AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782234091085
250 pages
Éditeur : Stock (24/03/2021)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 9 notes)
Résumé :
" J'ai toujours su que ce "Journal amoureux" existait ; même si je ne l'avais jamais lu ni même vu... Ma mère m'en avait parlé. C'est Paul qui en a eu l'idée pour l'aider à prendre confiance en elle, et en son talent, auquel elle ne croyait guère à l'époque. Pourtant, elle vivait depuis toujours, dans et par les mots : elle tenait son journal intime et entretenait une nombreuse correspondance, amicale puis amoureuse, dans une famille où tout passait et se réglait pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
fanfanouche24
  05 avril 2021
Comme tant de lecteurs, j'ai été enthousiaste et marquée par le texte avant-gardiste, « Ainsi soit-elle « de Benoîte Groult, bréviaire …féministe, lu dans les années 80... !
Quelle ne fut pas ma surprise d'apprendre par les commentaires d' Olivia de Lamberterie l'origine de la naissance ce « Journal": Paul Guimard, qui encouragea Benoîte à écrire ce journal à 4 mains., afin qu'elle prenne confiance ; nous apprenons ainsi avec stupéfaction que Benoîte Groult était maladivement timide et réservée… manquait d'assurance , ne songeait pas à écrire , et encore moins à être publiée!
Encouragement généreux de Paul Guimard vis-à-vis de sa compagne, surtout que l'on sent qu'écrire lui aussi ce journal n'est pas un exercice habituel, ni qu'il affectionne particulièrement...
Une lecture plaisante , touchante, drôle nous plongeant dans les années 50…dans des milieux aisés et intellectuels… mondanités nombreuses, mais aussi fantaisie, humour, indépendance de vie , de pensée de Paul et de Benoîte…originaux facétieux…même si , en dépit d'un amour certain, lumineux…la « guerre des sexes » n'est jamais loin… Voyages , leurs moments d'intimité dans leur maison de Valmondois où Benoîte se prend de passion pour la botanique et le jardinage, le côté pratique du quotidien pour lequel Paul n'est pas doué, la vie commune d'un couple avec ses aléas…
Ils se racontent, parlent de la vie, de leurs lectures, leurs métiers, leurs différences et parfois divergences … et puis il y a aussi les discussions autour de la fidélité, la jalousie… j'allais omettre le rôle, et pas des moindres. Celui de « mère » de Benoîte pour ses deux petites filles, enfants du premier mariage avec Pierre de Caunes, Blandine et Lison, etc. Ses deux filles qu'elle aime infiniment tout comme Paul Guimard, qui s'occupe d'elles, les voit grandir... [Lison et Blandine sont en adoration devant leur beau-père ]
[** la fin du Journal s'achève sur l'attente de leur et en enfant..."Constance" qui naîtra en 1953]
*** Curieusement, contrairement à mes idées en débutant cette lecture, j'ai finalement plus apprécié le style et les propos de Paul Guimard, à la fois très détaché , caustique et lucide sur leur milieu social privilégié et la " comédie humaine" les entourant, à laquelle ils participaient... J'ai ri, entre autres pour son "refus d'idolâtrie'" envers son ami Mitterrand, quant au pélèrinage à la Roche de Solutré à laquelle il n'a aucune envie de participer. Au bout de trois années d'insistance du Président... Paul Guimard finit par trouver une" excuse" des plus malicieuses pour échapper à la "corvée" et au "sacro-saint rituel" !!
L'amour perce mais avec retenue, toujours… le journal semble aider Benoîte à exprimer par écrit des émotions, des convictions, des réactions parfois emportées sur les différences entre les femmes et les hommes…qu'elle ne parvient pas à dire de vive voix…. Paul Guimard constate parfois qu'il lui est plus facile de connaître sa femme par son journal… … car tous les deux, Paul comme Benoîte restent en dépit de leurs complicités ,de leurs désaccords, de leurs discussions, leur mauvaise foi , souvent… restent extrêmement pudiques.
Avec ce journal s'installe un jeu de lectures réciproque, assez drôle, parfois à la dérobée car l'un est trop curieux de ce que pense, et transcris l'autre d'un quotidien amoureux, commun ! … de « quotidien » , ce journal à 4 mains subit une certaine lassitude réciproque et ne devient que « mensuel » en 1952, encore plus rarement en 1953, puisque ce journal s'achèvera en mars...
Je retiens parmi les passages retenus un portrait fort touchant de Benoîte par Paul :
» 21 octobre [1952]
Je viens de feuilleter un petit agenda qui traîne sur mon bureau: Hermès 2e trimestre 1948.
Extraordinaire sensation. Avec soin, comme toujours, Benoîte y a consigné les événements quotidiens. (...)
Et cela me paraît subitement incroyable que Benoîte, il y a quatre ans, ait vécu cette vie sans moi, ait fait des enfants, pleuré pour le départ d'un homme et invité les Guimard à dîner.
Les Guimard sont devenus Guimard, lequel est devenu Paul (...)
Je connais assez mal les réactions de Benoîte vis-à-vis de son passé, des deux hommes qu'elle a aimés au point de les épouser, de sa vie sans cesse en mouvement. Je la crois capable de songer à tout cela très calmement tant elle possède à un point inégalable la faculté de vivre dans le présent.
(p. 224)”
Après ce « Journal amoureux »…envie peut-être ultérieurement de lire le texte de sa fille, Blandine de Caunes « La mère morte », comme pour percevoir d'autres facettes de cette femme de conviction et d'engagements, dévorant la vie…
***[mardi 6 avril 2021] Dans la suite de cette lecture, j'ai éprouvé également une vive curiosité pour Paul Guimard, son parcours et ses écrits...Je suis ravie d'avoir fait cette démarche car j'ai ainsi découvert son essai sur Giraudoux : "Giraudoux ? tiens !" [Grasset], souhaitant "dépoussiérer" cet écrivain trop méconnu à son goût. J'ai regardé et écouté d'anciennes archives de l'INA... Je suis tombée sous le charme de la malice , l'élégance et l'intelligence caustique de cet homme...
.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
PatriceG
  05 avril 2021
A la lecture de ce livre, on constate que Benoîte Groult est venue assez tardivement à la littérature. Paul Guimard a cru en elle, et le dessein ici est de lui mettre l'eau à la bouche. A part ça, je n'ai pas trop compris la manoeuvre (en eau douce). Un Journal à quatre mains avec sa soeur Flora Groult, . Ils écrivent au lit sur ce que leur inspire la journée basée sur l'état de leur relation, l'un à part l'autre, d'abord sans lire le travail de l'autre, mais il semble que c'est bien plus amusant quand l'un subrepticement lit le travail de l'autre..
Personnellement pour moi, le maître c'est Paul Guimard, il a un beau style et signe de magnifiques feuilles au milieu du livre. Il agrémente ses textes de poésie. La troisième personne qui entend prendre sa part du gâteau, Blandine de Caunes qui n'est autre que la fille de Benoîte Groult, signe la préface assez abondante voulant ainsi marquer qu'elle existe et profiter de l'ombre des deux écrivains pour y mettre sa patte personnelle. C'est elle qui a réuni ces textes aux fins de publication. Il manque d'ailleurs des feuilles, des fois 15 jours se passent sans que les deux protagonistes ne produisent de textes. Doit-on appeler cela Journal, je suis perplexe. Ce sont des exercices amoureux ! .;
L'ouvrage est cela dit intéressant si l'on est intéressé par le défrichage permanent de leur jardin de Valmondois, contrée de Duhamel, de Daumier.. C'est Benoîte qui s'y coltine et qui s'en plaint, lui il fait plutôt le pacha.. Si on n'est pas de cette partie, il est intéressant de voir comment se comportait cette gauche intellectuelle des années cinquante qui se relevait de de la guerre avec une relative morgue. Sous des faux airs de liberté reconquise, je trouve qu'on était assez dans le quand dira t'on malgré tout . le puritanisme en prenait plein son grade, il semble qu'un nouvel ordre idéologique prenait place, plus d'ailleurs chez Benoîte Groult qui va devenir la grande féministe que l'on sait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
TiffaugesLecteur
  27 mars 2021
▶ Après le remarquable «journal d'Irlande » qui couvrait les années 1977 à 2003, Blandine de Caunes nous présente ce «journal amoureux, 1951 - 1953 » tenu par sa mère, l'écrivaine et grande féministe Benoîte Groult et le mari de de celle-ci, Paul Guimard, l'auteur du célèbre roman «les choses de la vie » qui fera ensuite l'objet d'une adaptation au cinéma avec Michel Picoli et Romy Schneider.... Au début des années 50, au moment de ce journal, Benoîte Groult et Paul Guimard n'ont encore rien publié et sont tous deux journalistes...
▶ Ce «journal amoureux » est passionnant ; au delà du récit de leur quotidien, il aborde , et c'est la tout l'intérêt, des sujets plus personnels, plus intimes et profonds ; l'amour, le couple et la fidélité - les deux auteurs ayant dès le départ de leur rencontre, souscrit au contrat proposé alors par Sartre et Beauvoir s'agissant des « amours nécessaires et des amours contingentes »... Ainsi, Paul Guimard écrit-il (p. 238): «La fidélité est une qu'est de temps. Et le couple intact vit sur une équivoque. Il n'y a pas de trivialité à le constater : certains corps font envie et ces envies-là ne se laissent pas mettre la corde au cou. Nous avons eu envie de nous marier. Nous avons suivi la règle de notre désir et ce serait aussi une trahison que, chemin faisant, d'en choisir une autre ». Et d'ajouter : «Ceci dit, nul ne peut accepter de sang froid l'idée de faire de la peine à l'autre. »
▶ C'est aussi, bien avant son célèbre essai «Ainsi soit-elle », les premières réflexions féministes de Benoîte Groult (p.111) : «Avec le pourcentage de femmes qui sont fières d'être de «vraies femmes », c'est-à-dire des moitiés d'être humain, et la majorité d'hommes qui ont tout avantage à nous voir rester de «vraies femmes », sortirons-nous jamais de l'ornière millénaire où nous végétons? »
▶ Formidable préface de Blandine de Caunes qui explique la genèse de ce journal, la rencontre de Benoîte Groult et Paul Guimard et le contexte de ces années 50...
▶ Au départ, chacun tient son journal isolement et puis très vite, tous deux vont lire le journal de l'autre, sans s'en cacher et sans mentir ; P. G. (p. 68) : «D'ailleurs, Benoîte ment très mal....Mentir aussi mal devient de la franchise. » ; les joutes par journal interposé sont assez jubilatoires - les deux auteurs ayant la dent dure et ne s'épargnant pas l'un l'autre...
Paul Guimard, moins rompu à l'exercice de diariste, émaille son journal de poèmes qui sont de lui et qui sont de toute beauté...
▶ Au final, un journal intelligent, drôle, érudit et féroce écrit d'une plume maîtrisée et acérée... C'est aussi, en germe, la preuve éclatante de leur talent d'écrivains en devenir et qu'ils deviendront avec le succès que l'on sait... À lire!!...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lili0000
  17 avril 2021
« Journal amoureux » est un journal intime à quatre mains dans lequel Benoîte Groult et son troisième époux, Paul Guimard, relatent en parallèle leur quotidien.
C'est la photo d'une certaine bourgeoisie intellectuelle des années 50 qui, pour peu représentative de la société de l'époque, n'en demeure pas moins piquante et pleine d'esprit.
J'adore les journaux et, celui-ci, très gai, ne m'a pas déçue.
A lire au jardin.
Lien : https://wordpress.com/post/l..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LeFigaro   22 avril 2021
Au début des années 1950, le couple s’observe, s’épie et fait ses gammes avant d’entrer en littérature.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
LudotflgLudotflg   30 avril 2021
J’ai découvert aujourd’hui combien le lundi à la campagne est plus satisfaisant que le dimanche. Le village est livré à lui-même, aux gens qui en font vraiment partie, tout est harmonieux et d’un calme dont on savoure chaque seconde au lendemain d’un dimanche déferlant de Parisiens qui ont saboté le décor et raflé tout le muguet dans les sous-bois. Aujourd’hui on est deux fois à la campagne. Parce qu’on y est. Et parce que les autres n’y sont pas
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LudotflgLudotflg   30 avril 2021
Il y a des moments où il doit lui sembler incroyable d’avoir sauté à pieds joints dans ma vie et endossé d’un seul coup tout ce que je traîne avec moi. Est-ce que je pèse toujours assez dans la balance des avantages ?
Commenter  J’apprécie          10
LudotflgLudotflg   30 avril 2021
Les femmes ont un vieux compte à régler avec l’Aventure. C’est leur seule véritable ennemie héréditaire, la concurrente la plus directe et la plus souvent victorieuse. (Paul GUIMARD)
Commenter  J’apprécie          10
LudotflgLudotflg   30 avril 2021
L’homme et la femme sont aussi peu faits que possible pour vivre ensemble à égalité ; c’est pourtant la seule aventure qui justifie tous les risques. (Paul GUIMARD)
Commenter  J’apprécie          10
LudotflgLudotflg   30 avril 2021
Vingt quatre heures ont passé et, de ma colère, il ne reste pratiquement rien. Cela doit être affreusement dur à nourrir, une colère, ou une rancoeur. Il faut sans doute donner le meilleur de soi-même à ces sentiments là pour les maintenir vivaces.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Benoîte Groult (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoîte Groult
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Un si petit monde de Jean-Philippe Blondel aux éditions Buchet-Chastel https://www.lagriffenoire.com/1074724-article_recherche-un-si-petit-monde.html • La grande escapade de Jean-Philippe Blondel aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1072353-romans-la-grande-escapade.html • La mère morte de Blandine de Caunes aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1075301-romans-la-mere-morte.html • Journal amoureux de Benoîte Groult et Paul Guimard aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1076462-article_recherche-journal-amoureux.html • La chaîne de Adrian McKinty aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1075296-romans-la-chaine.html • Tant qu'il y aura des cèdres de Pierre Jarawan aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1071150-litterature-anglophone-tant-qu-il-y-aura-des-cedres.html • le jeu de la dame de Tevis Walter aux éditions Gallmeister https://www.lagriffenoire.com/1075620-poche-le-jeu-de-la-dame.html • Des messages portés par les nuages de Jean d' Ormesson aux éditions Bouquins https://www.lagriffenoire.com/1075325-romans-des-messages-portes-par-les-nuages.html • Brejnev de Andreï Kozovoï aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1070516-essais-brejnev---l-antiheros.html • Rose de sang, rose d'Ouessant de Janine Boissard aux éditions Fayard https://www.lagriffenoire.com/1075330-romans-rose-de-sang--rose-d-ouessant.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsbuchetchastel #editionsfolio #editionslivredepoche #editionsstock #editionsgallmeister #editionsbouquins #editionsperrin #editionsfayard
+ Lire la suite
autres livres classés : journalVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les BD policières classiques

Présumé mort, je combats le crime à Central City.

Batman
Frankenstein
Le Spirit
Jess Long

10 questions
248 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre