AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070409846
161 pages
Éditeur : Gallimard (05/10/1999)

Note moyenne : 2.56/5 (sur 101 notes)
Résumé :
Le mari qui descend chercher du pain et ne revient jamais, c'est une chose qui arrive, aussi incroyable que cela paraisse !

Les faits divers l'attestent. La narratrice abandonnée peuple sa solitude de fantômes. Mais il ne s'agit pas de simples figures de style ou de symboles déprimants de sa nouvelle solitude.

Marie Darrieussecq, qui s'est rendue célèbre avec un premier roman "Truismes" évoquant la mutation d'une femme en truie, ne s'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  01 septembre 2012
Décidément, j'ai vraiment du mal avec les livres de Marie Darrieussecq. Pourtant je pensais qu'avec celui-ci, dont le nom et la quatrième de couverture m'avaient attirés lorsque je l'ai découvert dans la bibliothèque de ma belle-mère, ce serait différent...mais non !
L'histoire n'a rien d'extraordinaire : celle d'une femme dont le mari, en rentrant de son travail, s'apercevant, qu'une fois encore, sa femme a oublié d'acheter du pain pour le dîner, descend de son immeuble pour aller en acheter à la boulangerie à la boulangerie d'en-face et ne rentre jamais chez lui. S'ensuit alors, durant tout le reste du livre, l'interminable attente de cette femme qui n'arrive pas à comprendre. Après s'être démenée, avoir visité les hôpitaux et les morgues les plus proches et déposé un avis de disparition au commissariat, la narratrice ne fait rien d'autre qu'attendre...attendre et encore attendre ! Et que fait le lecteur pendant ce temps-là ? Eh bien, il attend...il attend que quelque chose se passe mais seulement voilà, il ne se passe rien jusqu'aux dernières pages qui sont assez énigmatiques et laissent planer le doute sur la résolution de l'affaire (un des seuls points positifs en ce qui concerne ce livre, à mon goût !).
Je ne nie pas les qualités littéraires de l'auteure mais les interminables descriptions qu'elle inclut dans chacun de ses chapitres, s'évadant dans un monde encore plus abstrait m'on assez pesées et j'avoue avoir été assez déçue par le lecture de cet ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
zabeth55
  23 juillet 2018
Je vois que les critiques ne sont pas très bonnes.
Personnellement, j'ai plutôt bien aimé cette lecture.
L'ambiance est particulière, entre hallucination et poésie et c'est bien écrit.
Un soir, une femme attend son mari qui doit rentrer du travail, mais il ne rentrera jamais.
Les jours qui suivent sont étranges et elle commence à le voir partout.
Tout un monde de sensations, d'émotions, de transformations
Ses certitudes sont remplacées par des images floues.
Commenter  J’apprécie          180
Marti94
  19 novembre 2020
J'ai un problème avec le style de Marie Darrieussecq et j'avoue ne pas être entrée dans son univers avec "Naissance des fantômes".
Le mari de la narratrice a disparu après sept ans de vie commune et à part ça il ne se passe pas grand-chose. Il va chercher du pain et ne revient pas. La narratrice hébétée va passer une nuit blanche, sans nouvelles.
Le temps passe doucement et sa douleur comme ses visions se multiplient. Cela lui arrive quand elle regarde les photos de son album de mariage, elle voit aussi des colonnes d'air, des ombres la nuit, des décors d'écume sur la plage ou de la brume sur la mer. Cela pourrait être très poétique avec une dimension paranormale mais comme elle invente des otaries ou des Yuoangui (qui n'existent pas) cela tourne au ridicule. Et puis on se demande pourquoi personne n'a de nom à part la meilleure amie de la narratrice, Jacqueline.
Certes, il y a la mer mais on ne sait pas vraiment où l'on est puisqu'il y a une ville avec le métro et la plage. le côté bizarre est volontaire vu le titre et on comprend assez vite où Marie Darrieussecq veut en venir.
Malheureusement, c'est sans surprise. Et puis, il y a des phrases interminables et surtout des parenthèses utilisées de façon abusive à mon goût. Dommage, le sujet est intéressant.
Lu en novembre 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
jmlire92
  01 décembre 2017
Une femme que l'on devine encore jeune attend son mari. Il est rentré du travail, est ressorti chercher le pain, et ne revient pas. Sur un sujet plutôt classique, voilà un livre avec de beaux passages, mais ce qui m'a vite gêné c'est cette avalanche de descriptions "scientifiques" du mal-être de cette jeune femme confrontée à l'absence, l'abandon, la culpabilité, l'incompréhension de ce qu'il lui arrive. On imagine assez mal tout un chacun, ayant une vision aussi précise des conséquences physiologiques personnelles d'un tel drame, se poser et  les décrire avec autant de précisions : " le vertige qui emportait mon cerveau dans un siphon géant, qui le drainait de ses molécules pensantes et diffusait en moi ce vide, avec la force de Coriolis de la folie... dansant dans le noir comme un ultime phosphène débondé...( p89), " une brume de sueur, de kératine, de squames plus finement polis que des dessous de champignons...(p140) le gaz carboniques qui épaississait l'air, chacune de ses molécules occupant systématiquement, à chaque expiration, la place de deux atomes d'oxygène..." (p141) N'en jetez plus, Marie, la cour est pleine. Bref, j'ai eu l'impression, sans doute à tort, que l'auteure "ramenait sa science " à tout bout de champ, presque du début, jusqu'à la fin. Peut-être est-ce dû au fait que ce n'était que son second livre. Marie Darrieussecq  a sans doute depuis affiné son style et gommé ce genre d'imperfections. Comme ce livre fut pour moi la découverte de cette auteure, j'en ressors un peu dubitatif. Aurais-je l'envie d'en ouvrir un autre ? Pour le moment, je vais me changer les idées et me replonger peut-être dans un David Lodge. Bien besoin d'une bonne "Thérapie", après un tel "Jeu(x) de maux". Les fans de l'auteur britannique comprendront. Pour les autres, je vous recommande chaudement ces deux romans où sur des thèmes tout aussi graves,  la légèreté et l'humour dominent. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
doyoulikefrogs
  26 juillet 2018
Mon avis : Ce roman est magnifique. de bout en bout. Il est très court et se lit très vite parce qu'il n'est pas écrit comme les autres. Il contient tous les fantômes et les hantises d'une femme. Il parle de la vie de couple et les remises en question d'un personnage féminin incertain. 
Ce roman, je vous préviens, est un roman gothique. Il possède tous les éléments qui provoqueront la stupeur et l'enchantement. C'est un roman sombre et mélancolique, qui joue sur les thèmes de l'absence et de la disparition pour en faire un sujet en lui-même. Et l'absence devient présence. le corps du mari devient spectre. La matière devient l'immatériel. Derrière les mots de Marie Darrieussecq il y a une immense poésie. Chaque acte du quotidien désigne les vides, les creux. Quelque chose qui tient du sublime et qui ne retombe jamais.
Le personnage de la narratrice, la femme délaissée, est très attachant. Sa vie ne dépend plus que de l'absence de son mari. Son existence tente de combler des vides charnels comme lorsqu'on est amputé d'un membre et qu'on en ressent tout de même la douleur et les stimulis. Les sentiments s'expriment avec tâtonnements. 
Et tout au long du roman, le doute s'installe en nous : le mari est-il fantôme ? Est-ce lui sur le pas de la porte ? Est-il mort ? Est-il revenu ? On se croirait dans un excellent Edgar Allan Poe. La prose est envoûtante, comme une brume opaque qui ne se lève jamais. 
J'ai adoré ce roman à la lisière de l'irréel, du surnaturel et du fantastique pour décrire un fait d'une banalité sans nom. A lire ABSOLUMENT !!

Lien : http://www.unefrancaisedansl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
jmlire92jmlire92   15 décembre 2017
Je ne me suis pas adressée tout de suite aux enquêteurs. Cela m'a d'abord pris un certain temps, avant de me rendre compte que mon mari avait disparu. Je profitais souvent du fait qu'il parte acheter la baguette pour appeler ma mère. Je raccrochais quand j'entendais ses pas au quatrième. Ma mère et moi, ce jour-là, sommes bien restées occupées un quart d'heure, elle à bavarder, moi à l'interrompre régulièrement en lui rappelant que je devais bientôt la laisser. J'ai eu la sensation, d'abord diffuse, que son récit se prolongeait plus avant que d'ordinaire. J'ai regardé dans la rue, pour voir si mon mari ne traversait pas ; j'ai tendu l'oreille, pour chercher à l'entendre dans l'escalier ; et c'est ma mère qui a raccroché la première, en m'accusant, comme d'habitude, de ne lui prêter aucune attention, alors que j'étais simplement penchée à la fenêtre en ayant désormais envie de me livrer à cette seule occupation : guetter au calme l'apparition de mon mari.
Le soleil commençait à se coucher et je respirais dans l'air doux. Il était assez rare, à cette heure de la journée, que je reste ainsi oisive à ma fenêtre ; en général, vers les sept heures et quart, je m'apercevais que rien n'était prêt, et je descendais en courant acheter de quoi manger ( en oubliant la baguette : l'épicerie ne fait pas dépôt de pain, et la première boulangerie est de l'autre côté du boulevard, il, faut un temps fou pour traverser). Les toits rougissaient, et tout ce désordre de la banlieue où l'on ignore ce qui domine, l'ardoise ou la tuile, la brique ou la meulière, s'unifiait et devenait presque joli dans le couchant. C'est aussi ce soir-là, dont je ne savais pas encore quel soir crucial il allait devenir pour moi, que j'ai pris conscience de la présence des martinets par dessus mes impatiens, ils mettaient des virgules dans le ciel trop grand de l'hiver. Tout paraissait plus petit, vivable, à ma mesure, faussement plus petit et vivable et à ma mesure parce que je pouvais suivre le vol des martinets zigzaguant d'un bord à l'autre du ciel. La brume de la journée fondait sur l'horizon, on distinguait de mieux en mieux en face des immeubles des banlieues, au nord les monuments de la capitale qui inscrivaient plus nette leur signature au bas du ciel, et du côté de la mer les longs terrains vide de la frontière. Les ombres gagnaient, la poussière retombait sous les semelles des piétons, tout se tassait au sol et le ciel prenait toute la place. Je me disais que j'étais plutôt bien, là, à attendre mon mari dans l'air du soir, que je ferais bien à l'avenir de prendre ainsi mon temps, et que la boulangerie devait être fermée, que mon mari avait dû en chercher une autre plus loin, et qu'il s'était arrêté, lui aussi, pour respirer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jmlire92jmlire92   01 décembre 2017
Il y a des aubes où l'on vérifie que l'on ne garde pas au cou la trace du vampire, les deux petits points rouges, et la pupille contractée encore de haine, les muscles endoloris par le combat. J'ai aspergé mon visage d'eau froide, rincé mon cou et mes épaules ; je laissais l'eau couler sur mes poignets, sa fraîcheur remontait dans mes veines, l'endroit où l'on cisaille est aussi celui qui diffuse le mieux ( avec les tempes que l'on troue ) le froid ou la chaleur désirés. Il me semblait voir s'écouler dans le lavabo les attaques de la nuit, voir fondre et se défaire les traits de mon visage, mais je pouvais, d'une main ruisselante, redonner forme à peu près à ma dissipation. Le jour pointait une langue blanche à la lèvre des toits, il faudrait désormais, comme les prisonniers, que je tienne sur les murs le compte exact de mon attente. Déjà je me tendais vers la cage d'escalier, n'était-ce pas le pas de mon mari qui montait, la serrure allait cliqueter, la moquette allait chuinter (' allais-je, moi, passer encore la journée à dresser l'oreille à chaque frissonnement du bois, de l'acier et du feutre ?). L'aube était une insulte au manque de sommeil, mes yeux cillaient dans la blancheur pénible. À chaque angle de rue battait la cape d'un vampire, les ombres épouvantées se glissaient sous les porches, se coulaient de plus en plus minces et noires dans les murs, et il me semblait entendre, par toute la ville, des froissements, des envolées de linge, des glissements aux marches des églises, des portes rabattues sur des caves. Le téléphone a sonné. J'ai scruté le ciel plus fort, des clous s'enfonçaient dans mes pupilles et m'agrafaient aux quatre coins. Une voix féminine en larmes demandait à parler à mon mari, ça hoquetait en grosses bulles de détresse. J'ai pensé : salaud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
luis1952luis1952   31 octobre 2013
J'ai ôté mes sandales. Le sable glissait de minces serpentins de glace entre mes orteils, une mer sans printemps ni automne. Mes pieds s'enfonçaient, chaque vague voulait ma peau, à chaque nouvel échec la vague exaspérée laissait un peu de sable à mes chevilles pour mieux m'empoigner au retour. Quelque chose de très doux est venu buter contre mes jambes et l'haleine de la mer a soufflé dans mes yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
luis1952luis1952   31 octobre 2013
Assise, les fesses calées dans le sable, les sandales pleines, se concentrer, comme quand j'étais petite, sur la souffrance infime procurée par le sable qui se tasse entre les orteils, et qui ponce vos ongles en silence, dessus et dessous, en enfonçant de petites billes dans votre plante de pied nu.
Commenter  J’apprécie          30
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   29 décembre 2017
Ce silence après la voix de ma mère, ce raccrochement, eurent pour effet de me replacer au centre de ma douleur, de me rebrancher en direct sur la prise d’où était distribuée mon angoisse, et je me retrouvai là, stupide, avec toute la journée devant moi à attendre, une attente dont la nuit m’avait assez appris qu’elle est une sorte de passivité monstrueuse, un comble de passivité, très exactement une torture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Marie Darrieussecq (74) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie Darrieussecq
Rencontre avec Marie Darrieussecq autour du livre de Virginia Woolf qu'elle a traduit et préfacé, "Un lieu à soi", paru aux éditions Gallimard, dans la collection Folio Essais. Entretien avec Blanche Cerquiglini.
Retrouver le livre : https://www.mollat.com/livres/2388293/virginia-woolf-un-lieu-a-soi
autres livres classés : solitudeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2545 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre