AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2764809778
Éditeur : Libre Expression (05/05/2014)

Note moyenne : 3.46/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Montréal, 1891, le corps mutilé d'une femme est découvert dans une rue du Red Light. Ce sera le premier d'une série de meurtre comme Montréal n'a jamais connu. Jack l'Éventreur a-t-il un imitateur où l'Amérique est son nouveau terrain de jeu? Policiers et et journalistes ne s'intéressent pas à ces meurtres. Seul Joseph Laflamme fouille l'affaire, à ses risques et périls.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
belette2911
  13 octobre 2019
Deux personnages me font relever la tête, tel un chien qui vient de flairer la piste d'un gigot : Sherlock Holmes et Jack The Ripper.
L'un appartenant à la fiction et l'autre à la réalité. L'un redressant des torts, se trouvant du bon côté de la loi et l'autre un criminel. Cherchez pas à comprendre.
Donc, un roman intitulé « Jack » ne pouvait que me faire dresser la tête, même dans une fiction et ma PAL étant ce qu'elle est, ce roman y a pris la poussière.
Si on commence assez doucement dans l'histoire, c'est pour une bonne cause, il faut placer les décors, les protagonistes, les faire bouger devant nos yeux, faire en sorte que l'on s'y attache, que l'on se pose des questions, que l'on suppute, que l'on tremble un peu, que notre nez se plisse devant la barbarie des assassinats…
Joseph Laflamme m'a bien plu, sa frangine aussi. Ils sont humains, réalistes, tirent le diable par la queue et Joseph va vider la sienne chez une prostituée et en est amoureux. L'imbécile heureux qui pense qu'il va la sortir de ce milieu alors qu'il a du mal à joindre les deux bouts (si je puis me permettre) financièrement.
À un moment donné, le roman est devenu addictif, on nageait en plein mystère, on avait des meurtres sordides, des flics qui ne faisaient pas leur boulot, un Joseph enquêtant lui-même, des personnages énigmatiques, l'ombre de ces pauvres francs-maçons sur qui planait encore les soupçons…
Bref, j'ai à fond dedans, bien plongée dans ce roman qui me décrivait si bien le Montréal de 18991, qui me donnait quelques atmosphères intéressantes, qui utilisaient des personnages qui me plaisait et qui ne donnait pas trop de révélations mais laissait planer un doute comme j'aime.
Certaines tirades des personnages piquaient juste où il le fallait, égratignant les financiers, les politiciens, le clergé.
Arrivé au final, à la révélation ultime du pourquoi des crimes, patatras, la cassage de gueule total car l'auteur n'a rien trouvé de mieux que nous ressortir une des théories à la con de Stephen Knight, celle que l'on retrouve dans le film « Meurtres par décret », à quelques détails près.
Non, pitié, pas cette théorie là que les ripperologues sont les premiers à dire qu'elle est à oublier puisque juridiquement impossible.
Ce genre d'accident (on va éviter de spolier, seuls les initiés comprendront) n'aurait jamais pu monter dessus ! La monarchie anglaise est rigide, guindée, olé-olé aussi, mais il y a des règles juridiques qui protègent et on n'y déroge pas. de plus, si la reine n'a pas consenti à la chose, alors quéquette, zéro droits !
De plus, étant donné que l'auteur inclus Martha Tabram, assassinée le 7 août 1888, cela nous donne un délai de trois longs mois pour éliminer ce qui doit être éliminé… Ça fait long, non ? Ça donne surtout le temps aux personnes misent dans le secret de foutre le camp, de se planquer et surtout, de se méfier.
J'avais déjà tiqué pour l'assassinat de Mary Jane Kelly qui, d'après le récit, semble se dérouler dans une chambre au premier étage, sur un couloir possédant plusieurs chambrées… Heu, nous sommes dans une fiction, certes, mais pourquoi changer la topologie des lieux ?
MJK avait une personne qui vivait au-dessus de chez elle (qui l'entendit chanter, même), mais sa porte donnait sur la rue, elle vivait au rez-de-chaussée (on entrait au N°13, Miller's Court par un passage entre le 26 et le 27, Dorset Street) et la porte était fermée lorsque Thomas Bowyer fut envoyé chercher les loyers qu'elle devait à son proprio, John MacCarthy.
Le carreau était cassé et Thomas glissa un oeil pour voir… Ce qu'il vit le fit sans doute blêmir puisqu'il alla chercher le proprio qui vint constater lui-même les dires du garçon.
Purée, c'est râlant ! Voilà un roman qui m'avait bien embarqué, qui me plaisait, malgré les libertés prises avec la disposition des lieux de chez MJK et bardaf, la catastrophe finale qui m'a fait gémir de douleur, de frustration car peu réaliste puisque juridiquement non avenue.
Nous sommes dans un roman, dans de la fiction, je l'admets, mais autant où je passerai les test ADN réalisés en 30 secondes par les Experts de tous poils (non réaliste), autant je coince sur l'irréalisme de cette théorie.
Et maintenant, les Romains vont s'empoigner car je suis face à une impasse pour la cotation du roman : il est bon, j'ai passé un bon moment mais l'explication finale a tout foutu en l'air. Mais elle sera une théorie tout à fait acceptable pour ceux ou celles qui n'ont pas ou peu de connaissance sur Jack The Ripper.
Comme je ne suis pas rancunière, fin du mois, je me ferai le tome 2 des enquêtes de Joseph Laflamme avec Jeremiah !

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
kimmessierauteure
  12 septembre 2019
En 1888, un tueur en série sévit dans les bas-fonds de Londres. En moins de quelques semaines, il assassine et ­mutile cinq prostituées, ce qui lui ­assure une couverture médiatique ­internationale et affole la population. Une enquête policière débute afin ­d'élucider les meurtres de Jack l'Éventreur. du jour au lendemain, la menace qui planait sur la ville disparaît, mais les crimes restent impunis. Au fil du temps, l'identité de Jack intrigue. Bon nombre d'auteurs émettent des ­hypothèses quant au mobile du tueur et s'inspirent de ce sombre personnage pour écrire leur roman.
Hervé Gagnon fait revivre Jack l'Éventreur dans Jack : une enquête de Joseph ­Laflamme. le récit, publié aux Éditions Libre Expression, dans la collection ­Expression noire, commence en 1891, à Montréal, soit trois ans après la ­disparition mystérieuse de l'Éventreur. Au mois d'août, par un matin de canicule, le corps d'une prostituée, horriblement mutilé, est découvert dans une rue du Red Light, mais ni la police ni la presse ne s'y intéressent. le jour même, le journaliste Joseph Laflamme se présente dans les locaux du quotidien le Canadien dans l'espoir de pouvoir rédiger un article en échange d'un montant d'argent. Malheureusement pour lui, le journal coupe dans ses dépenses et le rédacteur en chef ne peut lui offrir du travail. ­Découragé, Laflamme est sur le point de noyer sa peine dans l'alcool lorsqu'il ­découvre qu'un meurtre sordide a été commis à Montréal, coin Vitré et Saint-Dominique.
Craignant que la prostituée ­attaquée à coups de couteau soit la jeune femme dont il est secrètement amoureux, il se rend sur la scène du crime. Soulagé ­d'apprendre que la prostituée n'est pas celle qu'il croyait, Joseph voit soudain sa ­curiosité s'éveiller. Étant le seul journaliste à savoir que ce tueur fou se trouve quelque part dans la ville, il décide d'enquêter. En ­proposant des articles sur l'affaire, il espère ainsi obtenir un poste ­permanent au Canadien et sortir de la misère.
Au début du récit, Joseph ­Laflamme est motivé. Il découvre que le mode opératoire du criminel ressemble exactement à celui de Jack l'Éventreur et il réussit même à établir un lien entre le meurtrier et la Franc-Maçonnerie. le ­rédacteur en chef, flairant la bonne affaire, publie les articles de ­Joseph, mais, bien vite, l'enquête de Laflamme se ­transforme en ­cauchemar. Les agents de police, le clergé, la société secrète des Francs-Maçons ainsi que l'Éventreur le menacent. Certaines personnes en veulent à sa vie…
Ayant fait sa thèse de doctorat sur ­Montréal au 19e siècle, et étant fasciné par le cas de Jack l'Éventreur, Hervé ­Gagnon décide d'écrire un roman ­policier historique à la suite d'une ­demande faite par les Éditions Libre ­Expression. Jack est un suspense haletant ainsi qu'un mélange de faits réels et fictifs troublants. L'intrigue bien ficelée et la pertinence des détails en lien avec l'époque font en sorte que le récit captive et instruit. J'ai vraiment aimé les ­références à propos de la Franc-­Maçonnerie, une société dite « discrète » et significative dans l'histoire sociale du Québec, selon M. Gagnon. La Franc-­Maçonnerie trouverait ses origines chez les constructeurs de cathédrales de pierre du Moyen Âge. Travaillant sur des ­chantiers organisés en loges, les maçons « francs » devaient prouver leur appartenance à leur confrérie en donnant le bon mot de passe et la bonne poignée de main. En 1890, la Franc-Maçonnerie ­accordait de la valeur à la charité, la ­droiture, la rectitude, l'honnêteté et l'honneur. Hervé Gagnon donne une ­couleur particulière à son histoire grâce à cette société initiatique, qui, à travers le temps, a remis des centaines de milliers de dollars en bourses à des causes ­charitables et a été marquée par des ­personnalités publiques telles que ­Honoré Beaugrand et Gédéon Ouimet.
Depuis la parution de Jack, Hervé ­Gagnon a rédigé deux autres polars : ­Jeremiah et Maria. Son troisième roman policier, Benjamin, sera disponible en mars. L'auteur est présentement en train d'écrire Joseph. Vous pouvez suivre Hervé Gagnon sur sa page ­Facebook : www.facebook.com.
Lien : http://www.facebook.com/kimm..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SebastienCreo
  08 décembre 2015
Depuis la première apparition des meurtres de Jack l'Éventreur dans le district de Whitechapel dans les rues de Londres en 1888 beaucoup d'encre on coulé autant au niveau des écrivains que les scénaristes en tout genre. Tous on voulu élucider les meurtres et trouver le fameux meurtrier. Maintenant nous sommes en 2013 un écrivain québécois historien à la base décide de s'attaquer au mythe en créant cette intrigue historico-religieux de seconde zone. Je m'explique tout au long du récit, on avait droit au point de vue d'un journaliste Joseph Laflamme qui enquête. Les ficelles de cette histoire sont grossière telle des camions de chargement et qu'est-ce qui pousserait Jack l'Éventreur de faire un tour à Montréal pourquoi pas l'Inde ou l'Australie ? À un moment donné dans l'histoire le personnage fait allusion au tueur en série terme qui est arrivé en 1970 grâce au travail de Robert Ressler tout un anachronisme pour un historien. L'auteur aurait pu utiliser le terme "monstres psychosexuels" comme aurait dit les alienistes de l'époque. Non, ce livre ne restera pas dans mes favori surtout qu'il y a peine deux mois je lisais le roman de Patricia Cornwell (Jack L'Éventreur où je lui avait donné un étoile) pour celui-ci j'en donnerai une pointe d'une étoile. Durant ma lecture deux livres me sont venus à l'esprit: Caleb Carr (L'Alieniste) et Ellery Queen (Sherlock Holmes contre Jack l'Éventreur).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lilideslacs
  18 décembre 2016
De un, je ne connaissais pas l'auteur et c'est sur la recommandation d'un ami que j'ai acheté ce livre. Je n'ai nullement été déçue. J'ai littéralement adoré ce livre et les autres livres de la série. J'aime l'aspect historique, étant Montréalaise d'origine, les lieux mentionnés ne me sont pas étrangers et cela ajoute, pour moi, beaucoup. Les personnages sont tous super intéressants et attachants, sauf les méchants "of course". J'ai eu du mal à reposer ce livre pour aller dormir. Polar très prenant, et addictif :)
Commenter  J’apprécie          10
MarianneRichard
  18 janvier 2015
Premier roman policier présenté par cet auteur québécois, Jack est extraordinaire. À lire au plus vite!! 4,5 étoiles
Lien : http://mariannerichard.tumbl..
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LActualite   15 septembre 2014
Plus qu’un polar à vous tourner le sang, Jack est une reconstitution vivante de la métropole en 1891, doublée d’une passionnante histoire de la franc-maçonnerie au Québec.
Lire la critique sur le site : LActualite
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   10 octobre 2019
D’expérience, il connaissait les endroits et les recoins les plus sensibles de son corps et savait les titiller avec un doigté à nul autre pareil. L’adorable petit efféminé était ce qu’aucune femme ne serait jamais : la délicatesse avec un sexe d’homme. Jack avait fait appel à ses services par le passé même s’il coûtait cher, car chaque seconde de la torture qu’il savait si bien infliger valait son pesant d’or.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
rkhettaouirkhettaoui   22 novembre 2014
Elle rêvait de remiser une fois pour toutes ce sexe usé qui la faisait mal vivre et qui ne lui procurait pas de plaisir. Mais elle ne savait rien faire d’autre, et il valait quand même mieux se faire prendre à la sauvette, debout contre un mur dans une ruelle, que de gâcher sa vie dans une usine jusqu’à ce qu’un accident l’estropie et la jette à la rue. Le plus vieux métier du monde, disait-on.
Commenter  J’apprécie          40
belette2911belette2911   10 octobre 2019
Il posa l’oreille contre la porte et écouta longuement en retenant son souffle. Rien.

Soit les autres chambreuses étaient en train de se livrer à leur négoce avec un client, soit elles se saoulaient dans un des tripots qui pullulaient dans le quartier, soit encore elles cuvaient leur vin ou reposaient leur corps malmené.

Il tourna doucement la poignée et entrouvrit, les sens aux aguets.

Toujours rien. Il coiffa son gibus, se glissa dehors et referma la porte sans bruit en prenant soin de ne pas la verrouiller. Le cadavre de miss Kelly devait être retrouvé ; on devait pouvoir entrer librement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KassuathethKassuatheth   14 mars 2020
À ces mots, le visage de la religieuse se chiffonna...

Sans aucune gêne, elle le détailla delà tête aux pieds visiblement convaincue que son costume et sa fonction lui conférait le droit de juger ouvertement ses semblables.

Joseph reconnut sans mal la condescendance vêtue d'habits charitables.
Commenter  J’apprécie          51
MarianneRichardMarianneRichard   11 janvier 2015
Le revolver près de la main de Margaret Smith lui rappela que, malgré l'apparente civilité de la conversation, elle reposait sur un rapport de forces qui ne penchait pas en sa faveur et qu'il n'était pas libre de choisir d'entendre ou non la suite de ce que les agents de Scotland Yard tenaient à lui dire. P.192
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Hervé Gagnon (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Gagnon
21 mai 2015 / 19 h
La Librairie Monet, en collaboration avec les Éditions Libre Expression, vous invitent à une rencontre avec deux auteurs de polars québécois de renom : Laurent Chabin et Hervé Gagnon. C'est notre libraire Morgane Marvier, spécialiste du polar, blogueuse* et chroniqueuse* sur le sujet, qui animera cette rencontre.
Nos invités:
Laurent Chabin*
Laurent Chabin est un auteur prolifique, ayant à son actif une abondante production d'oeuvres pour les jeunes et une douzaine de romans pour adultes. Ses romans policiers sont noirs, à l'image du monde de violence, de fausseté et de cynisme qu'ils décrivent.
Le roman:
Quand j'avais cinq ans je l'ai tué !, 2015, Éditions Libre Expression, coll. Expression noire, 264., 9782764810873
Quand elle avait cinq ans, Lara Crevier a tué son père, elle en convient. Mais pourquoi Serge Minski, son amant, son âme damnée, revient-il avec insistance sur cet épisode de sa jeunesse qu'elle aurait peut-être préféré oublier ? Pourquoi l'interroge-t-il sur cet homme qui a disparu en ne laissant derrière lui qu'une flaque de sang et l'instrument de sa mort ? Et comment peut-il connaître le couple étrange qui a protégé et éduqué la jeune fille alors qu'elle n'en a jamais parlé à personne ?
Clairement, Minski cherche quelque chose. Ou quelqu'un. Ce n'est pas un aveu, puisque Lara ne nie rien. Mais les méthodes qu'il utilise sont assez tortueuses. Ce que découvrira Lara fera froid dans le dos à plus d'un...
Hervé Gagnon*
Hervé Gagnon détient un doctorat en histoire et une maîtrise en muséologie. Il a connu un grand succès au Québec et en France avec ses séries le Talisman de Nergal, Damné, Vengeance et Malefica. En 2014, il faisait avec son roman Jack une première incursion dans l'univers du polar.
Le roman:
Jeremiah : une enquête de Joseph Laflamme, 2015, Éditions Libre Expression, coll. Expression noire, 360 p., 9782764810613
Avril 1865. La guerre de Sécession tire à sa fin, et les membres d'une société secrète confédérée, les Knights of the Golden Circle, sont réunis au St. Lawrence Hall Hotel, à Montréal. Leur but : planifier une éventuelle reprise des hostilités et encaisser des traites bancaires américaines d'une valeur de 2,5 millions de livres sterling. Parmi eux, John Wilkes Booth, futur assassin du président Abraham Lincoln, a en sa possession un objet encore plus précieux. Février 1892. Des Noirs montréalais sont sauvagement torturés et assassinés à la manière caractéristique du Ku Klux Klan. le journaliste du Canadien Joseph Laflamme se lance sur l'affaire en compagnie de l'inspecteur Marcel Arcand, du Département de police de Montréal. Ils croiseront la route d'un personnage légendaire que l'on croit mort depuis 1882 et qui ne reculera devant rien pour retrouver ce que Booth a caché à Montréal.
La collection Expression noire
Expression noire rassemble des romans policiers et des thrillers québécois et étrangers de grande qualité, et s'impose de plus en plus comme étant la référence du polar au Québec.
Des auteurs reconnus tels que Mario Bolduc, Geneviève Lefebvre, Jacques Savoie et Johanne Seymour et plusieurs autres prêtent leur plume sanglante aux crimes sordides et aux sombres enquêtes afin de combler les amateurs de suspense et de sensations fortes.
+ Lire la suite
autres livres classés : sangVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1822 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre