AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Arnaud Auzouy (Illustrateur)
ISBN : 2757815911
Éditeur : Points (21/10/2010)

Note moyenne : 3.62/5 (sur 96 notes)
Résumé :
Simon Steiner, double mélancolique d'Olivier Adam, retourne au Japon pour la première fois depuis trois ans. Il y retrouve les lieux qu'affectionnaient sa femme et sa fille à l'époque où elles faisaient encore partie de sa vie. Il évoque les temples shintoïstes embaumés d'encens, le tumulte des karaokés et le lyrisme des paysages japonais. Un voyage entre nostalgie et envoûtement.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  20 août 2015
De Kyoto, il n'avait rien découvert. Il avait tout reconnu. La lumière, la géographie, l'air. Tout lui était familier. Comme si le dernier séjour ici, datant pourtant de 3 ans, s'était imprégné en lui. Mais, à l'époque, Simon était venu avec Marie, sa femme, et Chloé, sa fille. Aujourd'hui, il est seul à arpenter les rues si animées et colorées de cette ville immuable. Chloé n'est plus et Marie est partie. Bercé par la mélancolie, déambulant au gré de ses envies, la douceur des lieux et la poésie des paysages l'apaisent.
Voilà un petit roman bien original: à gauche, le texte d'Olivier Adam, à droite, les photos d'Arnaud Auzouy. Les deux se complètent parfaitement car l'auteur décrit longuement les paysages environnants et les émotions suscitées. de par ses photos, il se dégage de ce roman une certaine douceur et mélancolie. L'on est bercé par l'onctuosité et la délicatesse des mots, par la finesse des descriptions et par l'écriture plus que jamais poétique et envoûtante d'Olivier Adam. Il nous livre un petit roman d'une grande sensibilité tout en harmonie.
Un voyage dépaysant à bord du Kyoto Limited Express...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
Iboo
  14 mars 2017
Ce que, entre autres, il y a de formidable sur Babelio, ce sont les échanges que nous pouvons avoir avec nos amis-lecteurs. Cette passion sincère que nous partageons nous offre un éclairage plus large de par nos différences de vue sur une même oeuvre.
Il y a près de quatre ans, j'avais posté une critique assassine du roman "Les lisières" d'Olivier Adam. Faisant preuve d'une belle ouverture d'esprit, Bookycooky - pourtant conquise par ce roman et l'ensemble de l'oeuvre de l'auteur - a "entendu" et liké mon petit coup de gueule. Puis, nous en avons discuté en aparté et, afin de donner une seconde chance à Olivier Adam, elle m'a suggéré de lire ce roman qui ne ressemble à aucun de ses autres.
En effet, je n'ai absolument pas retrouvé dans Kyoto Limited Express ce qui m'agace et m'ennuie dans le style habituel de l'auteur.
Cela s'apparente à une sorte de récit de voyage empreint de mélancolie - ça reste quand même du Olivier Adam - mais les descriptions de paysages et des caractères nippons sont joliment écrits et les splendides photos d'Arnaud Auzouy les illustrent parfaitement.
Si je n'ai accordé qu'un 3/5 à ce livre c'est essentiellement parce que je ne suis pas spécialement friande de ce genre littéraire et que le Japon ne m'attire pas plus que ça. Mais, cette fois, cela n'est pas imputable à la personnalité et au style de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
Croquignolle
  14 mars 2016
Ce livre est un petit bijou. En quelques phrases et quelques images, les auteurs ont réussi à me replonger dans les émotions les plus fortes et les plus belles de mon séjour japonais.
Kyoto, une ville où l'on se sent spontanément chez soi.
Une ville à vivre, à effeuiller, à déguster, à contempler.
Le Chemin des Philosophes, un lieu à arpenter, pour s'apaiser.
Les jardins japonais, des royaumes à savourer, pour méditer.
Le vol des libellules fluorescentes à surprendre, pour se ressourcer.
Les temples, des oasis vibrantes à expérimenter, pour se relier.
La souffrance de l'amour qui se défait ajoute au récit des points de suspension. Le temps semble s'être arrêté dans la bambouseraie.
L'écriture d'Olivier Adam m'émerveille, m'attire, me subjugue, me capte dès les premiers mots.
Le regard d'Arnaud Auzouy m'émeut, me trouble, me captive, m'hypnotise de ses partages colorés.
Ensemble, ils me transportent !
Le voyage est délicieux !
Faut-il vraiment rentrer ?
Commenter  J’apprécie          240
kuroineko
  02 décembre 2018
Olivier Adam bénéficia de la possibilité de s'installer pendant plusieurs mois dans la Villa Kujoyama, pépinière d'artistes français et japonais située sur une colline surplombant Kyoto, sur le même modèle que la Villa Médicis.
Dans Kyoto Limited Express, Simon, son double narratif, revient dans l'ancienne capitale de l'Empire. On le suit dans ses pérégrinations contemplatives dans la ville. Il retrouve avec nostalgie la Villa Kujoyama dans laquelle il vécut le temps de son séjour quelques années auparavant avec sa femme et sa fille. Très vite, on comprend qu'une séparation, et même pire, est survenu. Olivier Adam fait rarement dans le comique. Sans sombrer pour autant dans une sinistrose morbide comme c'était le cas dans Les lisières.
Ici, on a plus affaire à une mélancolie douloureuse mais qui cherche à s'apaiser en revenant sur des chemins où son bonheur vécut. Simon déambule ainsi sur le chemin des philosophes, endroit célèbre de Kyoto et propice à la méditation, sur les bords de la rivières, dans les izakaya, etc.
En parallèle du récit, le photographe Arnaud Auzouy donne vie au texte avec ses superbes clichés de la ville. L'ensemble, mots et images, est très réussie et incite au voyage vers l'antique cité des empereurs japonais. Beaucoup d'émotion se dégage de l'histoire et des illustrations qui l'accompagnent. La connaissance de la ville et de ses recoins d'Olivier Adam offre une vraisemblance indéniable.
Avec le Coeur régulier, Kyoto Limited Express est ce que j'ai préféré parmi son oeuvre littéraire. le fait que cela se déroule au Japon doit y être pour quelque chose...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
blandine5674
  19 octobre 2015
Simon, de retour à Kyoto, nous promène, à la façon de Jirō Taniguchi avec L'homme qui marche sur les lieux où il a été heureux avec sa femme et sa fille, il y a trois ans de cela. Construction originale, puisque scandée en deux parties : celle de gauche le texte d'Olivier Adam, celle de droite des photos de Arnaud Auzouy qui nous happent et nous parlent autant que la prose. C'est profond, alors que ça parait léger. Nostalgie, poésie, sensibilité, écriture tout en délicatesse. Belle découverte ! du pur bonheur à la façon de Christian Bobin.
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   20 août 2015
Nous nous sommes dirigés vers le temple, son étang longé de cailloux blancs ratissés, son jardin en étages planté d'érables sanguins. Le soleil du matin éclaboussait la mousse en flaques liquides, ciselait la moindre feuille, le moindre branchage. Hiromi a glissé sa main dans la mienne et m'a entraîné vers la bambouseraie. C'était bon de se laisser noyer par le vert, de se laisser engloutir par le silence frémissant. C'était à peine si l'on distinguait encore le ciel entre les branchages légers et fluides. C'était à peine si je sentais battre mon coeur, l'air entrer dans mes poumons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
CroquignolleCroquignolle   13 mars 2016
De la salle de prière montait le bourdon des sutras, quelques visiteurs erraient sans bruit, c'est à peine si leurs pieds touchaient le sol, ils finissaient tous par s'échouer ici, s'asseyaient subjugués par la beauté du lieu, transpercés. J'aurais pu y rester des heures entières, ma vie entière aurait pu se dérouler là me semblait-il, occupé seulement à regarder passer les saisons, varier la lumière, à sentir l'air entrer dans mes poumons, le coeur paisible, le cerveau lessivé. Que me restait-il d'autre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
mandarine43mandarine43   16 novembre 2011
[ Incipit ]

Retour à Kyoto

Depuis combien de temps suis-je ici ? Des jours, des semaines, des mois. Peu m'importe. Dans cette ville le temps s'écoule sans forme ni contour, les jours se mêlent jusqu'à se confondre, fluides et désarmés. Il y a trois ans, lors de mon premier séjour ici, dès les premiers instants j'avais été saisi. Un sentiment de familiarité. D'accord immédiat. De Kyoto je n'avais rien découvert. J'avais tout reconnu. Comme si la ville, sa géographie, sa lumière, la texture de l'air, l'écoulement du temps étaient inscrits en moi depuis longtemps, depuis toujours.
Je suis arrivé à Narita un jour de pleine lumière, d'azur clinquant. A la descente de l'avion, j'ai pris le premier train pour Tokyo, il circulait parmi les champs, les rizières, longeait des hameaux de maisons basses, aux jardins étroits plantés de pins tordus et d'arbres à kakis. Parfois, au pied des collines, se devinaient un temple ou un sanctuaire, gardés par des animaux, des esprits, toutes ces créatures qui avaient émerveillé Chloé à l'époque, lui avaient donné l'illusion d'évoluer dans un de ces films qu'elle adorait. Miyazaki,Takahata. Elle entendait respirer les camphriers immenses du Shoren-in, elle touchait leurs racines à fleur de terre et ils lui murmuraient des secrets bien gardés, des trucs d'enfant, merveilleux et un peu mièvres. Je les regardais avec elle et je ne pouvais pas m'empêcher de me dire à mon tour que quelque chose les habitait, aujourd'hui encore assis sur le bois du temple, contemplant l'un d'eux, veillant immense et frissonnant sur le jardin de mousse aux reflets roux, je crois le voir frémir, j'entends battre son cœur, profond et doux, accordé au mien, délivré tant que je le fixe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marina53marina53   20 août 2015
Je ne me lassais pas de ces itinéraires, ils suffisaient à me remplir, du moins m'en donnaient-ils l'illusion, il restait si peu de moi, une enveloppe si mince, un rien aurait suffi à la combler.
Commenter  J’apprécie          180
marina53marina53   20 août 2015
Ici rien n'avait changé, la texture de l'air, l'inclinaison du soleil, le rythme des jours. Mais de nous rien ne subsistait.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Olivier Adam (66) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Olivier Adam
Pourquoi faut-il venir à Livre Paris 2019 ? Réponses en trois questions à Sébastien Fresneau, directeur de Livre Paris, et Gauthier Morax, responsable de la programmation.
Livre Paris invite l'Europe avec une scène spécialement dédiée à la culture européenne. 2019 est une année décisive pour l'avenir de l'Europe, à deux mois des élections européennes.
Erri de Luca, Orhan Pamuk, Peter Sloterdijk, Hubert Védrine ou encore Javier Cercas : de grands noms de la culture européenne nous font l'honneur de leur présence à Livre Paris 2019 !
Retrouvez également vos auteurs préférés pendant 4 jours de débats, de conférence et d'échanges sur 9 scènes différentes : Nicolas Mathieu, François Begaudeau, Olivier Guez, Raphaëlle Giordano, Jérôme Ferrari, Joann Sfar, Bernard Werber, Olivier Adam, Morgane Ortin, Blet Buckler, Antoine Jacquier et bien d'autres. Plus de 3500 auteurs présents !
https://www.livreparis.com
+ Lire la suite
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Olivier ADAM : cinéma

Quel acteur tient le rôle principal (Paul) dans l'adaptation cinéma "Des vents contraires", qui sortira à la fin de l'année 2011 ?

Romain Duris
Benoît Magimel
Olivier Sitruk
Edouard Baer

8 questions
132 lecteurs ont répondu
Thème : Olivier AdamCréer un quiz sur ce livre
.. ..