AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782246826057
400 pages
Grasset (02/09/2020)
3.56/5   25 notes
Résumé :
Amsterdam, 1642. Maîtresse d’un peintre célèbre, Margot Von Hauser découvre dans son atelier une fascinante gravure. Qui est cette obsédante Femme-écrevisse à corps humain et à tête de crustacé ?
Berlin, 1920. Ferdinand Von Hauser rompt avec sa famille pour devenir acteur de cinéma. De film en film, il découvre qu’en lui sommeille un incontrôlable délire. Et à l’image de cette Femme-écrevisse qu’enfant, il adulait, sa personnalité semble se diviser.
P... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 25 notes
5
4 avis
4
6 avis
3
3 avis
2
2 avis
1
1 avis

Kirzy
  14 octobre 2020

*** rentrée littéraire 2020 # 31 ***
Le contenu de ce surprenant roman est tout aussi intrigant que son titre. La femme-écrevisse est une gravure représentant une créature à corps de femme dénudée avec une tête et des pinces d'écrevisse. Elle se transmet depuis des générations dans la famille von Hauser et possède un pouvoir révélateur qui pousse à se métamorphoser trois personnages hyper sensibles, vivant à trois époques différentes au sein d'une société qui ne leur convient pas.
Dès les premières pages, j'ai été happée par l'écriture précise et crue de l'auteure, sur les pas de Margot, qui entre en 1642 au service du Peintre ( rapidement identifiable ), dans l'atelier duquel elle découvre les gravures de la femme-écrevisse. le chapitre qui lui est consacré est le plus intéressant, le plus saisissant. La force d'attraction de la créature qui appelle Margot est remarquablement rendue, tout comme l'obsession qui la saisit au point de la transformer en une femme libre, forte, émancipée, assumant ses choix au point d'être violemment rejetée par la société de l'époque.
Les deux chapitres suivants sont consacrés respectivement à deux descendants de Margot : Grégoire, jeune homme torturé de la fin du XXème siècle ; et Ferdinand, son grand-père, acteur de cinéma dans les années 1920 à Berlin. Comme Margot, eux aussi sont animés par une même passion pour la femme-écrevisse qui va les conduire à se révolter contre leur famille, contre la société, à se métamorphoser. Tous ont le courage d'affronter leur part de radicalité et de liberté, quitte à basculer aux confins de la folie.
J'ai énormément apprécié cette thématique de l'oeuvre d'art qui nous connaît mieux que nous-mêmes, qui annonce à des « élus » ce qu'ils vont devenir, à la manière du portrait de Dorian Gray ; ce qui distille une ambiance à la fois mystérieuse et inquiétante que l'auteur parvient à maintenir de bout en bout. J'ai regretté de voir la femme-écrevisse moins présente dans les chapitres sur Grégoire et Ferdinand, mais son omniprésence dans le récit centré sur Margot laisse une empreinte tellement forte dans l'esprit du lecteur que son absence, puis son attente, créent une tension durable.
Cette dernière retombe dans les descriptions des scènes de cinéma auxquelles participent Ferdinand, mais cet assoupissement a pour effet d'amplifier l'uppercut des pages hallucinées sur les collusions entre la famille von Hauser et le nazisme. Elles sont absolument remarquables, et en soi, le roman aurait pu s'arrêter là, sans un épilogue très étiré et trop explicatif. C'est quand le roman déploie son mystère étrange que sa puissance prend une tournure extrêmement troublante et singulière et qu'il convainc le mieux.
Lu dans le cadre des Explorateurs de la rentrée Lecteurs.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          952
Eve-Yeshe
  30 novembre 2020
Le récit commence à Amsterdam en 1642 : Margot qui vient de se faire engager par celui qu'elle appellera toujours le Peintre, pour s'occuper de son fils Titus. Il lui montre l'art de la gravure, dans son atelier, et lui apprend la méthode, devenant au passage son amant. Mais, le Peintre a des dettes et voit d'un mauvais oeil le désir de Margot de reproduire la femme-écrevisse qui l'obsède.
On va suivre à travers les descendants de Margot, le voyage de la gravure jusqu'à nos jours en faisant la connaissance, dans un premier temps de Grégoire et Lucie, à Paris qui mènent une vie un peu étrange, leurs parents étant la plupart à l'étranger, les relations entre eux tendues, à l'ombre de la femme-écrevisse.
La gravure est en elle-même un personnage à part entière du roman, prenant parfois la parole. Elle m'a fait penser à « La peau de chagrin » De Balzac, et au « Portrait de Dorian Gray » d'Oscar Wilde toutes proportions gardées bien-sûr. Comment ne pas évoquer, à travers les eaux fortes, le beau roman « Terrasse à Rome » de Pascal Quignard
Le passage traitant de la parthénogenèse de l'écrevisse marbrée qui intéresse beaucoup Lucie m'a beaucoup amusée. Tout tourne bien sûr autour de ses adorables petites bêtes.
Grégoire a une relation très (trop) étroite avec son grand-père, Ferdinand von Hauser, acteur dans les années vingt à Berlin au grand dam de son père qui tient en horreur le passé nazi de la famille von Hauser qu'il a préféré changer de nom, Ernst devenant Yves Crebsin. Krebs ! On est toujours dans les crustacés.
Ferdinand l'emmenait au zoo tous les samedis, lui promettant l'arrivée de deux dragons de Komodo qui ne sont jamais arrivés et pour cause, il n'en avait jamais été question, mais il pensait stimuler l'imaginaire ou la patience de l'enfant qu'il était alors.
Ce fût un plaisir de retrouver Nietzsche que l'on croise à Turin alors qu'il commence à plonger dans le marasme, ce que Grégoire appelle « la nécrose turinoise de Nietzsche » et dont il parle sans se lasser à table alors que son père enrage, cherchant à tout prix à le faire taire…
J'ai aimé la manière dont Oriane Jeancourt-Galignani a structuré son roman, évoquant trois périodes importantes : Margot apprenant à graver avec la Peintre dont je vous laisse deviner le nom, ce qui n'est pas difficile à deviner et d'ailleurs l'auteure révèlera assez vite, et leur relation amoureuse va aboutir à l'enfermement de la femme. C'est cette partie que j'ai le plus appréciée.
Puis, au cours des siècles, entre les mains la gravure va passer entre les mains de plusieurs descendants de Margot, parmi lesquels : Grégoire et Lucie, leurs parents très bizarres, le grand-père haut en couleur et on ne peut pas dire que ce soit sans conséquences fâcheuses sur leur santé mentale, la folie semblant accompagner certains très loin…
En découvrant le carnet de rôles de Ferdinand, on voit monter l'antisémitisme (sa propre mère est une fervente adepte de Hitler) et les termes employés autour de « la bête immonde » sont nauséabonds… on rencontre les cinéastes qui ont marqué l'époque : Lubitsch, Murnau, Lang notamment.
On suit aussi les différents exils de la Russie, au moment de la révolution, à Berlin, puis Paris, ou encore Londres. Chacun court à la poursuite de sa vie, de son identité quitte à sombrer dans la folie.
J'ai aimé les répétitions qu'utilise souvent Oriane Jeancourt-Galignani, de manière entêtante, comme un TOC et qui donne un rythme particulier à un récit qui l'est tout autant. J'ai essayé de ne rien divulgâcher, ou le moins possible, pour donner envie de lire ce livre hors du commun.
Je trouve, au passage, que l'auteure a bien en évidence l'hypersensibilité des artistes, et la manière dont ils tutoient souvent la ligne rouge entre le réel et le virtuel, quitte à la dépasser parfois, ce qui est le cas ici, qu'il s'agisse de la peinture, du cinéma et parfois la musique avec une ode aux disquaires lors du passage à Londres de Grégoire… Comment ne pas penser aussi à Vincent van Gogh?
On peut se demander si la reproduction d'une gravure telle que la « femme écrevisse » de manière répétitive, quasi obsessionnelle fait plonger l'artiste dans la folie, ou si c'est la folie qui est représentée sur la gravure avec cette femme nue avec une tête et des pinces. C'est du moins ce que j'ai ressenti en lisant ce roman qui m'a beaucoup plu avec un épilogue génial.
Un grand merci à NetGalley et aux éditions Grasset qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteure.
#Lafemmeécrevisse #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
Annette55
  08 avril 2021
«  La femme— écrevisse est hors de tout ça . Elle appartient à une mythologie peuplée de créatures à jambes et carapace , dont on a oublié les auteurs , dont on a même oublié les trames, et surtout les croyances . Une mythologie qui ne sépare plus; elle ne se situe ni parmi les martyrs , ni parmi les sauvés. Elle danse entre les deux , à mi- chemin de la bête et de l'homme » .
Un extrait de ce livre en clair - obscur, l'histoire d'un Tableau né d'un esprit tourmenté , celui d'un Peintre du Siècle d'Or à nos jours, la femme écrevisse : corps de femme dénudé avec une tête et des pinces d'écrevisse , une curiosité intrigante , mystérieuse , troublante qui va cheminer de siècle en siècle , obséder trois personnes de 1642 a 1999, les thèmes se font écho à travers les époques depuis Margot von Hauser , maîtresse du Peintre, jalouse , jalouse obsessionnelle ... jusqu'à l'internement , puis Berlin : 1920, Ferdinand von Hauser, devenu acteur, homme à femmes, chez qui sommeille de multiples personnalités et un incontrôlable délire alors qu'il adulait la femme -écrevisse enfant , Paris : 1999, Grégoire von Hausen qui se croit libre de quitter son pays , d'aimer une inconnue et de choisir sa vie .
...
Las! Trois générations et certains héritages où là malédiction se transmet de génération en génération tel un cancer on un crabe qui vous abîmerait de l'intérieur , vous rongerait jusqu'à l'os ...
Qui vous distillerait son étrange poison , vous obsèderait jusqu'à vous faire perdre votre âme .....
«  La femme -écrevisse » ou la folie, la démesure et la création, l'amour destructeur ou rédempteur , la sauvagerie et l'animalité , la jalousie , la démesure, la prédestination, L'ART sont étonnamment liés !
Un ouvrage à l'écriture crue , précise, vive , sensible , troublante , évoquant l'éternelle hyper - sensibilité des artistes , leurs approches répétitives , leurs obsessions à travers la reproduction d'une gravure.
Une lecture troublante , surprenante , hors norme, forte et humaine à l'aune de L'ART et de la CRÉATION.
À découvrir ! Choisi à cause du titre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
MarcelineBodier
  01 septembre 2020
J'errais sur NetGalley à la recherche d'un titre de la rentrée littéraire dont je n'aurais pas encore entendu parler (je n'avais pas envie de lire et de chroniquer le même livre que tout le monde, pardon pour cette coquetterie), et j'ai choisi La femme écrevisse parce que son titre m'a interpellée, puis la 4ème de couv m'a enthousiasmée et décidée.
C'est un livre qui offre plusieurs facettes.
La première, c'est celle de la 4ème de couverture. Elle n'est pas là par hasard : son fil est aussi repris par l'auteure elle-même dans une vidéo diffusée par sa maison d'édition. Ce fil a l'air fait pour moi : celui d'une étrange gravure de Rembrandt qui se transmet dans une famille depuis le 17ème siècle et incarne (déclenche ?) la folie de ses membres à chaque génération, dont trois sont évoquées, au 17ème siècle d'abord, puis en 1920 et enfin en 1999. Quel superbe fil conducteur ! D'autant plus que me suis jetée sur google pour voir la gravure… qui semble ne pas exister. La première rage passée, j'ai évidemment compris que c'était la moindre des choses et je n'ai pas cherché davantage à vérifier si je me trompais : à chacun d'imaginer sa femme écrevisse, qui est décrite assez en détail dans le livre pour la voir clairement dans son esprit, mais assez peu pour laisser la place à ses propres zones d'ombre.
Mais curieusement, le fil conducteur n'est clair et chronologique que dans sa 4ème de couverture : le livre ne présente pas les choses dans cet ordre et il désarçonne le lecteur, qui voit surgir des personnages sans savoir encore qui ils sont (à moins d'avoir appris par coeur la 4ème de couv, ce qui n'était pas mon cas). Certes, ce choix pourrait ne pas désorienter, mais il est accentué par l'écriture, qui m'a gênée. Je pourrais la qualifier de poétique, et de fait, elle est souvent très belle. Mais elle empêche souvent de se faire des repères dans l'histoire : non pas que les repères n'existent pas, puisque l'histoire est très construite ; mais on ne sait jamais quand on va les avoir, et ils peuvent arriver tard, après de longs passages où on ne sait pas exactement ce qu'on lit… du moins moi, je ne le savais pas. Pour autant, je me rends bien compte en écrivant cette phrase que je révèle tout autant mon propre besoin de structure et de rigidité qu'un quelconque manque du côté de l'auteure… Alors voilà, cette chronique commencée en forme de chronique menace de se finir sur la pente glissante de l'introspection : je vais donc m'empresser d'arrêter là !
Sans doute un livre pour amateurs de poésie, pour celles et ceux qui n'ont pas peur de lâcher prise et qui acceptent de s'avancer dans des profondeurs humaines inquiétantes au rythme de vagues qui permettent, tout au long du livre, de respirer, mais uniquement aux moments choisis par l'auteure. Pas un livre à mettre dans toutes les mains… mais dans les vôtres, peut-être ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421
ChatDuCheshire
  23 novembre 2020
Sentiment mitigé. Ce livre fait partie de ceux, nombreux, qui placent un tableau (ici une gravure) au centre de l'histoire (on songe au Tableau du maître flamand, La jeune fille à la perle, le portrait - Nikolaï Gogol - et même le portrait de Dorian Gray, parmi bien d'autgres) pour lui faire jouer un rôle ici maléfique, comme c'est assez souvent le cas des bouquins usant de cet artifice.
Contrairement à beaucoup je n'ai guère aimé la première partie du livre centrée sur Rembrandt et Margot von Hauser. On comprend bien que l'auteure a voulu adopter un style qui correspond à l'oeuvre mais, justement, j'ai trouvé ce style peu adapté à l'oeuvre et à ce que devait être la société néerlandaise de l'époque et, de manière générale, j'ai trouvé ce style ampoulé et pompeux, flirtant parfois avec les limites du ridicule.
J'ai failli abandonner au premier quart pour décider finalement de continuer la lecture après avoir lu quelques critiques sur Babelio. Les deux autres parties, centrées sur les histoires plus contemporaines de Grégoire et son grand-père Ferdinand von Hauser, lointains descendants de Margot (on ne nous révèle pas comment la pauvre servante hollandaise a pu devenir l'ancêtre d'une illustre famille d'aristocrates allemands mais passons...). le style m'y a semblé plus supportable et le récit un peu plus structuré, même s'il est toujours question de folie induite par la contemplation de cette femme-écrevisse. Grégoire égaré dans les rues de Londres des années 90 et Ferdinand tout aussi égaré dans les studios de Babelsberg (Berlin) dans les années 20-30 avec la montée du nazisme en arrière-plan m'ont semblé plus attachants (même si guère sympathiques, surtout Ferdinand) et plus clairement porteurs d'un mystère qui soutient l'attention dans la lecture. Quelques réflexions originales sinon intéressantes aussi sur le nazisme demeurant tapi dans les replis d'une démocratie honnie par les aristos de tous poils mais aussi une attaque assez claire de la démarche féministe dans la relecture de l'histoire. Etrange bouquin dont le message n'est décidément pas clair. J'ai donc décidé de le laisser au niveau d'un récit bizarre au style quelque peu horripilant. Pas détestable mais pas ma meilleure lecture de cette année, loin s'en faut...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130


critiques presse (3)
Liberation   27 octobre 2020
Roman à triple tiroir autour d’une gravure de Rembrandt.
Lire la critique sur le site : Liberation
LeMonde   25 septembre 2020
La gravure d'une étrange chimère fascine et brise entre ses pinces ceux qui la croisent. Un roman qui donne de l'élégance au chaos.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro   24 septembre 2020
L’histoire d’un peintre et de son modèle, une créature fascinante à corps humain et tête de crustacé.

Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   07 avril 2021
«  Elle passe dans les escaliers, sans un mot. En bas des marches, elle n’entend qu’une centaine de bourdons continus , sa tête est une ruche éventrée.
Elle descend dans la cuisine, observe dans la vitre du poêle son visage rougi et enflé par la colère ,,elle se déshabille , le sommeil est un astringent puissant, elle se couche, éteint .
Rien ne s’apaise . La nuit est une houle qui ricane .La nuit se moque d’elle . Siffle à son oreille , s’assied sur son corps, l’écrase, l’air s’échappe entre ses côtés en un long pschitt .Les mots du Peintre galopent dans son cerveau en ânes ivres , tu vas foutre le camp , même à une pute il parlerait pas comme ça ! Pas même une Pute ! » ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
Eve-YesheEve-Yeshe   30 novembre 2020
La foule subit le bruit et la poussière au nom d’une chose à venir, qui existe déjà dans l’esprit de chaque habitant, et que ces canaux, maisons, viennent ériger sur pilotis : Eleutherepolis. L’autre nom d’Amsterdam chez les vendeurs de rêves. Eleutherepolis. La ville libre, la ville élue, le lieu des possibles face à la mer du Nord.
Commenter  J’apprécie          111
Annette55Annette55   08 avril 2021
«  Combien de fois avait- il rêvé qu’elle essayait de le tuer ?

Elle était comme il l’avait connue, si imposante lorsqu’elle était nue, ses cheveux dansaient sur ses énormes tétons et ses lèvres ouvertes sur l’ivoire clair de ses dents d’éléphante, , elle tenait une corde, il pensait qu’elle allait le pendre, mais non, elle doublait la corde, elle voulait l’étrangler, lui faire tirer la langue bleue . Un porc, elle voulait le tuer comme un porc. Et puis le passer à l’aide, l’écorcher vif et le frire. L’écrevisse était prête à tout » ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
MatatouneMatatoune   20 septembre 2020
Celui qui longe l'asile, sent-il les haleines infectés de la bile et des gencives des femmes qui moisissent ? Suppose-t-il les dents qui branlent sur les mâchoires, puis se détachent et tombent, semant de légères gouttes de sang ? Devine-t-il les rots qui se coincent dans l'œsophage, et remontent, en herbe vide, dans les bouches ? Ce sont cent femmes à corps de fillette et mains de vieille. Ce sont cent femmes que l'on n'a pas envie de connaître, pas même d'approcher, réflexe physique, se protéger du spectacle de la déchéance : centaines de faces burineurs, aspirées ou gonflées par la faim, tailladées par la fatigue, ou atteintes de mystérieuses maladies de peau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Annette55Annette55   07 avril 2021
«  Une écrevisse ?
Une femme aussi. Petite, lourde , jambes écartées, genoux pliés . Nue.
Un ventre, un sexe, des jambes de femme solide, rude. Une peau marquée, pourvue d’un passé . Pas un corps qui s’écroule , mais un corps déjà , qui n’est plus lisse , Pas de bras. Des pinces. De longues et fines pinces d’écrevisse , Et une tête d’écrevisse . Deux yeux en relief noirs et ronds , fixes grains de raisin » ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Oriane Jeancourt Galignani (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oriane Jeancourt Galignani
"La femme-écrevisse" d'Oriane Jeancourt Galignani
autres livres classés : rembrandtVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

je ne vous jette pas la pierre, Pierre

Que de maîtresses ! Cassandre, Marie, Hélène ...et d'autres encore, peut-être ?

Pierre Corneille
Pierre Boulez
Pierre Bachelet
Pierre Arditi
Pierre de Ronsard
Pierre Mendès-France
Pierre de Coubertin

14 questions
35 lecteurs ont répondu
Thèmes : acteur , Humoristes , poète , hommes politiques , écrivain , peintreCréer un quiz sur ce livre

.. ..