AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330118549
180 pages
Éditeur : Actes Sud (06/03/2019)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 46 notes)
Résumé :
Une famille marseillaise est un jour convoquée à la préfecture. Une enquête sur leurs origines familiales au vu de la modification de leur patronyme bien des années auparavant les place soudain dans une situation dramatique. Dès lors commence pour le fils aîné une longue cavale pour échapper aux purges mises en place par le gouvernement.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
alexb27
  26 mars 2019
Un roman noir qui fait écho aux heures les plus sombres de notre pays, avec la fuite de Célestin pour échapper aux milices lancées à ses trousses. C'est un récit qui questionne sur la notion d'identité, d'exil, de différence, sur l'acceptation de l'autre. C'est un roman dont on espère qu'il n'est pas d'anticipation, même s'il colle au plus près de la réalité pour le sort des migrants. Enfin, c'est un texte poignant, qui questionne et interpelle. Un texte salutaire.
Commenter  J’apprécie          320
pilyen
  10 mars 2019
Certains romans vous attrapent dès les premières pages pour ne plus vous lâcher. D'autres, par leur sujet, vous plongent dans des abîmes de réflexions. Quelques uns, moins nombreux, se dévoilent doucement au fil des pages et réussissent à nous immerger dans une réalité insoupçonnée. Et puis, encore plus rare, ces trois éléments peuvent se retrouver dans un même roman. " Les métèques" est l'un de ceux-là !
Pour ne pas gâcher le plaisir de la lecture, il ne faut quasiment rien dévoiler de l'intrigue ( et éviter de lire la quatrième de couverture qui en dit peu mais encore trop ). Nous sommes à Marseille, chez les Herbet, famille bien française : Un père, une mère, trois enfants. L'aîné, Célestin, presque deux mètres de silence, sera le narrateur. Yseult, vit une vie d'ado comparable à beaucoup. Rico, le cadet, passe son temps à dégommer des guerriers sur sa tablette. Entre eux, l'amour circule au milieu de quelques prises de bec bien normales. L'arrivée d'un courrier émanant de la préfecture et intimant la famille à se présenter un lundi à 14h, rend le déjeuner plutôt taciturne. le lecteur s'interroge sur ce voile d'inquiétude qui enveloppe cette famille percevant un danger. le passage dans les locaux administratifs, s'il révèle quelques éléments nouveaux à priori pas vraiment inquiétants, fait tout de même monter l'angoisse de la famille d'un bon cran. Malaise. Très vite, un événement cathartique plonge soudainement le narrateur au coeur d'une violence sourde sans que le lecteur saisisse bien les tenants et les aboutissants. La fuite de Célestin et son périple dans le sud de la France nous dévoileront un réel infiltré par la noirceur humaine... Au fil des pages, nous collerons aux basques de Célestin, pour un roman aussi haletant que fortement ébranlant.
L'écriture de Denis Lachaud, épouse avec maîtrise les nombreuses accélérations du récit, profitant de quelques temps plus calmes pour tendre au lecteur un miroir où se reflétera, entre autre, le racisme ordinaire qui gangrène chacun de nous mais aussi cette possibilité d'être bientôt le passager d'une de ces coques de noix qui s'essaient à traverser quelques mers en quête d'un nouveau destin. Mêlant habilement quelques histoires du passé avec un présent qui semble n'avoir retenu aucune leçon, le texte nous empoigne et ne nous lâche jamais. Un élément un peu improbable du début, sur l'adolescence des grands-parents paternels, deviendra petit à petit un élément hautement symbolique grâce à l'énergie d'un récit qui nous amène, avec finesse, à réfléchir sur l'importance cruciale du devoir de mémoire. La connaissance de l'Histoire et de celle de sa famille servira le jeune héros à appréhender un présent salement porté à flatter les instincts les plus vils.
Au terme de ce roman passionnant et passionné, on se dit que dans un océan de platitude éditoriale et nombriliste, il est rassurant de croiser des textes qui allient la force d'un romanesque assumé avec un propos fort, essayant de mettre un coup de projecteur sur un monde au bord de chavirer. " Les métèques", oeuvre forte, sensible, engagée ne pourra que vous bouleverser par son actualité tristement présente mais illuminée par son impeccable regard sur des différences qui devraient être notre force.
Lien : https://sansconnivence.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          161
anniefrance
  24 mai 2020
lu d'une traite: impossible de lâcher ce qui est (encore)une dystopie, un thriller, le récit d'un exil contraint.
J'ai aimé la forme: monologue d'un jeune homme qui réfléchit à sa situation et à celle du monde qui l'entoure tout en gardant constamment à l'esprit le drame qui l'a conduit à fuir; alternance entre sa vie et celle de ses grands-parents paternels.
Tout commence par une convocation à la préfecture: le père comme la mère ont changé de noms, ils les ont francisés; les enfant savaient pour leur père d'origine juive (non circoncis, par prudence). Herzberg est devenu Herbet pour Paul et Monia et leurs trois enfants: Rico, Yseult et le narrateur Célestin mais ignoraient tout de leur mère (de sa famille et de son passé) or Monia Cadiou est née Kadir ce qui fait dire à Yseult, insupportable ado, que c'est la honte de découvrir à quinze qu'on est à cinquante pour cent rebeu. La Préfecture leur laisse le choix entre reprendre leurs noms d'origine ou de mentionner: anciennement...Ils refusent
Célestin revoit la vie de ses grands-parents paternels: une polonaise et un allemand, juifs dont les familles vont fuir les nazis en s'exilant en France. Elle dans les Landes, lui dans la Creuse; en 42, ils échappent à la rafle qui va envoyer mourir leurs familles dans les camps. Les enfants fuient chacun de leur côté dans les forêts; ils vont apprendre à survivre. Ils finissent par se rencontrer, s'apprivoiser puis vivre ensemble et elle se retrouve enceinte: ils ont vécu 7 ans en forêt: un journal abandonné leur apprend qu'on est en 49 et que la guerre est finie. Elle perdra cet enfant puis viendra Paul en 68, le père de Célestin.
Un drame survient: la famille est assassinée sauf Célestin qui a réussi à fuir. Il sera soupçonné du meurtre! Il fuit un peu au hasard mais avec prudence: il ne faut laisser aucune trace. Il a besoin d'argent pour rejoindre l'Espagne: il va se mettre au service d'un homme soigné à domicile après un grave accident. Tyrannique et mystérieux M.Loeb, Olivier. Il couvre des arabes auxquels Célestin apporte des produits frais pour changer des boites et des fruits secs. Célestin se rend compte qu'il n'y a pratiquement plus que des humains au profil caucasien qui circulent: plus de noirs ni d'arabes., il découvre " le poids véritable des siècles de domination blanche sur les métèques."
Il décide de partir" je me déplace encore sur le territoire français, pourtant je suis déjà en exil"
A un arrêt de bus, il rencontre Juliette, qui fuit les massacres de Grenoble; dans le bus, un contrôle d'identité les angoisse. Une dame leur dit comment se comporter et leur donne le moyen de contacter un passeur. Juliette confie qu'elle aussi est métèque: mélange d'arménien et de sicilien. Elle a vu des policiers exiger que ses parents se jettent d'une falaise: sa mère est poussée, le père emporte un policier avec lui dans le vide; Juliette s'échappe dans la forêt; elle reviendra pour enterrer ses parents, ensemble au fond du gouffre . Au cours de sa fuite elle sera violée trois fois.
Ils décident de contacter un passeur...et là se passe ce qui arrive si souvent de nos jours...Glaçant mais à lire pour garder les yeux ouverts sur ce qui pourrait advenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
SanDespi
  25 mars 2019
Je referme ce roman avec malaise. Et si cela était possible ? Est-ce que l'histoire peut encore se répéter dans notre pays ? le roman est puissant, on souffre avec Célestin, on a peur, on est méfiant. J'ai dévoré ce roman, court il faut l'avouer, peut être parce que quelque part, je suis aussi pour certains une métèque par ma grand mère.
Denis Lachaud merci pour cette histoire, pour nous ouvrir les yeux sur ce que l'homme est capable de faire à l'homme.
Un roman dur et dérangeant mais un roman qui ne peut laisser indifférent.
Commenter  J’apprécie          80
virginie-musarde
  13 mars 2019
Et si l'histoire se répétait, dans tout ce qu'elle a eu de sinistre ? S'il y avait de nouveau des chasses à l'homme, qu'on veuille séparer les "bons" de l'ivraie ?
Ça vous rappelle des années noires, honteuses ?
De celles dont on avait dit "plus jamais ça" ?
Surtout en France, patrie des Lumières, du Liberté-Egalité-Fraternité affiché au fronton des mairies...
Et pourtant, dans ce roman percutant, c'est bien le gouvernement français qui décide d'éliminer "les métèques", ceux qui ne seraient pas nés franco-français !
Seule solution : fuir.
Devenir un migrant.
Rejoindre un pays où l'on sera en sécurité.
Diablement d'actualité, non ?
Denis Lachaud réussit le tour de force de nous plonger dans les abimes de la fuite, en évoquant le destin tragique de ces "métèques", et amène par une narration juste, sans sensiblerie, sans propos moralisateurs, à se questionner sur la question de l'identité, de la persécution (orchestrée par le gouvernement !) et sur l'espoir de reconstruire ailleurs un lendemain meilleur.
Brillant, intelligent, indispensable à lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
LeMonde   16 avril 2019
Dans un futur proche, à Marseille, descendre d’immigrés est devenu dangereux. Il faut bientôt renoncer à la France. Une fiction dérangeante et dure.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
MonidesMonides   12 juillet 2019
Les gens qui ont vécu au XXe siècle, les gens qui ont vécu les années 1920, les années 1930, les gens qui ont vécu les guerres, la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale, la guerre d'Algérie... Avoir vécu ces années là... Cette pensée m'effraie. Elle m'a toujours effrayé. p.81
Commenter  J’apprécie          30
MonidesMonides   12 juillet 2019
Je regrette tout ce que j'ai fait qui a pu vous décevoir, tour ce que j'ai dit qui a pu vous irriter. Je n'ai rien vu venir. p.97
Commenter  J’apprécie          20
anniefranceanniefrance   24 mai 2020
Mon père ne tarde pas à réapparaître, métamorphosé par la crainte. L'enveloppe qu'il vient d'ouvrir libère un flot de potentialités inquiétantes. Les voilà qui se déversent sur nos vies et nous fragilisent avant même que nous en prenions connaissance, les voilà qui détruisent nos certitudes quant au futur. Je le voyais venir, ce jour.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Denis Lachaud (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Lachaud
Teaser de l'émission "Dans le Texte" présentée par Judith Bernard, sur le site Hors-Série. Invité : Denis Lachaud, à propos de son livre "Ah ! ça ira…". http://www.hors-serie.net/Dans-le-Texte/2016-05-14/De-la-violence-politique-id181
autres livres classés : persécutionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3144 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..