AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Brigitte Pérol (Traducteur)
EAN : 9782070405657
496 pages
Gallimard (01/03/2001)
4.28/5   20 notes
Résumé :

L'espace de quelques brèves années, le jeune homme Proust sut être heureux. Mais il découvrit, peu à peu, qu'il était un être de souffrance, telles ces " colombes poignardées " longuement contemplées dans un jardin parisien. Dès lors, il s'abandonna à l'asthme, son " mal sacré ", dont il souffrait depuis l'enfance, et dont il fit un rituel qui transforma radicalement sa vie. Reclus dans sa chambr... >Voir plus
Que lire après La colombe poignardéeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
"La colombe poignardée" est un chef-d'oeuvre.

Il ne s'agit pas d'une biographie, comme l'explique l'auteur, Pietro Citati, dans une note de fin d'ouvrage. Il ne s'agit pas non plus d'un roman. Il s'agit plutôt d'un essai méditatif qui a pour prétexte, objet, finalité, l'oeuvre de Proust

Citati a un très beau style, très prenant ( la traduction de l'italien est de Brigitte Perol) ; un immense respect de l'oeuvre et de l'homme, qui n'exclut pas critiques et lucidité. On savoure des passages absolument fastueux.

Pietro Citati est un grand auteur, son approche de la littérature est une oeuvre d'art en elle-même. Il nous offre une clé érudite à la cathédrale proustienne, en toute modestie, en tout sens du partage. C'est fabuleux.

Pour profiter pleinement de ce lumineux pont qui nous mène "de l'autre côté", il faut déjà avoir une idée, même un peu confuse, de la Recherche. Avoir côtoyé ses personnages lors d'une première lecture, même lacunaire, même trop rapide (diable, c'est que c'est long...) : pourvu qu'on ait goûté les sentiers d'aubépines, les vagues de Cabourg, les Guermantes, Charlus, l'amour jaloux de Swan et de Marcel. Et même si on n'a pas tout compris.

Comment tout comprendre quand Proust mêle les époques, les souvenirs, les sensations ? Car Proust est à la recherche de l'Unité, et l'Unité est dans l'instant éternel qui parfois illumine nos vies, transversalement, à rebours, mais peut tout aussi bien ne jamais se présenter.

Proust est l'alchimiste qui transforme la Vie en Art. Pour cela plusieurs éléments clé : le sommeil, le rêve, la sensation, l'analogie.

Vous qui avez une idée de ce qu'est la Recherche, mais qui trouvez que tout cela "flotte" un peu, lisez Citati : c'est génial. C'est un ouvrage à garder sous la main et à ouvrir de temps à autres, au hasard du chemin.

On ne peut être plus amoureux que le sont Proust et Pietro Citati de l'art littéraire.
Commenter  J’apprécie          184
Vous n'avez jamais lu La Recherche, vous avez été tenté mais ... vous avez commencé et vous êtes enfui à toutes jambes ....Voilà un livre fait pour vous.
Après le témoignage de Céleste, une analyse subtile qui déclenche l'envie de lire Proust ou apporte un plaisir renouvelé à sa lecture.

Essai d'un érudit, d' un esthète, d'un admirateur intransigeant, d'un écrivain d'un rare talent. Je vous assure que je n'exagère pas du tout.

Le livre se divise en deux temps distincts, les premiers chapitres ont la forme de la biographie, mais une bio sautillante car le respect de la chronologie n'est pas le fort de Pietro Citati.
Ce qui l'intéresse et qui du coup intéresse son lecteur ce sont les à côtés, les moments clé de la vie de Proust, ceux qui ensuite vont se retrouver dans son oeuvre et servir de trame à la Recherche.
Pietro Citati nous invite à découvrir un homme pour qui le bonheur est le centre, l'essence même de son écriture.
Je vous vois tressauter derrière votre écran ! quoi Proust amateur de bonheur ! lui qui dissèque pendant des pages sa quasi agonie lorsque sa mère ne lui donne pas le baiser du soir ?
Oui ce Proust là, dont Pietro Citati nous dit que son envie de bonheur était tellement intense qu'elle en était douloureuse. D'une façon inattendue il rapproche Proust de Tolstoï dans cette course effrénée vers la vie et le bonheur.
A travers des anecdotes, des épisodes de la vie de Marcel Proust il donne à voir cette réalité. Les relations avec sa mère, qui refusait tout ce que son fils était « l'emphase, l'exagération, la tragédie, le dévoilement de soi » les relations avec les autres qui toutes étaient blessure car « la douleur est l'arme véritable pour pénétrer dans le coeur des autres. »
On voit Proust au travail, Proust en pleine crise d'asthme, Proust devant les tableaux de Chardin ou de Vermeer, Proust se gorgeant de musique.
Pietro Citati nous invite dans son intimité avec ses amis, ses amants : Reynaldo Hahn, Antoine Bibesco, Anna de Noailles.

La seconde partie Autour de la recherche est une analyse de l'oeuvre, une recherche sur la Recherche, en découvrir les mécanismes, en comprendre les rouages. Voir se construire cette cathédrale somptueuse :
« La Recherche est une oeuvre unique. Si nous lisons Wilhelm Meister, Crime et Châtiments, Anna Karénine, les Démons ou L'homme sans qualités, nous découvrons que l'oeuvre grandit d'abord comme un arbre ou un taillis, sans posséder encore une architecture, ou une théorie sur elle-même. »
Pour la Recherche il en va autrement « Toute l'énorme masse narrative s'y dissimule, comme un germe qui deviendra arbre, forêt, continent. »
Proust voulait écrire un roman avec des « essences » des « gouttes de lumière » et son oeuvre « tente de réunir en elle toutes les traditions la littérature. »
Effort prodigieux de Marcel Proust car nous dit Pietro Citati
« Pour écrire un livre aussi démesuré, Proust avait l'impression de devoir se multiplier. Il lui fallait faire appel à tous ses sens : la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût, le toucher »
Proust l'écrivain du temps « Nous connaissons tous le temps, tous nous vivons immergés en lui, et nous entendons le lent bruissement qui l'accompagne et nous enveloppe tandis que nous pénétrons en lui » mais quelle différence avec d'autres écrivains du temps « Stevenson reproduit sa légèreté rapide, Flaubert sa continuité monotone, Hardy sa laborieuse épaisseur, Proust la mélodie des événements. »
Ce livre est un monument d'admiration pour un auteur, le Proust portraitiste, le Proust maître du dialogue, le Proust ironiste mais aussi le ténébreux et presque frère de Dostoïevski.
Je vous laisse en compagnie de Citati qui je l'espère finira de vous convaincre de glisser ce livre dans votre bibliothèque.
Commenter  J’apprécie          123
Attention, chef d'oeuvre ! Ce livre est vraiment à la hauteur des deux grands sujets imbriqués qu'il s'est fixés: la personne de Marcel Proust, et en même temps son oeuvre qui constitue l'un des plus grands monuments de la littérature française – mais pas la plus facile à lire. "La colombe poignardée" détaille avec finesse toutes les particularités de Proust et ses nombreux échos dans les romans qu'il a écrits. Et surtout Pietro Citati le fait « avec la manière » dans un style souvent magnifique.

Le personnage lui-même est absolument fascinant: génial et complexe, chroniquement malade, écorché vif, émouvant dans sa faiblesse, assez ambitieux pour oser dire: « Je veux que, dans la littérature, mon oeuvre représente une cathédrale. Voilà pourquoi ce n'est jamais fini ». Proust avait ses petits bonheurs, certes, mais il n'était pas fait pour être heureux; on lit par exemple: « Il bénissait la maladie qui le faisait souffrir: elle ne servait à rien ni à personne, mais lui évitait la douleur plus grande que lui auraient causé la santé et le bien-être ». le lien si fort et si ancien qui l'attachait à sa mère – bien connu de ses lecteurs – avait scellé pour toujours son destin. Bien sûr, il l'a influencé aussi dans son orientation sexuelle. In fine, la part de tragique dans sa personnalité est illustrée, notamment, par sa mort survenue à l'âge de 51 ans, empêchant toute tentative de parachèvement de "La Recherche".

Ce livre ne doit surtout pas être considéré comme un "digest" destiné à étudier Proust d'une manière scolaire. D'abord parce qu'il est long (380 pages serrées) et très détaillé, témoignant d'une immense érudition. Et parce que Pietro Citati donne de l'écrivain sa vision toute personnelle, empreinte d'une évidente empathie. Enfin parce que, par elle-même, "La colombe poignardée" peut être regardée comme une belle oeuvre littéraire à part entière. Que l'on ait lu tout Proust, ou non, cet ouvrage mérite d'être dégusté et médité. Et c'est évidemment une invitation à lire ou à relire "La Recherche".
Commenter  J’apprécie          100
Un très beau livre sur Marcel Proust et sa Recherche, une présentation limpide et touffue de cet étrange personnage, Marcel, le Narrateur et Marcel Proust, trois hommes en un en un inextricable roman qui se lit et se livre comme une cathédrale qui aurait pu s'engloutir, sur la bataille que livra Proust contre la mort et avec elle pour écrire ce qui est certainement le plus grand roman du 20ème siècle et même au-delà, ce livre, roman, autobiographie, recueil de critiques, portrait d'une époque et de ses personnages qui est tout sauf ce que l'on veut en faire trop vite, trop souvent, ni des mémoires, ni une chronique des salons aristocratiques mais qui, s'appuyant sur ce fragile édifice écrit ce qu'est la vie, une vie, toutes les vies pour peu que l'on en dépasse l'apparence.
"Longtemps je me suis couché de bonheur"... et le livre commence pour ne jamais s'arrêter comme une immense boucle jamais achevée.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Chapitre consacré à Ruskin ;

Dans la lettre à Marie Nordlinger où il parlait des ruines de Jean Santeuil et de sa propre vie, Proust mentionnait une nouvelle apparemment secondaire : "Depuis une quinzaine de jours je m'occupe à un petit travail absolument différent de ce que je fais habituellement, à propos de Ruskin et de certaines cathédrales". En réalité, cela faisait quelque temps que Proust s'intéressait à Ruskin et lisait des ouvrages à son sujet. Mais à partir de 1899, ce fut un seul élan qui s'empara de lui pour de nombreuses années. Il lut presque tout Ruskin en français et en anglais ; comme il connaissait très peu l'anglais, il se fit aider par sa mère, par Marie Nordlinger et par différents amis. Il traduisit la Bible d'Amiens et Sésame et les lys, apprenant par cœur le premier de ces textes afin de le connaître avec une transparence absolue : il commenta les deux livres, écrivit un essai et un récit-essai qui leur servirent d'introduction. Il pénétra durablement dans le monde de Ruskin, le fit sien, l'absorba et l'assimila au point de devenir, pour un temps, une molécule de ce cosmos.

La nouvelle révélation fut annoncée dans un langage biblique, le langage de toutes les révélations sacrées et profanes. Les deux Testaments furent mis à contribution. Si Yahvé avait conduit les Israélites dans le désert, marchant devant eux sous la forme, le jour, d'une colonne de nuées et, la nuit, d'une colonne de feu, Ruskin était la colonne de feu qui le mènerait vers sa véritable patrie. Comme le Christ, Ruskin était la porte qui ferait accéder son esprit à des domaines où il n'avait pu pénétrer jusque-là. Comme le Christ, Ruskin était la vigne et la vie qui devaient l'enivrer et le vivifier. Il ne pouvait résister à sa séduction : il s'efforçait de ne pas lui résister : il n'était que fascination et vénération "Ruskin m'a intoxiqué" disait-il.

page 122/123
Commenter  J’apprécie          351
Au cours des mêmes mois, Proust s'était demandé, en rêve, si sa mère "comprendrait son livre". Quelle que pût être la réponse, il lui édifia un ardent monument funèbre : il fit d'elle le cœur et l'interlocutrice de son livre, l'enveloppa de lumière ; il l'évoqua avec une douceur, un déchirement inépuisables ; cette douceur qui ruisselle de la fontaine incessante de l'amour, laquelle "jaillit vers la vie éternelle", comme le dit Saint-Jean. Il l'évoqua dans toutes ses attitudes : avec sa parole embarrassée, sa voix altérée par l'aphasie, ou quand elle risquait timidement un air du chœur d'Esther, comme l'une des jeunes filles de Saint-Cyr, et semblait Esther elle-même, ou quand, d'un air distrait et indifférent, elle posait sur son lit un exemplaire du Figaro , ou encore dans sa chambre, assise à sa toilette, dans un grand peignoir blanc, ses cheveux noirs épars sur ses épaules ; ou lisant Georges Sans au chevet de son fils, de sa belle voix pleine de distinction, de générosité, de noblesse d'âme ; ou surtout - comble de la douceur - tandis qu'elle lui souriait de la fenêtre de l'hôtel de Venise et lui envoyait, du fond du cœur, tout son amour. Dans le Souvenir d'une matinée, il lui érigea pour la dernière fois ce monument funèbre. Plus tard dans La Recherche, la mort ne le séparerait plus d'elle, car il la rendrait immortelle.
Commenter  J’apprécie          343
La révolte contre Ruskin fut une révolte contre lui-même que Proust mena à fond, avec une sorte de nihilisme féroce. Il avait cru dans la beauté du monde extérieur, aussi bien dans les natures mortes de Chardin que dans le charme des lilas, des aubépines et des roses, ou dans les grandes cathédrales-livres. Il se disait maintenant, comme Emerson, que les choses ne sont belles que de cette part de "beauté infinie" que notre esprit amasse autour d'elles. Il avait cru dans la littérature, pensant comme Descartes qu'elle était "une conversation" avec les grands écrivains des siècles passés, et en avait éprouvé sur lui-même toutes les vertus curatives, imaginant que les livres répondaient à toutes nos questions. Il découvrait maintenant que la lecture "est au seuil de la vie spirituelle ; elle peut nous y introduire ; elle ne la constitue pas". Il n'est rien de pire que la passivité à laquelle elle nous invite, que cette vie en surface, dans un total oubli de notre moi profond : l'on imagine la vérité comme une chose matérielle, "déposée entre les feuillets des livres comme un miel tout préparé par les autres".
Commenter  J’apprécie          365
- Madame Jeanne Proust née Weil

Comme son père, elle aurait voulu lui imposer un mode de vie draconien, capable de vaincre sa neurasthénie. Un jour, une dispute éclata devant les domestiques. Le fils, furieux, claqua la porte vitrée de la salle à manger qui vola en éclats ; et, de retour dans sa chambre, volontairement ou par hasard, il brisa un vase de verre vénitien que sa mère lui avait offert. Jamais ils n'étaient allés aussi loin. Proust écrivit à sa mère une lettre d'excuses. Elle lui répondit par un billet : "Ne repensons plus et ne reparlons plus de cela. Le verre cassé ne sera plus que ce qu'il est au temple - le symbole de l'indissoluble union." Jeanne Weil faisait allusion à la cérémonie du mariage israélite où les nouveaux époux, après avoir bu du vin dans le même verre, brisent celui-ci ; et c'est la seule fois, à notre connaissance, où la mère rappelle un rite de sa foi abandonnée, oubliée et enfermée à jamais dans un recoin de sa mémoire. Ce souvenir est un sceau, le sceau de l'union indissoluble, de "l'unio mystica," qui liait la mère et le fils.

page 63
Commenter  J’apprécie          337
Voyage à Fontainebleau - besoin impératif de joindre sa mère au téléphone, denrée rare à cette époque.

Quoique Proust raconte ce qui lui était arrivé quelques minutes plus tôt, il n'a pas composé une page de journal, comme l'eût fait chacun de nous. Avec l'invraisemblable ambiguïté des grands écrivains, il détacha de lui ces expériences : il procéda à une élaboration artistique de la réalité, devint Jean Santeuil, changea Fontainebleau en Trouville, les demoiselles du téléphone en garçons, renversa l'ordre des évènements, afin d'atteindre à un effet de tension déchirante. Je crois que peu de circonstances nous mènent plus près du mystère de la création artistique.

................

La nuit, il dormit bien, sans prendre de somnifères et sans sa rituelle crise d'asthme : car la littérature, si elle nous livre sans défense aux assauts de la névrose, nous protège parfois, ironiquement, de ses tortures.


page 69
Commenter  J’apprécie          388

Video de Pietro Citati (1) Voir plusAjouter une vidéo

Pietro Citati : Portraits de femmes
Entre Paris et Venise, à bord du Venice Simplon Orient Express, Olivier BARROT présente le livre de Pietro CITATI "Portraits de femmes" publié dans la collection Folio. L'écrivain italien y fait le portrait de femmes célèbres comme Jane Austen, Lou Andréa Salomé, Virginia Woolf ou Katherine Mansfield.Ce sujet est illustré par des photographies de Pietro CITATI et de ses héroïnes.
Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (65) Voir plus



Quiz Voir plus

Pietro Citati (1930-2022)

Que signifie ce ciel si haut et si serein qui soudain emplit l'esprit du prince André ? Que veut dire ce calme profond qui brusquement interrompt le tumulte de l'histoire et la marche du roman ? Que nous confie cette vision extatique d'un mystérieux au-delà ? Nous sommes en face de la plus grande des révélations religieuses qui illumine l'esprit du prince André : la seule à laquelle il puisse atteindre à travers son rationalisme mathématique exacerbé.

Zelda et Francis Scott Fitzgerald
Marcel Proust
Franz Kafka
Katherine Mansfield
Léon Tolstoï

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Pietro CitatiCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..