AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Serge Quadruppani (Traducteur)
ISBN : 2266166654
Éditeur : Pocket (24/01/2007)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 97 notes)
Résumé :
La Sicile doit sa notoriété à la splendeur d'un volcan, à la majesté de ses temples et au caractère impitoyable de certains de ses habitants. A ces attraits, il faut ajouter aujourd'hui un personnage hors du commun : le commissaire Montalbano.
Pour la nonchalance, la gourmandise, l'érudition et le flegme, le " dottore " Montalbano n'a pas d'égal. Lui qui déteste les crimes de sang trop faciles à résoudre, le voici, pour sa première enquête, devant l'énigme l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
encoredunoir
  10 juillet 2016
Publié en Italie en 2004, La première enquête de Montalbano n'est pas le premier volet des enquêtes du commissaire sicilien mais un recueil de trois longues nouvelles dont une conte l'arrivée du héros de Camilleri dans son commissariat de Vigàta. C'est certainement pour ceux qui, comme moi, ne sont pas des familiers de Montalbano, une bonne porte d'entrée dans l'univers de Camilleri.
Trois nouvelles donc, et trois enquêtes hors des sentiers battus, la première du recueil, « Sept lundis » l'étant tout de même un peu plus que les autres. Il s'agit en effet d'une série de meurtres d'animaux suivant une progression assez particulière, le tueur s'en prenant à des animaux de plus en plus gros – poisson, puis poulet, chien, chèvre, âne… – en laissant à chaque fois un billet énigmatique annonçant « JE CONTINUE À ME CONTRACTER ». Entre considérations gastronomiques et esprit de déduction, cette nouvelle est une entrée en matière étonnante, amusante, qui permet de se familiariser à la fois avec l'humour décalé et la langue particulière de Camilleri que son traducteur, Serge Quadruppani, comme expliqué en introduction du recueil, a cherché à rendre au mieux en opérant des choix qui, pour être peut-être discutables parfois offrent la possibilité au lecteur français de se rendre compte du côté baroque de l'écriture de l'écrivain sicilien et arrivent à lui conférer un charme étrange.
« La première enquête de Montalbano », deuxième nouvelle du recueil, vaut moins pour l'enquête elle-même dans laquelle le jeune commissaire aura toutefois à faire montre une fois de plus de son esprit aigu que par ce qu'elle dit du héros, de son rapport aux femmes, de la manière dont il se moque des convenances et de son amour immodéré pour la bonne cuisine.
Quant à « Retour au origines », qui clôt le recueil, dans laquelle Montalbano enquête sur l'enlèvement et la rapide libération d'une enfant et se heurte à une véritable omertà, elle permet à Camilleri de peindre le portrait d'une société sous la coupe discrète mais toutefois prégnante de la Mafia et où les collusions entre le crime organisé et les notabilités locales créent une toile d'araignée que, sauf à user de méthodes peu conventionnelles, le petit commissaire d'une petite ville de province a peu de chance d'effilocher.
Dans une Sicile écrasée par le soleil qui donne un rythme parfois languissant aux enquêtes mais que viennent contrebalancer la vivacité de la langue et l'acuité du héros, les aventures de Montalbano se révèlent bien souvent fascinantes et, d'une manière générale, se lisent avec gourmandise.
Andrea Camilleri, La première enquête de Montalbano (La primera indagine di Montalbano, 2004), Fleuve Noir, 2006. Rééd. Pocket 2007. Traduit par Serge Quadruppani. 349 p.


Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jfponge
  05 juillet 2015
Andrea Camilleri a inventé un style qui le distingue parmi les auteurs de romans policiers contemporains. La langue, mélange de sicilien et d'italien de la rue mâtiné de trouvailles langagières dignes d'un Louis-Ferdinand Céline ou d'un James Joyce, est admirablement rendue par la traduction (il faudrait plutôt dire la réécriture) de Serge Quadruppani, par ailleurs excellent auteur de romans policiers français. le comportement du héros principal, le commissaire Montalbano, dénote également, par son je-m'en-foutisme érigé en principe de vie, pour ne pas dire sa fainéantise dès lors qu'il s'agit d'autre chose que faire honneur à une belle esseulée, un plat de pâtes ou... une dive bouteille ! La réussite de ses enquêtes, il la doit au hasard ou, assez souvent, à la sagacité de son fidèle adjoint le sérieux Fazio. Autant dire que l'intérêt de l'histoire réside plus dans le décor et les personnages qui l'habitent, que dans cette espèce d'anti-héros qu'est le "dottor" Montalbano. Des trois longues nouvelles rassemblées dans ce volume, celle que je préfère est la seconde, qui donne son nom au recueil, où Montalbano, fraîchement de retour dans sa Vigàta natale, où il vient d'être nommé commissaire, se trouve aux prises avec les Cuffaro et les Sinagra, deux familles mafieuses qui se font la guerre pour le contrôle de la ville. On est plongé dans une réalité sicilienne curieusement absente, ou seulement en filigrane, dans les autres enquêtes du célèbre commissaire. Entre le passage à tabac d'un homme âgé portant lunettes par un représentant de la jeunesse dorée locale, et la jeune Rosanna, qui s'apprête à tuer le juge qui a mis en prison son amoureux, se tissent des liens qui révèlent la face cachée d'une ville que Montalbano croyait pourtant connaître comme sa poche. Les deux autres nouvelles sont également d'un très bon niveau, et les bons mots comme les parties de castagne sont au rendez-vous. Une bonne introduction au petit monde de Don Camilleri…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Colchik
  31 octobre 2018
Je ne connais pas de meilleur remède contre un petit accès de mélancolie que la lecture d'un Camilleri. le personnage de Montalbano est à lui seul un hommage à la vie simple, un culte à la gourmandise et une révérence à l'intelligence mâtinée d'un brin de ruse. Par ailleurs, le style Camilleri, c'est ce télescopage entre l'italien, le dialecte sicilien et les tournures locales qui fait chanter le texte de façon jubilatoire. Serge Quadruppani restitue merveilleusement le « jus » linguistique de la prose camillérienne.
Si ce roman comprend la première enquête du commissaire Montalbano, muté pour sa plus grande joie à Vigàta après avoir été en poste à la montagne (un purgatoire pour ce tempérament océanique), il se compose aussi de deux autres longues nouvelles – ou brefs romans – Sept lundis et Retour aux origines.
À tous ceux qui n'en peuvent plus des serial killers, je recommande Sept lundis où sévit un tueur en série d'animaux. L'histoire est hilarante et nous offre une énigme qui se dénoue non pas dans le sang versé, mais dans la révélation d'un deuil impossible.
La première enquête de Montalbano est un sommet de délicatesse : elle nous dévoile la nature profonde de Salvo Montalbano, sondeur imparable de la détresse humaine et fieffé bonimenteur. Camilleri traite de façon poignante l'histoire d'une jeunesse saccagée.
Quant à Retour aux origines, qui met très classiquement en scène les agissements de la mafia, l'auteur parvient à nous surprendre sur la manière imparable du commissaire de déjouer les entreprises mafieuses.
Aujourd'hui, la littérature policière a tendance à faire surenchère de violence et d'horreur pour appâter les lecteurs (CF le dernier livre de Saviano). Seuls les virtuoses du récit savent que ces recettes ne remplacent jamais la force des personnages, leur complexité et une bonne histoire. Camilleri est un maître.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
gonewiththegreen
  31 décembre 2017
Premier contact pour moi avec Montalbano , puisque je ne l'avais lu ni vu à la télé.
Ici, de l'aveu même de l'auteur , les trois petites énigmes ont été choisies pour leur absence d'hémoglobine . Lezs trois histoires ne se situent pas aux mêmes périodes.Il y a la première affaire de Montalbano dans son rôle de commissaire et deux autres histoires postérieures.
Les trois intrigues sont bien menées , avec des histoires simples mais avec des rebondissements subtils.
L'intérêt majeur d'un policier est souvent double : le fond et la forme . Si vous avez une intrigue bien miteuse , avec de grosses ficelles , c'est foutu . ici , ce n'est pas le cas. ce qui va derrière différencier les livres , ce sont les contextes.
Ici, on est gâté : La langue sicilienne , même traduite, garde tout son charme et le personnage principal , véritable épicurien , nous fait voyager à chacun de ses repas. le style de bouquin qui met un peu de soleil au coeur d'un pale hiver.
C'est une belle découverte donc. je regrette le côté non chronologique car où est passé la chérie de la première intrigue dans les autres histoires ? Moi, ça me dérange. Un héros récurrent, si on le prend n'importe où , autant ne pas se taper la série ! Mais pour un avant goût du personnage , ce roman est idoine.
Bonnes fêtes à tous !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
5Arabella
  05 août 2016
Il s'agit en réalité de trois nouvelles qui se passent à des moments différents de la carrière de notre commissaire. Et la fameuse première enquête du titre a trait à la première enqûte de notre homme après sa nomination à Vigata, après son exil dans l'intérieur du pays. Il y découvre cette ville dans laquelle se passeront ses futurs exploits, s'installe, découvre ses nouveaux collaborateurs, et résout sa première affaire dans ce nouveau territoire. Les deux autres nouvelles se passent à des moments ultérieurs.
Ce qu'il y a de commun dans les trois enquêtes, c'est qu'aucune ne donne lieu à un meurtre, même si on aurait pu y arriver sans notre commissaire de choc. C'est donc sans doute plus léger que les affaires criminelles peut être plus habituelles de Montalbano. L'aspect drôlatique est donc sans doute plus facilement au premier plan que dans des intrigues plus sanglantes. le commissaire a le temps de flâner, de manger, de faire des rencontres.
Je suis partagée suite à cette lecture. Cela se lit très facilement, très agréablement, très rapidement, on sourit, on est pris par l'intrigue. Mais en même temps j'ai trouvé tout cela, en particulier les personnages, un peu caricaturaux. Une sorte de folklore pour touristes presque. Puis les situations évoquées sont par moments terribles, La Mafia et la terreur qu'elle fait régner, les enlèvements , viols, la justice qui manque de moyens etc. Et pour parler de ce type de sujets, le livre manque d'une pointe de noirceur, de désespoir, de réalisme tout simplement. C'est un peu trop optimiste compte tenu du contexte.
Mais c'est le premier livre de Camilleri que je lis, peut être pas le plus représentatif, et comme cela se lit vraiment avec un indéniable plaisir, je ferrai une autre tentative, un peu plus tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
ColchikColchik   31 octobre 2018
– Dottore, on a agi comme dans les films américains, ceux où le shérif fait comme ça lui chante, putain, parce que la liggi, la loi, dans ces coins-là, chacun se la bricole. Alors que chez nous, il y a des règles qui…
– Je le sais très bien qu’il y a des règles ! Mais tu sais comment elles sont, tes règles ? Elles sont comme le pull-over de laine que me fit ma tante Cuncittina.
Fazio le dévisagea, complètement perdu.
– Le pull-over ?
– Oh que oui, monsieur. Quand j’avais une quinzaine d’années, ma tante Cuncittina me fit un pull-over de laine. Mais comme elle ne savait pas tricoter, le pull avait tantôt des mailles larges qu’on aurait dit des pertuis, tantôt des mailles trop serrées, et il avait un bras trop court et un autre trop long. Et moi, pour me l’ajuster, je devais d’un côté le tirer, de l’autre le remonter, tantôt le serrer et tantôt l’élargir. Et tu sais pourquoi je pouvais le faire ? Parce que le tricot s’y prêtait, il était en laine, pas en fer. Tu m’as compris ?
– Parfaitement. Donc, c’est comme ça que pense vosseignreurie ?
– C’est comme ça que je pense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   30 novembre 2013
Entendons-nous bien, s’il y avait vraiment une Sicile qu’il aimait regarder, c’était bien cette Sicile faite de terres arides, brûlées et marron, où un peu de vert testard se retrouvait comme tiré au canon, où les dés blancs des bicoques en haut des collines semblaient devoir glisser en bas à un coup plus fort de vent, où, à la contre-heure, même les lézards et les serpents, il leur manquait l’envie de se glisser dans un buisson de sorgho ou de se cacher sous une pierre, résignés,inertes, à leur destin, quel qu’il fût. Et surtout, il aimait contempler les lits de ce qui autrefois était fleuves et torrents, c’est du moins ainsi que s’obstinaient à les appeler les cartes routières, Ipsas, Salsetto, Kokalos, alors que ce n’était plus maintenant qu’une file de pierres blanches de chaux, de plates caillasses poussiéreuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ColchikColchik   31 octobre 2018
– Mimì, au milieu de toutes les conneries que tu as dites, l’autre jour, t’en as dit une qui n’était pas con. À savoir qu’il tue en augmentant les enchères. C’est ce qui m’inquiète. Un poisson, un poulet, un chien, une chèvre, un âne. Et maintenant, de quel animal ça va être le tour ?
– Bah, fit Mimì, à un certain point, il va devoir s’arrêter, forcément. Par chez nous, il n’y a pas d’éléphants.
Il n’y eut que lui à rire de sa réplique.
– Peut-être vaudrait-il mieux avertir le Questeur, dit Fazio.
– Peut-être vaudrait-il mieux avertir la SPA, dit Mimì qui, quand lui venait le sbromo, l’esprit de galéjer, n’arrivait plus à s’arrêter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ColchikColchik   31 octobre 2018
Il entra dans la même vaste salle que l’autre fois, remplie de livres disposés de toutes parts, en piles jusqu’au plafond, par terre, sur les meubles, sur les chaises. Le curé (ou le non-curé) était assis à sa place habituelle derrière une table bancale, avec dans la bouche un gigantesque thermomètre.
– Je me prends la fièvre, dit Alcide Maraventano.
– Et qu’est-ce que ce thermomètre ? ne put s’empêcher de demander le commissaire, ahuri.
– C’est un thermomètre à moût. Après, je fais une règle de trois, dit le curé (ou le non-curé) en se l’ôtant un instant de la bouche pour l’y remettre aussitôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ColchikColchik   31 octobre 2018
– Qu’est-ce qu’il a en tête de venir faire ici ? demanda Augello, presque pour lui-même.
– Mimì, dit Montalbano, tu as déjà vu comment elles font, les mouches, à la campagne ? Elles volent, elles volent et dès qu’elles voient un beau caca, elles se posent dessus. Et chez nous, au jour d’aujourd’hui, il y a tellement de beaux, gros cacas disponibles. Visiblement, le bruit s’est répandu et les mouches arrivent même d’au-delà des océans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Andrea Camilleri (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andrea Camilleri
Interview de Andrea Camilleri.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : Sicile (Italie)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

la vie et les polars d'Andrea Camilleri

Andrea Camilleri est né en Sicile en 1925. Il s'est mis au polar sur le tard, avec un très grand succès. C'était en :

1985
1992
1994
1998

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Andrea CamilleriCréer un quiz sur ce livre
.. ..