AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Alex Lhermillier (Traducteur)Nelly Lhermillier (Traducteur)
ISBN : 2253114723
Éditeur : Le Livre de Poche (01/10/2005)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 14 notes)
Résumé :

Dora Maar, Henriette Théodora Markovitch de son vrai nom, est née à Paris en 1907 d'un père croate, architecte, et d'une mère française, catholique fervente. Après une enfance austère passée à Buenos Aires, elle revient à vingt ans dans sa ville natale et s'y impose comme photographe surréaliste. Muse de Man Ray, compagne du cinéaste Louis Chavance puis de Georges Bataille, elle ne tarde pas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
kielosa
  14 juin 2018
Alicia Dujovne Ortiz, née à Buenos Aires en 1939 où elle est diplômée en philo et lettres, s'est réfugiée à Paris en 1978, après l'instauration de la dictature militaire de Jorge Rafael Videla. En France, elle a collaboré à "Le Monde" et est devenue conseillère chez l'éditeur Gallimard.
Elle a publié des recueils de poèmes et de nombreux romans, mais est connue chez nous surtout comme auteure de biographies, notamment de l'écrivaine, poétesse et musicienne María Elena Walsh (1930-2011) ; Eva Perón "La madone des sans-chemise" (1995) ; de "El Pibe de Oro" ou le gamin en or, Diego Maradona et plus récemment de "El camarada Carlos", le terroriste vénézuélien, Ilich Ramírez Sánchez, surnommé le Chacal, en taule à Poissy dans les Yvelines.
Il y a un bout de temps que la figure énigmatique de Dora Maar m'intrigue. Peut-être pour une part tout bêtement parce que ce nom me chiffonnait, "maar" signifiant "mais" dans ma langue. Pour en savoir un peu plus, j'avais le choix entre différentes biographies, notamment celle de Nicole Avril "Moi, Dora Maar" de 2002 et de qui j'avais lu "La Disgrâce", qui ne m'avait guère convaincu, et celle d'Alicia Dujovne Ortiz "Dora Maar : Prisonnière du regard" de 2003. C'est finalement ce dernier ouvrage qui a eu ma préférence. Cela essentiellement parce que dans les critiques j'avais lu que le premier est assez superficiel, tandis que dans le second, l'auteure avait apparemment accompli de sérieuses recherches pour savoir le plus possible sur cette Dora et pas uniquement son rôle comme maîtresse de Pablo Picasso et sa place dans ce monde artistique de Paris des années 1935-1946.
D'ailleurs, les recherches de l'auteure se révèlent, au départ, assez problématiques : archives fermées au public, questions sans réponses précises, rumeurs contradictoires et renseignements tendantieux et fantaisistes ! Mais comme les "Mères de la place de Mai" (Madres de la Plaza de Mayo) des disparu(e)s de la Junta, notre Alicia Dujovne Ortiz s'obstine. Et voilà, en substance, ce qu'elle a réussi à découvrir sur cette égérie, muse et maîtresse de l'homme de Málaga.
Dora Maar est née en 1907 comme Henriette Théodora Markovitch à Paris. Son père, Joseph, était un architecte originaire de Sisak en Croatie et sa mère, Louise Julie Voisin, était venue de Cognac. Après Londres et le Cap, le couple s'installa à Buenos Aires, et ainsi leur fille de 3 ans devient Dora Enriqueta Markovich (sans t à la fin de son nom, car superflu en Espagnol), sur ses papiers argentins. Grâce à l'armateur le plus fortuné d'Amérique Latine, don Nicolás Mihanovich, Croate comme son père, celui-ci a pu construire 2 bâtiments célèbres, dont la fameuse "Torre de los ingleses" - Tour des Anglais, rebaptisée "Torre Monumental", après la Guerre des Malouines en 1982, car d'une hauteur de 75,50 mètres dans le quartier stratégique de Retiro. Sa mère, timide, méfiante et craintive, qui avait horreur de ce pays "primitif", décida en 1920, sous prétexte des études de sa môme intelligente, de rentrer à Paris. Dora avait 13 ans. "Cette tour (mirador) qui portait son nom et lui ordonnait : Mira Dora" ou 'regarde Dora' en Français, n'était pas le seul souvenir important du pays du tango qui a marqué sa petite enfance.
À Paris, après le lycée Molière, Dora avec son sérieux imperturbable, s'inscrit à l'École des arts décoratifs, assiste aux cours de peinture de l'académie Julian et fréquente l'atelier André Lhote, en même temps que le célèbre Henri Cartier-Bresson. Lire à ce propos l'excellente biographie de Pierre Assouline "Cartier-Bresson : L'oeil du siècle" de 2001, dans laquelle il la mentionne brièvement. La "brune chasseuse d'images" commence aussi à fréquenter les cafés de Montparnasse et Saint-Germain-des-Prés, où au Flore elle aperçoit Picasso. Plus tard elle faisait partie du groupe d'artistes autour de Jacques Prévert. Armée de son diplôme de photographie, elle commença à développer son propre style, et après quelques années de "travaux alimentaires" de photos de mode et de nues pour des revues de charme, elle "accéda véritablement à son plus haut niveau personnel", selon l'auteure en 1932-1936.
C'est en octobre 1935 aux Deux Magots que Dora, 28 ans, entre dans la vie de Picasso, 53 ans, comme le numéro 5 de ses relations plus ou moins longues, après Fernande Olivier, Eva Gouel, Olga Kokhlova, et Marie-Thérèse Walter, et avant Françoise Gilot et Jacqueline Roque. C'était aussi l'année de la naissance de sa fille, Maya Widmaier-Picasso.
Je vous laisse découvrir la relation tumultueuse de Dora avec l'auteur du fameux tableau "Guernica", qui dura 8 ans, jusqu'en 1943. Pour être honnête, le personnage de Pablo Ruiz Picasso (1881-1973) ne m'est guère sympathique. Il y a des années, j'ai lu sa biographie par Arianna Stassinopoulos Huffington "Picasso, créateur et destructeur" et il m'a fallu un effort pour en arriver à bout, non pas qu'il s'agit d'un mauvais ouvrage, mais tout simplement parce que son héros m'a tellement déplu. Et bien qu'il soit un des monstres sacrés de la peinture et qu'il faille être snob ou ignare pour le contester, franchement je ne voudrais pas accrocher beaucoup de ses tableaux - surtout de sa période cubiste - au-dessus de mon lit, y compris ses portraits de Dora Maar.
Pendant cette relation elle abandonna la photographie pour la peinture, mais ce n'est qu'après qu'ils cessaient de se voir que son talent s'épanouit. de 1946 jusqu'à sa mort en 1997, à l'âge de presque 90 ans, Dora Maar a mené une vie de recluse, en proie à des dépressions et soins psychiatriques, entre autres par le célèbre Jacques Lacan, qui a essayé de la guérir avec des électrochocs (interdits par la loi) et apparemment sans succès. Pendant plus d'un demi-siècle, elle a donc été une isolée volontaire qui s'occupa de peinture et mysticisme entre Paris et Ménerbes dans le Luberon.
Cette biographie d'un personnage quasi insaisissable est fondée sur des recherches admirables par son auteure et vaut la peine d'être lu pour son évocation d'une époque intéressante et d'un large cercle de grands noms d'artistes. L'index fort utile en fin de volume compte 11 pages.
L'ouvrage d'Alicia Dujovne Ortiz, qui se lit facilement, y aurait gagné si elle avait supprimé certains détails d'importance toute relative.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4710
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SophiePatchouliSophiePatchouli   31 juillet 2014
Prologue avec lumière masquée (premières pages)



Le 15 mai 1945, le photographe Brassaï décrivait dans son journal l'une des nombreuses scènes qu'il relatait chaque jour de sa relation avec Picasso.

Ce matin-là, le Malaguène était en veine. La libération de Paris et le printemps arrivaient de concert. Il venait d'avoir une conversation des plus interréssante avec Malraux, récemment débarqué à Paris avec son béret de résistant, et s'apprêtait à déjeuner avec un grope d'amis au restaurant du coin, Le Catalan, rue Saint-André-des-Arts. Parmis eux, entre autres, se trouvaient deux de ses fidèles, le poète Paul Eluard et la compagne de celui-ci, la fragile et provocante Nusch.

"Une neuvième place encore vide est réservée à Dora Maar [...] Nulle part sa conversation n'atteint son plein régime de drôlerie et de fantaisie comme à table, pendant le repas, entouré d'amis. Il abonde alors en histoires malicieuses, en cancans, en souvenirs, fuse et étincelle de calembours, de paradoxes..."

[...] Dora Marr arrive. Elle est sombre. Elle serre les mains, elle serre les dents sans un mot, sans un sourire. Elle s'assied. Deux minutes ne sont pas écoulées lorsqu'elle se dresse et dit :" J'en ai assez, je ne peux pas rester. Je m'en vais..." Et elle quitte la salle...

"Picasso, qui n'a pas encore eu son chateaubriand, se lève et court après son amie Le départ de Dora fut si brusque qu'il ne put la retenir... Nous continuons à parler, mais le repas est troublé. Ces deux places vides coupent notre appétit... Nush Eluard avec son beau sourire, se penche vers moi et me dit : " Ne nous en faisons pas ! Histoire de femme! "

" Une heure plus tard hirsute, affolé, épouvanté, Picasso réapparaît au Catalan. Je n'ai jamais vu un tel désarroi sur son visage."Paul, viens vite, j'ai besoin de toi..." dit-il à Eluard. Le poète se lève et suit Picasso. Nous n'osons plus quitter la table. Il est déjà quatre heures et nous les attendons toujours. Une éternité. Ni l'un ni l'autre ne reviennent. A cinq heures nous partons."

Trois jour plus tard, le vendredi 18, Brassaï rencontre à nouveau Picasso. Ils se sont donné rendez vous au Café de Flore. Picasso dit soudain :

"Je connais une jeune femme. Elle a eu une dépression. Elle s'est imaginé être une reine... Et pas n'importe quelle reine, mais la reine du Tibet ! Et elle se comporta aussitôt en reine. Elle n'a plus voulu se chausser : une reine marche pieds nus. Elle n'a plus voulu manger : une reine, n'est-ce pas, est au-dessus de ces choses... Et elle a parlé tout le temps d'un duc... "Le duc a fait ceci...", "Le Duc a fait cela..." Mais, quand on lui a parlé de ce duc , elle a parlé de ce duc, elle a répondu :"Il n'est plus duc, il a été nommé comte !"

"Jacques Prévert : C'est merveilleux ! Un duc qui a été nommé comte !

" Picasso : C'est merveilleux et c'est inquiétant. Nous sommes dans la féerie et dans le cauchemar... Où est la frontière entre l'imagination et le délire ?"

Brassaï ajoute dans une note en bas de page : "Cette personne était Dora Maar. Depuis le déjeuner au Catalan, elle souffrait d'une dépression nerveuse."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   15 juin 2018
L'autorité médicale oublie parfois d'administrer un remède plus efficace que toutes les machines violentes, qu'elles aient pour nom sismothère ou silicium : le respect.
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Alicia Dujovne Ortiz (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alicia Dujovne Ortiz
Alicia Dujovne Ortiz & Emilie Doz .Librairie El Salón del libro21 rue des Fossés Saint-JacquesParis 5e www.salondellibro.fr
Dans la catégorie : Peinture françaiseVoir plus
>La peinture et les peintres>Histoire et géo. de la peinture>Peinture française (256)
autres livres classés : dora maarVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
669 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre