AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Laurent Lombard (Traducteur)
EAN : 9782754802666
176 pages
Futuropolis (10/06/2010)
3.95/5   65 notes
Résumé :

Après avoir exploré l'univers du polar, du jazz et des super héros décalés, Igort s'attaque à la bande dessinée reportage, avec le premier tome d'un diptyque consacrée aux pays de l'ex-URSS. Coup d'essai, coup de maître. Cette plongée dans l'histoire récente permettra au lecteur de mieux comprendre un pays qui se redécouvre. A travers de courts chapitres, Igort raconte l'Ukraine d'hier et d'aujou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 65 notes
5
4 avis
4
10 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

cicou45
  26 octobre 2013
Croyez-moi, cet ouvrage est une véritable bombe ! J'emploie ce terme dans le sens de perçant, troublant et dont on ne peut absolument pas sortir indemne, à moins d'avoir un coeur de glace et de n'éprouver aucune pitié pour autrui !
Ici, l'on découvre la grande famine qui frappa l'Ukraine au cours des années 1932-33, ce qu'était obligé de faire les habitants s'ils voulaient nourrir leur famille et tout simplement survivre. Je dis bien survivre car comment vivre dans de telles conditions ? C'est inimaginable, irracontable mais pourtant, ils l'ont fait et c'est probablement que tout un chacun ferait par simple instinct de survie.
L'auteur fait resurgir des voix du passé, aujourd'hui éteintes à jamais ; celles de Serafina Andrejevna, de Nikolaï Vassimillevitch, de Maria Ivanovna ou encore celle de Nokolaï Ivanovitch et qui toutes un point en commun : celle de nous montre l'horreur, la faim et la peur ! Mais toutes ces voix qui se font entendre ici ne sont qu'un fragment de voix parmi tant d'autres et que l'on n'entendra probablement jamais plus ! Cependant, Il faut savoir, ne pas oublier !
Je vous recommande vivement la lecture-découverte de cette ouvrage mais attendez-vous ) prendre une grande claque ! Des dessins extrêmement bien travaillés à vous glacer le sang tout autant que les paroles, les témoignages qui les accompagnent ! A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
jamiK
  22 mai 2022
Je suis tombé par hasard sur cette bande dessinée dans une médiathèque. Je n'en avais jamais entendu parler,, mais en la voyant dans les rayons, elle m'a tout de suite sauté aux yeux, vous vous imaginez bien pourquoi.

C'est une bande dessinée reportage éditée en 2010. Elle raconte l'Ukraine de 1930 à 2010 : “Je me demandais sincèrement comment était la vie pendant et après le communisme là-bas.” Il y a quelques témoignages de vieilles personnes qui ont connu la famine des années 30, famine organisée par le pouvoir de l'époque. Il est question de génocide, de persécutions, certains témoignages sont épouvantables, les gens racontent leur vie en toute simplicité, les récits à la première personne alternent avec de simples textes journalistique. le graphisme est au trait, on alterne le noir et blanc et la couleur, mais les couleurs se cantonnent a une gamme d'ocre pour accentuer l'aspect ancien. Quelques illustrations plus fantastiques viennent ponctuer le récit, souvent pour suggérer les moments trop durs. A noter qu'il y a quelques petites coquilles dans le texte, pas trop gênant mais quand même, j'espère que c'est corrigé dans la réédition de 2015.

Les points de vue de certains interlocuteurs pourrait surprendre, pratiquement aucune référence à Wladimir Poutine, quelques propos nostalgiques du communisme, mais il ne faudrait pas s'immaginer que tout soit ou blanc ou noir, l'histoire est bien plus complexe, ce qui malheureusement donne des arguments aux plus extrémistes. Souvent, le récit ne fait que raconter la vie du témoin, avec ses histoires de familles, de santé, qui viennent en parallèle de l'Histoire de ce pays, mais c'est l'attachement à ce genre de détails qui rend le propos plus réaliste, et plus touchant, plus troublant. On sait très bien qu'il y a une part de subjectivité dans ces propos, mais il n'a pas la prétention d'être un dossier juridique, il nous raconte juste l'Ukraine telle que les ukrainiens l'ont vécu dans cette période et telle qu'il la ressente en 2010. Et le constat est horrible, ces vies ont été de vrais calvaires. Une chose est sûre, le ukrainiens ont été habitués au pire et malheureusement, cela ne semble pas prêt de s'arrêter, le bonheur ne serait-il pas fait pour eux ? C'est tout simplement glaçant.

Cette bande dessinée mérite qu'on s'y attarde, elle donne une nouvelle lumière sur les évènements actuels, et aussi sur les racines profondes de cette guerre. J'ai appris beaucoup de choses avec cette lecture et je vous la conseille sans nuances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          233
Alcapone
  28 septembre 2013
Bien que la responsabilité des autorités soviétiques dans la terrible famine qui frappa l'Ukraine dans les années 1932-1933 soit aujourd'hui publiquement reconnue, les avis des historiens divergent encore sur la reconnaissance de l'Holodomor (en ukrainien : голодомо́р, littéralement « extermination par la faim ») comme génocide. Quelque soit l'issue du débat, il ne fait pas de doute que l'Holodomor est un crime contre l'humanité. Résultat d'une "exploration sur le terrain pour comprendre ce qu'a été et comment a été vécu le rêve communiste de la Révolution à nos jours" (extrait tiré de la notice du livre sur Futuropolis), Les Cahiers Ukrainiens exposent quelques Mémoires du temps de l'URSS. C'est lors de ses divers séjours en Ukraine, Russie et Sibérie, qu'Igort, attaché à l'étude de la mémoire et du mythe, entreprend l'illustration de son dyptique dédié à ces quelques voix oubliées d'Ukraine (tome 1) et de Tchétchénie (tome 2). Ainsi qu'il le confie encore à l'éditeur : "Ce qui m'a intéressé, c'est que les histoires venaient à ma rencontre. Il me suffisait d'être à l'écoute. J'ai commencé à rencontrer des gens et à enregistrer ou filmer leurs témoignages, l'histoire de leur vie. Puis, étant donné que certains faits étaient couverts par le secret ou peu connus, je me suis mis à les étudier. Mais ce sont bien les témoignages recueillis que je dessine." Les histoires rapportées par Igort parlent d'elles-mêmes : entre quelques planches thématiques traitant des "Koulaks", de la "Litanie bolchévique assassine" (pratique répandue du cannibalisme pendant la famine) ou du rôle de l'OGPU, les destins tragiques de Serafima Andreïevna, Nikolaï Vassilievitch, Maria Ivanovna et Nikolaï Ivanovitch ébranlent sérieusement la légitimité et le bien-fondé de la politique soviétique de l'époque et accusent les horribles souffrances et traumatismes encore subis aujourd'hui par les tristes "héros" d'Igort...
Lorsque l'on évoque la question des génocides, on pense souvent à la Shoah ou au génocide arménien. Peu de gens se souviennent de l'Holodomor. Parce qu'un génocide n'est pas plus condamnable qu'un autre, le rappel à cet obscur et terrifiant épisode de l'histoire de l'Ukraine mérite d'être racontée mais surtout d'être entendue. Est-il admissible qu'un peuple fier et indépendant comme l'Ukraine soit ainsi fustigé pour avoir résisté à la collectivisation et refusé la "dékoulakisation" ? La réponse est évidente. Encore faut-il être au courant. Les Cahiers ukrainiens ont reçu le Prix 2011 de la Mémoire du Holodomor. Ce prix est décerné par le Comité représentatif de la Communauté ukrainienne de France et on est ravi pour cette reconnaissance du travail d'Igort. On sera par contre étonné d'apprendre que la famine et donc l'Holodomor n'est pas encore reconnue par la France comme étant un crime contre l'humanité. Quant à la reconnaissance de l'Holodomor comme génocide, on s'étonnera encore une fois de l'absence de la France parmi les 24 pays ayant pris parti en sa faveur. Ignorance ou méconnaissance, qu'en penser ?
Igort n'a pas la prétention de réécrire l'histoire mais son angle de vue est intéressant : "Je suis un auteur curieux, j'aime explorer et j'ai trouvé naturel de m'attaquer à une narration qui part d'une vision documentaire. Pour moi, il était important de trouver une écriture personnelle qui se mesure à la réalité du terrain que j'avais découvert, et de pouvoir mettre au jour ce travail." Son récit est d'ailleurs quelquefois elliptique et manque en conséquence de liant mais sa démarche reste cohérente, son sujet captivant et son travail de graphisme superbe. Pour en venir aux questions esthétiques, Igort ne se cantonne pas à un style ou une technique. Il jongle sur plusieurs registres en alternant les planches en noir et blanc et les planches dans les tons sépias. Ses traits sont tantôt nets, tantôt brouillons. Parfois même, les pages sont "tachées" et cela confère à l'ouvrage une certaine touche qu'on peut ou pas apprécier mais c'est certain, cette bande-dessinée en ravira plus d'un. Personnellement, il s'agit pour moi d'une très belle réussite. A très bientôt donc pour le compte-rendu du tome 2 : Les Cahiers russes.
Lien : http://embuscades-alcapone.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
krzysvanco
  25 octobre 2015
Un livre fort, tant par ses textes que par les images ! Il nous retrace divers témoignages recueillis par Igort sur l'Holodomor (la grande famine provoquée en Ukraine par la politique de Staline) et sur la période communiste. le prix payé par l'Ukraine fut élevé !
Toutes ces histoires sont terribles, mais elles relatent des faits historiques que nous devons connaître et ne pas oublier.
Commenter  J’apprécie          220
Apikrus
  09 mars 2012
Cette bande dessinée raconte des parcours de vie de quelques Ukrainiens représentatifs, décrivant ainsi les tragédies qu'a connues ce pays depuis le milieu des années quarante : de la collectivisation forcée et l'extermination d'un peuple sous Staline (notamment en l'affamant) à la catastrophe de Tchernobyl, en passant par la seconde guerre mondiale et sans oublier les difficultés créées par l'éclatement de l'Union soviétique.
Des rappels historiques sont particulièrement bienvenus et permettent souvent d'appréhender le contexte dans lequel les témoins entendus par l'auteur ont vécu. Il est dommage que ce travail d'explication ait été un peu oublié à propos de la catastrophe de Tchernobyl, présentée uniquement par quelques anecdotes et par la fin de vie d'une victime. Sur ce dernier sujet, je recommande la bande dessinée Чернобыль Tchernobyl, La zone de Natacha Bustos & Francisco Sanchez, ainsi que le recueil de récits La supplication de Svetlana Alexievitch.
Cette bande dessinée est sans concessions à l'égard du stalinisme, mais elle n'omet pas de présenter des conséquences économiques et sociales des conditions dans lesquelles la chute de l'Union soviétique s'est déroulée en Ukraine.
En fin d'ouvrage, l'auteur dresse la liste de 14 pays reconnaissant en 2010 que la famine déclenchée par la dékoulakisation des années 1932 et 1933 a été un crime contre l'humanité. On y retrouve notamment l'Argentine, la Belgique, le Canada, la Géorgie, l'Italie, des pays baltes, la Pologne, les Etats Unis et le Vatican. La France est absente de cette liste. Pourtant, certains de ses représentants semblent s'intéresser à L Histoire quand il s'agit de faire reconnaître le génocide arménien... Il est vrai que la France a accueilli des Arméniens, que nous somme en période de campagne électorale, et que la Turquie est un pays dont la population est majoritairement musulmane (à lire sur le génocide arménien : le génocide des Arméniens, Anne Dastakian et Claire Mouradian et le crime de silence, le génocide des Arméniens - Tribunal permanent des peuples).
Du même auteur et dans la même collection, je recommande aussi Les cahiers Russes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   25 octobre 2015
Deux mots sur Ania...
Elena me parle d'Ania qui, il y quelques années, s'est fait surprendre par une averse dans la ville d'Energidar, où il y avait une centrale atomique.
Une fois rentrée chez elle, elle a pris une douche et s'est mise à faire son train-train quotidien.
Puis elle est allée se coucher.
Quand elle s'est réveillée, elle était chauve. Ses cheveux sur l'oreiller. Les médecins disent que ce qu'il y avait dans l'air, et que la centrale rejetait, a réagi avec l'eau.
Elle avait 30 ans, Ania. Elena ne l'a plus revue. Elle ne sait pas si elle est encore en vie. Les gens de villes comme Energodar ou Tchernobyl ont l'interdiction de parler de ce qui s'y passe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
NievaNieva   30 novembre 2019
Indépendance ou pas, les Ukrainiens de cette partie du monde se disent "Russes". C'est comme si les racines de celle qui a été l'Union soviétique, la SOVIETSKI SOÏOUZ, vivaient et palpitaient encore.

Un immense territoire habité par des pratiques et des conventions qui ont survécu, incrustations d'un passé qui ne veut pas s'éteindre.

Il suffit de gratter un peu pour entendre s'écouler, sous la discrétion soviétique, l'envie d'être écouté.

Je me suis retrouvé là, au moment où avait lieu le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin.

J'ai tendu l'oreille pour écouter les histoires et j'ai décidé de les dessiner. Je ne pouvais tout simplement pas les garder pour moi. Ce sont des histoires vraies, de personnes rencontrées par hasard dans la rue à qui il a été donné de vivre à l'étroit dans l'étreinte du rideau de fer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AlcaponeAlcapone   28 septembre 2013
L'Ukraine d'aujourd'hui cherche l'appui international pour que l'Holodomor soit reconnu au palais de verre de l'ONU comme génocide. La Russie, membre permanent, a droit de veto. Elle menace de l'exercer.
Nous sommes le 26 septembre 2008, l'Ukraine retire sa motion.
Reconnaissant la famine comme crime contre l'humanité : Argentine, Azerbaïdjan, Belgique, Canada, Estonie, Géorgie, Italie, Lettonie, Lituanie, Moldavie, Pologne, États-Unis, Hongrie, Vatican.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Coccinelle2Coccinelle2   02 mai 2011
Au début pour moi, l'Ukraine était quelque chose d'indistinct, un nuage appartenant au firmament soviétique. Et puis j'ai commencé à la visiter et les noms exotiques que j'entendais chez moi depuis l'enfance, Kiev, Odessa, Poltava, Sébastopol, Leopoli, Yalta, sont devenus des paysages concrets. Je me demandais sincèrement comment était la vie pendant et après le communisme là-bas.
Commenter  J’apprécie          80
alouettalouett   25 mars 2011
District de Vyssokopolsk. Le 16 février, à Zagradovka, le jeune Nikolaï, 13 ans, est mort dans la famille d’un paysan pauvre. Sa mère F. et sa voisine Anna S. ont coupé le cadavre en morceaux et l’ont servi avec les plats qui avaient été préparés. Presque la totalité du corps a été consommée. Il ne restait que la tête, les pieds et une partie de l’épaule, une paume de la main, la colonne vertébrale t quelques côtes. Toutres les parties du corps ont été retrouvées dans le sous-sol de l’isba. F. a expliqué son geste par l’absence totale de nourriture. Il lui reste trois enfants, tous gonflés. Une aide a été apportée à cette famille
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Igort (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Igort
C'est une rentrée tout en fiction que vous préparent les auteurs de Futuropolis. Une rentrée d'enquêtes en Italie avec Gauloises, d'engagement avec Manifestante, de folie douce avec La Vie me fait peur, de folie dure avec Le Labyrinthe inachevé. Vivement le mois d'août !
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Histoire de l'Europe>Histoire de l'Europe de l'Est (123)
autres livres classés : ukraineVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura