AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Faustina Fiore (Traducteur)
ISBN : 2020605082
Éditeur : Seuil (02/05/2004)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 24 notes)
Résumé :

Giulia et Arianna sont deux amies inséparables. Un jour, en visitant une mine avec leur classe, Arianna se perd. Giulia, qui l’a suivie, se perd également. Mais avant d’avoir eu réellement le temps de paniquer, les deux amies se retrouvent, sans savoir comment, sur une île étrange, où le soleil n’en finit pas de se coucher... Après une grande frayeur causée par une bande d’enfants sauvages qui le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
JessicAlister
  12 avril 2017
L'île du temps perdu est une très belle découverte.
Arianna et Giulia se perdent dans une mine lors d'une visite scolaire. Loin de s'enfoncer dans les profondeurs de la mine, elles arrivent sur une île mystérieuse, où le soleil semble briller sans cesse. Elles y découvrent un monde parallèle, dans lequel se trouve tout ce qui est perdu, du poussin à la boîte de bonbons, en passant par la patience.
L'histoire est douce, elle invite à la paresse positive, au rêve. J'ai énormément apprécié les parallèles entre l'île et notre monde. Les expressions de la vie courante prennent un tout autre sens dans ce monde-ci (perdre la mémoire, perdre ses mots, perdre le fil, perdre son temps...). le texte très riche en calembours ravira les enfants curieux du sens des mots. Petit conte philosophique, c'est un invitation à l'oisiveté à laquelle je ne peux rester insensible.
Commenter  J’apprécie          60
VanessaV
  07 février 2017
Deux enfants, Giulia et son amie Arianna, se perdent dans une mine lors d'une sortie scolaire. Dans le noir, puis sur l'île. Un volcan expulse sur ces pentes tout ce qui a été perdu sur terre. Elles comme les objets, elles comme les monuments, elles comme les musiques pas encore écrites, elles comme les émotions.
Elles rencontrent les enfants habitant l'île. Passablement gentils jusqu'à ce qu'ils poussent dans une crevasse un vieux grand-père désorienté lors d'une sortie de sa maison de retraite. Comment choisissent-ils ceux qui ont le droit de vivre et les autres? Il faudrait avoir envie de rester sur ce lieu magique, ne pas souhaiter retrouver sa vie d'avant. Mais ce n'est peut-être qu'un qui-pro-quo. Jour après jour, elles découvrent tous les habitant, les enfants, les adultes, les perdus pour tous même pour l'humanité et l'existence des atolls d'îles par zone géographique de lieux de perte.
Les repères temporels sont différents, pas de véritable nuit, pas d'heure mais les grondements irréguliers du volcan. Cela ressemble à un pays merveilleux. Sur cette île, ceux qui se sont perdus, ceux qui sont à même de paresser, de rêver, de perdre du temps, de perdre le temps. Il y a même dans les trouvailles autour du volcan des magnifiques émotions (espoir, patience, courage, mémoire) à se masser sur le corps contenus dans du plancton ou des lapilli volcaniques. Prendre soin de ses rêveries, de soi.
Le lieu est magique mais il est aussi voué à se détériorer. N'existe-t-il pas derrière le marais des cannibales? Humains perdus comme tous mais ayant respiré près de fumerolles toxiques, le temps noir. Apathiques, se mangeant les uns, les autres, même eux-même. le gaz ne serait-il pas en train de se répandre? le marais les séparera-t-il toujours? Mais le monde réel est le pire dans ce désastre annoncé.
Il faudra prendre ses responsabilités, choisir l'action, vivre sur l'île ou retourner à la vraie vie... pour ceux qui peuvent.
Et puis le livre est un roman, l'auteure le précise mais elle ajoute aussi qu'il s'agit d'une histoire racontée par Giulia: ce seraient ses souvenirs d'enfance. mais comment croire une telle chose? C'est trop merveilleux et angoissant? Silvana envoie des lettres à son amie, l'héroïne, pour l'informer de son avancée dans la rédaction de l'histoire. Elle doute, la questionne et rêve que l'île est vraie.
A travers ce conte, l'enfance se dévoile dans sa spontanéité, son indolence, son oisiveté (cf extrait), comme des qualités à préserver. Les adultes, qui les conservent, eux, sont encore des rêveurs, des découvreurs ou des mal adaptés. le livre tente de faire un pont entre le merveilleux et le monde adulte, la paresse comme construction de soi, retour à soi et la vraie vie. C'est doux et chaud!
Lien : http://1pageluechaquesoir.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Omegane
  24 janvier 2013
Arianna est passionnée d'animaux. En voulant secourir un bébé chauve-souris, elle se perd dans une mine au cours d'une sortie scolaire, en compagnie de sa fidèle amie Giulia. Toutes deux arrivent dans un lieu inconnu où se produisent d'étranges phénomènes : un volcan crache des objets perdus sur terre, mais aussi des idées et des sentiments, et même des personnes disparues. Elles se lient d'amitié avec des enfants qui leur expliquent le mode de vie sur cette île et les mettent en garde contre des fumerolles noires qui transforment les humains en cannibales. Il existe un moyen de repartir en se jetant dans une crevasse, mais peu d'entre eux en ont l'envie, surtout pas Arianna qui s'est liée d'amitié avec Bruno, un autre ami des animaux. L'histoire nous est contée comme un récit en train de s'écrire sous la plume d'une mystérieuse narratrice dont nous découvrons l'identité dans le dernier chapitre en forme épistolaire.
Bien plus attractif qu'un traité philosophique, ce roman plein d'imagination séduit les jeunes lecteurs en les invitant à la réflexion sur l'utilisation du temps, et ce que l'on peut gagner à le perdre. Ce sont parfois la rêverie ou les passions qui peuvent sauver les humains de la perte de leur identité. le personnage d'Arianna est à ce titre extrêmement signifiant. Au plus profond de son abattement, son amour des animaux lui donne un sursaut d'énergie. Cette particularité constitue également une différence qu'elle doit faire accepter par les êtres qui lui sont les plus chers, principalement son père. Sans doute nombre d'enfants partageant sa sensibilité se reconnaîtront en elle, ou en Bruno. (Ne pas se laisser décourager par la couverture du livre, pas très réussie.)

Lien : http://libr.animo.over-blog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ouranie
  16 décembre 2015
Un roman d'enfance, frissons et rêves garantis! Si seulement je pouvais rejoindre cette Île du temps perdu où les couchers de soleils durent longtemps et où les objets perdus échouent!
Commenter  J’apprécie          20
mafossi
  21 septembre 2014
J'ai mis un peu de temps à rentrer dans ce roman surprenant tant du point de vue de l'intrigue que de celui de la construction narrative. Cependant, j'ai été sensible au message que veut faire passer Silvana Gandolfi. L'Ile du temps perdu est un joli conte philosophique sur les bienfaits de la paresse et de l'oisiveté.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
mafossimafossi   21 septembre 2014

"Au fait, est ce que tu trouves que je me fais bien comprendre quand je parle d'oisiveté? Ou bien à sa parution, y aura t-il des adultes pour interdire ce livre à leurs enfants, en prétextant qu'il ne faut jamais rester à ne rien faire et que l'oisiveté est mère de tous les vices; que qui ne fait rien n'a rien et que, même dans Pinocchio, il est dit que c'est une très vilaine habitude dont il faut se débarrasser dès le plus jeune âge!
Bien entendu, l'oisiveté de l'île , c'est autre chose: c'est réussir à se confronter à soi même sans s'ennuyer, s'intéresser à des choses insignifiantes, comme le vol d'un moustique, pour y découvrir la mélodie du soleil et les lois de l'univers.
Mais c'est aussi décider que si l'on veut faire quelque chose, quoi que ce soit, alors cela vaut la peine de le faire avec énergie et passion pour que ça réussisse. Sans oublier, cependant, que l'action est juste l'une des manières de vivre, et pas la seule.
Pour résumer, l'oisiveté est l'art de faire en ayant l'air de ne rien faire.
Tu es d'accord avec ça?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ghostreaderghostreader   08 juillet 2011
"Vous venez d'arriver sur l'île du temps perdu", déclara le garçon solennellement en me tendant le mouchoir mouillé. Avec des "Chut !", tous les enfants s'assirent, enfin silencieux. [...] Daniel continua : "Les habitants de cette île sont tous ceux qui, d'une manière ou d'une autre, se sont perdus sur la Terre. De même, les choses que l'on retrouve ici sont les choses qui ont été perdues. Cette île est un gigantesque dépôt d'objets égarés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VanessaVVanessaV   07 février 2017
[...] toutes ces fumerolles correspondent à du temps perdu, mais pas celui des insouciants, pas celui qui nous fait vivre. En face jaillit le temps que les gens perdent sur Terre par stupidité, par manque d'initiative. Le temps gâché à cause de bureaucratie, des embouteillages. Tu comprends? C'est un temps destructeur, noir, qui dévore celui qui le subit.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Silvana Gandolfi (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Silvana Gandolfi
Interview de Silvana Gandolfi en italien.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : tempsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'innocent de Palerme

Qui est l'auteur de ce livre ?

Fred Uhlman
Silvana Gandolfi
Mickäel Olivier
Marion Ducar

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : L'innocent de Palerme de Silvana GandolfiCréer un quiz sur ce livre