AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791036631122
Lizzie (05/10/2023)
Édition audio (Voir tous les livres audio)
3.92/5   369 notes
Résumé :
Où trouver la force de se battre quand on a tout perdu?
Emprisonné à vie pour le meurtre de son fils, Matthew, 3 ans, David Burroughs s'est résigné à son sort. Même s'il n'a aucun souvenir de l’événement et que tout l'accuse - sa consommation d'alcool, son somnambulisme, jusqu'au témoignage d'une voisine-, il continue de croire en son innocence. Cinq ans plus après le drame, la visite de sa belle-sœur Rachel, journaliste d'investigation, lui redonne enfin un ... >Voir plus
Que lire après Sur tes tracesVoir plus
Alex Cross, tome 1 : Le masque de l'araignée par Patterson

Alex Cross

James Patterson

4.19★ (7255)

28 tomes

Alone par Gardner

Détective D.D. Warren

Lisa Gardner

4.16★ (29128)

13 tomes

Critiques, Analyses et Avis (88) Voir plus Ajouter une critique
3,92

sur 369 notes
Un Coben qui ressemble à ... un Coben
Des chapitres courts, du suspense, des rebondissements, le besoin de savoir qui fait tourner les pages.

Un homme en prison pour le meurtre sauvage de son fils, une visite, la première en 5 ans. C'est sa belle-soeur qui lui montre une photo, un enfant à l'arrière-plan. Pourrait-il s'agir du sien ?

J'en avais lu un certain nombre, mais je n'ai pas été vraiment convaincu par celui-ci. Des rebondissements un peu gros, un duo d'agents spéciaux qui m'ont un peu horripilée, et une sensation de déjà lu.

Est-il moins bon que certains que j'ai lus, sûrement. Ai-je eu l'impression de relire la même histoire, aussi. Mes gouts ont-ils un peu changé, sûrement aussi. Mais c'était un cadeau de Noël :-)
Une lecture qui ne laissera pas beaucoup de traces, mais qui m'a quand même tenu en haleine
Commenter  J’apprécie          5816

- Regarde attentivement cette photo, David, tu ne remarques rien de particulier ?
J'examine attentivement le parc d'attractions sur le cliché de Rachel, mon ex-belle soeur. Cette partie de devinettes est bienvenue pour chasser la morosité ambiante de la prison dans laquelle je suis enfermé depuis cinq ans.
D'abord, je n'y distingue rien de particulier et puis, dans un éclair de génie, je LE vois enfin.
- Là, dans le ciel, ce nuage... commençais-je à proposer, un sourire au coin des lèvres. Il ressemble à un mouton.
- Tu dis n'importe quoi David. Observe mieux en bas à droite, le petit garçon.
Je distingue alors, tenant la main d'un adulte hors cadre : un affreux petit bonhomme d'environ huit ans couvert de verrues poilues sur le visage.
- Han mais qu'il est vilain ! me moquais-je.
- David ? Je crois que c'est Matthew ce garçon. Tu ne le reconnais vraiment pas ?

Je commence à gamberger.
Matthew est mon fils, et il est mort cinq ans auparavant. Je m'en souviens, c'est pour son meurtre que j'ai été jugé et que j'ai été condamné à perpétuité. Et puis tous les indices menaient à moi. Perso, je me souvenais pas trop l'avoir massacré à coups de batte de base-ball mais j'avais un peu picolé et une voisine m'avait vu enterrer l'arme du crime cette nuit-là. Et puis j'avais toujours eu une totale confiance dans le système judiciaire des Etats-Unis, donc si les jurés m'avaient déclaré coupable c'est que je méritais cette condamnation.
Mais bon voilà, mon fils avait lui aussi des verrues poilues, et j'ai alors compris qu'il me fallait le retrouver par tous les moyens possibles, le sauver des griffes de ses ravisseurs, et accessoirement identifier la véritable victime.
En parvenant à prouver mon innocence, je toucherai tellement de dommages et intérêts qu'une nouvelle vie de luxe et de débauche m'ouvrait grand ses portes.
Et pour ce faire, il fallait que je sorte d'ici.

- Rachel ? Préviens immédiatement mon frère s'il te plaît.
- Qui donc ?
- Michaël. Dis lui de se faire tatouer un plan de la prison sur tout le corps puis de faire un braquage afin qu'il puisse me rejoindre dans ce trou à rats et m'aider à me faire évader.
- Mais David, tu n'as pas de frère ! Je sais que c'est beaucoup d'émotions d'un coup mais nous ne somme pas dans Prison Break.

- Mais alors comment vais-je faire pour m'échapper d'ici ? Je suis détenu en quartier de haute sécurité. Tu as un plan ?
- Bien sûr que j'ai un plan David.
Rachel me tend alors le dernier roman d'Harlan Coben, Sur tes traces. Je l'ouvre discrètement, m'attendant à y trouver une arme cachée entre les pages. Un rasoir, un revolver, pourquoi pas un hélicoptère pour faciliter mon évasion mais il n'y a rien, c'est juste un livre avec plein de pages et encore plus de mots. Je regarde ma belle-soeur, m'interrogeant sur son plan foireux. Elle m'explique avec un clin d'oeil que tout est dans le thriller, que c'est mon histoire qui y est relatée, et que je n'ai plus qu'à m'inspirer de ce roman désormais pour retrouver les chemins qui mèneront à mon fiston, à mon innocence, à ma liberté et surtout à tous mes millions de dollars.
Nous nous donnons rendez-vous ici-même au parloir dès le lendemain afin de peaufiner notre plan d'escapade une fois ma lecture achevée.

J'échange avec Ross, un des détenus, une barre de nougatti contre une lampe de poche. Toute la nuit je m'imprègne sous la fine couverture rongée par les mites de chaque page de suspense concoctée par Harlan Coben. Alors je sais que je suis un peu hors sujet en me permettant de donner brièvement un avis, mais j'étais ravi qu'il sorte un nouveau one shot. Pas de Wilde, pas de Myron Bolitar, une brève allusion à Win et une apparition d'Hemster Crimstein pour bien rappeler au lecteur qu'il est dans son univers.
On ne change pas une intrigue qui gagne, et l'auteur part encore d'un insoluble mystère ferrant son lecteur d'entrée de jeu jusqu'à la résolution de l'énigme.
Dans Ne le dis à personne, une femme tuée huit ans auparavant par un sociopathe réapparaît aujourd'hui sur une vidéo sous les yeux de son veuf pour qui la réalité bascule et qui va devoir reconstituer les évènements.
Dans Sur tes traces, écrit vingt-deux ans après, un père aperçoit une photo de son fils sauvagement assassiné cinq ans plus tôt et lui aussi va devoir reconstituer le puzzle des évènements. Mais il part avec un léger handicap supplémentaire : Il est incarcéré.
Je n'ai aucun mal à m'identifier au personnage.
Les pages s'avalent, mais je ne peux pas vous parler de ce roman comme d'une histoire dans laquelle l'auteur est parvenu à se renouveler.
Un peu moins d'humour que d'habitude peut-être, même si les joutes verbales des deux agents spéciaux du FBI valent parfois le détour.
Quelques passages prêtent à sourire malgré tout, faisant un peu retomber la tension du lecteur.
"Certaines choses changent, mais d'une certaine manière tout reste immuable.
Je crois que la fatigue me rend philosophe."
"Entre le bien et le mal, nous choisissons tous le bien, sauf si cela va à l'encontre de nos intérêts."
Le seul aspect qui se distingue un tant soit peu du reste de la bibliographie de l'écrivain de soixante-et-un ans, c'est la simplicité de sa trame. Alors qu'en temps normal tout s'entremêle et se complexifie, que l'on nage dans un labyrinthe de pistes, ici c'est beaucoup plus simple de s'y retrouver : Oui-oui est en prison, Oui-oui est sur une fausse piste, La résolution du mystère Oui-oui. Ça reste évidemment rythmé et inattendu, mais plus en demi-teinte que ce à quoi nous étions habitués.

- Alors, tu as eu le temps de lire le roman David ?
- Oui, lui répondis-je, les yeux cernés par cette nuit presque blanche.
- Alors, qu'est-ce que tu penses de mettre en application ce stratagème infaillible pour qu'on puisse mener notre petite enquête à l'extérieur tous les deux ?
- Euh, je ne pense pas qu'on ait lu le même livre Rachel. Une partie de ton plan consiste donc à me laisser me battre avec un cannibale dégénéré et affamé qui me laissera à l'infirmerie ? Et une autre à tenter d'échapper à un gardien ripoux qui va vouloir m'abattre ? Tu n'as rien trouvé de mieux comme idée ?
- Alors excuse-moi, mais c'est la seule solution pour convaincre le directeur de la prison de t'aider.
- Mais tu sais que le directeur ici n'est pas mon parrain ni l'ami de mon père ? Qu'il ne va pas lever le petit doigt ?
- Il n'est pas trop tard pour te faire baptiser tu sais.
- Rachel, la prochaine fois tu pourras me ramener Les évadés de Stephen King ? Ou le comte de Monte-Cristo ? Ou l'échappé d'Alcatraz de J. Campbell Bruce ? Qu'on puisse se pencher sur des scénarios plus réalistes ? Je te remercie.

Commenter  J’apprécie          316
Harlan Coben est le premier auteur que j'ai découvert en audio il y a plus de quinze ans et, depuis j'ai pris l'habitude de découvrir ses ouvrages sous ce format et j'avoue n'avoir jamais été déçue.

Pourtant au début de l'écoute de "sur tes traces" j'ai cru que j'allais abandonner cette écoute. Je trouvais complétement invraisemblable l'idée de départ selon laquelle David Burroughs, un homme emprisonné pour le meurtre de son fils (dont il n'avait aucun souvenir de l'avoir commis) puisse penser que celui-ci serait finalement vivant après avoir vu un enfant lui ressemblant sur un cliché photographique pris quelques années plus tard. Et pourtant, il n'y a que Harlan Coben pour nous proposer quelque chose d'assez invraisemblable pour écrire une histoire qui va finalement marcher. Finalement en reprenant cette écoute quelques temps après, je me suis surprise à être captivée par ce roman et à le dévorer.

J'ai trouvé que la voix de Sylvain Agaësse que j'avais découvert en écoutant "la constance du prédateur" de Maxime Chattam apportait quelque chose au personnage de David Burroughs et a su rendre vivant le récit.

Concernant l'histoire en elle-même, j'ai envie de vous dire qu'Harlan Coben a su nous faire du Harlan Coben et que finalement, on se retrouve plongé dans une intrigue tirée par les cheveux qui fonctionne parfaitement.

Je tiens à remercier les Éditions Lizzie et Netgalley France pour la découverte du dernier livre de l'auteur. Je suis contente d'avoir persévéré dans cette écoute et finalement, je retiens qu'il ne faut pas hésiter à laisser une deuxième chance à ses livres ou ses textes lus car on peut finalement être surpris.
Commenter  J’apprécie          340
Harlan Coben fait du Coben, ce n'est pas une surprise. Sur tes traces est une énième variation autour d'une disparition d'enfant. Et pourtant, ça marche toujours. L'auteur a trouvé encore une fois une déclinaison qui lui a permis de développer une histoire bien prenante.

Son idée de départ est jusqu'au-boutiste. L'enfant en question est mort et enterré, son décès acté officiellement. Et pourtant, un grain de sable, l'arrière plan d'une photo, fait que le doute s'installe. Cinq ans après. Pour un gamin de 3 ans à l'époque, c'est l'équivalent d'une vie entière.

De ce postulat qui semble impossible, l'écrivain déroule sa partition, avec une jubilation visible. Comment se sortir d'un tel guêpier scénaristique ?

Surtout quand l'assassin est en prison. le père, le narrateur principal du récit. Qui n'a aucun souvenir de la soirée du drame, mais sent dans ses tripes qu'il ne peut pas être le coupable. Mais quand, même un témoin direct l'a accablé…

L'auteur américain, très joueur, complique encore l'affaire puisqu'il imagine ce père devoir s'évader pour enquêter. Casse-tête assuré, assumé, qui donne tout son piquant à l'intrigue.

Oui, certaines ficelles sont grosses, mais l'histoire s'avère une fois de plus surprenante. Avec des directions prises qui sont totalement impossibles à anticiper. C'est bien là l'une des raisons d'être de ce genre de roman, et il coche toutes les cases.

On peut même dire que l'intrigue est globalement moins alambiquée que beaucoup d'autres de l'auteur, plus en prise directe, davantage dans l'action. Avec une accumulation de scènes franchement inattendues, dont une bonne partie en huis clos au sein d'une prison de haute sécurité.

La machinerie Coben se met en place, sur une courte échelle de temps, ramassée pour mieux suivre l'action de près.

Et, malgré ce rythme, l'auteur arrive tout de même faire que le lecteur s'identifie à ce père, ressente sa douleur. Avec des passages où l'écrivain reprends plusieurs de ses marottes, dont les valeurs familiales.

Le roman ne cherche pas à faire réfléchir sur le monde, même si l'auteur aime lancer quelques piques bien senties, mais fait appel à d'autres hémisphères cérébrales. Celles qui déclenchent l'empathie, celles aussi presque animales qui vous rapprochent viscéralement de ce père.

Voilà encore une histoire très cinématographique, qui possède vraiment les ingrédients pour en faire un film (prévoir un peu de budget pour certaines scènes).

Le ton est adapté à ce genre d'histoire, l'humour de l'auteur est toujours là mais avec une intensité différente selon les romans. Pour cette fois, c'est une composante un peu moins présente, mais il faut souligner les dialogues mettant en scène les deux enquêteurs du FBI. Des passages qui sont de vraies joutes verbales, vraiment drôles, et qui servent aussi à faire retomber la tension.

Oui cher Harlan Coben, on aime encore et toujours te suivre Sur tes traces, reconnaissables entre mille, mais qui arrivent tout de même à prendre quelques sentiers surprenants.

La cuvée 2023 n'est pas parmi les meilleures, mais s'avère bel et bien un bon moment de divertissement, très bien mené. La patte Coben est encore marquée.
Lien : https://gruznamur.com/2023/1..
Commenter  J’apprécie          302
On ne change pas une formule qui fonctionne ! Et Coben la possède et la maîtrise très bien cette formule.
Sur tes traces c'est David qui est en prison pour un infanticide. David a massacré littéralement son fils à coup de batte de baseball. Il semble, pour lui en tout cas, que ce soit impossible qu'il ait pu commettre l'irréparable. Il réussi presque à s'en convaincre et à accepter son sort de prisonnier détesté par ses congénères.
Jusqu'à ce que...Jusqu'à ce que sa belle soeur, Rachel, vienne le voir en prison lui qui avait toujours refusé les visites. Rachel lui présente une photo sur laquelle il croit reconnaitre son fils. Vieilli, bien entendu car 5 ans plus tard, mais bien sûr les mêmes yeux et la même tache de naissance sur la joue.
Dès lors, David n'aura de cesse de vouloir à tout prix s'évader et partir sur les traces de ce fils, disons ainsi, ressuscité.
Une narration efficace, des chapitres courts, un découpage 100% télévisuel, des contrecoups, des péripéties qui font en sorte que ma curiosité est agacée et que je veux savoir.
La recette est efficace et Harlan Coben l'aime et ne se gêne pas pour nous la remettre sur la table.
Merci beaucoup à NetGalley.fr et saluons l'excellente lecture de Sylvain Agaësse pour cet audio livre. #SURTESTRACES #NetGalleyFrance

Commenter  J’apprécie          300


critiques presse (2)
LeJournaldeQuebec
05 février 2024
L'écrivain américain Harlan Coben raconte l'histoire d'un homme incarcéré pour le meurtre de son fils, qui découvre que celui-ci est bien vivant.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
LeFigaro
24 novembre 2023
Son nouveau thriller, nerveux et efficace comme les précédents, ne devrait pas décevoir ses nombreux fans.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
J’en suis à ma cinquième année de détention : condamné à perpétuité pour avoir assassiné mon propre enfant.

Attention, ne vous méprenez pas, je n’ai rien fait de tel.

Mon fils Matthew avait trois ans au moment de sa mort brutale. Il était toute ma vie, puis du jour au lendemain, il n’était plus, et moi, j’ai pris perpète. C’était de toute façon une sentence à perpétuité, de perdre mon enfant, même si je n’avais pas été arrêté, jugé et condamné.

Vous vous demandez comment je peux clamer mon innocence ?

Mais parce que je suis innocent.
Commenter  J’apprécie          20
Je chuchote :
- Il faut que je sorte d’ici. Pour quelques jours en tout cas.
- Tu as perdu la tête ?
- Donnez-moi un congé de deuil ou quelque chose de ce genre.
- Cà ne s’applique pas aux criminels de ta catégorie.
Tu le sais très bien.
- Alors trouvez le moyen de me faire évader.
Cà le fait rire.
- Mais oui, bien sûr. Et bien si j‘y arrive, admettons, tu n’iras pas loin. Tu as tué un enfant, David. Ils vont t’abattre sans sommation.
- Ce n’est pas votre problème.
- Tu parles !
Commenter  J’apprécie          10
Les autres détenus forment un cercle autour de nous, bras dessus bras dessous… Un stratagème bien connu pour éloigner les gardiens. Mais quelque part au fond de moi, je sais que les matons n’interviendront pas. Du moins pas tout de suite. Pas tant que l’un de nous deux ne sera pas mis K-O. C’est plus sûr. Personne n’a envie de risquer sa peau.

Je suis livré à moi-même.
Commenter  J’apprécie          10
En prison ,le silence n'existe pas .
Commenter  J’apprécie          100
On apprend à cohabiter avec la douleur. On ne la combat pas. On l'accueille et on la laisse vivre en soi.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Harlan Coben (80) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Harlan Coben
Cet épisode a été enregistré avec des patients hospitalisés au Centre d'Activité Thérapeutique et d'Eveil à l'hôpital San Salvadour de l'AP-HP situé à Hyères à l'automne 2023.
Le livre lu dans cet épisode est « Ne le dis à personne » d'Harlan Coben paru aux éditions Pocket. Avec la participation de Baptiste Montaigne, champion du grand concours national de lecture « Si on lisait à voix haute » 2023 pour le générique, Benoit Artaud à la prise de son et montage.
Remerciements à Marie-Thérèse Poppe, éducatrice spécialisée au Centre d'Activité Thérapeutique et d'Eveil à l'hôpital San Salvadour, Paul Grégoire, éducateur spécialisé au Centre d'Activité Thérapeutique et d'Eveil à l'hôpital San Salvadour et Isabelle Michel, cadre socio-éducatif de l'hôpital San Salvadour à Hyères, ainsi qu'à Marcus Malte, écrivain.
 
*** Le Centre national du livre lance un programme en direction des hôpitaux, Mots parleurs, en partenariat avec l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP). Cette action s'inscrit dans la continuité des actions menées pour transmettre le goût de la lecture à tous et notamment aux publics éloignés du livre.Définitivement tournée vers la jeunesse, cette action vise à conjuguer lecture, écriture et mise en voix. Les adolescents et les jeunes adultes, en collaboration avec le personnel hospitalier, sont ainsi inviter à choisir un livre parmi une sélection, en lien avec la thématique de l'édition 2023 des Nuits de la lecture : la peur.
Pour cette première édition 2023, six établissements de l'AP-HP participent. Quatre établissements sont situés en Île-de-France et deux en région (Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nouvelle-Aquitaine). le projet se déroule de fin septembre 2023 à début janvier 2024. A partir d'un ouvrage sélectionné avec le personnel hospitalier, les adolescents et jeunes adultes sont amenés à choisir des extraits de textes pour les lire et les commenter. Sur la base du volontariat, Mots parleurs propose ainsi à des groupes de cinq à dix patients accompagnés de personnel soignant d'écrire et d'enregistrer leur production, au cours de six ateliers répartis dans différents hôpitaux. Ils débattent pour élire l'ouvrage qui constituera la matière de leur travail.
Afin de les guider dans la sélection des extraits, dans la rédaction et dans l'enregistrement du podcast, ils sont accompagnés par un écrivain ou un comédien, ainsi qu'un technicien du spectacle. Ce podcast, d'une trentaine de minute, sera ensuite mis à disposition de tous les patients et personnels soignants de l'AP-HP.
 
Suivez le CNL sur son site et les réseaux sociaux :
Site officiel : www.centrenationaldulivre.fr Facebook : Centre national du livre Twitter : @LeCNL Instagram : le_cnl Linkedin : Centre national du livre
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (988) Voir plus



Quiz Voir plus

Harlan Coben, presque...

Ne le ... à personne ?

dis
donne

5 questions
404 lecteurs ont répondu
Thème : Harlan CobenCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..