AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782863745175
432 pages
Fayard/Mazarine (12/02/2020)
4.15/5   175 notes
Résumé :
Un homme est retrouvé horriblement mutilé dans un bâtiment désaffecté du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris.
Pour Franck Somerset, commissaire à la Crim’, c’est le début d’une enquête étrange et singulière. Étrange, car ce n’est pas une série d’homicides au sens propre du terme à laquelle il se trouve confronté  : toutes les victimes sont encore en vie, mais elles ont été torturées et «  enfermées  » en elles-mêmes.
Singulière, car pour comprendr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (113) Voir plus Ajouter une critique
4,15

sur 175 notes

Eve-Yeshe
  02 février 2020
Après ce qui ressemble à l'extrait d'un journal intime décrivant, a minima, une scène de violence, le roman s'ouvre sur un homme, qui se lève dès la première sonnerie du réveil, fait ses vingt minutes de gym quotidienne et se prépare à prendre l'avion pour se rendre à l'aéroport. Il s'agit de Kahl Doe… et on enchaîne sur un appel à la Crim' pour Franck, car une affaire étrange a été signalée…
Franck Somerset est un policier qui ne traîne pas de valises, ni de passé douloureux, amoureux de sa ville qu'il appelle « Sa Paris », qui fait bien son boulot à l'UNIC (Unité Nationale d'Investigation Criminelle) avec son adjointe Laurence, et ses collaborateurs ont chacun leur spécialité Marion, Gilles, Tanguy. Ils ont un camion spécial, une sorte de laboratoire ambulant qu'ils appellent la « Mystery Machine »
« Gilles, Marion et Tanguy s'affairaient sur différents éléments, chacun dans sa spécialité. Si Marion s'occupait des aspects médicaux, à Gilles, les aspects technologiques et vidéo, il excellait dans l'utilisation des techniques informatiques les plus récentes. À Tanguy, l'art de l'interrogatoire, il était le plus empathique du groupe et capable d'extirper des informations aux plus récalcitrants. L'objectif était de fixer une première direction pour la traque… »
J'aime bien le nom de famille de Franck : Somerset, c'est sympa, cela fait penser à Somerset Maugham et à la chanson d'Alain Souchon « Comme dans ce nouvelles pour dames de Somerset Maugham… »
L'équipe est appelée sur une scène de crime : un homme a été découvert par hasard dans les sous-sols de l'hôpital Saint-Anne : tortures multiples sur le corps à l'aide de perforateurs, les pieds brisés de la même manière, le bras droit amputé, sur le visage, on lui a cloué un masque en pierre (type précolombien ?) et il a été lobotomisé, mais l'assassin a bien pris soin de le garder en vie.
Il s'agit de Philippe Silva, directeur commercial, à Facebook…
Franck va annoncer l'agression à Sonia, sa femme, travaille qui travaille pour Google, sous les ordres d'Elga. A travers elle, on apprend le mode de fonctionnement de cette « entreprise » où par exemple, les repas sont entièrement gratuits, du petit-déjeuner au dîner, en passant parles cookies, et tant d'autres avantages qui laissent l'individu lambda sidéré…
Elga et son amie Ariane, ont des ordinateurs dont la puissance est à des années-lumière de ceux de la police. Franck accepte leur aide car elles ne font rien d'illégal, restant sur tout ce qui est du domaine public et elles font en quelques heures à peine, ce qui leur prendrait des jours…
La collaboration va s'étoffer encore davantage lorsqu'une deuxième victime est découverte : une femme, torturée de manière similaire, mais au lieu de la lobotomie, le « tueur » lui a rompu les cervicales, la rendant tétraplégique, donc enfermée dans son corps jusqu'à la fin de ses jours.
On va ainsi faire la connaissance de certains prédateurs des GAFAM, tel Kahl Doe, le prototype de parfait salaud, misogyne, carriériste, arriviste, prédateur…
Quel peut bien être le lien ? Vengeance ? Exécution d'un contrat ? En tout cas, l'exécutant a des méthodes particulières, à la précision chirurgicale, presque militaire…
J'ai beaucoup aimé le parallèle entre les Persona sur les réseaux sociaux : l'image que les gens veulent donner d'eux-mêmes aux autres, et non ce qu'ils sont réellement (tout est dans l'apparence de nos jours !) et la notion de Persona telle qu'elle est définie par Carl Gustave Jung :
« La Persona est ce que quelqu'un n'est pas en réalité, mais que lui-même et les autres personnes pensent qu'il est. »
L'auteur dénonce les méthodes de ces GAFAM, leur toute puissance des chefs qui se croient tout permis et méprise tout le monde, tellement leur Ego est surdimensionné, l'esclavage moderne des subalternes qu'on méprise et qu'on presse jusqu'à ce qu'ils tombent et qu'on les jette.
Seul l'argent les intéresse, en dehors du pouvoir bien-sûr : on rédime sur tout, mais quand on organise un festival de la publicité, à Cannes, on loue des yachts aussi énormes que leur Ego :
« le Riviera mesurait 60 mètres et se composait de trois ponts, six suites, une piscine, une salle de fitness, un équipage de quinze personnes et la capacité d'organiser une fête avec cent cinquante invités. Un outil de travail certes dispendieux, mais pour 160 000 euros la journée, le gain égotique se rentabiliserait rapidement. »
La manière dont on peut récupérer toutes les données de quelqu'un à partir de son profil professionnel sur LinkedIn par exemple en les croisant avec ses comptes Facebook, Twitter, Instagram, fait froid dans le dos. Surtout, ces personnes imbues d'elles-mêmes qui postent tout pour s'exhiber : un masque social en somme. Il arrive un moment où elles ne savent plus faire la différence entre leur Persona et ce qu'elles sont réellement…
Un moment très drôle : quand Elga voit s'afficher le visage de Trump, nouveau président des USA, sur le page du journal « le Monde », elle pense que le site du journal a été piraté par Poutine, et va vérifier d'autres « Unes » … Fake News !!! inutile de préciser que je préfère le terme « Infox » !
Maxime Girardeau nous présente enquête passionnante, à la manière de Franck Thilliez; il maîtrise parfaitement le sujet qu'il aborde et le suspense va crescendo, happant le lecteur.
L'enquête est un peu trash : tortures, personnalités perverses, prédateurs en tout genre et le message que fait passer le tueur sur plan symbolique est de plus en plus affiné… mais ne divulgâchons pas !
L'auteur démontre au passage que la perversion, la perversité, la maltraitance se cachent sous différentes formes : physique, mentale…
Un premier roman très réussi ! je suis totalement conquise, donc j'attends de pied ferme une suite des aventures de Franck et son équipe et qui sait peut-être Elga ?
Un immense merci à NetGalley et aux éditions Mazarine qui m'ont permis de dévorer ce roman en avant-première.
Sortie prévue le 12/02/2020 : un conseil si vous croisez ce livre, foncez !
#Persona #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
calypso
  10 avril 2021
Deux avis pour le prix d'un dans cette chronique ! L'avis pendant et l'avis après ! Plus sérieusement, je me suis rendu compte, quelques jours seulement après avoir terminé ce roman, que mon avis avait quelque peu évolué. Tout d'abord, sachez que j'ai dévoré les 470 pages de cette édition poche et qu'il m'a été très difficile de poser le roman au cours de mes trois journées de lecture. Toute la force de cette histoire tient, à mon sens, dans la mise en scène des différentes agressions. La première donne le ton : un homme est retrouvé dans les sous-sols de l'hôpital Sainte-Anne, il a été torturé, certaines parties de son corps ont été perforées, un de ses bras amputé et il a, en outre, été lobotomisé. Il est donc vivant, mais il est impossible d'attendre la moindre information de sa part. Enfin, un masque cloué sur son visage constitue la touche finale de cette macabre découverte. L'enquête débute alors pour le commissaire Franck Somerset qui, pour la première fois de sa carrière, est appelé non pour un crime mais pour une agression physique. Et ce n'est que la première ! Très vite, il va être confronté à d'autres agressions et à un modus operandi qui, s'il subit quelques légères variations, semble avoir toujours pour objectif de laisser les victimes prisonnières d'elles-mêmes.
Rien à dire sur ces différentes découvertes et le suspense qui leur est lié. Pas grand-chose à dire non plus sur Franck Somerset, à part peut-être qu'il semble un peu lisse, mais ça change, un flic qui n'est pas torturé par ses vieux démons. Il est aidé par Elga, une amie d'une des victimes, personnage qui n'est pas inintéressant, mais je me suis tout de même demandé si sa présence était bien crédible. le monde des GAFAM - les géants du web - aurait pu être exploité davantage même si on sent les connaissances de l'auteur à ce sujet. Tout cela, voyez-vous, on n'y fait presque pas attention pendant la lecture parce qu'on est pris dans le feu de l'action. La fin, en revanche, n'est pas du tout à la hauteur. Je l'ai trouvée complètement ubuesque et, qui plus est, bizarrement servie sur un plateau au duo Franck/Elga… de fait, je suis très embêtée pour donner un avis définitif sur ce roman. Un thriller est-il bon quand la clé de l'intrigue n'entre pas bien dans la serrure ?... Comme c'est un premier roman, je vais tout de même saluer la performance !
Merci à Babelio et aux Éditions Pocket pour cette lecture !

Lien : http://aperto-libro.over-blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
celine85
  27 janvier 2020
Un homme nu est retrouvé dans un grand bâtiment vide depuis plusieurs années. Il a été torturé et un masque a été cloué sur son visage. Les victimes vont se succéder mais elles ont une particularité qui fait l'originalité du roman : elles ne sont pas mortes mais elles sont laissées dans un état où elles se retrouvent « enfermées » en elles-mêmes.
On peut dire que son premier roman ne peut pas laisser indifférent. Au fil des pages, la tension augmente. La description des scènes de crime est horrible, j'ai eu des frissons. Ames sensibles s'abstenir. Heureusement Maxime Girardeau laisse le lecteur reprendre son souffle entre chaque crime. Les mots sont justes, précis et émouvants. La fin est parfaite, on ne la voit pas arriver.
#Persona #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          330
frconstant
  21 février 2020
Je découvre « Persona » grâce à NetGalley et aux éditions Fayard/Mazarine. Pour son premier roman, Maxime Girardeau revendique l'étiquette Thriller. Et il a bien raison. Ce récit en illustre les codes avec une violence crue que l'on pourrait penser insupportable. Mais l'auteur insère celle-ci dans une analyse psychologique assez fine de notre époque et des composantes de l'espèce humaine. L'écriture prend alors le rythme tantôt d'une respiration haletante, tantôt d'une apnée dans l'indicible ou encore celui d'un retour au calme, à la confiance, à la certitude que la prodigieuse intuition de l'enquêteur finira par triompher.
Avec son héros central, Maxime Girardeau campe un commissaire atypique puisant sa force et sa connaissance de l'âme humaine dans une enfance auprès d'une mère au fonctionnement mental peu commun (A découvrir !). Pour le seconder, il le dote d'une équipe ne manquant ni d'originalité dans les domaines d'expertise qui la constitue, ni de puissance dans les moyens d'action mis en oeuvre.
Et dès l'entame du récit, le lecteur est projeté dans l'inhabituel : Pourquoi faire appel à un commissaire de la Crim' pour des faits qui ne sont, en fait, que des agressions sans meurtre ? Oui, mais imaginez tout de même : les victimes sont partiellement démembrées, déchiquetées ou transpercées ci et là à coups de foreuse, les torsions imposées à la colonne engendrent des paralysies… alors que le criminel veille toujours soigneusement à les maintenir en vie, un masque de pierre cloué sur les visages. Mortes pour le monde mais à jamais enfermées vivantes à l'intérieur d'elles-mêmes. Quelle horreur !
Et pour le cadre du récit, l'auteur choisit le milieu des GAFAM (Google – Apple – Facebook – Amazon – Microsoft) où les dirigeants créent pour nous des besoins fictifs et nous imposent achats et croyances qui nous déshumanisent.
Le titre, Maxime Girardeau en donnera l'explication en introduisant dans le tableau, sans aucune lourdeur, la notion de ‘persona' selon le psychologue suisse Carl Jung (né en 1875). Il justifie par là le poids des masques que portent les victimes, ce qui ne les rend pas moins lourds pour autant. C'est terrifiant à souhait !
Derrière ce roman addict, il y a, bien sûr, une lecture de nos Sociétés et du cynisme avec lequel les uns et les autres forgent et déploient leurs pouvoirs sans égard pour les âmes humaines broyées.
Maxime Girardeau, un auteur à suivre. Persona, un premier roman qui percute mais laisse tout de même un goût amer dans la bouche de qui prend le temps de s'arrêter pour réfléchir au point final…

Lien : https://frconstant.com/2020/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
bagus35
  09 février 2020
Merci à NetGalley et aux éditions Fayard/Mazarine de m'avoir permis la lecture de ce bon polar.
Franck Somerset ,commissaire à la brigade criminelle enquête suite à la découverte d'un homme atrocement mutilé retrouvé dans un bâtiment désaffecté de l'hôpital Sainte-Anne .Son agresseur lui a cloué un masque de pierre sur son propre visage.L'enquête piétine d'autant qu'une deuxième victime est découverte chez elle avec de nouveau un masque de pierre .Quelles sont les motivations de l'agresseur ?
Commenter  J’apprécie          260


critiques presse (1)
LaProvence   03 juin 2021
Nous pensions être embarqués dans une classique affaire de tueur en série, mais avons vite été surpris. Un bon polar qui sort des sentiers battus dans un style vif et agréable. A recommander pour trembler pendant les vacances d’été !
Lire la critique sur le site : LaProvence
Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
calypsocalypso   02 avril 2021
Franck sortit du laboratoire mobile. Il regarda autour de lui. Le chaos organisé d'une scène de crime restait toujours quelque chose d'inexplicable. Les véhicules, les barrières, les agents, les lumières, les bruits, tout semblait incontrôlable, anarchique, dénué de sens. Franck se sentait galvanisé par cette effervescence, il y puisait son énergie. Il monta dans sa berline noire et prit la direction du 3, quai des Orfèvres, toutes sirènes hurlantes. Les sons stridents déchirèrent la torpeur factice qui enveloppait le centre hospitalier. Dans leur chambre capitonnée, les fous écoutaient et, quelque part, une bête se terrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Eve-YesheEve-Yeshe   02 février 2020
Sur sa petite terrasse, adossé à la barrière en fer forgé, il prit le temps pour l’écouter, sa ville, sa Paris, ainsi qu’il affectionnait de l’appeler. Celle qu’il connaissait aussi bien qu’une femme que l’on chérit et qui, pourtant, conserve tant et tant de mystères. Il la sentait vibrer sous ses mains à travers le métal de la rambarde. Il aimait à penser qu’elle lui susurrait quelques mots, chaque matin, pour lui dire où regarder, où on avait besoin de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Amnezik666Amnezik666   12 février 2020
En rejoignant le quartier des Halles, après avoir salué les chimères ailées de la fontaine Saint-Michel et enjambé l’île de la Cité, Franck médita sur l’époque où traverser Paris de part en part était un voyage à travers les classes sociales, les différentes strates de la société française. Des squatters du 14e aux musiciens du 13e, des étudiants du 5e aux commerçants du 1er, les pauvres et les modestes se faisaient lentement repousser vers la petite couronne et les cités-dortoirs pour faire place à la spéculation immobilière et à la ville pensée comme un musée géant pour touristes du monde entier. Maintenant, il n’existait plus qu’une unique strate intra-muros, celle du haut, des rentiers aux bourgeois du nouveau monde en passant par les oligarques internationaux et les politiques installés dans des logements sociaux. Franck n’aimait pas la façon dont sa ville se transformait. Peut-être était-ce cela devenir un vieux con ? se dit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PillyPilly   01 mai 2020
Ils symbolisaient la petite famille de la mondialisation heureuse. Un groupe hétérogène, sans croyance, culture ou histoire commune, mais qui comprenait les règles du jeu et savait comment les orienter à leur profit. [...]
Ils présentaient tant de nuances différents : fascistes, conservateurs communistes, réactionnaires, intégristes, radicaux, ultras.
Il avaient d'ailleurs pour la plupart des idéologies opposées, mais se retrouvaient sur l'essentiel : la volonté populiste d'asservir l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Heavenly_Heavenly_   25 juillet 2020
- Je passe ma vie à observer la misère humaine et ses conséquences. Dans mon monde, il y a des raisons, des origines, des vies cassées, des destins sacrifiés. Vous, vous vivez dans des bulles expurgées, lisses, autarciques, où tous ne sont habités que par un complexe de supériorité. C’est ahurissant.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Maxime Girardeau (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxime Girardeau
Avec "Persona" (Mazarine), Maxime Girardeau nous plonge dans un thriller angoissant où les victimes, pire que de trouver la mort, sont "enfermées" en elle-mêmes. Pour comprendre, le commissaire chargé de l'enquête va devoir plonger dans l'univers des nouveaux maîtres du monde, les géants du numérique, ces fameux GAFAM pour lesquels l'auteur a lui-mêm travaillé pendant dix ans. C'est sa tout première fois en librairie et c'est l'occasion pour nous de lui poser tout plein de questions sur ses premières fois dans la vie. . En savoir plus sur "Persona" : https://www.hachette.fr/livre/persona-9782863745175
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Maxime Girardeau (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2337 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre