AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330143848
848 pages
Éditeur : Actes Sud (06/01/2021)
4.12/5   16 notes
Résumé :
Ce roman va vous parler de révolution, d'exil, d'illusions, de sororité, d'amour.
Son ambition est d'être une fresque de notre époque, une fresque de notre culture, un miroir des dilemmes et des paradoxes que chacun de nous doit s'employer à résoudre. Il est telle une interrogation sur ce que sont les moteurs et les motifs de nos vies.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
ChtiBaboun
  28 janvier 2021
A la fin de son livre Les lois de l'ascension  Céline Curiol rend hommage à  Paul Auster.
Hommage  naturel tellement la forme et le fond du livre sont " austerien"
Imposance "austerienne" avec ce livre de quelques 830 pages.
Austerien de situer l'action principalement à Belleville - Paris, tout comme Paul Auster fait vivre Brooklyn ou New York.
Et puis la forme... six personnages que l'on retrouve à quatre saisons différentes de 2015 /2016. Un peu comme les 4 Ferguson du roman 4 3 2 1de Paul Auster.
Et le même sens des personnages secondaires et des digressions  sur des sujets superficiels ou au contraire très actuels et graves.
Donc nous sommes à  Belleville a l'été  2015 et nous allons suivre la vie de six personnages. Suivre leur vie est un grand mot.  Nous allons pour chacun  suivre une journée de leur vie sur quatre saisons en commençant par l'été et à terme ces quatre saisons nous raconterons six vies.
Je vous présente les 6 personnages
1/ Orna la quarantaine est journaliste dans un site d'infos sur Internet. Elle a une soeur qui s'appelle Selene.  Un soir en rentrant chez elle, elle découvre au pied de son immeuble un migrant ou un réfugié tunisien : Moncef. Orna suit une analyse chez le docteur Pavel. Elle est célibataire après avoir vécu quelques années  avec Oscar
2/ Selene soeur d'Orna est à Dubaï pour des entretiens d'embauche à l'université des Émirats Arabes Unis. Son domaine de prédilection : l'environnement.  Elle découvre à  Dubaï le travail des immigrés et leur manque de liberté.  Selene vit avec Porter.
3 /Hope travaille comme pickeur  ou pickeuse dans la logistique. Renvoyée car pas assez efficace.  Locataire de Veronica, veuve avec argent et bien immobilier. A besoin de se faire entendre car exploitée. Révoltée.
4 /Mode est un immigré sénégalais. 60 ans . A donner des cours de français dans diverses associations pour migrants. Intégré. Va rencontrer Orna qui est à la recherche de Moncef
A laissé une femme aimée au Sénégal :Houria
Fais une rencontre dans" la tranchée "avec un jeune dealer  qu'il prend pour Moncef
5/ Pavel est un psy en fin de carrière.  Divorcée de Ingrid. A une fille Léa.  Peu present.  A comme patiente Orna.  Sa femme de ménage Dounia lui demande de parler à son fils Mehdi qui glisse vers l'islamisme.
6 /Mehdi parle verlan. Totalement ouvert à un départ en Syrie. Mehdi est le jeune homme rencontré dans " la tranchée" par Modé.
Le décor est posé et Céline Curiol  va faire interagir ces six personnages. C'est ludique mais c'est surtout absolument maîtrisé.  Les événements  s'enchaînent sans fausses notes et nous voyons devant nos yeux se mettre en place les lois de l'ascension.
Ces lois de l'ascension qui sont totalement intégrées dans notre monde contemporain. Chaque personnage va se trouver confronté    à l'individualisme, la solidarité , le passage à l'acte. Mais tout est il ascension ?  En interagissant quel est notre niveau de responsabilité ou d'irresponsabilité.
Céline Curiol n'élude aucun des grands sujets :migrants ,réfugiés,  racisme, environnement, terrorisme ou encore révolte et révolution.
Son livre est foisonnant, pas toujours simple car les digressions peuvent être un peu prise de tête.  Mais on l'accepte tellement la réflexion est salutaire .
Arriver à être soi .Oser changer. Se changer soi , petitement avant de penser à changer les autres, le monde. Suivre une quête qui permettra d'être vivant et de réinvestir une indépendance d'esprit.
C'est le fil de ce roman inlassablement contemporain.
Sur des sujets équivalents et dans le même quartier de Belleville il faut lire le magnifique livre Arène de Négar Djavadi que j'ai chroniqué il y a quelques mois.
 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
motspourmots
  11 février 2021
Il faut avoir une bonne dose de courage pour envisager de poser sur les tables des librairies un beau pavé de 835 pages, à l'heure où les individus peinent à se concentrer, zappent toute la journée. Au risque de décourager certains critiques littéraires, mais heureusement pas les vrais. Il faut avoir du courage mais aussi une sacrée ambition pour construire ce fantastique roman choral et y enfermer quelque chose de l'air du temps, comme dans une bouteille destinée à traverser les décennies pour peut-être témoigner un jour de ce que furent les années 2015 et 2016, dans la France d'après-les-attentats. Ce que nous livre Céline Curiol est certainement le résultat d'un travail phénoménal ; je m'y suis glissée avec curiosité et j'ai apprécié l'intelligence du propos, la densité de l'ensemble, la profondeur des personnages qui reflètent chacun avec son histoire, une bonne part des questionnements contemporains. C'est passionnant.
Ils sont six. Six personnages que nous allons suivre à tour de rôle au cours de 4 journées, une par saison, le temps d'une révolution de la terre autour du soleil. Orna est responsable des contenus pour le site web d'un media, Sélène est prof et chercheuse en sciences de l'environnement, Hope a vingt ans et plus beaucoup d'illusions, Modé est au seuil de la retraite, Pavel est psychologue et Mehdi traine son ennui dans sa cité. Entre eux, les liens existent déjà ou vont se tisser au fil du récit, de façon plus ou moins proche, plus ou moins dramatique, mais suffisamment pour que l'on sente qu'ils font bien partie de la même communauté : celle des humains. Un septième personnage traverse toutes les pages : le vingtième arrondissement de Paris, et surtout le quartier de Belleville. Ce n'est pas anodin, cet espace est un melting-pot, à la fois repaire de "bobos" et campement pour sans abris. Cette confrontation est autant élément de contexte que représentative des situations des protagonistes en proie à des questionnements existentiels. Comment être au monde de façon juste ? Comment s'assurer d'être en phase avec ses aspirations profondes lorsque la vie est passée avec toutes ses injonctions contradictoires ? Comment reprendre le contrôle sur sa vie ?
Les lois de l'ascension est un roman qui s'inscrit dans le temps long en creusant les états d'esprit, les pensées, les états d'âmes et les failles de chaque protagoniste avec une impressionnante justesse. En s'interrogeant sur ce qui relie les hommes sans occulter les obstacles à commencer par les propres contradictions d'un même individu. En proposant une sorte de synthèse documentée sur ce qui compose notre société et ce que cela implique pour chacun. La dimension politique est prégnante, les questions clés autour de l'environnement, du travail, de l'insécurité, de l'accueil des réfugiés constituent la toile de fond sur laquelle se débattent Orna et sa recherche d'équilibre, Sélène et sa quête d'authenticité, Hope et sa quête de sens, Modé et ses aspirations à la poésie, Pavel et son désir de réconciliation, Mehdi et sa colère. L'auteure règle parfois la focale sur les corps, la façon dont ils habitent ou conquièrent leur espace, se cherchent, s'effleurent, s'évitent. La violence sous-tend le récit, celle des rapports sociaux, des conditions de travail, celle du rejet de l'autre. Et l'ensemble est une photographie assez saisissante de ce que nous sommes, dans toutes nos ambivalences.
J'ai pris mon temps. Ce roman n'est pas de ceux qui se lisent dans le métro ou entre deux rendez-vous, il nécessite de l'attention. Mais l'immersion est fascinante et la récompense est immédiate. L'intelligence se cache à chaque coin de page, mon paquet de post-it y est passé. Il y a matière à écrire une thèse sur ce livre, ce qui n'est pas l'objet de ce billet. Non, l'idée est simplement de dire que ce roman est impressionnant et qu'il vaut tout le temps qu'on lui consacre.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
jostein
  16 février 2021
Les lois de l'ascension est un roman polyphonique mettant en scène six personnages, trois femmes et trois hommes dans un quartier de Belleville. Au cours de ces quatre saisons de 2015, chacun verra sa trajectoire individuelle percutée par les aléas de la société. Orna, la journaliste et Sélène, l'enseignante sont soeurs mais les autres personnages ne se connaissent pas ou peu. Et pourtant, ils vont se rencontrer et influer sur la trajectoire des autres.
Tout commence un soir. Orna, rédactrice en chef adjointe dans une rédaction web d'une grande chaîne de télévision, rentre chez elle après huit heures de boulot intensives. Elle est démotivée par ce genre de travail qui préfère l'audience à la qualité de l'information.
« le métier de journaliste a changé, elle le sait; la mise en scène et la diffusion ont pris le pas sur la recherche d'informations. »
Devant la porte de son immeuble gît un corps inerte enveloppé dans une espèce d'édredon déchiré. Est-il mort? Ivre? Doit-elle appeler les pompiers, lui porter secours, le faire monter chez elle? Elle ne fait rien. Mais le regrettera.
Sa soeur, Sélène, l'appelle de Dubaï. L'enseignante en gestion de l'environnement n'aime pas cette ville où les riches gaspillent et exploitent les travailleurs immigrés.
« Cette ville représentait l'enfermement de l'homme dans la certitude qu'il était maître absolu et pouvait se passer de la nature pour vivre. »
Mais elle y postule pour un poste prestigieux à l'Université Murdoch. Brillante, elle est retenue pour le poste mais déclinera la proposition car son compagnon, un journaliste pour le New York Times refuse de mettre sa carrière en pause pour la suivre à Dubaï. Elle qui reprochait à sa soeur d'avoir sacrifié sa carrière pour sa vie personnelle, doit remettre ses ambitions sous une autre perspective.
Modé est sénégalais. Chaque matin, avant de se rendre à son travail dans une association pour réfugiés, il écrit quelques poèmes qu'il ne relit jamais. Ce matin-là, il ne se doute pas que l'heure de la pré-retraite a sonné. Que va-t-il faire de ses journées dorénavant?
« Il faut l'empathie, ce ciment précieux de toute congrégation humaine, cette empathie que capitalisme et technologies mettent en conserve aujourd'hui à des fins d'exploitation. Et finiront par l'épuiser comme la plupart des ressources! »
En ce dernier jour, il croise Orna, venue à l'Association pour tenter de retrouver l'homme qui gisait sur le palier de son immeuble.
Pavel est psychanaliste. Divorcé et père de Léa, une jeune fille qui passe son baccalauréat, il arrive en retard au bureau pour la première fois de sa vie. Orna, suite à ses problèmes de couple, d'infertilité et de non -reconnaissance par son père, fut autrefois sa cliente. Entre sa solitude amoureuse, la parution de son livre et sa riche clientèle exigeante, Pavel peine à trouver sens à sa vie.
Hope a arrêté ses études à Sciences Po pour travailler dans un entrepôt près d'Orléans. La jeune femme veut se soustraire à la corruption des privilèges, elle refuse le système d'éducation pour vivre sans compromission, sans ambition.
« En France, on gueulait pour défendre ses privilèges mais non l'idéal d'une vie meilleure, où meilleure ne signifierait pas « plus confortable » mais « plus intègre »! »
Mais licenciée, sa survie financière devient trop impérative pour être libre. Elle retourne vivre chez sa mère à Paris et suite à une tentative de suicide, elle prend rendez-vous chez Pavel, sur les conseils d'Orna. Elle veut s'incarner dans un acte politiquement militant.
Plus brièvement, nous croisons Mehdi, le fils de la femme de ménage de Pavel. Il vit dans un quartier défavorisé, s'exprime dans un langage familier de jeunes de la rue. Désoeuvré, il aurait besoin d'une figure paternelle. A défaut, il se tourne vers l'intégrisme. Pavel aurait dû le rencontrer mais son emploi du temps ne lui a pas permis d'honorer la promesse faite à sa femme de ménage.
Scientifique et littéraire, Céline Curiol construit un roman passionnant où l'intime se mêle aux problématiques du monde actuel. Monde du travail, relation hommes-femmes, couple, environnement, terrorisme, racisme, déterminisme, sont autant de problématiques abordées au sein d'un récit intelligent et sensible de la vie des ces six personnages. le nombre de pages peut impressionner mais nous vivons chaque pensée intime, chaque mouvement des six personnages. Sans jamais pour moi être fastidieux grâce à une fluidité naturelle et une capacité à dynamiser la narration.
Lien : https://surlaroutedejostein...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
liberliber
  09 février 2021
« Ouf » pourrait-on s'exclamer à lecture de ce pavé de 838 pages à l'ambition démesurée et à la construction très maîtrisée (peut-être trop...) qui rend hommage à Paul Auster. « Ouf » parce que « Les lois de l'ascension » est une forme de roman-monde qui embrasse tous les thèmes, les défis et les périls de nos sociétés contemporaines : l'islamisme radical, le terrorisme, le journalisme de l'urgence, le trop-plein d'informations et d'images, les réseaux sociaux, l'individualisme, les migrants, l'écologie, l'émotion vs la raison, la consommation effrénée, la mondialisation comme bienfait ou désastre, le capitalisme, le libéralisme, les bullshit jobs, les nouvelles formes d'engagement et de mobilisation, l'intelligence artificielle ... Jusqu'à, parfois, l'indigestion tellement le ton peut-être didactique et un brin manichéen.
Le récit s'étale sur quatre saisons des années 2015-2016 marquées par les attentats islamistes. Il s'articule autour de six personnages-archétypes :
Orna, la quarantaine, célibataire et sans enfants, est journaliste pour un site internet qui court après l'information qu'il transforme en « contenus » attractifs capteurs de clics synonymes de recettes publicitaires. Elle passe « pour une rigoriste rétrograde (…) qui ne pigeait rien aux enjeux nouveaux de la communication de masse ». Un jour, elle trouve un migrant devant son immeuble du quartier de Belleville. Rongée par la culpabilité parce qu'elle n'a rien fait pour l'aider, elle n'aura de cesse de le retrouver.
Sèlène est la soeur cadette d'Orna. Enseignante spécialisée dans l'environnement (serait-elle le double de l'auteure ?), elle est confrontée à un dilemme : accepter un poste à Dubaï quitte à perdre son compagnon ou rester à Paris auprès d'un amour voué à l'échec. Au-delà de ce choix cornélien, l'universitaire entend vérifier dans la pratique ses intuitions sur le rapport de l'homme à son environnement.
Hope a abandonné ses études à Sciences-Po et, pour survivre, est pickeuse dans un centre de distribution de l'Entrepôt qui ressemble étrangement à Amazon. L'obligation de s'assumer financièrement entrave ses aspirations à la liberté et ses envies d'activisme.
Modé, sénégalais d'origine, est installé en France depuis une quarantaine d'années. Après avoir travaillé pour l'Association, une structure qui vient en aide aux migrants, il devient bénévole la retraite venue tout en continuant à écrire de la poésie. Il vit seul.
Pavel est psychanalyste. Séparé de son épouse, il entretient avec sa fille adolescente des relations compliquées.
Mehdi est un adolescent en colère qui attend de l'islamisme le salut.
Tout ce petit monde va se croiser, se recroiser, s'aimer, se haïr, se comprendre ou pas...
Chacun est arrivé à un moment de son existence où il va faire des choix pour tenter de réaliser ses rêves, d'être un autre, peut-être quelqu'un de meilleur. Même si ces décisions sont déclenchées par le hasard d'un événement ou d'une rencontre.
Avec minutie, avec des phrases torturées et parfois lourdingues (« Il aime que l'ardeur de leurs ébats se dissolve lentement dans la torpeur de leurs endormissements coinjoints »), Céline Curiol décrit le moindre geste, la moindre pensée et les moindres désirs de ses protagonistes et j'ai apprécié cette forme d'omniscience dans le récit, cette capacité à saisir la psychologie des personnages.
En revanche, même si on peut être en accord avec l'auteure, j'ai été souvent éreintée par l'avalanche de prises de position insistantes et de poncifs sur les sujets politiques et sociétaux évoqués plus haut.
Est-on encore dans le registre de la littérature quand on utilise la forme romanesque pour diffuser et incarner sans filtre des opinions qui s'exprimeraient peut-être mieux dans un essai ou un pamphlet ? La question est posée...
Merci à Babelio et aux éditions Actes Sud pour cette lecture stimulante.
EXTRAITS
- Ce qui semble exister réellement n'est plus que ce qui peut se concevoir comme spectacle.
- Chacun se fixait une trajectoire mais tout parcours se jouait aux intersections.
Lien : http://papivore.net/litterat..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
fabiennebal
  23 février 2021
Céline Curiol : »Les lois de l'ascension ».
Amis lecteurs ne soyez pas effrayés par l'épaisseur de ce roman ! En effet la lecture des 837 pages est une aventure au long cours mais d'une telle profondeur et richesse !
Le roman se compose des quatre saisons des années 2015 et 2016 où évoluent six personnages du quartier de Belleville.Ces années vont bouleverser la vie de chacun et peu à peu leurs trajectoires personnelles vont se rencontrer au cours de quatre journées particulières de chaque saison.
On rencontre Orna, rédactrice d'un site web , qui trouve devant sa porte un corps inerte enveloppé dans une couverture ;elle ne lui porte pas secours mais avec regrets tentera de le retrouver . Selene, sa soeur , professeur en sciences de l'environnement, tente sa chance à Dubai, ville qu'elle déteste, pour un poste dans une prestigieuse université mais devra y renoncer par amour pour son compagnon. Mode, sénégalais travaillant pour une association de réfugiés et poète à ses heures voit sonner l'heure de la retraite et se retrouve désemparé. Pavel, psychanalyste divorcé et père de Léa, jeune fille de 18 ans, doute de son travail et de sa clientèle huppée mais exigeante sans trouver de sens à sa vie future. Mehdi, jeune désoeuvré de la banlieue et révolté se tourne vers l'intégrisme religieux, au grand désarroi de sa mère. Hope, étudiante dans une Grande École arrête brutalement ses études par quête de sens en voulant goûter à la vraie vie dans un entrepôt de vente internet mais exploitée et licenciée, doit se réfugier chez sa mère, pleine de colère .
Quelques liens existent dès le début entre ces personnages mais de nouveaux vont apparaître durant le roman dans ce quartier si particulier de Paris où se côtoient des populations diverses : des bourgeois aisés aux migrants sous des tentes à quelques rues près.
Ces récits multiples vont s'imbriquer de manière fluide ou de multiples questions vont surgir ; suis-je en phase avec moi-même ? Que faire de ma vie ? Où est la solidarité dans nos vies ? Quel est la place du travail ? Quelles sont ces fameuses lois de l'ascension ?
A travers tous ces personnages , l'auteur nous offre un document foisonnant sur notre société post-attentat de 2015 : elle y parle de racisme, des réfugiés, de l'environnement, du terrorisme, de l'intégrisme religieux. On peut s'interroger sur notre responsabilité et sur nos engagements respectifs pour changer ce monde .
Les personnages sont décrits précisément, dans leurs caractères, leurs pensées, leurs actions, leurs corps avec beaucoup d'intensité donnant des portraits justes et vivants, à travers des phrases amples aux multiples digressions comme une flânerie dans Belleville.
Il faut prendre du temps pour ce roman mais quelle richesse littéraire et quelle intelligence !
A savourer en prenant son temps, en se questionnant sans cesse.
Merci à Babelio ,à la Masse Critique et aux Éditions Actes Sud pour cette lecture.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ChtiBabounChtiBaboun   28 janvier 2021
Il faut l'empathie, ce ciment précieux de toute congrégation humaine, cette empathie que capitalisme et technologies mettent en conserve aujourd'hui à des fins d'exploitation. Et finiront par l'epuiser comme la plupart des ressources.
Commenter  J’apprécie          70
ChtiBabounChtiBaboun   28 janvier 2021
Il écrivait des poèmes dans des cahiers, ou pour le dire autrement, il apposait des bouts de traits sur des feuilles en espérant ainsi se grandir, se protéger de la laideur et de l'injustice, comme ces gosses qui, par leurs dessins, revoient les proportions du monde pour ne pas s'y sentir trop petit.
Commenter  J’apprécie          20
josteinjostein   16 février 2021
En France, on gueulait pour défendre ses privilèges mais non l’idéal d’une vie meilleure, où meilleure ne signifierait pas « plus confortable » mais « plus intègre »!
Commenter  J’apprécie          40
ChtiBabounChtiBaboun   28 janvier 2021
La question du temps est indissociable de celle de la révolution : qu'il soit le temps que l'on invoque ou celui qu'on réclame. Aujourd'hui c'est occupé que l'individu est supposé profiter de la vie.
Commenter  J’apprécie          20
josteinjostein   16 février 2021
D’autant que moins l’imagination d’une jeune personne était stimulée, moins celle-ci pouvait travestir le banal en aventure, tendant dès lors à s’engager dans la recherche de comportements extrêmes afin d’éprouver le frisson du risque.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Céline Curiol (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Céline Curiol
Céline Curiol lit un extrait de son roman LES LOIS DE L'ASCENSION.
autres livres classés : bellevilleVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2604 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre