AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : 9782917157084 (07/10/2010)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Dix-sept auteurs, la Ligue des Droits de l'Homme et les éditions La Volte livrent un recueil de combat.

Souris, lecteur, souris ! Et repose ce livre comme si de rien n'était. Désinvolte, elle t'a repéré. La mini-boule du plafond. La webcam de surveillance. Si tu tardes trop, elle va se focaliser, transmettre ton image et là…, là, les ennuis vont commencer. Passe ton chemin et laisse les 17 auteurs de science-fiction clamer leurs craintes pour ton futu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
GiZeus
  20 novembre 2010
Pour ma première participation à l'opération Masse Critique, j'ai eu le plaisir de recevoir Ceux qui nous veulent du bien. Je remercie à cet effet Babelio et les éditions La Volte pour m'avoir permis de découvrir ce bouquin sur lequel je lorgnais depuis son annonce même. Sous la couverture bizarre, sous ces motifs évoquant le silicium technologique, se trouvent 17 nouvelles rapportées d'un futur bien géré. Et comme toujours en pareil cas, tous les récits ne se valent pas.
L'ouvrage s'ouvre sur la préface de Dominique Guibert, secrétaire général des Droits de l'homme, qui nous rappelle succinctement les dérives sécuritaires et technologiques pour un meilleur bien-être. C'est donc avec Thomas Day qu'on rentre dans le propos. Son récit nous raconte l'histoire d'un jeune garçon doté de pouvoirs technologiques, subséquemment poursuivi par les gouvernements. Comme parade, le garçon utilise les armes de l'ennemi. le style très sec, le récit à l'allure de résumé et le propos sous-jacent ne parviennent pas vraiment à convaincre. de suite après c'est Stéphane Beauverger qui prend le relais avec Satisfecit. Ecrit à la première personne, comme la majorité des autres nouvelles, le texte nous plonge dans un monde où plus personne n'a rien à cacher ; la virturapie prévient les comportements déviants en les « absorbant ». La forme du thriller, retenue pour la circonstance, se montre efficace, et l'on sent une certaine influence qu'il convient de dissimuler pour ne rien dévoiler de préjudiciable.
De Bernard Camus, Les événements sont potentiellement inscrits et non modifiables fait figure d'interlude. Une confrontation entre les buts avoués et les objectifs recherchés dont la presse se fait l'écho. On enchaîne avec Spam, de Jacques Mucchielli, certainement le meilleur texte de l'anthologie. On y suit un ancien soldat, désormais SDF, infecté par les messages publicitaires. le propos est non seulement captivant, mais le style dynamique de l'auteur assure à son héros un charisme certain. Juste après, Camille Leboulanger, jeune auteur de 19 ans, déçoit quant à lui. D'une manière plutôt attentiste, il dénonce le jeunisme ambiant. le sujet aurait mérité d'être plus profondément creusé, en dépit du format imposé.
Avec Ayerdhal et Paysage urbain, on s'éloigne des critiques gouvernementales pour venir attaquer de front l'agencement urbain. La thématique inattendue son traitement se révèle fort instructive ; Ayerdhal nous expose les implications sociales issues d'un réaménagement citadin à l'occasion de la présentation d'un projet de ce genre aux conseillers municipaux. On enchaine avec Jérôme Olinon et Regards, qui défend ici l'immigration et l'homophobie. Assez banale, la nouvelle se lit néanmoins sans déplaisir, même si l'on peut se perdre dans certains fragments déchronologiques de la narration.
Gulzar Joby se montre plus inspiré que son prédécesseur avec Remplaçants. Il met en scène une bande de gamins des quartiers riches désireux d'explorer les banlieues. Pour cela, ils engagent des remplaçants chargés de revêtir leurs oripeaux bardés de quincaillerie technologique, et de suivre le planning prévu. Simultanément émouvante et angoissante, l'auteur revoie avec efficacité le coup classique de l'enfant privé de liberté. Il ne sera pas compliqué pour les adolescents ou jeunes adultes de s'identifier à ces riches prisonniers.
On embraye avec Eric Holstein et sa nouvelle au titre (et au contenu) parodique, Ghost in a supermarket, qui nous envoie à la traque d'un fantôme électronique ne se laissant pas aisément identifier, au grand dam d'une compagnie de flicage numérique. Malgré une plume détendue, le texte manque de punch, et la chute ne parvient pas à éclaircir la trame. On s'enfonce encore dans la déception avec Trajectoires, de Danel. La nouvelle aurait pu être un plagiat de Minority Report si l'auteur n'avait pris soin d'inclure d'autres clichés avec leurs gros sabots. Sans conteste le texte le plus faible de l'anthologie, mais malheureusement pas le plus court.
Matéo Prune relève (un peu) le niveau avec Sauver ce qui peut l'être. Sans être formidable, la nouvelle nous décrit un monde où le droit au secret n'est plus respecté, où chacun et surtout son conjoint se doit de connaître les moindres aspects de la vie de l'autre, jusqu'à disposer d'une mémoire numérique.
Puis Alain Damasio fait son entrée et se démarque clairement des autres textes avec Anna et la Harpe. Ceux qui ont lu La Zone du Dehors ne seront pas étonnés de voir l'auteur prêcher pour une émancipation vis-à-vis du technococon dans lequel nous évoluons. D'un style plus « calme » que ses romans antérieurs, le clavier de l'écrivain ne s'en montre pas moins agréable et immersif.
Au tour de Sébastien Cevey d'exercer son talent avec Des myriades d'arphydes, qui parle d'un geek –qui tord volontairement le cou aux idées reçues – luttant pour un meilleur respect de sa vie privée. Si le propos et le déroulement sont dignes d'intérêt, j'ai été frustré que l'auteur ne prenne pas plus le temps de poser son histoire, on le sent restreint par le format au vu de certaines situations un peu embrouillées, tout comme le héros pas toujours clairement positionné.
Puis Paul Beorn s'attaque au contrôle du corps avec Vieux salopard, à travers un nouvel employé manipulé par une puce qu'il s'est vu implanter. Sans surprise, le constat est assez effrayant, de même que la chute. Philippe Curval prend la relève avec Un spam de trop, un texte assez effrayant sur la collecte d'informations privées. Afin de se retrancher dans l'anonymat complet, un journaliste plaque tout du jour au lendemain pour aller cultiver des légumes dans un coin paumé. Là encore, on assiste à l'impuissance du protagoniste. Pour clore l'anthologie, Jeff Noon nous propose un texte court mais intriguant, aux consonances poétiques et entêtantes.
Au final, cette anthologie se montre assez pléthorique en terme de sujet abordés : vie privée, rapport à la technologie, déviances, contrôle mental, gestion des masses, flicage permanent ou encore surveillance « préventive » sont de la partie. On regrettera seulement le traitement inégal qu'il est fait de ces sujets. Malgré tout, Ceux qui nous veulent du bien se révèle être une bonne piqure de rappel vis-à-vis des dangers qui nous guettent.

Lien : http://foudre-olympienne.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Fattorius
  19 novembre 2010
Imaginez un monde futuriste oppressant où tout est contrôlé, surveillé, fliqué, plus ou moins avec la complicité d'une opinion publique suffisamment amollie pour être consentante. le Sarkoland dans vingt ans? le stalinisme porté à ses dernières extrémités? La tyrannie du marché tout-puissant? le grand retour de Gattaca? Telles sont les idées directrices, éminemment proches d'une certaine actualité, du recueil de nouvelles collectif "Ceux qui nous veulent du bien", sous-titré "17 mauvaises nouvelles d'un futur bien géré", qui vient de paraître aux éditions La Volte. Vous sentez-vous fliqué, ici et aujourd'hui? C'est que vous n'avez encore rien vu. Vous avez lu "La tyrannie technologique", paru aux éditions L'Echappée? Vous serez alors proche de certaines idées mises en évidence par ce livre. Les auteurs des nouvelles de ce recueil, jeunes débutants ou écrivains chevronnés (ou trouve la trace de Philippe Curval ou d'Ayerdhal, côtoyant Sébastien Cevey ou Gulzar Joby), ont de l'imagination à revendre pour concevoir des utopies où l'on ne peut rien cacher et où la technologie est toute-puissante, jusque dans ses plus graves dérives.
Lien : http://fattorius.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LaurenebLaureneb   12 février 2019
Les nouvelles que le lecteur lira dans ce recueil ont comme carac-téristique commune de faire peur. Diablement peur. La technique et toutes ses utilisations y sont généralement hostiles, porteuses de malheur, de dérives, de négation des droits – qu’ils soient indi-viduels ou collectifs –, de destruction du cadre de vie, de mélange entre les sphères publique et privée. Mais, le lecteur a l’habitude. Il sait ce qu’il vient chercher et il comprend que la politique n’est jamais très loin. Pour peu que sa littérature de prédilection ne soit pas uniquement du « space opera », et qu’il ne s’adonne pas uniquement à l’« heroic fantasy », c’est qu’il est devenu aussi un adepte de la troisième voie. De Huxley à Bradbury, de Brunner à Spinrad, d’Asimov à McCarthy, il a veillé, les yeux rouges de fatigue, sur ces récits qui poussaient tout juste plus loin la logique des choses. C’est là qu’est la magie de la fiction. Mais comment aussi ne pas nourrir l’espoir que le pire n’est pas forcément certain ?
Préface, Dominique Guibert, secrétaire général de la Ligue des Droits de l'Homme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Ayerdhal (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Ayerdhal
Extrait de la conférence "Scintillements! Hommage à Ayerdhal, maître de la SF et du thriller" aux Imaginales 2019.
autres livres classés : contrôle mentalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2841 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre