AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782259212069
820 pages
Éditeur : Plon (06/11/2014)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Les faits divers imprègnent, irriguent notre monde. Ils prolifèrent partout, depuis Aokigahara que les Japonais appellent la forêt de la mort, jusqu'à l'ancien Belleville du temps des apaches, dans les forêts profondes de la Papouasie jusqu'aux plus hautes terrasses de New York. Ils sont de la ville et de la campagne, ils sont de tous les temps. Ils concernent tout le genre humain, des plus misérables aux plus opulents, du brutal assassin, comme le curé d'Uruffe, au... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  09 juin 2015
J'ai une forte sympathie pour cette collection étonnante des "Dictionnaires amoureux..." qui nous offre des compilations fort enrichissantes sur les sujets les plus éclectiques... L'un des derniers qui avait retenu mon attention était "Le Dictionnaire amoureux des Dictionnaires"...
Là nous passons à un tout autre sujet... Je devais choisir un cadeau pour une connaissance qui m'exprima son goût pour "les faits-divers" et les histoires de Pierre Bellemarre; souhaitant ménager un effet de surprise... j'ai cherché sur cette thématique et j'ai eu le grand plaisir de "tomber" sur ce dictionnaire fort attractif réalisé et rédigé par la plume alerte de Didier Decoin...Ce dernier a mis cinq années pour composer cet inventaire ... qui va du drame aux histoires les plus rocambolesques, à travers les époques !!!
"Du maquis corse au Boulevard du Crime, en passant par la forêt maudite d'Aokigahara et Boston tombé dans la mélasse, voici le petit peuple des faits-divers et ses mille & une histoires " (avant-propos de Didier Decoin)
Ce dictionnaire insolite est de plus, accompagné de vignettes et de dessins d'Alain Bouldouyre....ce qui rend l'ensemble attrayant et la lecture, ludique….
"En fait, je le sais aujourd'hui, ni mon père ni moi n'aimions les faits divers. Tout au contraire, nous les avions en horreur, ils nous révoltaient, nous offusquaient, nous révulsaient.
Ce que nous aimions, mais alors là passionnément, c'étaient les personnages qui les hantaient, les victimes, les canailles, les justiciers, les salauds, les duellistes millénaires (...)
Ce qui nous séduisait, c'était le petit peuple des faits divers.
Je dis "petit peuple" parce que les Grands, les Puissants, se réservent le fait historique.
Aux petits, aux modestes, échoit le fait divers. " (p. 11)
Les faits-divers ont abondamment nourri la littérature et certains romanciers…cette anthologie composée par Didier Decoin redonne une place de choix dans ce sous-genre de la « Petite Histoire »…qui , d'une manière ou d'une autre , interpelle chacun.
« le goût du fait-divers c'est le désir de voir, et voir c'est deviner dans un pli du visage tout un monde semblable au nôtre « - Maurice Merleau-Ponty
« Il n'y a pas de fait-divers sans étonnement "Roland Barthes
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
okka
  22 février 2019
Puisque l'auteur donne son point de vue contre la peine de mort, et sur certaines affaires, dont je ne partage pas l'avis, je dirais que : Combien de centaines de milliers de faits divers identiques étaient d'avoir condamné à la prison, aux travaux forcés, des hommes et des femmes innocentes, qui ont été traumatisé par cette condamnation injuste et les sévices eus par les gardiens, par les autres prisonniers, et cet isolement loin du reste de la vie civile et qu'au final même gracié de leur vivant ou post mortem, jamais ils n'auront eu d'excuses, et de dédommagement à la hauteur du mal eu ? Et que pour beaucoup, tout du long de leur peine de prison ils auraient préféré mourir, être condamné à mort plutôt que vivre cet enfer traumatisant.
Ainsi que combien de millions de faits divers similaires ont été de libérer des prisonniers alors qu'ils avaient commis des meurtres, violences, viols, et qu'ils continuaient même au sein des prisons, et qu'en les libérant beaucoup d'entre eux ont recommencé cela puisque la prison n'a pas pour rôle de rendre ces gens meilleurs.
En voilà un GROS fait divers : il y a des centaines de milliers d'erreurs de justice. Et elles devraient être réparées, au lieu de faire comme si la « justice » n'avait jamais tort, alors qu'il ne devrait plus JAMAIS y en avoir, car condamner une innocente personne, c'est une personne de trop.
Sauf que ce système « judiciaire » restera ainsi puisque les policiers, les enquêteurs, les procureurs, les jurés, les avocats, les psychologues, les psychiatres, etc. toutes ces personnes peuvent faire l'inverse de leur boulot, à cause comme on peut le lire dans le livre : de leur conviction moral erronée par la religion, l'antisémitisme, la xénophobie, le racisme, les préjugés, etc.
Non seulement il y a des millions d'erreurs de jugement, mais c'est une erreur de ne pas faire oeil pour oeil à ces gens qui ont commis le mal, et de laisser impunis des personnes car leur statut social, et leur large portefeuille leur permettent d'acheter leur sauf-conduit.
Alors oui les faits divers sont surtout des hommes masculins qui font du mal sur des innocentes personnes : des hommes, des femmes, des enfants, des animaux, en les ayant volés, violentés, violés, séquestrés, mutilés, tués, brûlés, enterrés... et cela est jugé moins sévèrement que lorsqu'une innocente personne, souvent une femme, qui en a marre de se faire taper dessus par ce mari lâche et violent, violeur, qui un jour le tue... Ce qui nous rappelle aussi, à quel point notre justice est injuste et ne prend pas en compte la valeur morale.
Sans oublier que de savoir la quantité de choses similaires qui se passent chaque jour sur notre planète Terre, donne une image vraiment sombre de notre espèce dominante.

Merci pour ses différents faits divers. Certains de ces faits divers sont assez ancrés dans les mémoires même si cela a eu lieu à des milliers de kilomètres de chez nous. Et heureusement il y a quand même des fois une fin juste quand les assassins se font arrêter et punir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Takalirsa
  01 octobre 2017
Comme dans les recueils de nouvelles, ce dictionnaire des faits divers propose des histoires d'intérêt inégal. Certaines anecdotes m'étaient déjà connues (l'affaire Lorena Bobbitt, les cannibales du vol 571, l'incendie du Bazar de la Charité...), d'autres m'ont semblé complètement aberrantes comme celles des animaux traduits en justice. Par ailleurs le style de l'auteur manque parfois de concision, notamment dans l'introduction des faits (« J'ai toujours rêvé d'avoir un cinéma » : qu'est-ce qu'on s'en moque!).
Cependant dans l'ensemble, cet ouvrage est plaisant à lire, on le picore par-ci par-là, passant de la surprise à l'horreur. On le parcourt avec curiosité et l'on glane parfois des informations étonnantes, par exemple sur les événements qui ont inspiré romanciers et réalisateurs célèbres (je pense notamment au Boulevard du crime des « Enfants du paradis »), ou inversement quand la vie de célébrités a viré au fait divers (comme la Porsche maudite de James Dean, « Little bastard », qui a continué à causer des accidents après sa mort). Certaines affaires criminelles sont terrifiantes, comme cette histoire de fillette de onze ans psychopathe et tueuse, ou encore celle du clown monstre (d'actualité!). J'ai été touchée par l'histoire d'Alice l'employée de maison dévouée qui sauve d'un incendie les enfants dont elle a la garde, au péril de sa propre vie. L'affaire Calas, quant à elle, « n'en finit pas de faire résonner ce cri insupportable : celui de l'innocence non reconnue, de l'innocence bafouée, de l'innocence condamnée à tort, au nom de l'intolérance ».
Au final l'auteur aura su nous convaincre de « la formidable puissance émotionnelle du fait divers », encore vivace aujourd'hui comme en témoignent les informations circulant sur les réseaux sociaux, à travers un ouvrage complet et consultable à l'envi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marionf
  27 mai 2019
Sans prétention je pense avoir lu la quasi-totalité des recueils de faits divers de feu Pierre Bellemare, à quelques titres près. Alors quand j'ai vu DICTIONNAIRE AMOUREUX DES FAITS DIVERS de ‎Didier Decoin sur le catalogue de France Loisirs il a rapidement rejoint les étagères de la bibliothèque. Étagères sur lesquelles il est resté plusieurs mois (années ? ). J'ai toujours du mal à
débuter un pavé, pour preuve tout ceux qui prennent la poussière dans ma PàL.
Avec DICTIONNAIRE AMOUREUX DES FAITS DIVERS je m'attendais à un équivalent des fameux Bellemare et acolytes.
« [...] lettre de réclamation de droits d'auteur adressée à la Société des gens de lettre par le journaliste Georges Grison (1841-1928) :
" Depuis le 15 juin, je rédige les faits divers au journal La République. Or depuis cette époque, le journal le Voltaire reproduit systématiquement chaque jour une colonne de mes faits divers. je sais qu'il a été établi autrefois que cette production n'était pas taxable. Cela se comprenait à l'époque où les faits divers, tous pris à la même source, faits à peu près sur le même modèle, n'avaient aucun cachet personnel et n'étaient la propriété de personne. Il n'en est plus de même aujourd'hui. Les faits, tels que je les rédige, demandent plus de temps et de travail qu'aucun article pour lequel les droits de reproduction sont acquis. Il faut d'abord chercher, recueillir l'élément d'information, faire une enquête, mettre en usage toute l'ingéniosité dont on est capable. il faut ensuite donner aux renseignements recueillis une forme, en faire un petit drame, un petit romain. C'est donc là une oeuvre d'imagination, une oeuvre littéraire qui mérite comme toute autre d'être la propriété de l'auteur qui la signe et qui devrait être couvert par sa signature. " »
Par le biais d'un classement alphabétique, Didier Decoin propose de découvrir ou re-découvrir des faits divers ‎ tantôt rocambolesques, tantôt criminels, parfois les deux, qui ont fait l'histoire et la justice a travers le monde.
Ceux qui étaient là l'an dernier, voir fin 2017 déjà, ont vu DICTIONNAIRE AMOUREUX DES FAITS DIVERS sur ma table de chevet dans plusieurs C'EST LE 19 QUE LISEZ-VOUS ?, quatre ou cinq, c'est dire comme nous avons eu du mal à nous trouver lui et moi.
J'ai apprécié la plume de l'auteur, sa sélection de faits divers, mais le traitement inégal des différentes affaires ma vraiment freinée.
Certains événements sont à mieux yeux clairement négligés, ni introduction ni‎ conclusion, avec un développement express. Pas vraiment un goût de trop peu pour ces passages, plutôt d'inachevé. Vraiment dommage car il s'agissait souvent de faits divers qui m'étaient inconnus.
Je n'ai pas été convaincue par ce dictionnaire que je conseille néanmoins aux amoureux des faits divers qui auront, je l'espère, moins de difficultés que moi à faire face aux déséquilibres.
Lien : https://troisiemesansascense..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lehibook
  21 décembre 2019
« Dictionnaire amoureux des Faits divers » Apprentis romanciers , nouvellistes putatifs en mal de sujets jetez-vous sur ce livre ,il y a là matière à des « comédies humaines » à rendre jalouses les mânes De Balzac. Vous suivrez en cela les traces de biens des écrivains qui piochèrent dans les faits divers leur inspiration . Didier Decoin en compose un bouquet où se mêle l'horrible , l'incongru , le fascinant ,bref l'humain ,le tout avec un véritable talent d'écriture .
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (5)
Telerama   03 décembre 2014
Savant et drôle, inattendu et follement romanesque, l'ouvrage de Didier Decoin est sans aucun doute l'un des plus réussis de cette collection à succès, fondée chez Plon par Jean-Claude Simoën voici bientôt quinze ans.
Lire la critique sur le site : Telerama
Lexpress   01 décembre 2014
Didier Decoin nous livre une kyrielle d'"historiettes" et autant de bonheurs de lecture. Que l'on découvre ou qui nous rafraîchissent la mémoire. A offrir, même aux ennemis.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LaLibreBelgique   24 novembre 2014
Avec son "Dictionnaire amoureux des faits divers", l’écrivain passionné présente 107 entrées, plus de 800 pages d’histoires criminelles, souvent oubliées, comme autant de nouvelles, et "elles sont toutes vraies". Pour composer cette somme fascinante où l’on se plonge avec délice, cinq années de travail furent nécessaires dont deux exclusivement consacrées à la documentation.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Culturebox   19 novembre 2014
Didier Decoin, romancier récompensé par le Goncourt en 1977 pour "John l'Enfer" et scénariste pour la télévision, a choisi de rendre un hommage passionné à l'un des genres les plus méprisés mais aussi les plus lus du journalisme : le fait-divers.
Lire la critique sur le site : Culturebox
LeFigaro   07 novembre 2014
Huit cents pages d'anecdotes piquantes et savoureuses sur des histoires criminelles composent ce Dictionnaire amoureux des faits divers.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
okkaokka   22 février 2019
p.605-6.
Ainsi que l'explique fort bien l'historienne Anne-Emmanuelle Demartini, « il faut saisir toute la distance qui sépare le traitement actuel des affaires d'inceste et celui dont a pu faire l'objet en son temps l'affaire Nozière. Cette distance se donne à voir, en premier lieu et avant tout, dans le tabou qui a frappé l'inceste – le terme de tabou est pris ici, non au sens premier de ce qui fait l'objet d'une interdiction, mais dans le sens général qui renvoie à une interdiction de parole ».
Et le fait est que, du président de la cour d'assises au plus modeste des pisse-copie, tous évitent soigneusement, je serais tenté de dire : religieusement, le mot qui fâche : inceste. Du coup, parce qu'elle a osé le prononcer, et même le brandir comme système de défense, Violette est qualifiée d'infâme, d'abominable, d'immonde, voire de démente.
Elle ne s'est pourtant pas contentée d'accuser, elle a prouvé : elle a indiqué aux policiers où trouver le chiffon raidi de sperme dans lequel son père éjaculait par peur de l'engrosser, ainsi que les gravures e les chansons libertines (on dirait aujourd'hui porno) dont Nozière usait pour provoquer et entretenir son érection.
Mais en ce XIXᵉ siècle finissant, on se méfie des accusations d'attentat à la pudeur, et a fortiori de viol, plus encore d'inceste, qui sont portées par des demoiselles soupçonnées d'hystérie et de prendre leurs rêves pour des réalités. C'est ainsi que Violette « aurait été inconsciemment attirée par son père et […] l'accuserait d'un acte qu'il n'a jamais commis mais qu'elle souhaitait involontairement dans le plus profond de son être...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PsychikFabPsychikFab   05 avril 2017
Déjà, quand Dean l'avait présentée à ses meilleurs amis, ceux-ci avaient paru troublés : George Barris, l'homme qui customisait les voitures du Tout-Hollywood et qui avait travaillé sur "Little Bastard", avait avoué à Dean que la Porsche dégageait quelque chose de malveillant. Ursula Andress avait eu la même sensation. Quant à Alec Guinness, il s'était montré encore plus catégorique: "Elle est belle, Jimmy, mais en même temps elle est sinistre. Si tu roules avec cette voiture, la semaine prochaine tu es mort..."
C'est juste sept jours avant que Dean ne se tue au volant de "Little Bastard".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
fanfanouche24fanfanouche24   09 juin 2015
En fait, je le sais aujourd'hui, ni mon père ni moi n'aimions les faits divers. Tout au contraire, nous les avions en horreur, ils nous révoltaient, nous offusquaient, nous révulsaient.
Ce que nous aimions, mais alors là passionnément, c'étaient les personnages qui les hantaient, les victimes, les canailles, les justiciers, les salauds, les duellistes millénaires (...)
Ce qui nous séduisait, c'était le petit peuple des faits divers.
Je dis "petit peuple" parce que les Grands, les Puissants, se réservent le fait historique.
Aux petits, aux modestes, échoit le fait divers. (p. 11)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
marionfmarionf   21 février 2019
Michel Eyraud avait organisé une mise à mort absolument imparable : dans un premier temps, sous prétexte d'un jeu érotique, Gabrielle passa une cordelette autour du cou de l'huissier, laquelle cordelette était discrètement attachée à une corde plus robuste qui coulissait dans la gorge d'une poulie scellée au*dessous du lit. Dès que Gouffé eu la cordelette au cou, Eyraud, dissimulé derrière un rideau, tira de toutes ses forces sur la corde reliée à la poulie, provoquant la fracture de l'os hyoïde, comprimant les veines jugulaires et les artères carotides, ce qui entraîna une ischémie cérébrale, puis la mort. Bien entendu, Eyraud ne connaissait pas ces termes médicaux, mais il savait qu'en serrant le cou de quelqu'un, on finissait pas l'étrangler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
okkaokka   22 février 2019
p.88.
Andrew Philip Kehoe avait joint à sa bombe tout ce qu'il possédait de précieux – quelques objets en argent et tous les billets de banque en sa possession. Il ne laissait derrière lui, accroché à un de ses poulaillers, qu'un ultime message : « Ce sont les circonstances qui font les criminels, pas leur naissance... »
[…]
Le fait est que, peu de temps avant la tragédie, Kehoe s'était rendu au bureau de poste pour expédier un document remettant en cause le montant des taxes que sa femme et lui devaient acquitter, et qui avaient été notablement augmentées du fait des dépenses municipales entraînées par le financement de l'école. Du coup, Andrew Kehoe n'arrivait plus à régler les emprunts qu'il avait contractés pour son exploitation (il avait d'ailleurs dû se résoudre à l'hypothéquer), et il racontait partout que ses difficultés financières étaient dues à l'augmentation inconsidérée des impôts, augmentation dont il rendait évidemment responsable « cette foutue école » dont, pourtant, il avait été un temps le trésorier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Didier Decoin (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Decoin
http://www.librairiedialogues.fr/ Numéro 77 de l'émission Dialogues littéraires d'avril 2017, produite par la librairie Dialogues et réalisée par Ronan Loup. Invités : Pierre Adrian pour "Des âmes simples" (Équateurs), Didier Decoin pour "Le bureau des jardins et des étangs" (Stock), puis la chronique du rayon Littérature étrangère par Delphine. Présentation : Élise le Fourn. Interviews par Laurence Bellon et Élise le Fourn.
Retrouvez-nous aussi sur : Facebook : https://www.facebook.com/librairie.dialogues Twitter : https://twitter.com/dialogues Instagram : https://www.instagram.com/librairiedialogues
+ Lire la suite
autres livres classés : faits diversVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1894 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre