AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2363081439
Éditeur : Editions Arléa (31/08/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Ces deux textes, qui se répondent, relatant deux moments de vie , incarnent le visage de la même expérience : la séparation amoureuse. Ils décrivent ce qui se passe à partir du moment où un couple cesse d’en être un et que la mécanique de la déchirure se met en marche, parfois lente et insidieuse, parfois brutale et violente.
Le saisissement, la sidération, la chute, contrepoids de l’élan extraordinaire que représente la naissance de l’amour. La séparation e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
fanfanouche24
  15 octobre 2017
"Qu'est-ce qui se sépare en nous quand nous nous séparons ? On se croit jumeaux, amandes philippines,
lovées dans le même corps d'amour, on se croit indestructibles. On partage l'illumination, le sentiment
extraordinaire d'être de plain-pied avec un autre que soi. (...) On se construit un royaume commun,dont on invente la langue et les gestes partagés. Tout en soi s 'ouvre, adopte, héberge, comme si l'être, sous la poussée amoureuse, connaissait une nouvelle naissance, une expansion de chacune de ses cellules, qui soudain le rend apte à entendre ce qu'il n'entendait plus, à voir ce sur quoi il avait baissé les paupières. On ne peut imaginer que, un jour, cet édifice pourra vaciller." (p. 75)
Une flânerie impromptue dans une librairie isséenne , "Gutenberg"... découverte cet été, durant la fermeture généralisée des autres lieux de vente...A mon retour de congés, je suis repassée, emmenant une amie avec moi... pour faire connaissance de cette petite librairie indépendante... ainsi que des deux libraires, Isabelle et Léopoldine, toutes deux , grandes lectrices passionnées !
Parmi d'autres acquisitions, je me suis choisi ces deux courts textes très émouvants et forts sur la "déprise amoureuse" , d'une auteure dont j'avais passionnément apprécié le style, la sensibilité ainsi que les sujets abordés d'"Eux sur la photo" ...
Un style très élégant, épuré... qui exprime magnifiquement les tourments et les douleurs insondables du "Désamour"..Emerveillement, beauté des commencements , et violence, douleur quand la magie n'opère plus... que l'un se déprend...Chagrin à supporter, assumer, accepter , dépasser contre les vents et marées intérieurs de chacun !
Un moment troublant et plein d'émotions dans les descriptions très fines des tourbillons, tempêtes amoureuses...qui peuvent magnifier comme anéantir une vie, en ôter tout sens!!
" Après le geste qui donne, on fait la connaissance du geste qui reprend. (p. 77)"




+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Verdure35
  02 septembre 2017

« Eux sur la photo » et « l'Odeur de la forêt » m'avaient convaincue de lire ce dernier petit livre qui vient de paraître.
Le vertige est ressenti par l'auteur lors de l'émerveillement de l'amour, puis par le désamour souterrain , puis par les ruptures et la séparation.
La Séparation est un très court texte en fin de roman...que de la littérature.
L'auteur raconte sa rupture d'avec un américain , qui en fait n'était pas libre d'aimer ailleurs : »Une passion qui s'est terminée comme se terminent tous les adultères qui n'ont pas le courage des choix assumés : mal . » Tout est dit.
J'ai lu des pages sublimes sur la souffrance d'amour ,et en fait , la thérapie est venue par l'écriture, il n'y a plus rien à raconter à un psy quelconque.
Mais, texte superbe certes, je n'ai pas pleuré sur le sort de l'infortunée, je n'ai pas été touchée, j'ai simplement lu(et c'est déjà beaucoup) un beau morceau de littérature.
Dans le livre , H.Gestern fait allusion à Annie Ernaux, oui, effectivement , on peut y penser. D'autre part, dans cette histoire , et c'est vrai, l'auteur pense parfois également à la souffrance ressentie et provoquée par l'amant, mais il ne s'agissait pas là que d'un duo, mais de deux couples ; et là aucun écho. Mais ce n'était pas là le sujet du livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          55
nanoucz
  19 octobre 2017
Un homme et une femme se rencontrent, s'aiment pendant trois ans. Il la quitte car, marié et père de famille, il ne supporte plus la situation. Mais il continue à lui écrire. Sept ans plus tard, ils se retrouvent et la passion reprend, brièvement, jusqu'à ce qu'il lui signifie la rupture dans une longue lettre envoyée d'Asie.
Contrairement à ce que vous pourriez croire à la lecture des quelques lignes ci-dessus, il ne s'agit en aucune façon d'un résumé de ce livre d'Hélène Gestern, que j'ai reçu grâce à l'opération Masse critique. Non, c'est plutôt ce que j'ai retenu des propos de la narratrice lorsqu'elle raconte ce que fut son histoire d'amour avec T. et qu'elle décrit les tourments qui ont suivi. Pas de chronologie dans son récit, mais plutôt une évocation de ce que furent les années où cet homme eut une place dans sa vie, succession de souvenirs déclenchés par des mots ou des expressions tels que solitude, messages, train, jalousie, chats, corps, piscine (de Saint-Malo), photographies, annonce (de la rupture), la forêt, Jean-Jacques, Bibliothèque nationale, salle d'attente, rue C., écrire.
À la suite de ce premier texte qui donne son nom au roman, l'auteur nous en offre un autre de moins de vingt pages, intitulé La séparation. Ici, elle s'interroge sur ce qui se passe lors de la séparation dans un couple, ce que ça signifie réellement en termes de perte, de désillusion, de repli sur soi, de colère, d'envie de vengeance. Jusqu'au jour où l'apaisement vient et qu'il est enfin possible de passer à autre chose.
Même si je dois avouer la légère déception qui a pointé au cours de cette lecture, je dois saluer la force qui émane de ces deux textes. Hélène Gestern fait preuve d'une grande lucidité, ne sombre jamais dans le pathos, décortique les petits signes de la passion et du désamour, analyse ses faiblesses et celles de l'autre, avec honnêteté sans jamais chercher à se donner le beau rôle.
Deux textes à découvrir sans hésitation, car ma déception tenait surtout à un malentendu, l'attente de retrouver dans ce livre une intrigue analogue à celle de ses romans précédents, comme Eux sur la photo ou L'odeur de la forêt. Ici, le récit est beaucoup plus personnel, l'écriture est un moyen de ne pas se laisser aller au désespoir, de comprendre ce que l'on vit et d'en émerger plus fort, apaisé.
Comme toujours, la plume d'Hélène Gestern est très agréable, précise et fluide. J'en redemande !
Lien : https://ruedesiam.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Zabouille
  31 août 2017
Rentrée littéraire 2017 : Parution le 31 août 2017 aux Éditions Arléa.
Un amour impossible, une relation en pointillés… Elle est les pointillés, l'autre incarne les espaces qui les séparent… Un amour volatile, qui n'aurait pas dû naître. Un amour qui les hante, mais qu'il n'assume pas, qu'ils ne peuvent se permettre de vivre…
Des allers et retours, des rendez-vous imprévus, courts et douloureux, par petites bribes, dans des lieux qui à nouveau visités en solitaire, n'ont plus le même goût, la même atmosphère. Ils se poursuivent, se persuadent que « c'est fini » mais rien n'y fait. Cette relation est là, s'est installée, va-t-elle durer ou les déchirer ?
Je remercie les éditions Arléa ainsi que Hélène Gestern pour ce très joli court roman, dont le titre « le vertige » inspire véritablement le sentiment qui émane de lui, de ses personnages, de cette situation et, comme le dit si bien son éditeur « …. nous entraîne dans le vertige sidérant du mystère de l'amour et de son effacement. »
Lien : https://littelecture.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
encoremoi
  04 octobre 2017
"Eux sur la photo" a été pour moi une très belle surprise. Grâce à masse critique, j'ai pu découvrir le nouveau roman d'Hélène Gestern. Un très court texte en deux parties "le vertige" suivi de "la séparation". Deux textes parfaitement complémentaires qui nous dressent un magistral portrait de la rupture amoureuse. le titre parfaitement évocateur met en évidences ces sentiments si complexes lorsque l'on aime, on se projette et parfois on attend, on excuse, on espère... jusqu'à l'évidence qu'il faut accepter: celle de la séparation.
Un beau texte littéraire certes, mais qui m'a laissé beaucoup trop de distance avec les personnages.
Un roman sur l'analyse des sentiments qui reste dépourvu de véritable histoire, ce qui m'a vraiment manqué.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LaCroix   13 octobre 2017
Dans un court texte, élégant et subtil, Hélène Gestern décrit les étapes fatales qui mènent de la passion au détachement.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   15 octobre 2017
La séparation

Je tentais d'interrompre ce dialogue intérieur qui nous mène continûment vers l'autre, l'interlocuteur indispensable, celui qui rendait le monde tout à coup- valable-, dès lors que toutes les expériences étaient appelées à prendre vie et sens dans son regard. (p. 86)
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24fanfanouche24   12 octobre 2017
Il conviendrait sans doute de se demander ce que l'on recommence au juste lorsqu'on marche dans des traces sentimentales déjà frayées, en sachant qu'on y a déjà perdu et l'amour et l'humour. (p. 13-14)
Commenter  J’apprécie          190
fanfanouche24fanfanouche24   13 octobre 2017
Pendant que ce temps s'écoulait, je réapprenais la grammaire simple des évidences: loin des yeux, loin du coeur. Tout ce que l'on ne partage pas, du menu détail du quotidien aux gestes d'amour, des lectures anodines aux émotions de la musique, est l'outil efficace du détachement. (p. 16)
Commenter  J’apprécie          60
fanfanouche24fanfanouche24   13 octobre 2017
Mon amour inconditionnel des animaux m'a valu quelques controverses amicales, et je reconnais qu'il peut se révéler assez envahissant. Mais rien ne peut entamer mon émerveillement quand je vois comment la tendresse se joue de la barrière des espèces, ou, plus précisément, combien des êtres silencieux, si petits, si fragiles, parviennent à manifester de manière vibrante, parfois troublante, leur affection aux géants imprévisibles, bruyants et potentiellement cruels que nous sommes. (p. 30-31)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24fanfanouche24   13 octobre 2017
C'est donc peu de temps après qu'il m'a fallu y revenir, sans lui . Ce sont les journées blanches d'une vie, celles dont on sait avant de les entamer qu'elles pèseront triple. Remettre ses pas dans le vide du présent, refaire seul l'itinéraire enchanté que l'on fit à deux... (p. 55)
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Hélène Gestern (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hélène Gestern
Hélène Gestern - L' odeur de la forêt .Hélène Gestern vous présente son ouvrage "L' odeur de la forêt" aux éditions Arléa. Rentrée littéraire 2016. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/74370/helene-gestern-l-odeur-de-la-foret Notes de Musique : "July" by Kai Engel. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : rupture amoureuseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Eux sur la photo #Prix DLAL

Comment s'appelle l'héroïne

Natalia
Natacha
Hélène
Geneviève

9 questions
48 lecteurs ont répondu
Thème : Eux sur la photo de Hélène GesternCréer un quiz sur ce livre