AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070369126
288 pages
Gallimard (04/02/1977)
3.7/5   49 notes
Résumé :

Dans sa trente-cinquième année, un nain de cirque se mit à grandir, ce qui embarrassa les savants qui avaient fixé à vingt-cinq ans l'âge limite de la croissance. Incapable d'amuser encore le public, ou d'accomplir une autre besogne dans la troupe, il renonce au cirque et disparaît dans la foule.

Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
zabeth55
  27 juillet 2013
J'ai retrouvé intact le plaisir que j'avais eu enfant à lire les contes du chat perché, le début de ma passion pour la lecture.
Quel bonheur de retrouver l'esprit et la plume de Marcel Aymé.
Cette série de nouvelles est un vrai régal.
Les situations et les personnages sont très visuels. J'avais l'impression de les voir, comme de petits films qui se succèdent.
Toutes différentes et pas une qui ne m'ait laissée indifférente.
Commenter  J’apprécie          140
Corboland78
  28 mai 2021
Marcel Aymé (1902-1967) est un écrivain, dramaturge, nouvelliste, scénariste et essayiste français. Ecrivain prolifique, il a laissé deux essais, dix-sept romans, plusieurs dizaines de nouvelles, une dizaine de pièces de théâtre, plus de cent soixante articles et des contes. Il a également écrit de nombreux scénarios et traduit des auteurs américains importants : Arthur Miller (Les Sorcières de Salem), Tennessee Williams (La Nuit de l'iguane).
Le Nain (1934) est un recueil de treize nouvelles précédemment parues dans des magazines et n'ont aucun lien ou point commun entre elles.
Le livre s'ouvre sur le texte lui donnant son nom, où l'on suit les mésaventures d'un nain vedette d'un cirque, qui se réveille un matin devenu un bel homme d'une taille respectable. Il pense en tirer bénéfice et vivre une belle vie, mais il va déchanter. Dans L'Affaire Touffard, un détective flanqué de son adjoint, enquête sur un carnage, douze personnes sont assassinées chez un riche homme d'affaire. Une intrigue à la Sherlock Holmes mais complètement déjantée. Désopilant !
Avec Trois faits divers, deux assassins se rencontrent et se racontent leur crime, rêvant d'un pays où les pauvres tueurs comme eux vivraient tous ensemble. Ici l'écrivain fait preuve d'un humour très noir (« Alors, je ne sais plus bien ce que je lui ai dit, mais j'ai empoigné la hache et je les ai abattus tous les trois, elle et mes deux enfants. – Là, je trouve que tu as été vif, dit Finard. ») Une dernière pour la route, Sporting : deux candidats s'affrontent dans des élections régionales, le radical-socialiste propriétaire d'un club de gymnastique obtenant de jolis succès et le candidat de la droite dirigeant un club de rugby qui enfile les défaites. Les arguments politiques peu à même de convaincre les électeurs, les deux vont la jouer sur le plan sportif. Ambiance Don Camillo à Clochemerle.
Un recueil vraiment très amusant, toutes les nouvelles sont souriantes, jouant sur différents types d'humour ou sur la critique ironique. Il y est question de politique locale, de religion, de morale et aussi d'argent. L'ancienneté des textes nous permet une nouvelle fois de constater l'évolution de nos moeurs, en particulier sur les relations entre les sexes. Ce que les hommes disaient ou pensaient des femmes alors fera tiquer une jeune lectrice d'aujourd'hui… O tempora ! O mores !
Une écriture légère et bien enlevée, un sourire au coin de lèvres tout du long de cette lecture, si vous n'avez jamais lu Marcel, goûtez-y, vous ne pourrez que l'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MarcelP
  26 janvier 2020
Les lampions clignotent. Aymé, sur une estrade, ajuste son piano à bretelles, "les joyeux triolets de l'accordéon fusent*" et c'est parti pour son petit guinche : les corps s'étreignent, les valses chaloupées s'enchaînent... Chauffe, Marcel !
Le Nain ("(...) un nain se met à grandir dans sa trente-cinquième année, et il ne lui arrive rien du tout, contrairement à ce qu'il attendait. C'est très dramatique."**), apologue circasien et kafkaïen mais d'un Kafka sous anxiolytique, métaphorise le métier de l'écrivain dont l'originalité semble se diluer dans la notoriété et ouvre le bal en beauté.
Sur la piste, Aymé s'amuse et son rire est contagieux. Qu'il dégomme la lâcheté des petits bourgeois (La Canne, Bonne vie et moeurs ou Deux victimes) ou vise un humour noir corsé (Trois faits divers), ses morceaux, javas polissonnes ou toupies fougueuses, frappent juste. On lui pardonnera quelques fausses notes (L'Affaire Touffard, un Cami pas drôle), pour ne retenir que ses coups d'éclat.
Le Mariage de César (un modeste et vertueux bougnat devient un parti intéressant à partir du moment où il monte un bordel et qu'il a pignon -et lanterne rouge- sur rue), Rue Saint-Sulpice (dans lequel un Jésus d'occasion s'investit beaucoup trop dans son rôle de composition) et l'hilarant La Liste (un irrésistible et leste conte fantastique) constituent, à mes yeux, de flamboyantes réussites.
Un musette au répertoire très convaincant.
* Damia, La guinguette a fermé ses volets ** Prière d'insérer du recueil.
Lien : http://lavieerrante.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
marcphalippou
  13 mars 2021
Un clown c'est quelqu'un qui a autant de bon sens que les autres mais qui ne le met pas au même endroit. le ton est donné. Marcel Aymé nous régale. Un écrivain qui a autant de mots que les autres mais qui les met au service d'histoires et de personnages uniques. Et dans un ordre parfait. Jubilatoire.
Commenter  J’apprécie          40
latoute1
  08 août 2022
Dans sa trente-cinquième année, un nain de cirque se mit à grandir, ce qui embarrassa les savants qui avaient fixé à vingt-cinq ans l'âge limite de la croissance. Incapable d'amuser encore le public, ou d'accomplir une autre besogne dans la troupe, il renonce au cirque et disparaît dans la foule. Prêté à Lulu et ht Kob en même temps. Toute la fantaisie de Marcel tant aymé. Et le style. Une dizaine de nouvelles. Un régal d'été.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
gillgill   05 décembre 2012
Sous un ciel sans lune, deux assassins se rencontrèrent à un carrefour.
Ils allaient dans la nuit avec tant de précautions qu'ils se trouvèrent l'un face à l'autre sans avoir entendu le bruit de leurs pas.
Tous deux, ils eurent un mouvement de frayeur que chacun prit pour une menace de l'autre.
Le plus grand, qui avait des épaules de lutteur et la tête grosse comme une pomme, serra une trique qu'il balançait entre deux doigts.
L'autre, un petit homme sec, ouvrit son couteau de poche.
Un moment, ils furent immobiles, sur la défensive, les épaules remontées, le cou tendu en avant, écoutant leurs respirations oppressées.
Dans l'ombre, ils s'apercevaient en silhouettes confuses, et leurs yeux luisaient d'inquiétude.
Enfin, l'homme au gourdin laissa passer une plainte entre ses dents serrées par la peur. Alors l'autre eut un soupir de détente...
(extrait de "Trois faits divers", nouvelle incluse dans le recueil paru chez "Folio" en 1978)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Corboland78Corboland78   28 mai 2021
Barbe 90, qui s’en allait pourtant sur ses quarante-quatre ans, avec une paire pour s’asseoir comme deux sacs de farine (et le feu au milieu, si vous voulez bien), était plus enragée que toutes ses cadettes, et le curé disait n’avoir jamais vu, dans toute son existence de curé, une aussi grande putain que cette satanée Barbe de la quarantaine ; même que, quand il la voyait venir à lui, la hanche bourriquante et le flottant de la gorge bien à l’avancée, il était tout heureux d’avoir l’empêche de sa soutane, et encore en plus, de se réciter deux ou trois prières en pensant à ce qu’il récitait. (…) Mais plus que les autres ensemble, il redoutait Barbe dont les péchés faisaient tant de volume et de fracas que le confessionnal en était comme à l’envers, balloté, secoué et remué cul par-dessus tête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
patatarte2001patatarte2001   13 août 2015
Le père désignait les monuments avec sa canne et discourait avec une abondance et une bonne humeur qui exaspérait sa femme.
" C'est plein de monuments historiques par ici. Là bas, les magasins du Louvre...ici le ministère des Finances...Voilà la statue de Gambetta, celui qui a sauvé l'honneur en 70....rappelez-vous."
Un peu plus loin, Victor avisa une femme nue debout sur un socle et la montra du doigt. "Et celle-là, papa? Qu'est-ce que c'est ? Elle a sauvé l'honneur aussi ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
patatarte2001patatarte2001   13 août 2015
Les grillons nous font une belle musique", disait Noel à sa pipe en merisier. Alors que c'était tout le contraire, et que les grillons, comme aussi bien les crapauds, les rainettes et les rossignols, en avaient la chanson coupée à l'étranglette d'entendre le ramage de tous ces couples qui se donnaient la bonne suée sur le frais de la rosée du soir.
Commenter  J’apprécie          40
MahaDeeMahaDee   30 décembre 2018
Dans sa trente-cinquième année, le nain du cirque Barnaboum se mit à grandir. les savants étaient bien ennuyés, car ils avaient, une fois pour toutes, fixé à vingt-cinq ans l'âge limite de la croissance. C'est pourquoi ils firent en sorte d'étouffer l'affaire.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Marcel Aymé (36) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Aymé
Il était une fois un petit café-restaurant, entre ville et campagne, refuge d'une poignée de drôles d'oiseaux que le monde moderne n'avait pas encore engloutis.
« On boit un coup, on mange un morceau, on écoute des histoires. Toutes activités qui s'accommodent mal du va-vite. Chacun offre son grain de temps au sablier commun, et ça donne qu'on n'est pas obligé de se hâter pour faire les choses ou pour les dire. »
Madoval, le patron, Mésange, sa fille, Comdinitch, Failagueule et les accoudés du zinc – braves de comptoir… « Pas des gueules de progrès », ces gens-là, mais de l'amitié, des rires, de l'humanité en partage et un certain talent pour cultiver la différence.
Jean-Pierre Ancèle signe un premier roman tendre et perlé comme une gorgée de muscadet, aux accents de Raymond Queneau ou de Marcel Aymé.
+ Lire la suite
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Marcel Aymé

En quelle année est né Marcel Aymé?

1880
1897
1902
1910

10 questions
59 lecteurs ont répondu
Thème : Marcel AyméCréer un quiz sur ce livre