AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266180757
248 pages
Éditeur : Pocket (13/11/2008)
3.79/5   1079 notes
Résumé :
« Ma chère Jeanne, J'aimerais que vous m'aimiez comme je vous aime. Mais, pour m'aimer, il vous faut me connaître. Savoir ce que je suis… Certains diront un monstre. D'autres chercheront des explications lointaines, surgies de mon passé.

Beaucoup jugeront, condamneront. Mais qui comprendra vraiment ? Vous, je l'espère.

Hier soir, j'étais avec une autre femme que vous.

Mais je ne suis pas resté longtemps avec elle. Just... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (259) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 1079 notes

Ladybirdy
  18 avril 2019
J'avais bien aimé Juste une ombre de Karine Giebel. Pour son terminus elicius, je n'ai pas embarqué.
L'histoire d'une jeune femme, Jeanne, vingt-cinq ans qui prend le train tous les jours même heure direction le boulot, elle s'asseoit toujours à la même place, bref, un train-train quotidien où il ne se passe pour ainsi dire rien dans la vie de Jeanne. Jusqu'au jour où une lettre l'attend dans le train. Elle qui n'a pas d'ami ni d'homme, elle se retrouve charmée par cet inconnu qui semble lui vouer une admiration sans borne. La deuxième lettre est déjà moins enflammée puisque cet Elicius lui avoue avoir commis un meurtre la veille. Il ne compte d'ailleurs pas s'arrêter là, assoiffé par la vengeance.
Pour Jeanne, cela fait beaucoup. Surtout quand sa voix n'arrête pas de la mettre en garde et la pousse à avertir la police.
J'ai donc trouvé ce thriller rudement plat et creux, avec peu de personnages mal travaillés, inintéressants et surtout absolument pas crédibles. Des paires de claques oui à Jeanne. Des fantasmes pareils à son âge et une naïveté incroyable, non, c'est pas possible. Un agacement aussi, se parler à elle-même tout le long de l'histoire, pfff que j'ai trouvé ça lourd. Puis, j'ai attendu et attendu qu'il se passe quelque chose, que germent action, émotions, suspens, même pas, je me suis bien ennuyée.
Bref, le train peut bien siffler trois fois, je reste à quai.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7617
CasusBelli
  26 octobre 2019
A force de voir passer des critiques élogieuses sur les livres écrits par Karine Giebel, il fallait que je la rencontre enfin.
Comme à mon habitude j'ai donc commencé par le premier de ses romans qui m'a bien plu.
J'ai trouvé le scénario plutôt original dans sa construction avec cette présentation de Jeanne, jeune femme complexée, inhibée et parano qui voit sa vie chamboulée par l'arrivée d'un admirateur anonyme.
Bien sûr c'était trop beau pour être simple, il y avait forcément un loup...
J'apprécie beaucoup le style (premier roman de l'auteur, je vous le rappelle), sans outrance, sans effet spectaculaire, qui nous fait entrer dans le quotidien insipide et routinier d'une femme qui se dit que peut-être sa vie va changer enfin.
J'aime assez ces romans policiers qui proposent plus qu'une enquête, qui se doublent d'une projection dans les méandres de la psychologie humaine.
Jeanne existe sûrement, nous avons tous rencontré des personnes effacées, timorées et complexées sans imaginer la vie de souffrance et de frustration qui se cache sous cette transparence.
Oui, je ne me suis pas ennuyé dans cette lecture, d'autant que l'intrigue tient la route.
Pour conclure, c'est une belle rencontre et je me programme un nouveau rendez-vous sans hésiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7512
marina53
  05 janvier 2016
Tous les jours, le même routine. Elle quitte la maison familiale, sa maman pour seule compagnie. Direction la gare d'Istres. Elle monte dans la BB 67400, direction Marseille, la fameuse ligne de la Côte Bleue. le soir, elle fait le chemin inverse, toujours à bord du 17h36. Cela fait un an maintenant qu'elle travaille dans les bureaux du commissariat de Marseille. Jeune femme solitaire, peu sûre d'elle, parlant à son autre, Jeanne n'a quasiment pas de relations sociales, excepté sa mère. Une routine bien installée jusqu'à ce lundi 12 mai où elle découvre, dans le train qui la ramène chez elle, une lettre glissée à côté de son siège habituel. Une lettre d'amour signée d'un certain Elicius. Des mots doux auxquels elle n'est pas habituée et qui la chamboulent. le lendemain soir, une autre lettre dans laquelle Elicius lui avoue un crime commis la veille. Aussitôt, la jeune femme fait le lien avec l'affaire dont est en charge le capitaine Esposito. Jeanne ne sait pas quoi faire. le dénoncer ou conserver ce lien si ambigu qui existe entre eux?
Karine Giebel tisse le portrait d'une femme complexe, effacée et atteinte de TOC. Dès lors qu'un homme mystérieux mais criminel lui avoue son amour mais aussi les meurtres qu'il perpétue, elle est toute retournée. Pour une fois que quelqu'un semble la regarder, elle se sent exister. Bien gentille cette Jeanne, mais on aurait envie de lui mettre quelques claques quand même. Une personne sensée agirait-elle vraiment de la sorte? C'est bien pour ça que l'auteur en fait un personnage ombrageux et renfermé. Quant à l'enquête autour de tous ces meurtres, menée par le capitaine Esposito, le mobile semble un peu tiré par les cheveux. Malgré cela, on se laisse porter par cette intrigue. Voilà un polar gentil qui se lit rapidement...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          690
Yggdrasila
  07 décembre 2016
Après mon coup de coeur pour l'excellent de force, j'ai voulu me replonger dans l'univers de Giebel avec un engouement que je ne cache pas.
Au premier abord, le résumé de l'histoire m'a beaucoup attiré. Puis, j'étais surtout intriguée par le personnage principal : Jeanne, une jeune femme de 28 ans solitaire, fragile, timide et maladroite qui jongle entre sa mère avec qui elle vit et son boulot de secrétaire dans un commissariat de Marseille.
Pas très ragoûtant comme vie !
Mais il y a ces fameuses lettres qu'elle trouve dans le train qu'elle prend quotidiennement. Certes, écrites par un meurtrier récidiviste nommé Elicius mais dont la beauté de l'écriture la laisse totalement sous le charme.
Terrible dilemme : le dénoncer ou continuer de fantasmer cet amour qui rempli sa misérable vie de bonheur ?
Bon, ici le coup de coeur n'était pas au rendez-vous mais j'ai tout de même passé une agréable moment.
Une réflexion sur la solitude est abordée à travers le personnage de Jeanne.
J'ai pris plaisir à la suivre dans son quotidien, toujours dans l'attente de sa prochaine lettre qui chamboule à chaque fois ses émotions. Giebel met bien en avant les différents sentiments qu'éprouve son personnage selon les situations.
Petite faiblesse quant à l'enquête suivie par le beau capitaine Esposito qui n'est autre qu'un collègue de Jeanne. Je m'attendais à ce que les ficelles soient un peu plus solides.
Par contre, j'ai aimé le sentiment de tiraillement que ressent Jeanne entre Esposito et Elicius, c'est ce qui renforce le dilemme et l'intrigue. La fragilité de son aspect psychologique met le lecteur dans le doute en permanence. Entre ses TOC, sa voix intérieure qui la tourmente, sa méfiance de l'extérieur et son passé qui la ronge, on s'interroge sur son vrai fond.
Certains passages sont un peu fleur bleue mais rien de bien gênant à mon sens.
La fin est plutôt pas mal également. Pas de gros suspense à faire frémir mais c'est un petit roman psychologique qui est vraiment plaisant à lire... et dans le train si possible !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
Supermaman64
  07 août 2020
Jeanne est une femme tourmentée par son passé qui ne connait ni l'amour ni la vie douce. Sa carrière dans la police n'a guère plus de saveur que son quotidien. Jusqu'à ce qu'un tueur en série décide de lui écrire des lettres. Un joli roman signé par Karine Giebel qui se dévore rapidement et tient en haleine. Pas son meilleur mais un excellent thème avec de bons sentiments ambiguës. Pas de gore ni de trash dans celui-ci.
Commenter  J’apprécie          490

Citations et extraits (91) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   04 avril 2017
"Ce n'était plus des mots doux, des mots d'amour.
Un cri, un hurlement qu'elle croyait entendre.
Un frisson dans la nuque, des fourmis dans les jambes.
Déstabilisée, Jeanne reprenait ses esprits.
Elle pressentait que cette lecture la conduisait vers un monde dangereux, que ces lettres n'étaient pas inoffensives.....
Qu'elle allait peut- être souffrir...."
Commenter  J’apprécie          210
manue14manue14   23 juin 2015
Mais, soudain, elle remarqua quelque chose d’inhabituel: un morceau de papier avait glissé à côté de son siège. Elle l’attrapa et constata qu’il s’agissait d’une enveloppe blanche. En la retournant, elle resta stupéfaite de voir son prénom inscrit dessus. Un message pour elle. A moins que ça ne soit pour une autre Jeanne ? Non, ridicule ! Elle était sans doute la seule Jeanne à s’asseoir toujours à la même place, dans le même train.
Elle demeura perplexe de longues minutes, redoutant un piège. Elle avait posé la missive sur ses genoux et la regardait sans faire le moindre mouvement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
ladesiderienneladesiderienne   01 juillet 2015
La ville s'éveillait à peine, il devait être 6 heures du matin, pas plus. Une douce lumière et peu de bruit encore. Le calme avant l'explosion de vie. Esposito laissait son esprit voler au-dessus des toits. Les pêcheurs avaient déjà pris la mer depuis longtemps pour rapporter leur butin à l'heure dite. les hommes du Port Autonome s'activaient sur les docks aidés de grues titanesques... Tout ça, sous le regard bienveillant de la Bonne-Mère, juchée en haut de son piédestal. Marseille, immense, chamarrée, cosmopolite. Généreuse. Exubérante et indisciplinée. Un caractère bien trempé, des saveurs particulières entre mer et collines provençales. Selon son humeur, on pouvait s'y perdre ou s'y retrouver. Mais toujours s'y attacher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   29 juin 2015
Elicius... Un nom bien mystérieux mais qui, pourtant, ne lui était pas inconnu. Elicius, celui qui fait descendre la foudre. Un des noms donnés à Jupiter, le plus puissant des dieux romains. L'égal de Zeus. Ce type ne se prenait pas pour n'importe qui ! Vous êtes si belle, Jeanne. Si touchante et si belle... Elle enleva son blouson, soudain submergée par une vague de chaleur. Soudain fortement troublée. Tellement troublée...
Elicius en personne lui écrivait, la trouvait belle ! (...)
Un dieu était amoureux d'elle, pauvre mortelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   13 septembre 2012
(...) sortir des griffes des médecins, des psychiatres et de leurs piqûres. Celles qui changent la couleur de votre douleur, qui vous font oublier qui vous êtes. Qui vous grignotent la tête morceau par morceau et vous enveloppent le cerveau dans du coton stérile.
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Karine Giebel (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karine Giebel
Découvrir le livre : https://bit.ly/3m9WJgw
Après "D'ombre et de silence", Karine Giebel nous offre un nouveau recueil tout en noir, humain, engagé, bouleversant, qui agit comme un révélateur, nous faisant ouvrir les yeux sur le monde en dépit de son opacité et de sa noirceur.
autres livres classés : trainsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Terminus Elicius" de Karine Giebel.

Où Jeanne travaille-t-elle ?

dans une école
dans un commissariat
dans une prison

10 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Terminus Elicius de Karine GiebelCréer un quiz sur ce livre

.. ..