AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Brigitte Pérol (Traducteur)
EAN : 9782070405657
496 pages
Éditeur : Gallimard (01/03/2001)
4/5   14 notes
Résumé :

L'espace de quelques brèves années, le jeune homme Proust sut être heureux. Mais il découvrit, peu à peu, qu'il était un être de souffrance, telles ces " colombes poignardées " longuement contemplées dans un jardin parisien. Dès lors, il s'abandonna à l'asthme, son " mal sacré ", dont il souffrait depuis l'enfance, et dont il fit un rituel qui transforma radicalement sa vie. Reclus dans sa chambr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ivredelivres
  06 novembre 2011
Vous n'avez jamais lu La Recherche, vous avez été tenté mais ... vous avez commencé et vous êtes enfui à toutes jambes ....Voilà un livre fait pour vous.
Après le témoignage de Céleste, une analyse subtile qui déclenche l'envie de lire Proust ou apporte un plaisir renouvelé à sa lecture.
Essai d'un érudit, d' un esthète, d'un admirateur intransigeant, d'un écrivain d'un rare talent. Je vous assure que je n'exagère pas du tout.
Le livre se divise en deux temps distincts, les premiers chapitres ont la forme de la biographie, mais une bio sautillante car le respect de la chronologie n'est pas le fort de Pietro Citati.
Ce qui l'intéresse et qui du coup intéresse son lecteur ce sont les à côtés, les moments clé de la vie de Proust, ceux qui ensuite vont se retrouver dans son oeuvre et servir de trame à la Recherche.
Pietro Citati nous invite à découvrir un homme pour qui le bonheur est le centre, l'essence même de son écriture.
Je vous vois tressauter derrière votre écran ! quoi Proust amateur de bonheur ! lui qui dissèque pendant des pages sa quasi agonie lorsque sa mère ne lui donne pas le baiser du soir ?
Oui ce Proust là, dont Pietro Citati nous dit que son envie de bonheur était tellement intense qu'elle en était douloureuse. D'une façon inattendue il rapproche Proust de Tolstoï dans cette course effrénée vers la vie et le bonheur.
A travers des anecdotes, des épisodes de la vie de Marcel Proust il donne à voir cette réalité. Les relations avec sa mère, qui refusait tout ce que son fils était « l'emphase, l'exagération, la tragédie, le dévoilement de soi » les relations avec les autres qui toutes étaient blessure car « la douleur est l'arme véritable pour pénétrer dans le coeur des autres. »
On voit Proust au travail, Proust en pleine crise d'asthme, Proust devant les tableaux de Chardin ou de Vermeer, Proust se gorgeant de musique.
Pietro Citati nous invite dans son intimité avec ses amis, ses amants : Reynaldo Hahn, Antoine Bibesco, Anna de Noailles.
La seconde partie Autour de la recherche est une analyse de l'oeuvre, une recherche sur la Recherche, en découvrir les mécanismes, en comprendre les rouages. Voir se construire cette cathédrale somptueuse :
« La Recherche est une oeuvre unique. Si nous lisons Wilhelm Meister, Crime et Châtiments, Anna Karénine, les Démons ou L'homme sans qualités, nous découvrons que l'oeuvre grandit d'abord comme un arbre ou un taillis, sans posséder encore une architecture, ou une théorie sur elle-même. »
Pour la Recherche il en va autrement « Toute l'énorme masse narrative s'y dissimule, comme un germe qui deviendra arbre, forêt, continent. »
Proust voulait écrire un roman avec des « essences » des « gouttes de lumière » et son oeuvre « tente de réunir en elle toutes les traditions la littérature. »
Effort prodigieux de Marcel Proust car nous dit Pietro Citati
« Pour écrire un livre aussi démesuré, Proust avait l'impression de devoir se multiplier. Il lui fallait faire appel à tous ses sens : la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût, le toucher »
Proust l'écrivain du temps « Nous connaissons tous le temps, tous nous vivons immergés en lui, et nous entendons le lent bruissement qui l'accompagne et nous enveloppe tandis que nous pénétrons en lui » mais quelle différence avec d'autres écrivains du temps « Stevenson reproduit sa légèreté rapide, Flaubert sa continuité monotone, Hardy sa laborieuse épaisseur, Proust la mélodie des événements. »
Ce livre est un monument d'admiration pour un auteur, le Proust portraitiste, le Proust maître du dialogue, le Proust ironiste mais aussi le ténébreux et presque frère de Dostoïevski.
Je vous laisse en compagnie de Citati qui je l'espère finira de vous convaincre de glisser ce livre dans votre bibliothèque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          73
frandj
  06 octobre 2018
Attention, chef d'oeuvre ! Ce livre dest vraiment à la hauteur des deux grands sujets imbriqués qu'il s'est fixés: la personne de Marcel Proust, et en même temps son oeuvre qui constitue l'un des plus grands monuments de la littérature française – mais pas la plus facile à lire. "La colombe poignardée" détaille avec finesse toutes les particularités de Proust et ses nombreux échos dans les romans qu'il a écrits. Et surtout Pietro Citati le fait « avec la manière » dans un style souvent magnifique.
Le personnage lui-même est absolument fascinant: génial et complexe, chroniquement malade, écorché vif, émouvant dans sa faiblesse, assez ambitieux pour oser dire: « Je veux que, dans la littérature, mon oeuvre représente une cathédrale. Voilà pourquoi ce n'est jamais fini ». Proust avait ses petits bonheurs, certes, mais il n'était pas fait pour être heureux; on lit par exemple: « Il bénissait la maladie qui le faisait souffrir: elle ne servait à rien ni à personne, mais lui évitait la douleur plus grande que lui auraient causé la santé et le bien-être ». Le lien si fort et si ancien qui l'attachait à sa mère – bien connu de ses lecteurs – avait scellé pour toujours son destin. Bien sûr, il l'a influencé aussi dans son orientation sexuelle. In fine, la part de tragique dans sa personnalité est illustrée, notamment, par sa mort survenue à l'âge de 51 ans, empêchant toute tentative de parachèvement de "La Recherche".
Ce livre ne doit surtout pas être considéré comme un "digest" destiné à étudier Proust d'une manière scolaire. D'abord parce qu'il est long (380 pages serrées) et très détaillé, témoignant d'une immense érudition. Et parce que Pietro Citati donne de l'écrivain sa vision toute personnelle, empreinte d'une évidente empathie. Enfin parce que, par elle-même, "La colombe poignardée" peut être regardée comme une belle oeuvre littéraire à part entière. Que l'on ait lu tout Proust, ou non, cet ouvrage mérite d'être dégusté et médité. Et c'est évidemment une invitation à lire ou à relire "La Recherche".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DidierLarepe
  05 juillet 2017
Un très beau livre sur Marcel Proust et sa Recherche, une présentation limpide et touffue de cet étrange personnage, Marcel, le Narrateur et Marcel Proust, trois hommes en un en un inextricable roman qui se lit et se livre comme une cathédrale qui aurait pu s'engloutir, sur la bataille que livra Proust contre la mort et avec elle pour écrire ce qui est certainement le plus grand roman du 20ème siècle et même au-delà, ce livre, roman, autobiographie, recueil de critiques, portrait d'une époque et de ses personnages qui est tout sauf ce que l'on veut en faire trop vite, trop souvent, ni des mémoires, ni une chronique des salons aristocratiques mais qui, s'appuyant sur ce fragile édifice écrit ce qu'est la vie, une vie, toutes les vies pour peu que l'on en dépasse l'apparence.
"Longtemps je me suis couché de bonheur"... et le livre commence pour ne jamais s'arrêter comme une immense boucle jamais achevée.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
AntonyMAntonyM   31 juillet 2017
Dans Guerre et Paix de Tolstoï, le prince André est gravement blessé pendant la bataille d'Austerlitz. Au-dessus de sa tête, il n'y a que le ciel: un ciel haut, non limpide mais cependant immensément haut et immensément calme, ou glissent silencieusement des nuages gris derrière lesquels transparaît, nuancée d'azur, une profondeur infinie.

"Quel silence, quelle paix et quelle majesté ! songeait le prince André. Ce n'est plus du tout comme lorsque je courais, plus du tout comme lorsque nous courions, criions et nous battions. (...) Ce n'est pas du tout ainsi que glissent les nuages dans ce ciel infiniment haut. Comment se fait il que je ne voyais pas auparavant ce ciel infini ? Et quelle joie de le connaître enfin ! Oui, tout est vanité, tout est mensonge à part ce ciel. Rien n'existe que lui ..."

Que signifie ce ciel si haut et si serein qui soudain emplit l'esprit du prince André ? Que veut dire ce calme profond qui brusquement interrompt le tumulte de l'histoire et la marche du roman ? Que nous confie cette vision extatique d'un mystérieux au-delà ? Nous sommes en face de la plus grande des révélations religieuses qui illumine l'esprit du prince André : la seule à laquelle il puisse atteindre à travers son rationalisme mathématique exacerbé. A ce moment, dans le calme et par les trouées des nuages, il découvre un Dieu "indéfini et insondable, suprême et inconcevable", un Dieu obscur comme celui de la théologie négative, que nul d'entre nous ne peut exprimer par des mots ou des images, et dont seule la sérénité vide du ciel peut offrir une image visible. Nous ne savons pas s'il faut l'appeler Dieu, ou le grand Tout, ou un Dieu omniprésent, du Dieu-nature, du Dieu-plénitude, du Dieu créateur de Pierre Bézoukhov : si ce vide a absorbé toutes choses en lui, il les a réduites à rien et les a changées en illusion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ivredelivresivredelivres   06 novembre 2011
La Recherche est une oeuvre unique. Si nous lisons Wilhelm Meister, Crime et Châtiments, Anna Karénine, les Démons ou L’homme sans qualités, nous découvrons que l’oeuvre grandit d’abord comme un arbre ou un taillis, sans posséder encore une architecture, ou une théorie sur elle-même.
Commenter  J’apprécie          30
ivredelivresivredelivres   06 novembre 2011
Nous sommes parvenus ici, vers la fin du temps retrouvé; nous avons lu des milliers de pages, sans comprendre les signes, les indices, les avertissements, les révélations inachevées, les clartés dans l’ombre; des épisodes entiers reçoivent maintenant leur signification : nous n’avions même pas compris les premières pages ; il nous faut maintenant revenir en arrière, déchiffrer Longtemps je me suis couché de bonne heure , puis relire tout le livre, tandis que Marcel commence à écrire le sien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
frandjfrandj   05 octobre 2018
(p. 228-229)

Et puis – aimée, haïe, désirée, redoutée – la mort vint. (…) Il refusa tous les traitements des médecins, et pratiquement toute alimentation. Il ne cherchait pas à se suicider, comme l’en ont soupçonné certains. Il voulait vaincre la mort tout seul, avec les forces immenses de son livre et celle que, de loin, sa mère lui prêtait: sans prier, sans pleurer, sans gémir, sans parler, sans appeler à l’aide. Ce fut une folie. Il aurait suffi d’un traitement médical pour lui permettre de vivre et de terminer la Recherche, encore si pleine de vides, de discordances, d’arcs ouverts sur les abîmes, de clochers à demi dressés. Ce fut une folie: la dernière, simplement, d’un homme qui, toute sa vie, fut dévoré du désir de l’impossible, de l’immense et de l’extrême.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ivredelivresivredelivres   06 novembre 2011
Pour écrire un livre aussi démesuré, Proust avait l’impression de devoir se multiplier. Il lui fallait faire appel à tous ses sens : la vue, l’ouïe, l’odorat, le goût, le toucher
Commenter  J’apprécie          30

Video de Pietro Citati (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pietro Citati : Portraits de femmes
Entre Paris et Venise, à bord du Venice Simplon Orient Express, Olivier BARROT présente le livre de Pietro CITATI "Portraits de femmes" publié dans la collection Folio. L'écrivain italien y fait le portrait de femmes célèbres comme Jane Austen, Lou Andréa Salomé, Virginia Woolf ou Katherine Mansfield.Ce sujet est illustré par des photographies de Pietro CITATI et de ses héroïnes.
autres livres classés : asthmeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1203 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre