AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782021538878
192 pages
Seuil (15/09/2023)
4.12/5   229 notes
Résumé :
Elie Mestenapeo, un jeune Innu de la Côte-Nord, au Québec, a tué son père alcoolique et violent dans une crise de rage.
Il a fait 10 ans de prison.
À sa sortie, rejeté par les siens, il prend la direction de Montréal où il rejoint rapidement une nouvelle communauté : celle des Autochtones SDF, invisibles parmi les invisibles.
Il y rencontre les jumelles innuk Mary et Tracy, Jimmy le Nakota qui distribue des repas chauds au square Cabot, au cœur ... >Voir plus
Que lire après Tiohtiá:ke [Montréal]Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
4,12

sur 229 notes
5
23 avis
4
23 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis
J'avais très envie de lire ce roman et puis avec l'interview de Michel Jean sur Babelio c'est devenu une évidence. Partir à la rencontre des peuples autochtones, de leurs histoires, de Montréal et plus particulièrement du Square Cabot et de ses sans-abris. Ce sont les ombres de Montréal, ignorées des citadins.
Tiohtiá:ke c'est l'histoire d'Élie qui a purgé une peine de dix ans de prison pour le meurtre de son père et est banni à vie de sa tribu. Il a peur du monstre en lui et cache son secret, au gré de ses rencontres et avec un coup de pouce du destin nous découvrirons une belle personne.
Michel Jean raconte l'histoire de ces peuples du Canada, on leur a pris leur terre, leurs enfants, on a tué leurs chiens (ça je l'ignorais) pourtant ils sont toujours là, se reconstruisent, réapprennent leur mode de vie ancestral, font face à l'alcoolisme, aux piqueries et au racisme.
Dans Tiohtiá:ke, ils n'ont rien mais sont là les uns pour les autres, et c'est peut-être le plus important cette entraide.
C'est aussi un rapport à la nature omniprésent :
« du gris et du bleu. du roc et de l'eau. Entre les deux, là où le continent s'arrête, vivent six cents âmes dans un décor dantesque.
Démesurée, la nature déconcerte ceux qui viennent du sud. L'horizon prend de la distance, impose un silence à la fois beau et terrifiant. »
Et puis c'est l'écriture de Michel Jean empreinte de poésie, qui témoigne d'une dure réalité mais est porteuse d'espoir.
Merci aux éditions Seuil et à sa collection Voix Autochtones pour ce coup de coeur.
#Tiohtiá:ke # NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          4715
Tiohtià:ke un titre étrange? Il s'agit simplement du nom de Montréal en langue mohawk, un lieu habité depuis bien longtemps par les membres des Premières Nations, mais dans lequel ils sont présents, mais semblent devenus invisibles.

Condamné pour meurtre à 18 ans, l'Innu Élie sort de prison dix ans plus tard. Il ne peut cependant pas retourner dans sa communauté de la Côte-Nord, car la conséquence d'un meurtre y est le bannissement. Il se réfugiera dans la grande ville anonyme de Montréal où il peinera à trouver sa place. Mais il fera des rencontres précieuses, comme des jumelles du Grand Nord, des habitants d'un campement de fortune et des bénévoles généreux qui deviendront des amis qui l'aideront à accepter le passé et à affronter l'avenir.

Un roman qui n'est pas une grande oeuvre littéraire, mais qui n'en est pas moins un livre essentiel, car il met ses lecteurs et lectrices en contact avec des membres de différentes communautés des Premières Nations devenus à Montréal des « itinérants », des « sans domicile ». Il lève aussi le voile sur les difficultés liées à la consommation d'alcool et de drogue, sur les problèmes sociaux et les conflits familiaux dans les communautés isolées et sur le peu d'intérêt accordé aux victimes lorsqu'elles sont pauvres et vivent dans la rue.

Un texte qui refuse cependant de s'apitoyer et de chercher des coupables. Il faut plutôt trouver des pistes pour survivre et définir son identité sans idéaliser « la vie d'avant ».
Commenter  J’apprécie          460
Vite lu, ce roman relatant la condition des Indiens du Québec, pas reluisante pour un sou !
Beaucoup boivent, sont violents, parce qu'ils ont perdu leurs racines : ceux qui se retrouvent à Montréal et ne peuvent en repartir, faute d'argent et de travail, et ceux qui sont restés parqués dans les réserves, sans plus avoir la possibilité de chasser et de se nourrir par eux-mêmes, dépendant de la charité des Blancs.

Nous suivons particulièrement quelques années de la vie d'un jeune Innu, après sa sortie de prison car condamné pour le meurtre de son père, jusqu'à sa rédemption, peut-on dire.

J'ai très moyennement aimé ce roman, alors que « Kukum » du même auteur m'avait vivement intéressée. Même si son style est clair et imagé, je n'ai pas trop adhéré à la narration qui, à mon humble avis, survole trop. Et puis tout est écrit au présent, ce qui donne un petit côté de distanciation, alors que, justement, je suppose que l'auteur voulait le contraire.

Le titre du roman est difficile à prononcer alors que la couverture est magnifique.
Mais si un jour je vais à Montréal, je penserai très certainement aux Autochtones, souvent dédaignés et méprisés par les Blancs, alors que ceux-ci leur ont fait tellement de mal !
Commenter  J’apprécie          308
Tiohtiá:ke (Montréal) de Michel Jean est l'histoire d'Élie Mestenapeo qui, après purgé dix ans de prison pour avoir tué son père et chassé par son clan, deviens par la force des choses un itinérant à Montréal. L'auteur nous parle de ces enfants qui, mal aimé, en manque de devenir, finir par se retrouver en itinérance dans les rues de Montréal. Une belle et triste histoire que l'auteur nous offre sur ces gens qui étaient ici avant nous. Quand on m'enseignait l'histoire du Canada au primaire, on nous parlait des Hurons, des Iroquois et des Récollets venus en Nouvelle France convertir ces peuplades que l'on disait sauvage. Peut-être que ces peuples étaient plus près de Dieu que nous ne le serons jamais. Avec ce roman, j'ai découvert qu'ici au Québec, une multitude de peuples longtemps ignoré par nos élites et que nous commençons cinq siècles plus tard à découvrir. Un bon roman et la fable du vent et de la feuille donne la mesure du talent de l'auteur. D'autres lectures de cet auteur vont suivre, soyez en sûr.
Commenter  J’apprécie          281
Elie Mestenapeo, un jeune Innu de la Côte-Nord, au Québec, a tué son père alcoolique et violent dans une crise de rage. Pour ce meurtre il a fait 10 ans de prison. À sa sortie, il est rejeté par les siens, exclu de sa communauté. Un bannissement à vie, même s'il a payé sa dette envers la société selon le droit des blancs. Il prend la direction de Montréal, Tiojtia :ke dans sa langue. À peine arrivé il se fait voler son sac et toutes ses affaires. Il rejoint alors une nouvelle communauté : celle des Autochtones SDF, invisibles parmi les invisibles

Michel Jean nous plonge au coeur du quotidien de ces laissés-pour-compte. Un quotidien dominé par la solitude et la solidarité, la peur, la précarité, la violence. Une société en marge de la société, avec ses propres règles, ses codes, où la mort rode, omniprésente. Une communauté à la fois soudée et autonome, où les femmes disparaissent, sont assassinées, des hommes meurent de froid dans l'indifférence générale. Ont-ils - ont-elles une chance de s'en sortir ?

Comme d'autres avant lui, Elie va apprendre la survie, faire des rencontres. Il y a Jimmy et sa soupe populaire, les jumelles Nappatuk qui vivent dans la rue depuis 30 ans, Geronimo, le premier à lui tendre la main, Caya le rockeur, Mafia Doc un vieil itinérant plus ou moins médecin qui refuse de quitter sa tente alors que Montréal plonge dans le froid polaire, et tous ceux et celles arrivés à Montréal par les méandres tumultueux de la vie. Et puis il y a Lisbeth, la fille d'une des jumelles, qui fait des études de médecine. Enfin il y a ce monstre qui se terre au creux du ventre d'Elie, toujours prêt à bondir. Avec l'aide de Lisbeth, de Jimmy et des autres, Elie parviendra-t-il à dompter ce monstre, à faire la paix avec son passé ?

Dans ce roman plein d'humanité, Michel Jean nous raconte le quotidien de ces êtres fracassés, fait d'alcool et de rixes, mais aussi de solidarité, de poésie et d'espoir. Un monde d'humanité au coeur d'une ville qui en manque parfois (souvent).

Les chapitres sont courts. le style est vif, rapide, simple, brut comme la vie de ces hommes et ces femmes. L'auteur va droit au but, sans s'embarrasser de fioritures inutiles. On est rapidement en empathie avec Elie. On s'attache à ses compagnons d'infortune.

Le récit ethno social se double d'une dose de polar, rendant le roman plaisant.

Première incursion dans l'oeuvre de Michel Jean, journaliste et auteur innu, appartenant à la communauté de Mashteuiats.Une belle découverte qui me donne envie de lire les autres oeuvres de cet auteur, dont Kukum, son précédent roman qui a reçu de nombreux prix et connait un succès international. Un grand merci à Netgalley et aux Editions du Seuil et sa collection « Voix autochtones ».
Commenter  J’apprécie          152

Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
Il veut lui montrer cette rivière qui prend sa source dans les terres givrées et qui, après avoir traversé toute une forêt, rejoint enfin la mer et ses horizons infinis. C'est un long chemin qu'elle parcourt pour y arriver, sinueux et semé d'embûches, comme l'est souvent la vie.
Commenter  J’apprécie          00
Plus l'hiver avance, plus le temps semble ralentir dans la rue. Quand le jour se lève enfin, la température ne monte pas. Élie a connu le froid dans le bois. Moins trente même. Mais en ville, l'air glacial s'insinue sous les vêtements les plus chauds et s'amuse à ronger les humains.
Marcher dans Montréal leur permet de se réchauffer, mais ils se résignent à chercher un abri plus sûr que leurs tentes. Tous les refuges sont pleins. L'humidité transperce les os, bleuit les chairs. Élie sent la peur le gagner. A-t-il passé au travers de tout ce qu'il a vécu pour mourir de froid dans une ville insensible ?
Commenter  J’apprécie          220
Le paysage défile, et Élie caresse le bracelet en peau de caribou décoré de perles de verre que Lisbeth a fabriqué et qu'elle lui a donné ce matin à son départ. Autrefois, les femmes apprenaient cet art de leur mère et de leur grand-mère. Mais c'était avant que le gouvernement du Québec oblige les Inuit à abandonner leur vie nomade et les regroupe de force dans des villages où les maisons préfabriquées ont remplacé les igloos, où les monotoneiges ont pris la place des traîneaux et des chiens, et où les gens noient maintenant leur mélancolie dans l'alcool, la drogue et toutes les violences que l'homme blanc a apportées dans son sillage.
Commenter  J’apprécie          201
3
PORT-CARTIER
La porte du pénitencier se referme derrière lui et il se retrouve seul pour la première fois depuis son incarcération. Le soleil jette à travers les nuages une douce lumière. Le temps humide s'est chargé des odeurs de foin.

" Vous avez payé votre dette à la société, Monsieur Mestenapeo "
Que savait ce juge à propos de sa dette ? Dix ans de réclusion, voilà le prix de sa liberté selon les Blancs . Pour les Innus, c'est le bannissement à vie de sa communauté. . Une sentence définitive . Jugé coupable du meurtre de son père, il ne pourra jamais retourner chez lui.
Debout face au vide, Élie respire à peine. Il aimerait pleurer, mais ses yeux restent secs. Même son âme lui refuge le droit au chagrin.
Commenter  J’apprécie          130
5
LA VILLE
Pour Élie Mestenapeo, qui n'a jamais vu une grande ville , Montréal semble à la fois effrayante et décevante. Effrayante, car il n'a aucun repère. Tout ici lui est étranger. Décevante parce qu'elle n'est qu'une infinie succession de bâtiments anonymes, de rues sales et de visages indifférents à ce qui les entoure.
.... Des promeneurs et des touristes déambulent sans se presser sur la rue Sainte-Catherine , réservée aux piétons à cet hauteur. Jamais il n'a été entouré d'autant de monde et, pourtant, jamais il ne s'est senti aussi seul.
Commenter  J’apprécie          140

Videos de Michel Jean (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Jean
A l'occasion de la parution de 'Tiohtiá:ke [Montréal]' (Seuil), l'auteur Michel Jean nous présente en quelques mots son livre, à travers la critique d'une lectrice Babelio.
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs
Retrouvez nos rencontres passées et à venir, et inscrivez-vous juste ici : https://www.babelio.com/article/1939/Retrouvez-toutes-nos-rencontres-dauteurs-et-inscr Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : autochtonesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus



Lecteurs (475) Voir plus



Quiz Voir plus

Les indiens d'Amérique du Nord

Publié pour la première fois en 1970 aux États-Unis, ce livre de Dee Brown retrace les étapes de la Conquête de l'Ouest et les massacres des indiens entre 1860 et 1890 :

Enterre mon corps Wounded Knee
Enterre mon cœur à Wounded Knee
Enterre mon âme à Wounded Knee
Enterre mon esprit à Wounded Knee
Enterre mon scalp à Wounded Knee

10 questions
187 lecteurs ont répondu
Thèmes : conquete de l'ouest , far-west , western , ute , navajos , Nez Percé (Indiens) , comanche , Apache (Indiens) , Cheyennes (Indiens) , Sioux (Indiens) , indiens d'amérique , littérature américaineCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..