AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070344371
Éditeur : Gallimard (05/02/2009)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 55 notes)
Résumé :
Réfugiée anonyme dans les nuits glaciales de Bergen, Clara Werner a fui l'aveuglante lumière et le soleil écrasant de la médina de Fez. Sur sa route chaotique et malheureuse, Bergen est la dernière étape avant le pôle, l'extrémité du globe, la limite de sa géographie intérieure. Comme cette vieille terre ravinée aux entailles profondes, le corps de Clara est le reflet des meurtrissures de son histoire. Marquée par les bras qui ne l'ont pas étreinte, par les tendres ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  25 avril 2017
Si l'histoire commence à Fès, dans la Medina, je la retrouve à Bergen, cette jeune fille frêle et fragile, tout au Nord de l'Europe, au Nord de la vie, du froid et des ancêtres viking qui boivent leur cervoise dans des crânes humains. Il pleut, comme tous les jours. La nuit tombe vite mais des étoiles scintillent encore dans le ciel. Probablement l'âme des ancêtres qui veillent sur les corps encore vivants. Mais j'apprends vite qu'elle n'est plus vraiment vivante. Un passé lourd, des coups et une fuite. Bergen, comme une échappatoire avec vue sur la mer, mais pas la Méditerranée.
Je pousse une porte, un pub bruyant, des hommes bourrus qui chantent, lancent des fléchettes et cognent des choppes en métal. « Krol » ! En tous sens. Cela « krol » de partout – et j'ai oublié de mettre une sk[r]oll au frais. La langue y est inconnue, mais belle. Au Maroc aussi, elle m'était inconnue mais me paraissait moins belle, plus écorchée. Elle, je la sens justement écorchée, comme une abandonnée de la vie, malgré ses vingt-trois printemps. Comme quoi, certaines blessures physiques atteignent au plus profond de l'âme.
Je pousse une autre porte, celle d'un accordeur. Drôle de métier me diras-tu, d'autant plus que tu n'y trouveras aucun instrument de musique. Juste une musique, celle d'Edvard Grieg. Pour le repos de l'âme. Pour relâcher les muscles. Et le souffle. Souffler, elle en a bien besoin. L'accordeur l'a vu, de suite. Il répare les corps, en même temps que les âmes. Avec patience, avec écoute. Ne pas brusquer un corps défait. le temps ne presse pas, surtout qu'il pleut dehors. Se laisser bercer par la musique, écouter le son de son coeur, la musique de son âme. La vie est devant soi, se dit-il. Alors ne pas la brusquer. L'attendre à chaque rendez-vous. le moment viendra où elle se relâchera, comme on relâche ses cheveux au vent. A ce moment-là, il pourra accorder son corps à son âme.
Une troisième porte s'ouvre. Je glisse un oeil, des tableaux, des toiles d'un vieux peintre alcoolique. Lui aussi a arrêté de peindre. Il a perdu l'amour, l'âme du peintre. Mais peut-être qu'avec elle, il redécouvrira la beauté. La beauté du monde, sa beauté à elle. Peut-être. Parce qu'il voit surtout sa souffrance, ses bleus dans la nudité bleutée qu'une lune nordique éclaire. Les bleus de l'âme.
Lien : http://memoiresdebison.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          4910
Chrisdu26
  04 avril 2017
Je suis accordeur à Bergen. Dans la famille nous accordons de père en fils. Mais faut-il parler d'instruments quand il s'agit du corps humain ? Avant de poser mes mains qui guérissent de tout ou presque, j'apprivoise, j'écoute les silences entre les mots et dans les mots. J'observe les gestes, je caresse du regard puis elles effleurent et se posent sur la chair ébranlée et comme dans un livre en braille, mes mains me racontent l'histoire d'un corps désarmé.

Splendide et diaphane, elle a poussé la porte puis est entrée dans un silence assourdissant. A la minute où elle m'est apparue j'ai compris que mes mains seraient vaines. Les maux à fleur de peau, un corps en désaccord mais je ne voyais qu'elle, Clara.
Clara existe à peine ou si peu. A 23 ans, elle supporte son être avec résilience. Chaque interstice de ce corps étranglé porte les stigmates du désamour et le poids des regrets. La mère, avare de tendresse, ne lui a donné que la vie. Puis un homme qui ne trouve sa virilité que dans le despotisme et les poings, la pousse à fuir avant de défaillir.
A bout de défense, Clara quitte Dublin puis la France. Elle fuit une mère avide de sentiment et un homme qui l'aime trop, qui l'aime mal. Une annonce dans le journal, « Recherche biologiste océanographe à Bergen en Norvège », et c'est l'occasion rêvée pour tout laisser derrière elle. Mais ses vieux démons ne cessent jamais d'exister et l'étouffent peu à peu. L'oxygène lui manque, même au pôle mort.
Le corps de Clara n'est plus en symbiose avec son esprit. Brisée de l'intérieur, sa chair s'est comme fossilisée, un coeur en hibernation hermétique à toute vie. Ce corps tendu à rompre ne lui appartient plus. Il est comme un geyser en ébullition. Comment tient elle encore debout avec ses maux qui la gangrènent ? Ce mal qui coule dans ses veines n'est ce pas la source qui la maintient encore en vie ? Elle est un mystère que mes mains aimantes ne peuvent toucher, pas encore, de peur de la briser. Suivre ses courbes lentement et elles me guideront à l'onde de choc.
Clara… Clara… Clara…
Le mal de mère, quand on cherche bien on finit toujours par crever…



Lien : http://marque-pages-buvard-p..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Renatan
  20 janvier 2017
« Jamais je n'ai eu sous les yeux une partition aussi complexe et délicate que la membrure de Clara Werner. Son corps mérite de l'inédit, un mouvement singulier pour main seule, une main qui improvise, une main qui apprivoise »
Ça y est, je l'ai trouvé, enfin, et je le tiens entre mes mains… C'est ce que je me suis dite en découvrant ce petit livre de Fottorino, soulagée d'avoir repéré le roman qui offrirait à mes sens cette idée d'avoir déjà vécu ma vie, littéralement parlant, d'en avoir éprouvé les plus belles sensations d'amour. Et puis, au final, l'auteur n'est pas allé au seuil des émotions pures. Il s'est arrêté quelque part, alors que je croyais tenir à bout de doigts la promesse du sublime. Tout était là, pourtant. Les blessures d'une femme et les mains d'un homme, pour redonner vie à ce territoire intime et profondément fracassé.
Clara est biologiste. Elle fuira Fès, à l'âge de 23 ans, pour rejoindre l'Institut Océanique de Norvège, dans l'espoir d'une vie meilleure. Elle prendra surtout la fuite d'un mariage raté durant lequel elle sera victime de violence, de séquestration, des pires humiliations. Et son corps se souviendra, il portera les traces de la haine, du manque d'amour, d'une douleur sourde, du regret et du renoncement, aussi. Il sera en mille morceaux lorsqu'elle arrivera à Bergen, couverte d'eczéma. C'est ainsi qu'elle punira son corps du bien-être qu'il éprouve…
« J'ai l'impression que l'accordeur a repéré une trace sur mon bras. Ses mains me font peur. S'il me touche, il va s'apercevoir que mon corps est en mille morceaux. Ou qu'il n'existe pas. Et s'il réveille ma première peau, ma peau d'avant les coups de minuit, ce sera pire encore. Il verra l'empreinte de ma mère… qui ne m'a rien donné, sinon la vie…»
Lui, on le surnomme « l'accordeur de corps ». Ce qu'il accorde aussi et surtout, c'est la confiance à ceux ou celles qui l'ont perdue. du bout des doigts, il ressent le chaos sonore des corps meurtris, la souffrance palpable des tissus abîmés. Et le hasard les mettra l'un l'autre sur le même chemin. Avec ses mains aimantes et douces, il l'aidera à retrouver ce qu'elle est, à lui redonner cette part de valeur qui lui revient, en tant que femme. Il fermera les yeux, pour mieux la ressentir, pour lui faire découvrir les limites de son corps, les fissures, les traumatismes. Pour atteindre l'intérieur de ses frontières intimes. Il sera son ultime pourvoyeur de caresses. Mais il faudra beaucoup de temps pour accorder le corps d'une femme qui ne s'aime plus…
« Je suis un accordeur de corps. J'accorde les muscles et les vertèbres comme un guérisseur de piano rend leur souplesse aux cordes martelées de la table d'harmonie. C'est toute ma vie, accorder. Au fond, je ne connais pas d'oeuvre plus humaine ».
L'histoire en soi se laissait savourer, à rythme lent, jusqu'à l'arrivée d'un troisième personnage, peintre. Il posera un regard sur les souffrances de Clara, là où l'accordeur de corps y aura posé ses mains. Ce personnage n'ajoutera rien à l'histoire, sinon qu'il tentera de redonner confiance à Clara en éveillant sa beauté. Je n'ai pas saisi les motivations de l'auteur à ce sujet. Autrement, les images sont magnifiques, j'ai surligné plusieurs passages au fil de ma lecture. Certains symboles sont aussi très forts. Mais il manquait un je ne sais quoi dans l'élaboration des sentiments. Pas que je me sois attendue à des ébats amoureux à ne plus finir, mais certainement à une reconnaissance des gestes posés, en retour. C'est donc la finalité qui m'a laissée sur ma soif, toujours à l'affût d'un certain éveil chez Clara. Aussi respectueusement que ses mains caressaient son corps, jamais n'est exprimé le bien-être profond qu'elles ont sur le grain de sa peau. le territoire est fragile, certes, mais la reconstruction de l'âme est aussi possible. C'est ma seule déception…

Lien : http://www.lamarreedesmots.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          103
anlixelle
  23 janvier 2017
Très jolie écriture qui raconte le pouvoir d'un homme pour sortir une femme meurtrie et enfouie sous des couches de maux somatiques.
A ne pas lire quand on ne va pas bien physiquement, car le tout est somme toute assez pesant.
Commenter  J’apprécie          150
jfponge
  22 novembre 2015
Clara Werner est une jeune femme meurtrie dans son âme et sa chair. Elle a quitté un mari violent et une mère indigne pour une Norvège où elle espère panser ses blessures et trouver enfin la sérénité. Loin de ce Maroc enfermé dans des principes d'un autre âge, qu'elle a fini par détester, elle va rencontrer un personnage étrange, "l'accordeur" (on ne saura pas son nom), qui a reçu de son père un don lui permettant de soigner ce que l'on appelle aujourd'hui les maladies psychosomatiques. L'eczéma dont souffre Clara va être pour lui l'occasion de mettre en pratique son savoir sur un corps et un coeur brisés à qui il va tenter de redonner le goût de la vie. Au-delà de la trame romanesque, sans grandes surprises, tout l'intérêt de ce court roman tient à ce que l'on pourrait appeler le "fond d'écran". La peinture et la musique, si prégnantes dans la patrie des deux Edvard (Grieg et Munch), imprègnent la narration croisée de Clara et de son sauveteur, déroulant le fil ténu du souvenir. Un roman délicat, merveilleusement bien écrit, qui ravira l'amateur de beaux livres et d'énigmes psychologiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   13 avril 2017
La plaque de cuivre vissée à la porte de mon cabinet prête souvent à confusion. Je le savais en demandant au graveur d’inscrire ce simple mot : accordeur. En réalité, j’accorde d’étranges instruments, mais faut-il parler d’instruments quand il s’agit de corps humain ? Plusieurs fois par jour, on me sollicite pour un violon mal en point, les cordes détraquées par le froid. Dans la patrie de Grieg où tout un chacun a essayé au moins une fois d’interpréter sa fameuse suite de Peer Gynt, le plus humble foyer abrite un violon et son archet. Lorsque l’apprenti musicien de la famille mesure la difficulté à devenir Edvard Grieg et met sur le compte du mercure son impossibilité à remuer les doigts aussi vite que l’exige la partition, comme si Grieg avait mis des gants pour réussir, l’instrument est rangé avec une vénération perplexe. Mais quelque temps s’écoule et il se trouve toujours un audacieux ou un inconscient pour tenter sa chance, ce qui explique le surmenage des accordeurs à Bergen, les écarts de température ayant raison des réglages au millimètre du crin de cheval. Aux visiteurs heureux de me découvrir les mains libres dans mon cabinet, qui vérifient sans m’écouter l’absence miraculeuse de file d’attente et de violons en souffrance, je propose, une fois leur déception passée, trois adresses d’authentiques accordeurs. Cette entraide est bien naturelle. Il arrive qu’un de ces maîtres m’envoie un teneur de violon malhabile dont le mouvement imparfait du bras éreinte les cordages. Là, c’est à moi de jouer. Je suis un accordeur de corps. J’accorde les muscles et les vertèbres comme un guérisseur de piano rend leur souplesse aux cordes martelées de la table d’harmonie. C’est toute ma vie, accorder. Au fond, je ne connais pas d’œuvre plus humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
le_Bisonle_Bison   07 avril 2017
Qui n’a pas vu la pluie tomber à Bergen ne sait rien de la pluie. Chaque jour il pleut. Ici, lever les yeux vers le ciel n’est pas un signe d’espoir mais de résignation. Une pluie qui ne mouille pas, prétendent les Bergenois pour faire bonne figure devant une étrangère. C’est vrai qu’elle ne mouille pas, à condition de lui échapper, de pousser la porte d’un de ces pubs où la bière pression et les jeux de fléchettes s’y entendent pour égayer les nuits précoces de la cité hanséatique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
le_Bisonle_Bison   18 avril 2017
J’ai commandé un Viandox et je me suis installée au fond d’un gros fauteuil aux accoudoirs brûlés par la cendre des cigares, devant une table de bois rouge tachetée d’alcools. Personne ne s’occupait de moi. J’étais tranquille dans ce brouhaha de norvégien délicieusement incompréhensible, sauf les sempiternels « krol » ponctuant le choc des verres à poignées.
Commenter  J’apprécie          190
le_Bisonle_Bison   22 avril 2017
Puis, soudain, au dessus du piano, inaccessible, s’éleva le chant aigu d’un violon, superbe, isolé, fragile, semblable au cri modulé des fous de Bassan lorsque les submerge l’appel du nid.
Commenter  J’apprécie          240
Chrisdu26Chrisdu26   12 avril 2017
L'accordeur veille à ne pas poser ses mains sur moi. Il reste silencieux. Les balles vont et viennent. Pour la première fois leur contact me chatouille très légèrement. Si l'accordeur parle, il se limite à m'indiquer la région. Je longe vos lombaire. J'approche de la région sacré. Il n'imagine pas l'effet de ces mots sur moi. Une région sacrée sur le corps de Clara Werner ! La mère le savait-elle ? Et Anas ? Si c'est sacré, on ne touche pas. Ils m'ont fait tellement de mal avec leur religion, les curés qui confessaient la mère, et les Boul Bachir de Fès toujours courbés sur leur tapis de prière, dans la position de leurs servantes qu'ils sodomisaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
Videos de Eric Fottorino (37) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Fottorino
Vincent Martigny et Éric Fottorino - Dire la France : culture(s) et identités nationales : 1981-1995
autres livres classés : corpsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
280 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre