AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070774616
96 pages
Gallimard (27/10/2005)
3.92/5   30 notes
Résumé :
Clodo est là pour enseigner cette terrible vérité : la normalité est sans issue. Sous le masque bienveillant de nos démocraties se cache cette totalitaire injonction : Citoyen sera productif ou lentement, et sans bruit, mis à mort. Qu'on ne s'y trompe pas. La souffrance des pauvres et des fous est organisée, mise en scène, nécessaire. La République tout entière verse des larmes de crocodile à la mémoire de nos chers disparus de la rue. Clodo vivant embarrassait ; vo... >Voir plus
Que lire après Le sang nouveau est arrivé : L'horreur SDFVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Un pamphlet vigoureux et emporté sur les SDF, dont l'auteur, philosophe de formation et membre de la Société psychanalytique de Paris, a déjà prouvé une très profonde connaissance par un travail de terrain célèbre et fort intrigant intitulé Les naufragés.
De nombreux lieux communs sur les SDF et sur la désocialisation en général sont démentis par une logique et une rhétorique impeccable. La thèse de l'ouvrage est que, loin de s'occuper de porter une aide à ces démunis, la société est tout occupée à les conserver voire à les afficher, dans une proportion toutefois maintenue raisonnable, car "le SDF [...] joue sur la scène du théâtre social un double rôle essentiel. Celui de la victime sacrificielle. Et celui du contre-exemple" (p. 104)
Est-on prêt à suivre l'auteur jusqu'au bout de sa péroraison? Il répond lui-même que "Nietzsche disait que la valeur de l'homme se mesure à la quantité de vérité qu'il peut supporter. Précisément..." (p. 91)
Commenter  J’apprécie          80
Un pamphlet social qui arrive direct dans la face, un bourre-pif de phrases rythmées qui pique le nez, le sang nouveau est arrivé dénonce l'horreur de la rue entretenue par un système qui a besoin de ses clodos pour garantir sa productivité. Declerck est un maître dans sa discipline. Forme et fond forment un tout où la politique, la psychologie et la poésie se jouent de la bêtise humaine. On m'a raconté qu'à une question de journaliste lui demandant pourquoi il s'infligeait cette vie là, il avait répondu d'un laconique mais surpuissant "J'ai souffert." Cela résume assez bien le personnage et l'écrivain. Balancer la vérité de la façon la plus violente et la plus intelligente dans la face du monde était son sport favori.
Commenter  J’apprécie          40
Patrick Declerck écrit un pamphlet virulent, pour dénoncer l'abandon dont font preuve les SDF: le mépris qu'ils se voient opposer, l'incompréhension de leurs problèmes (causes et conséquences), le manque de moyens et l'inadéquation du peu qu'il y en a . Il soulève l'idée (non, il décide) qu'il y a là une volonté politique de conserver les SDF au sein de la société comme repoussoir et contre-exemple montrant à quoi mènent l'abandon de la norme, ou le "refus" du travail : "Travaille, mon petit, sinon tu finiras clochard".
Il propose le revenu universel comme solution au problème.
Tout cela est bien intéressant, quoique un peu simpliste.

Cependant (malgré une dernière page de remerciements qui rappelle à quel point des gens dévoués et intelligents oeuvrent pour cette cause) il eut mieux valu adopter un ton qui ne consistait pas à insulter tout le monde et à montrer l'auteur comme seul clairvoyant et détenteur du savoir. Même si je comprends qu'il soit bien énervé par ce qui se passe.
Commenter  J’apprécie          11
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
L'amour. L'âââmoûûûr. Ils n'ont que ça en tête, en langue, aux yeux, au fion. L'amour est à la fois la question et la solution. L'alpha et l'oméga. La réponse universelle. La guérison de tous les maux... Comme si l'amour ne portait pas sa part d'ombre, son ambivalence, sa haine cachée, sa destructivité dévorante... Comme s'il était autre qu'un affect. Comme si tout affect, de par son essentiellement labilité, n'était pas essentiellement suspect. Comme si, enfin, comme si surtout, la pensée n'existait pas.
Commenter  J’apprécie          130
Le christianisme, lèpre de l'Occident, corrompt de son souffle fétide, de ses doigts pourris, tout ce qu'il touche. La maladie, toute maladie, est sienne. C'est là, sa condition de possibilité, sa catégorie, sa jouissance. Son sexe, en somme. Le christianisme... Cette désolée gâteuse, cette vieille toute de deuil infini, cette navrante sorcière, qui ne mouille plus de lécher, et à quatre pattes, les ulcères de Job. Et ces ulcères justement lui sont sacrés. Ils ne doivent pas... Ils ne peuvent pas guérir. On a besoin d'eux... Ils sont la démonstration ultime de la vérité christique. La preuve par pus ! Pauvre Job, idiot de la famille. Mais idiot utile...
Commenter  J’apprécie          50
Contrairement à ce qu'on pourrait croire, en situation extrême, l'homme s'habitue très vite à l'atroce. Il est une heureuse facilité à supporter la vue du sang.
Le sang des autres, bien entendu...
Commenter  J’apprécie          150
La rue est un crime ignoble commis à chaque heure du jour et de la nuit contre les faibles et les innocents. Innocents de tout, sauf de leur malheur. Un crime commis dans l'indifférence générale. Un crime sacrificiel et barbare répété pour l'édification de tous. Honte à nous ! Honte à la France ! Honte à cette grande nation qui sut, jadis, pour une certaine idée de l'homme, soulever le monde. Il faut que cela cesse. Il faut appeler le crime par son nom. Il faut, par la loi, rendre illégale la mise à la rue.
Asile ! Asile, au nom des hommes !
Commenter  J’apprécie          40
Entertainment, disent les Américains. Le terme recouvre à la fois les sens de « divertissement » et de « spectacle ». il vient du français « entretenir ». Mais que faut-il donc à ce point fiévreusement entretenir ? Soutenir ? Cajoler ? L’attention, sans nul doute. C’est l’attention qu’il faut capter pour mieux et à tout prix la détourner d’autre chose. De quoi ? Pascal, évidemment, le savait bien, pour qui tout divertissement était détournement de l’idée, de l’évidence incontournable de la mort. De ce divertissement métaphysique, la télévision a élargi la recette : définitivement, l’objectif stratégique sera d’abolir la possibilité même de toute pensée en général. Pensée de la mort. Du temps qui passe. Pensée de la vacuité. De la stupidité foncière de l’existence. De l’aliénation. Pensée de la liberté, surtout. Surtout, de la liberté… De toute pensée quelle qu’elle soit. Et cela - et là résident le vrai tour de force, l’ultime raffinement de la ruse - même et surtout lorsqu’on y fait semblant de parler de choses sérieuses. (pages 28-29)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Patrick Declerck (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Declerck
[Entretien #3] Dans son dernier roman « Sniper en Arizona » Patrick Declerck nous raconte le rapport aux armes d'une Amérique conservatrice. L'auteur se penche également sur le cas français et nous révèle une règlementation et des chiffres alarmants, qui interrogent.
« Sniper en Arizona » disponible en librairie
#sniper #anthropologie #roman #arizona #buchetchastel #patrickdeclerck
Dans la catégorie : Classes défavoriséesVoir plus
>Groupes sociaux>Classes sociales>Classes défavorisées (51)
autres livres classés : sans-abrisVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (72) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
845 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..