AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226319387
Éditeur : Albin Michel (30/09/2015)

Note moyenne : 3.04/5 (sur 170 notes)
Résumé :
Bonne nouvelle : l’homme idéal existe !
Il ne parle pas : il jase. Il n’embrasse pas : il frenche.
Il ne se déshabille pas : il se criss à poèlle.
Vous l’aurez deviné : il est Québécois.
Diane Ducret rhabille le mythe du Prince Charmant.
L’homme idéal ? Satisfaite ou remboursée !
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  22 février 2016
- Ah bon , l'homme idéal est Québécois ?
M......! On m'aurait menti ? L'homme idéal n'est pas le french -lover ?
Et puis d'abord , "On nous cache tout , on nous dit rien "!
Et qu'est ce que je fais moi, avec mon homme idéal , je le remet en magasin ? Je vais au Québec "magasiner" un nouvel homme de ma vie ?
_ Attend , attend , "jeune Padawan " , lis le roman jusqu'au bout , jusqu'à la dernière ligne , et tu auras la réponse ...
Une jeune trentenaire parisienne , rencontre un soir dans une galerie un beau spécimen de mâle Québécois , artiste -peintre de son état . C'est le coup de foudre , malheureusement entaché par le retour du prince Charmant dans son pays d'origine . Qu'à cela ne tienne , il lui offre un billet d'avion et l'invite une semaine au pays de "la reine des neiges ".
Une semaine d'intimité, sans se connaître plus que ça , ce n'est pas évident ... et là , c'est le choc des cultures !
Diane Ducret nous embarque dans un voyage jubilatoire où la langue française est bousculée , où les mots ne veulent pas dire pareil des 2 cotés de l'Atlantique .
C'est hyper marrant , les répliques fusent à 100 à l'heure . Ce livre est bourré d'énergie et assez "cash" aussi parfois .
Elle nous embarque là où les codes ne sont pas identiques : la parisienne bobo ne réagit pas à l'identique de la Québécoise, face à une ex , à un dîner , etc...
Il apparaît que les Québécois sont plus simples et plus gentils que les Français , qu'il y fait vraiment très froid , que la nature est assez présente dans leur quotidien .
Comme notre trentenaire, je n'ai pas tout compris dans les expressions , mais ça rajoute du charme ...
Je ne m'attendais pas à la toute dernière phrase finale ... (mais ça , c'est la" French-touch" ! ) .
Cela présage -t-il d'une suite ? Je dirais que tout est "open"...( pas vraiment la fin classique des comédies romantiques, je vous aurai prévenues ...)
Des propositions d'adaptation cinématographique ont été faites à Diane Ducret , on a hâte d'en savoir plus.
Bon , faut que j'arrête de "jaser" , je suis trop bavarde ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          312
Bazart
  24 juillet 2017
Bof..autant j'aime bien Dianne Ducret lorsqu'elle sonde lma vie des femmes des dictateurs, avec des essais aussi ludiques qu'instructifs, autant quand elle se pique de comédie légère et romantique, malheureusement la mayonnaise ne prend pas..le comique de répétition à base de décalage de langue lasse très vite et le reste ne va vraiment pas plus loin... à oublier...
Commenter  J’apprécie          290
argali
  22 février 2016
Je crois que je vieillis. Je ne ris plus des mêmes choses qu'avant.
Ce livre m'a plu de suite à cause de son titre. Amoureuse du Québec et de ses habitants si charmants, je ne pouvais qu'être d'accord. Pourtant à la lecture, j'ai été moins emballée.
L'histoire est légère et on passe un agréable moment notamment en raison du comique de situation du aux dialogues. Au début, en tout cas. Mais l'accumulation de clichés fait rester le récit en surface tout en le rendant caricatural au possible et l'héroïne en devient vite extrêmement agaçante. Elle a des attentes tellement pointues et des codes de séduction si ridicules qu'elle est incapable de profiter de l'instant présent. Toujours en train d'analyser chaque situation au travers de sa propre grille d'évaluation, elle ne peut rentrer dans l'univers de l'autre sans le juger, le critiquer et à la longue, c'est lourd. de plus, ses exigences envers les hommes sont énormes alors qu'elle ne donne pas grand-chose en retour.
J'ai aimé certaines situations cocasses, les incompréhensions entre elle et lui, la gentillesse et la patience de cet homme et les expressions québécoises savoureuses qui parsèment le récit.
Je n'ai pas aimé la répétition de situations loufoques, les incompréhensions un peu lourdes entre Française et Québécois, l'égoïsme de cette jeune femme et les expressions québécoises prises au pied de la lettre. Une fois ou deux c'est drôle ensuite cela perd tout son charme.
J'ai souri plusieurs fois, je n'ai jamais franchement ri et je pense que ce récit ne me laissera pas un souvenir impérissable. Mais il dépeint les hommes québécois avec tendresse et respect, à la fois séducteurs et galants et j'ai beaucoup aimé ça.
«Pour une fois qu'il peut se montrer séducteur ou galant sans se faire traiter de macho paternaliste» J
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Autantenemportentleslivres
  05 décembre 2015
Résumé:
Elle, est française et parisienne. Lui, n'est pas du pays. Rien ne laissait supposer qu'ils allaient se rencontrer et se plaire. Et pourtant. Après avoir connu de nombreuses catastrophes sentimentales, elle l'a peut-être trouvé, enfin. Se pourrait-il qu'il soit l'homme idéal? Alors quand il lui propose de venir passer quelques jours chez lui, elle n'hésite pas très longtemps. La voilà partie pour une expérience hors du commun au pays des caribous, du froid et où les habitants parlent d'une étrange façon. L'habitant ne parle pas d'ailleurs: il jase. Il n'embrasse pas: il french. Il ne se déshabille pas: il se crisse à poèll. Vous l'aurez deviné: il est Québécois.
Mon avis:
Je remercie tout d'abord ma copine Marion pour m'avoir prêté ce livre que j'ai tout de suite commencé, car le résumé cocasse annonçait une lecture drôle et divertissante. Et je n'ai pas été déçue.
J'ai adoré ce roman. Je ne connaissais pas du tout l'auteure. Je ne sais d'ailleurs pas si elle est déjà allée au Québec, je n'ai pas vu de mention de ce genre dans sa biographie, mais elle décrit à merveille cet endroit, ses coutumes et cette façon de parler si particulière, mais non moins dénuée de charme.
Comme si on y était, on embarque avec l'héroïne de son roman dans ce pays aux températures polaires,pour y rejoindre un peintre Québécois qu'elle a rencontré à Paris. Elle va se retrouver dans un petit village, dans un chalet isolé au milieu des lacs et des caribous et elle va devoir se débrouiller avec le dialecte local. C'est un roman franchement hilarant. La différence linguistique donne souvent lieu à des quiproquos très drôles entre nos deux protagonistes. Je vous mets quelques répliques pour vous donner une idée de la chose:
"Il est tard et Cendrillon a pris un méchant coup de vieux. le soulier de vair en vrac, il faut que je file avant qu'il ne me voie à la lumière du jour dans cet état.
-T'es ben trop chaude pour conduire.
-Pardon?!
-J'appelle un taxi.
-Mais tu peux pas dire ça, je me suis bien tenue!
-ça veut dire que t'es trop saoule." (p.47)
Vous l'aurez compris le choc culturel est de mise dans ce livre. Mais pas que. L'auteure nous parle avec humour des difficultés rencontrées, des appréhensions que l'on a au début d'une relation amoureuse. le premier baiser, la première fois, la pudeur, les problèmes de filles et tout ce qu'on aimerait garder secret sur nos habitudes de célibataire, telles que l'épilation plus qu'occasionnelle...On se retrouve forcément dans l'héroïne de cette histoire romantique, mais qui semble au finale si réelle, si proche de nous.
'' de retour dans le lit, il se love contre moi, je ne peux plus m'échapper. Question cruciale: comment faire savoir à un homme que l'on est indisposée, sans perdre de sa classe, ni de son potentiel de séduction?( ...)
- Ecoute, je sais pas comment te dire ça, je peux pas ces prochains jours... surprise!
-T'es-tu donc dans ta semaine? me demande-t-il totalement détendu.
- C'est pas la bonne semaine en tout cas.
-Chez vous on dit comment?
-Chez nous on dit pas!
- Mais comment un homme peut savoir alors, si vous dites rien?
- Si on va aux toilettes avec notre sac, c'est pas pour lui faire prendre l'air!" (p 74/75).
Diane Ducret à une plume légère, ''cash'', mais tellement humoristique, un peu à la Sophie Kinsella ou d'Helen Fielding pour ceux qui ont lu Bridget jones.
C'est un roman dépaysant, qui nous donne envie de faire des balades en traîneaux dans la neige et de manger des sucettes au sirop d'érable dans un jacuzzi extérieur par -20°C. Les Québécois sont décrits ici comme des gens chaleureux, attachants et très hospitaliers, ce qui m'a donné envie de découvrir un jour ce pays.
De plus, la fin bien qu'un peu décevante, car ce n'est pas la fin que moi j'avais imaginé, comporte une morale qui nous pousse à réfléchir, à nous remettre en question sur nos attentes et sur ce qui fait le vrai bonheur d'un couple. La dernière phrase, comme à l'image de tout le roman, comporte encore une fois une note d'humour qui nous fait déjà regretter de l'avoir terminé.
Pour conclure:
Que dire de plus à part foncez. Allez-y les yeux fermés c'est un régal!
Ma note: 18/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lesratsdebib
  06 février 2018
Nom d'un caribou, mince, je suis dans le mauvais pays ! Bon, avant de prendre mon billet aller sans retour dans les deux secondes qui viennent, je vais m'en assurer un minima avant !
Notre protagoniste à la plume légère, drôle et qui n'hésite pas à décortiquer de temps en temps la manière de faire et de penser de nos amis les hommes, rencontre un soir un beau sublime magnifique apollon. Doté d'un sourire, d'un esprit qui ne s'embarrasse pas des conventions coincées de la séduction parisienne et d'un humour redoutable, notre narratrice tombe sous son charme. Manque de bol, notre bellâtre est québecois (ce n'est pas ça le drame, calmons-nous) et doit retourner dans sa glacière canadienne le lendemain. A peine arrivé chez lui qu'il l'invite une semaine, il lui paye son billet (classe) et l'accueille.
L'occasion donc de nous confronter au froid, au gosse, de partir à la découverte du beau québecois, de sa langue, et de la vie en couple.
Cette aventure « sentimentale » se dévore très vite, telle une bonne pancake au sirop d'érable à déguster à l'heure du goûter, avec une pincée de philosophie sur les hommes et le couple, et une généreuse cuillère à soupe d'humour. Bref, il ne vous fera pas de mal si vous tombez par inadvertance dedans !
J'ai quand même un petit bémol (l'orignal, tu te calmes, ne me fonces pas dessus, s'il te plaît!), allez, on va plutôt parler de frustration personnelle : quel dommage qu'il n'y ait pas de lexique des mots et expressions québecois utilisés dans ce roman ! C'est drôle, ça le serait encore plus si on comprenait le sens ! Moi je voulais rire à gorgé déployée, à faire trembler les murs, surtout quand je remarque que mon désir était réalisable ! Après je veux bien saisir que le fait que ne soit pas traduit, on se sent comme la protagoniste, dans l'incompréhension ou le décalage horaire langagier, ce qui donne un récit réaliste. Mais j'aurais bien aimé me la péter en ayant appris deux ou trois mots/deux ou trois expressions ! Je n'avais plus qu'à m'entraîner pour l'accent, et le tour était joué ! Flûte !
Et deuxième bémol (aiiiieeeeeuuuhhhh ! ), allez, on va plutôt parler d'admiration personnelle : dis donc elle en a de la chance d'avoir ses règles QUE pendant deux jours ! En terme de rapport temps/réalité, je crispe un peu des fesses !
Mes bémols s'arrêtent ici (piquez-moi cet animal!), ma chronique également, on peut donc conclure que l'affaire est ketchup, et par cette expression je vous prouve que je finis quand même par péter de la broue !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart   24 juillet 2017
Comme il ne faisait pas assez froid, le québecois mange de la glace en hiver. C'est pour être en température égale avec l'extérieur ou par défi envers le reste du monde. Nous, on a le tour de France et les chateaux de la Loire, eux ils sont capables de manger des glaces quand il gèle à vous en faire crever les boyaux."
Commenter  J’apprécie          212
Lizzy135Lizzy135   04 octobre 2015
La française, elle, ne chasse pas, mais roucoule comme la perdrix sous les feuillages en attendant d'être débusquée. Une française séduit rarement, elle est séduite. Si elle doit sortir de son statut d'objet convoité, elle vous le fera payer : elle se demandera toujours si vous la désirez vraiment et, comme c'est une femme, conclura par la négative, et attendra immanquablement des preuves du contraire, qui jamais ne suffiront à la rassurer. Elle pardonne rarement une occasion manquée et préfère les offensifs. Elle adore celui qui l'écoute pendant des heures, mais couchera avec celui qui lui impose son temps, ses modes. Lorsqu'une française abat ses cartes, il faut prendre la main sans attendre, elle supporte mal les délais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
iris29iris29   22 février 2016
On calcule l'intérêt sexuel d'une femme au nombre de tenues prévues pour le premier rendez-vous ,multiplié par le nombre d'amies auxquelles elle en a parlé , divisé par la date de son dernier passage chez l'esthéticienne . Personnellement , l'ensemble de ma garde-robe est éventrée sur mon lit , j'ai retourné mon appart , tout mon répertoire est au courant , j'ai laissé tout mon livret A chez l'esthéticienne ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SuperPommeSuperPomme   09 avril 2016
Me voilà revenue à la case départ. A la recherche d'un homme sans codes imposés ni faux-semblants, dont le rire ramènerait le soleil quand les nuages plombent ma petite tête, qui ne me dirait jamais: "Arrête", mais: "Continue", qui m'aimerait comme l'enfant que je ne cesserai jamais d'être et comme la femme que je ne serai jamais tout à fait, qui m'aurait choisie, moi, autant que je l'aurai choisi, lui, et qui me donnerait l'impression d'avoir trouvé ma maison sur terre, mon éden.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
iris29iris29   23 février 2016
En apercevant mon reflet dans le miroir en face de moi , j'ai l'impression de ressembler à la Joconde . Je crois que je viens de percer à jour le secret du demi-sourire de Mona Lisa . Un type vient de lui dire :"Je suis pas prêt".
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Diane Ducret (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Diane Ducret
Retrouvez vos "Live Books" du neuvième numéro de Gérard Part En Live ici :
De beaux jours à venir de Megan Kruse et Héloïse Esquie aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/104144-divers-litterature-de-?
Toxique de Niko Tackian aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/102121-divers-polar-toxique.h?
Fantazmë de Niko Tackian aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/102451-divers-polar-fantazme.?
La Voix des vagues de Jackie Copleton et Freddy Michalski aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/108011-divers-litterature-la-?
La Valse des arbres et du ciel de Jean-Michel Guenassia aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/106030-divers-litterature-la-?
Les grands duels qui ont fait le monde de Alexis Brézet et Vincent Trémolet de Villers aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/106811-encyclopedie-les-grand?
Les indésirables de Diane Ducret aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/100303-divers-litterature-les?
New York odyssée de Kristopher Jansma aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/102490-divers-litterature-new?
Un clafoutis aux tomates cerises de Véronique de Bure aux éditions J'ai Lu https://www.lagriffenoire.com/100415-divers-litterature-un-?
Villa Taylor de Michel Canesi et Jamil Rahmani aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/107879-divers-litterature-vil?
Visitez notre chaine Youtube et abonnez-vous ! : http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables.
Gérard Collard - Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : québecVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13751 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .