussi parfois très éprouvants. On comprend que Bougainville ait pu dire : « Comment reconnaître une femme dans cet infatigable Baret… que nous avons vu suivre son maître dans toutes les herborisations, au milieu des neiges et sur les monts glacés du détroit de Magellan, et porter même dans ces marches pénibles les provisions de bouche, les armes et les cahiers de plantes. »
13. Le Médecin de Cape Town
E. J. Levy
4.01★ (521)

Roman historique inspiré de l'histoire vraie du docteur James Miranda Barry, qui mène un combat en faveur du droit des femmes à choisir leur destin et à disposer de leur corps comme elles l'entendent. --------------------------- Ce livre est une édition récente de 2023. Le suivant
14. Le secret du Docteur Barry
Sylvie Ouellette
3.63★ (223)

Au XIXe siècle au Royaume-Uni, la jeune Margaret Bulkley afin de réaliser son rêve - devenir médecin - se fait passer dès son plus jeune âge pour un garçon. Engagée dans l'armée après de brillantes études, elle va, au cours de ses voyages, devenir une pionnière de la médecine préventive et un personnage aux excentricités réputées. Mais comment vivre continuellement en camouflant son corps et ses pulsions de femme ; comment concilier sa véritable nature à la passion dévorante pour son métier ?
15. Mademoiselle de Maupin
Théophile Gautier
3.72★ (473)

Je me suis épris d'une beauté en pourpoint et en bottes, d'une fière Bradamante qui dédaigne les habits de son sexe, et qui vous laisse par moments flotter dans les plus inquiétantes perplexités ; - ses traits et son corps sont bien des traits et un corps de femme, mais son esprit est incontestablement celui d'un homme. Ma maîtresse est de première force à l'épée et en remontrerait au prévôt de salles le plus expérimenté ; elle a eu je ne sais combien de duels, et tué ou blessé trois ou quatre personnes... : - singulières qualités pour une maîtresse ! il n'y a qu'à moi que ces choses-là arrivent.
16. Gabriel
George Sand
4.23★ (104)

Le Prince de Bramante avait deux fils. L'un deux lui déplut fortement et il le répudia. Les deux fils moururent. Celui qui avait encouru la colère du prince était le père d'un garçon nommé Astolphe, l'autre avait eu une fille. Le Prince de Bramante ne voulut pas se résoudre à suivre la loi qui le contraignait à laisser son titre et sa fortune à un héritier mâle, donc à Astolphe. Il décida de faire passer sa petite fille pour un garçon, de l'élever comme tel, de lui laisser ignorer son véritable sexe et de la dégoûter de la condition féminine. C'est ainsi que, le jour de ses seize ans, Gabriel reçoit de son grand-père la révélation de sa véritable nature...
17. Orlando
Virginia Woolf
3.88★ (1683)

En mars 1927, Virginia Woolf en train de corriger les épreuves de La Promenade au phare, dans l’épuisement où la laisse l’achèvement de chacun de ses grands romans, note dans son journal l’idée d’un nouveau livre : elle pense à un « temps télescopé comme une sorte de chenal lumineux à travers lequel mon héroïne devrait avoir la liberté de se mouvoir à volonté ». Elle ajoute que la veine satirique y sera dominante : ce sera un roman à la Daniel Defoe, où elle se moquera de son propre lyrisme. Ce sera Orlando, la biographie imaginaire d’un personnage dont nombre de traits sont empruntés à Vita Sackville-West (à laquelle elle est liée depuis plus d’un an) et qui, alternativement homme et femme, traverse plusieurs siècles de l’histoire de l’Angleterre et qui souhaite obtenir la gloire, non par ses actes, mais par ses écrits. Le livre connaîtra un succès sans précédent. L’écrivain et biographe Peter Ackroyd décrit parfaitement les raisons de ce succès : « L’un des grands thèmes du roman réside dans la transsexualité d’Orlando. Depuis les Métamorphoses d’Ovide, il y a toujours eu un courant, dans la littérature occidentale, fasciné par ce type singulier de transformation qui représente le pur plaisir de l’invention, et du changement, comme si l’acte d’écrire lui-même était une forme de libération. Il y a là une vérité pro- fonde : “dans tout être humain a lieu une sorte de vacillation d’un sexe à l’autre”, écrit Woolf. Mais, pour l’écrivain, un tel changement est aussi une source profonde d’énergie. C’est pourquoi Orlando est un tour de force d’une incroyable vivacité intellectuelle, où la gaieté et une inventivité fantasque donnent à voir ce qu’elle en a dit elle-même : ce sont bien là les “vacances d’un écrivain”. On sent comment s’allège, à mesure qu’elle écrit, la pression qu’exerçaient sur elle ses pensées. Les phrases semblent presque amoureuses de leur propre audace ; elles déferlent et, dans leur artifice, créent de toutes pièces un monde qui fait penser à une tapisserie splendide dans laquelle évoluent les personnages. »
18. Mauvais genre
Chloé Cruchaudet
4.09★ (2613)

Paul et Louise s'aiment, Paul et Louise se marient, mais la Première Guerre mondiale éclate et les sépare. Paul, qui veut à tout prix échapper à l'enfer des tranchées, devient déserteur et retrouve Louise à Paris. Il est sain et sauf, mais condamné à rester caché. Pour mettre fin à sa clandestinité, Paul imagine alors une solution : changer d'identité. Désormais il se fera appeler...Suzanne. Entre confusion des genres et traumatismes de guerre, le couple va alors connaÏtre un destin hors norme. Inspiré de faits réels, Mauvais Genre est l'étonnante histoire de Louise et de son mari travesti qui se sont aimés et déchirés dans le Paris des Années folles.
19. La garçonne et l'assassin
Fabrice Virgili
3.81★ (90)

Paris, 1911. Paul Grappe et Louise Landy s'aiment et se marient. Survient la guerre. Paul déserte, se travestit en femme pour ne pas être arrêté et, pendant dix ans, aux yeux de tous, vit avec Louise sous l'identité de Suzanne Landgard. Il entraîne son épouse dans de multiples jeux sexuels et acquiert même une petite notoriété en étant l'une des premières femmes à sauter en parachute. En 1925, avec l'amnistie, Suzanne redevient Paul. Pour le couple, les choses commencent alors à se gâter... A partir d'archives étonnantes (photos, lettres, journaux intimes, documents judiciaires), Fabrice Virgili et Danièle Voldman racontent la très curieuse - et tragique - histoire de Paul et Louise, une histoire qui brasse les questions des traumatismes de guerre, du travestissement, de l'homosexualité, des troubles dans le genre, de la virilité, des violences conjugales et de la complexité des sentiments amoureux.
20. Chéri-Chéri
Philippe Djian
3.05★ (440)

Denis a la quarantaine. Le jour, il mène la vie ralentie d'écrivain sans succès et de critique fauché. Le soir, il s'habille en femme et va danser dans un cabaret. Quand ses beaux-parents viennent s'installer au-dessus de chez lui, plus question de se la couler douce. Paul, son beau-père, un mafieux notoire, pas franchement adepte du travestissement, lui a trouvé un emploi qui devrait l'endurcir. Chaque semaine, assorti d'un certain Robert, l'écrivain devra réclamer de façon musclée leurs impayés aux débiteurs de son beau-père. Contre toute attente, le job lui convient bien et Robert lui inspire le sujet d'un livre, qui pour la première fois fait un tabac en librairie... Mais voilà que quelque temps après, Paul est victime d'une tentative d'assassinat. Qui a voulu tuer Paul? Denis, Robert, Hannah, sa fille, ou Veronica son épouse? Tous avaient un sérieux mobile de s'en débarrasser. Un accident de voiture battra une ultime fois les cartes de ce roman dans lequel s'entrecroisent, se superposent, avant d'entrer en collision frontale, des mondes généralement étanches.
21. Mary Tempête
Alain Surget
4.01★ (207)

Depuis sa plus tendre enfance, Mary est fascinée par la mer. Elle aimerait tant se laisser emporter au gré des vagues et du vent, partir à l'aventure ! Elle sait pourtant qu'il n'y a pas de place pour une fille sur un bateau. Mais Mary Read est prête à tout pour accomplir son rêve, même à se glisser dans la peau d'un garçon et défier les pirates les plus terribles...
22. Carnaval ou La Fête à l'envers
Daniel Fabre
3.40★ (15)

" Fais ce que voudras " proclame le carnaval, mais son ordre est rigoureux. Le domaine de chaque âge, sexe et condition, la relation aux morts, les formes du temps, tout le socle d'une société s'y révèle et s'ordonne sous le masque et par lui. Carnaval ! Le mot suffit à faire surgir parades et fêtes populaires parmi les plus tenaces. Daniel Fabre en visite le royaume et en désigne la double énigme. Dans quelle filiation inscrire ces déguisements ? Comment comprendre cette inversion toujours renouvelée ?
23. Femme en costume de bataille
Antonio Benítez Rojo
3.77★ (47)

1827. Sur un bateau qui relie La Havane à La Nouvelle-Orléans, parmi une cohorte de femmes déchues, prisonnières et autres prostituées, Henriette Faber se souvient. 1805. Après une enfance idyllique dans le Sud-Est de la France, elle suit son oncle, médecin de la Grande Armée, et l'élu de son cœur, un hussard valeureux, dans la campagne autrichienne de Napoléon. Entre Vienne et Austerlitz, elle se lie d'amitié avec Maryse, directrice d'un théâtre ambulant. Après de nombreuses péripéties, Henriette se retrouve à Paris où, pour apprendre la médecine, science alors interdite aux femmes, elle se fait passer pour un homme. C'est ainsi travestie qu'elle rejoint la Grande Armée, qui marche sur Moscou, pour exercer, dans des conditions effroyables, son activité de chirurgien sur les champs de bataille. Sous le nom d'Enrique Faber, après avoir été faite prisonnière par les Anglais, elle rejoint finalement Maryse à La Havane, ou l'attend un surprenant destin. Dans ce roman palpitant, inspiré de la vie réelle d'Henriette Faber, l'auteur dresse le portrait à la fois picaresque et tragique d'une femme qui toute sa vie a défié conventions et interdits dans un monde dominé par les hommes. Il nous offre au passage des pages inoubliables sur la vie quotidienne de la Grande Armée, La Havane coloniale, ainsi que sur l'intimité d'une femme prise dans les tourmentes de l'Histoire.
24. Insoumises et conquérantes
Hélène Soumet
4.11★ (17)

Quel est le point commun entre Mulan, Louise Michel, Isabelle Eberhardt, George Sand, Rosa Bonheur ou encore Colette ? Qu'elles soient guerrières, savantes et intellectuelles, aventurières et voyageuses ou bien encore artistes et créatrices, elles se sont toutes prêtées à la mystification en volant une identité d'homme ou en se travestissant. Ces femmes ont osé braver l'interdit, elles sont toutes animées par cette soif de vivre à leur manière, envers et contre tout : l'indifférence de la société, le poids de la religion et, partout, la domination masculine. De Mulan, la jeune Chinoise tirée de l'oubli par les studios Disney à Colette, l'auteur nous entraîne dans l'histoire de ces femmes culottées qui ont fait le choix bien avant l'heure de vivre à égalité avec les hommes.
25. Mathilde de Morny
Claude Francis
4.00★ (8)

Mathilde de Morny (1862-1944) a scandalisé et fasciné la "Belle Epoque". Dernière fille du duc de Morny et de son épouse la princesse Sophie Troubetzkoï, elle était donc par la main gauche l'arrière-petite de Talleyrand et petite-fille de la reine Hortense, mère légitime de Napoléon III et officieuse de Morny. Elle fut élevée par le duc de Sesto, grand d'Espagne, second mari de sa mère, tuteur d'Alphonse XII et gourverneur de Madrid. Mariée à deix-huit ans à Jacques, marquis de Belbeuf, elle s'en sépara rapidement, affichant ses préférences pour les femmes. Sa conduite extravagante en fait une célébrité parisienne, les adolescentes imitent ses tenues et, sur le boulevards, on boit une marquise, cocktail qu'elle a lencé. Belle et follement riche, elle entretient Liane de Pogy, la courtisane la plus chère d'Europe, puis, pendant dix ans, Colette. Elle s'exhibe avec celle-ci sur la scène du Moulin-Rouge, déchaînant une tempête. En 1900, elle adopte définitivement le costume masculin, se fait appeler "Monsieur le Marquis" et "Oncle max" par ses intimes. Colette l'a immortalisée au masculin dans Max de la Vagabonde et au féminin dans la chevalière du Pur et de l'Impur. Elle a toujours autour d'elle une cour de jeunes artistes, dont Jean de Tinan, Laurent Tailhade, mais s'attache à Sacha Guitry qui, seul, comprenait cet être hors normes. Leur amitié dura quarante ans. C'est lui qui mena son deuil quand elle se suicida le 29 juin 1944.
26. La Tête en bas
Noëlle Châtelet
3.66★ (78)

Noëlle Châtelet a l'habitude de surprendre dans le choix de ses thèmes. Il n'y a pas longtemps, elle évoquait l'amour partagé entre un vieil homme et une vieille dame (La Femme coquelicot). Elle ne déroge pas ici à son habitude, brossant le portrait d'un hermaphrodite. Rien de moins qu'un récit "en souvenir de celui qui m'a donné un peu de son histoire, qui pourrait être celle-ci", précise l'auteur dans son exergue. Une histoire vraie donc, passée par le couloir de la langue et de l'imagination de Noëlle Châtelet, toujours bien inspirée quand il s'agit de traiter du corps. On se rappelle encore son essai remarquable intitulé Le Corps à corps culinaire ou ses récits formant Histoires de bouches. Mais avec La Tête en bas, il ne s'agit pas du rapport de l'homme avec la nourriture mais de l'homme et de son identité sexuelle. À travers la figure de Paul, l'auteur relate la difficulté de vivre son corps, de l'accepter ou de le refuser, les travers d'une sexualité douloureuse à assumer avant d'en jouir pleinement peut-être, quand on est passé de l'autre côté de la barrière, quand la tête est en bas. Avant, la petite fille se nommait Denise. Maintenant, son nom s'est mué en Paul, qui se souvient qu'il "était mutilé". Maintenant, il a l'air "d'être farouchement lui-même".
27. Les Adolescents troglodytes
Emmanuelle Pagano
3.85★ (28)

Adèle est conductrice de navette scolaire sur un plateau très isolé, en altitude. Elle est née ici dans un corps de garçon, y a vécu avec ses parents et son petit frère Axel, puis elle est partie avant de revenir au pays dans son nouveau corps. Elle conduit sa vie et la navette entre ce lac artificiel, recouvrant l'enfance et un autre lac, naturel et volcanique, auprès duquel elle aime s'arrêter.
28. Séraphîta
Honoré de Balzac
3.08★ (133)

Dans un village de Norvège, perdu au milieu des glaces et des neiges, Minna, la fille du pasteur, éprouve une étrange attirance pour Séraphîtüs. De son côté, Wilfrid, un étranger retenu pendant l'hiver à Jardis, tombe sous le charme de Séraphîta. En réalité Séraphîtüs et Séraphîta ne forment qu'un seul être, synthèse de l'être terrestre et de l'être immortel, qui doit convaincre les hommes d'abandonner leurs désirs et leurs aspirations terrestres afin d'atteindre le monde céleste. Ce curieux récit d'Honoré de Balzac prend appui sur les visions occultes du mage suédois Swedenborg. Il offre une occasion unique de découvrir les idées gnostiques de Balzac sur la vie dans l'au-delà.
29. L'Enfant de sable - La Nuit sacrée
Tahar Ben Jelloun
3.91★ (121)

* L'enfant de sable - Alors, j'ai décidé que la huitième naissance serait une fête, la plus grande des cérémonies, une joie qui durerait sept jours et sept nuits. Tu seras une mère, une vraie mère, tu seras une princesse, car tu auras accouché d'un garçon. L'enfant que tu mettras au monde sera un mâle, ce sera un homme. Il s'appellera Ahmed même si c'est une fille! J'ai tout arrangé, j'ai tout prévu. On fera venir Lalla Radhia, la vieille sage-femme; elle en a pour un an ou deux, et puis je lui donnerai l'argent qu'il faut pour qu'elle garde le secret... » Ainsi le pacte fut scellé! La femme ne pouvait qu'acquiescer. Elle obéit à son mari, comme d'habitude, mais se sentit cette fois-ci concernée par une action commune. Elle était enfin dans une complicité avec son époux. Sa vie allait avoir un sens; elle était embarquée dans le navire de l'énigme qui allait voguer sur des mers lointaines et insoupçonnées. * La nuit sacrée - «Rappelez-vous! J'ai été une enfant à l'identité trouble et vacillante. J'ai été une fille masquée par la volonté d'un père qui se sentait diminué, humilié parce qu'il n'avait pas eu de fils. Comme vous le savez, j'ai été ce fils dont il rêvait. Le reste, certains d'entre vous le connaissent; les autres en ont entendu des bribes ici ou là. Ceux qui se sont risqués à raconter la vie de cet enfant de sable et de vent ont eu quelques ennuis: certains ont été frappés d'amnésie; d'autres ont failli perdre leur âme. On vous a raconté des histoires. Elles ne sont pas vraiment les miennes. Même enfermée et isolée, les nouvelles me parvenaient. Je n'étais ni étonnée ni troublée. Je savais qu'en disparaissant je laissais derrière moi de quoi alimenter les contes les plus extravagants. Mais, comme ma vie n'est pas un conte, j'ai tenu à rétablir les faits et vous livrer le secret gardé sous une pierre noire dans une maison aux murs hauts au fond d'une ruelle fermée par sept portes.»
30. Je est un autre
Bruno Doucey
3.81★ (19)

" Qui suis-je, moi ? Un autre ?...", se demande Robert Sabatier dans le poème qui ouvre cette anthologie. Après lui, plus de soixante-dix poètes, français ou étrangers, classiques ou contemporains, prolongent cette interrogation. De François Villon à Guillevic, de Louise Labé à Maram al-Masri, d'Arthur Rimbaud à Henri Michaux, tous disent Je et tous s'adressent à l'autre. Mieux encore, tous laissent entendre, à leur manière, que " je est un autre ". Comme Andrée Chedid, ils évoquent la part d'inconnu, de mystère, d'altérité qui habite en chacun de nous : " A force de m'écrire Je me découvre un peu Et je retrouve l'Autre. "
31. Le Choix de Juliette
Juliette Jourdan
4.06★ (21)

" J'ai mis du khôl sur mes paupières, du rouge Dolce Vita sur mes lèvres (le numéro 014 de Dior). Ça faisait femme. Enfin... presque... Quand sait-on pour de bon si on est une femme ? Quand sait-on qu'on est enfin soi-même ? " Ce que l'on sait de Juliette Jourdan : peu de chose, finalement. Elle a un chat, elle réussit plutôt bien les spaghettis aux fruits de mer, elle ne sait pas faire un créneau, elle n'aime pas les dimanches, elle est fan d'Amanda Lear et de Dolly Parton, elle adore Les Choses de Georges Perec (son livre de chevet), elle écoute Muse et Maria Callas en boucle. Son film préféré : Monstres & Cie. Son héroïne : Emily the Strange. C'est à peu près tout.
32. Homme ou femme ? : La confusion des sexes
Fernande Gontier
L'habit ne fait pas le moine, dit-on... l'abbé de Choisy, le chevalier d'Eon, Mlle Maupin, célèbre cantatrice à l'Opéra de Paris, la marquise de Morny refusaient le conformisme de leur genre et avaient l'habitude de revêtir les costumes de l'autre sexe. Loin d'être marginaux, ils menèrent souvent leur vie au grand jour. Ainsi, habillé en femme, Timoléon de Choisy écrivit son Histoire de l'Eglise en onze volumes ; mais il vivait sa sexualité au masculin et il eut un enfant de sa servante habillée en comte. Le chevalier d'Eon, au service officiel de Louis XIV en Angleterre, vivait tantôt au masculin, tantôt au féminin. A sa mort, à Londres, les paris sur son sexe atteignirent un chiffre record, mais la femme d'Eon était bien un homme ! Quant à la Maupin, elle s'amusait elle aussi à jouer de cette double identité. Sa vie fut un roman qui inspira Théophile Gautier. Et que dire des femmes soldats, ces amazones des siècles passés ? Pour montrer que le pouvoir n'a rien à voir avec le sexe biologique, la tsarine Elisabeth de Russie exigeait chaque mardi que sa cour permute de genre à l'occasion du " bal des métamorphoses "... Plus près de nous, frondeur d'un nouveau genre, Albert est passé à l'acte et, profitant des progrès de la médecine, est devenu Kate. Son histoire emblématique outre-Atlantique annonçait à grand fracas les questionnements de notre société en mutation...
33. La femme et le travesti
Chantal Aubry
L'acteur travesti vient du fond des âges. Il apparaît très tôt, dans toutes les cultures. Parce que l'homme a interdit l'espace public à la femme, il a été amené historiquement, en Occident comme en Orient, à prendre sa place. Telle est en effet la domination masculine, telle est l'appropriation par l'homme du corps de la femme, qu'il ne tolère pas qu'elle puisse se déplacer librement Aux femmes, le harem, le gynécée, le couvent, aux hommes, la guerre, la parole publique, le pouvoir, le contrôle sur la descendance et, par suite, sur le patrimoine. Ce livre puise à des exemples particulièrement représentatifs au fil des siècles et des continents pour interroger les mécanismes de cette éviction et de cette sublimation, jusqu'à son renversement par une revendication transgenre généralisée dont le monde du spectacle vivant est, avec celui de la mode, l'une des pointes avancées. Par sa diversité et sa richesse iconographique, cet ouvrage interroge la société à travers les mondes de l'art et du spectacle, plaçant le genre comme question primordiale dans l'humanité.
35. Je tremble, ô matador
Pedro Lemebel
3.93★ (99)

L'histoire se déroule en 1986 en pleine dictature au Chili. Celle que tout le monde appelle "la Folle du Front" vit dans un quartier pauvre de Santiago. Cette vieille femme transgenre a quitté la prostitution et brode désormais des nappes raffinées en fredonnant des chansons de Sarita Montiel.Très vite, la voilà amoureuse de Carlos, un jeune militant, pour qui elle est prête à tout. Lui voit dans la maison branlante de " la Folle " un lieu idéal pour cacher et stocker des armes en vue d'un attentat contre Pinochet. Derrière cette alliance loufoque, c'est bien le grand soir révolutionnaire qui se prépare.Dans la tradition baroque et subversive du roman latino-américain, Pedro Lemebel réussit un coup de maître, une comédie brillante et troublante sur la sexualité et le pouvoir. Avec une prose sensuelle, flamboyante, burlesque et mélancolique, il entremêle l'histoire bouleversante d'un amour hors du commun avec le destin politique d'un pays.
36. On a tué Bisou !
Mehmet Murât Somer
3.43★ (32)

"J'étais confronté à deux meurtres : Bisou d'abord, une de mes filles à la belle poitrine siliconée, puis la vieille voisine d'au-dessus de chez elle. Et ces meurtres impliquaient leur lot de suspects : un réseau de maîtres chanteurs, Sureyya Eronat, chef du parti ultraconservateur dont le seul nom fait frémir, des journalistes qui jouaient l'autocensure et un grand nombre de célébrités aux mœurs légères couvant leurs petits secrets d'alcôve. Pour agrémenter cette brochette, il y avait également Sofya, elle qui autrefois m'avait vendu aux hommes, qui mettait tout en œuvre pour assouvir son pouvoir sur moi. Je commençais à en avoir ras les bigoudis ! Et j'allais oublier Hassan, avec son pantalon tombant sur les fesses, et dont on connaissait le goût pour les ragots, mais là, il dépassait les bornes. Croyez-moi, c'était toute une histoire !" Par un été caniculaire à Beyoglu, quartier des clubs d'Istanbul, lieu magique scintillant de paillettes et peuplé d'individus ambigus, le narrateur héros - ou doit-on dire héroïne ? - débrouille l'écheveau compliqué d'une série de meurtres. Travesti cultivé, amateur de musique classique, croqueur de la vie, guidé par la passion, esthète à la silhouette athlétique et qui peut devenir, quand la situation l'exige, "fort comme un Turc", il va, de dangers en amours frivoles, au rythme de ses tenues d'homme ou de femme, d'appartement populaire en boîte de nuit, découvrir que les filles, comme toujours, ont leurs petits secrets.
37. Mama black widow
Iceberg Slim
4.29★ (201)

Otis Wilson hésite entre la femme qui le désire et la femme qu’il désire être. Il lutte contre son homosexualité et sa féminité, contre ces pulsions qui le poussent à se travestir et qui lui valent d’être rejeté, méprisé, violé. Il se remémore aussi le destin tragique de sa famille, qui quitta les plantations du Sud pour chercher fortune au Nord mais n’y trouva que la violence et la misère du ghetto. Recueillant ce témoignage, Iceberg Slim nous livre une biographie d’un réalisme tragique.
38. Des femmes en noir
Anne-Isabelle Lacassagne
3.64★ (64)

A la mort d'un vieux prêtre, les responsables de son diocèse découvrent qu'il s'agissait d'une femme. Sans que personne ne s'en doute, elle exerçait paisiblement sa vocation de prêtre depuis des années. La chancelière de l'évêché et un prêtre plus jeune enquêtent pour comprendre comment et pourquoi cette usurpation d'identité a pu avoir lieu. Avec humour et tendresse, Anne-Isabelle Lacassagne évoque avec ce roman la place des femmes dans l'Eglise d'aujourd'hui.
39. Danish girl
David Ebershoff
4.09★ (170)

À Copenhague en 1925 Einar Wegener et Greta Wauld, son épouse, forment un couple original. Lui est petit, discret, peintre délicat et reconnu. Elle, peintre également mais de moindre talent, est une grande Américaine, blonde fortunée que l'on remarque. Tous deux mènent une vie confortable jusqu'au jour où Greta, en manque de son modèle féminin, demande à Einar de bien vouloir enfiler une paire de bas et d'escarpins pour qu'elle finisse son tableau. De cette demande faussement innocente naîtra le double d'Einar, Lili, qui petit à petit prendra le dessus sur celui qui l'a engendrée. David Ebershoff retrace ici l'histoire vraie d'un homme en qui s'éveilla une femme et fut considéré comme le premier transsexuel.
Commenter  J’apprécie          299

{* *}